Navigation – Plan du site
Lectures

Les pays et leurs enjeux

Jean‑René Trochet
p. 140-142
Référence(s) :

Les pays et leurs enjeux, Les Études sociales, no 139-140, 1er et 2e semestres 2004.

Texte intégral

  • 1 Les pays et leurs enjeux, Les Études sociales, no 139-140, 1er et 2e semestres 2004.

1Le numéro 139-140 de la revue Les Études sociales1, dirigé par Marie­Vic Ozouf-Marignier, est consacré à l’un des thèmes d’études privilégiés de Le Play et des Leplaysiens : les pays. Il comprend 9 articles regroupés en cinq thèmes : le pays des Leplaysiens ; le pays des instituteurs ; pays, identité et aménagement ; et pays et paysage. Le texte de l’enquête sur « Le pays », lancée en 1906 dans La Science sociale par l’un des continuateurs de Le Play, Demolins, et dont parlent les trois premiers articles du numéro, termine celui-ci.

2Comme le montre M.-V. Ozouf-Marignier, les monographies de pays naissent en partie de l’échec relatif des monographies de société, telles que Le Play les avait expérimentées à partir de l’exemple de l’Angleterre. Et ce qui constitue l’originalité de l’approche de ses successeurs, notamment par rapport aux géographes qui s’intéressent à peu près en même temps qu’eux au pays, est leur insistance sur « le caractère social du lieu ». Il apparaît cependant dès 1893 que pour mieux situer le problème, il faut lancer des enquêtes en province et cette occasion est aussi celle pour les Leplaysiens de compter leurs adeptes hors des grandes villes. Les deux articles de Sylvie Sagnes et d’Annie Sevin, qui portent respectivement sur le Razès et le Pays de Briey, montrent deux profils de correspondants assez différents. L’un, Jean-Louis Lagarde (1870-1949). fait l’apologie du maintien des autochtones au pays, en mettant en valeur la « personnalité » de ce dernier. L’autre, Georges Hottenger, se situe davantage dans une logique « d’aménagement du territoire », dans une contrée, il est vrai, où le développement de l’industrie minière entraîne des changements démographiques et culturels non négligeables au début du XXe siècle. La monographie devient alors en quelque sorte un programme d’action. Ces deux analyses contribuent à dégager le profil assez varié d’une élite provinciale non universitaire et non directement engagée dans la vie politique, mais suffisamment informée de certains courants intellectuels parisiens et désireux d’apporter leur contribution à des questions d’actualité.

3Ces façons contrastées dont les Leplaysiens de province voient le pays se retrouvent aussi dans le regard des instituteurs sur le même thème, à une génération d’intervalle. Antonin Perbosc (1861-1944) et Lucien Gachon (1894-1984). dont les œuvres sont analysées respectivement par Hervé Terrai et Antoine Savoye, ont en commun d’être issus l’un et l’autre de la toute petite paysannerie, non-propriétaire pour le premier, petite propriétaire pour le second. Perbosc, originaire du Tarn-et-Garonne, fait œuvre de félibre « de gauche », brocardant les départements, essayant de promouvoir la langue des « pays » occitans contre le centralisme aixois de Frédéric Mistral, et se rapprochant pourtant de Charles-Brun pour placer le pays dans le cadre d’une pensée politique fédéraliste. Lucien Gachon, on le sait, est l’un des très rares géographes français à avoir commencé sa carrière comme instituteur et entrepris une œuvre littéraire. Dans Les Limagnes du Sud et leur bordure méridionale (1939). Il est assez normal de retrouver dans l’approche proposée par Gachon l’écho des débats au sein de l’école vidalienne : l’auteur étudie « la petite région naturelle » au lieu du pays. Il est vrai qu’il n’y a aucune contradiction chez lui entre ce point de vue et sa volonté de préserver la « civilisation paysanne », tout en assignant comme but à l’école primaire rurale l’amélioration de la condition paysanne.

4Les trois contributions suivantes sortent des biographies d’écrivains, essentiellement de la première moitié du XXe siècle, et traitent des « représentations » plus ou moins contemporaines liées aux pays. Claire Delfosse consacre une nouvelle étude aux relations entre les noms de lieux et de pays d’une part, et le lancement de produits agroalimentaires d’autre part, dialectique qui se met en place depuis la fin du XIXe siècle. Elle montre, principalement pour la période de l’Entre-deux-guerres, que cette dernière traverse différents domaines de la société française. et implique aussi la mobilisation par les élites. locales mais aussi nationales, des savoirs scientifiques plus ou moins sollicités pour les besoins de la cause : géographie, folklore, médecine, microbiologie... C’est dans une perspective différente que se placent Annie Bleton-Ruget et Mathieu Leborgne : celle du lien entre les nouvelles entités territoriales issues des politiques publiques et la mémoire des pays. A. Bleton-Ruget part des lois d’aménagement et de développement du territoire de 1995 et de 1999 pour montrer comment les travaux des érudits mais aussi une réalisation très récente comme un écomusée ont pu, entre autres, influencer les représentations des décideurs locaux, dans un pays emblématique des identités régionales françaises : la Bresse. De son côté, M. Leborgne souligne la concurrence à laquelle les nouvelles entités territoriales­ en l’espèce un syndicat mixte et un parc naturel régional - peuvent donner lieu pour le maillage du territoire, en fonction des compétences mais aussi des motivations politiques des acteurs.

5Un article de Jacques Leenhardt sur les paysages de Marcel Proust conclut le numéro.

6La touche leplaysienne de l’ouvrage lui assure incontestablement son originalité. Dans ce sens, il peut sans doute contribuer à ouvrir de nouvelles pistes sur un sujet largement parcouru au cours de ces dernières années.

Haut de page

Notes

1 Les pays et leurs enjeux, Les Études sociales, no 139-140, 1er et 2e semestres 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean‑René Trochet, « Les pays et leurs enjeux », Géographie et cultures, 58 | 2006, 140-142.

Référence électronique

Jean‑René Trochet, « Les pays et leurs enjeux », Géographie et cultures [En ligne], 58 | 2006, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/gc/8065

Haut de page

Auteur

Jean‑René Trochet

Université Paris IV-Sorbonne

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals