Navigation – Plan du site

AccueilNuméros109Une ville n’est pas un jeu 

Une ville n’est pas un jeu 

Approches et enjeux du développement urbain par les jeux vidéo et villes intelligentes
A city is not a game, urban development approaches and challenges by video games and smart cities
Léo Martial
p. 55-72

Résumés

Les jeux vidéo sont devenus un média incontournable. Les simulations de développement urbain appelées city-builders permettant la modélisation de villes de plus en plus sophistiquées figurent parmi les plus populaires. De nombreuses critiques quant à leur vision de l’urbanisme ont toujours été formulées. Ces critiques entrent en résonance avec différentes craintes liées au développement des villes intelligentes. Ce concept promulgue une conception des villes basée sur un usage intensif des technologies de l’information et de la communication. Encourageant activement une hybridation entre informations numériques et monde physique, sa conception dévoile un grand nombre d’enjeux clés pour concilier développement durable et qualité de vie urbaine grâce à une meilleure gestion des infrastructures et ressources naturelles. Les villes intelligentes et jeux de simulation urbaine sont néanmoins souvent accusés de partager une vision stéréotypée et uniforme du développement urbain ainsi qu’un certain mépris de l’individu. Les algorithmes sur lesquels ces deux domaines sont basés dégagent une image absolue et optimisée mais peuvent s’avérer injustes et biaisés lorsque leurs processus sont opaques. Les travaux récents sur les city-builders et villes intelligentes insistent séparément sur ces critiques analogues. Cet article souhaite mettre en valeur les liens étroits que ces deux domaines entretiennent, décrire les sources d’inspirations et le développement des city-builders avant de les confronter aux ambitions des villes intelligentes et de conclure sur les similitudes des craintes et critiques soulevées par les deux domaines.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le jeu vidéo est devenu la principale industrie de divertissement dans le monde devant celles de la télévision, du cinéma et de la musique. Il repré­sente également le premier média cybernétique de masse (Amato, 2014). Quelles que soient les règles, la catégorie et la jouabilité, le jeu vidéo se base sur une communication entre l’humain et la machine, ordinateur ou console de jeux. Cette interaction intervient dans des mondes virtuels pour la plupart en partie automatisés, issus d’une génération procédurale, permettant une création de niveaux à grande échelle répondant à une somme de règles caractérisées par des algorithmes. Une autre catégorie de jeux vidéo ayant gagné en popularité et sophistication est celle des city-builders, anglicisme désignant les jeux de gestion se concentrant sur la construction et la gestion d’une ville.

2Le croisement de ces deux catégories de jeux vidéo peut établir un lien étroit avec les villes intelligentes, aussi appelées villes numériques ou smart cities, désignant des villes reposant sur un usage intensif des technologies de l’information et de la communication. Promulguant activement une hybrida­tion entre informations numériques et monde physique, sa conception dévoile un grand nombre d’enjeux clés pour concilier développement durable et qualité de vie urbaine, grâce à une meilleure gestion des infrastruc­tures et ressources naturelles (Picon, 2013).

3Les city-builders et villes intelligentes sont néanmoins sources de critiques régulières et similaires : une focalisation trop grande sur certaines optimisa­tions algorithmiques pouvant entraîner une sous-estimation voire une omis­sion de leurs effets négatifs ; un développement urbain stéréotypé ignorant des modèles alternatifs ainsi que le risque de prescrire des solutions toutes faites sans une considération suffisante et pertinente de l’existant. Aussi, bien que le terme algorithme renvoie à une notion mathématique donnant une image absolue et optimisée, ces derniers sont souvent opaques, mécon­nus ou encore biaisés par différents intérêts privés. Ces nombreuses critiques analogues quant à ces deux domaines ont été élaborées séparément. Cet article souhaite donc mettre en exergue les grandes similarités que city-builders et villes intelligentes peuvent partager. Les sources d’inspirations et le développement des city-builders seront dans un premier temps décrits avant d’être ensuite confrontés au concept des villes intelligentes. Enfin, un regard critique sera porté en conclusion sur les ressemblances des craintes et critiques soulevées par les deux domaines respectifs.

Approche urbanistique des city-builders

De la théorie des systèmes aux city-builders

4L’utilisation de simulations urbaines informatiques dans l’éducation remonte au début des années 1970 (Dupuy, 1972 ; Minnery et al., 2014 ; Haahtela, 2015) avec des « observateurs-participants » s’insérant dans un « modèle visuel dynamique d’un environnement urbain au moyen d’un système de simulation visuelle » (Kamnitzer, 1972). Ces simulations ont notamment été utilisées dès les années 1990 pour enseigner la géographie urbaine ainsi que les concepts urbanistiques (Adams, 1998). Le jeu vidéo SimCity, publié par la société Maxis en 1989, est rapidement devenu le plus célèbre exemple. Maxis a été fondé par Will Wright et Jeff Braun, à partir de ce que la société décrit comme un intérêt de longue date pour les systèmes simples occasion­nant des comportements complexes.

5L’architecte et mathématicien Christopher Alexander a constitué une pre­mière influence clé pour l’élaboration de SimCity. Son travail prônait dès les années 1960 un détachement des modèles modernistes, qui promulguaient alors une approche descendante top-down. Alexander proposa alors ce qu’il a appelé une méthode universelle de conception et de développement, fondée sur la logique des interrelations entre l’homme et la ville. Il a notamment dénoncé dans son ouvrage A city is not a tree les villes qui s’inscrivent dans un schéma en semi-treillis, où des sections qui se chevauchent induisent une redondance des systèmes fonctionnels. Cette recherche est le résultat d’un modèle mathématique d’interrelations et de fonctions coexistantes ainsi que d’une interprétation idéalisée des éléments de base de l’architecture. Ses théories appliquées sur ces dernières suggèrent de trouver des principes universels applicables depuis la construction d’une maison jusqu’à l’organi­sa­tion de l’ensemble du territoire. Plus ces principes se révèlent abstraits et intemporels, plus il semble selon lui possible de les reconfigurer pour créer de belles villes variées. Néanmoins, derrière une apparence universelle, son travail met avant tout en valeur le développement urbain nord-américain moderne. L’ouvrage A pattern language : towns, buildings, construction auquel Alexander a également participé représente aussi une inspiration majeure de SimCity. Il y est décrit pas moins de 253 modèles de compor­tement humain interdépendants considérés par les auteurs comme universels, avec des solutions allant de la construction des bâtiments jusqu’à l’aména­gement des rues.

6La seconde inspiration majeure de la société Maxis fut le travail original de Jay Wright Forrester, pionnier de l’informatique et théoricien des systèmes, analysant notamment comment les systèmes complexes changent dans le temps. Forrester était professeur de gestion au Massachusetts Institute of Technology et étranger au domaine de la planification urbaine. Il a jeté les bases de la simulation informatique moderne dans son ouvrage Urban dynamics publié en 1969, dans lequel il a tenté de réfuter les conceptions populaires de l’époque sur les raisons de la détérioration des villes. Au lieu de simples intuitions sur la politique urbaine traitant des symptômes plutôt que des causes du délabrement urbain, son ouvrage préconisait une évalua­tion à plusieurs variables des conditions existantes et de leur fluctuation en fonction de l’évolution de l’établissement de nouvelles entreprises, des foyers à revenus modestes ou encore de la formation professionnelle. Sa proposition originale n’avait pas abouti en raison de la multiplication des hypothèses, rendant difficile une modélisation aboutie des différents com­por­te­ments avec les capacités de calcul des ordinateurs rudimentaires de l’époque. Forrester appliqua par ailleurs son modèle statistique à la ville dans son ensemble plutôt que de traiter des problèmes plus localisés. Le modèle appliqué au maintien de l’ordre prend par exemple en compte le rapport entre le nombre de policiers employés dans l’ensemble de la ville et le nombre total de crimes au lieu de se concentrer sur les différences de couverture policière et tendances de la criminalité entre certains quartiers. Forrester rédigea également World Dynamics dans l’ambition de proposer une modélisation de la planète entière. Quelle que soit son échelle de travail, les théories de Forrester reflètent des croyances similaires. Selon ses travaux, il nous est possible de mieux comprendre les systèmes en évolution en étudiant toute variable pertinente du point de vue du principe de libre marché, en déterminant comment l’évolution entre offre et demande peut produire différents résultats ; ce principe est devenu la base de la gestion de SimCity. Son ouvrage contribua grandement aux premiers travaux sur la finitude des ressources naturelles en conflit avec une croissance économique et démographique exponentielle, avec notamment The limits to growth publié en 1972, aussi connu sous le nom Rapport Meadows, reposant sur une dynamique des systèmes modélisée par informatique.

7Ces deux inspirations que sont Alexander et Forrester reflètent un problème majeur de la simulation urbaine SimCity : la planification urbaine basée sur des ressources infinies et un espace abondant. Inspirée du développement nord-américain, elle se base sur une première consommation des ressources et terres non aménagées par le laissez-faire dans une volonté de croissance économique et urbaine illimitée.

Simulations informatiques et instruction à l’urbanisme

8L’utilisation de SimCity dans un éveil à l’urbanisme comporte plusieurs avantages et inconvénients (Lauwaert, 2007). L’usage quotidien d’un ordina­teur permet aux étudiants une initiation aux systèmes complexes, au déve­lop­pement de la créativité dans la planification et l’anticipation ainsi qu’une amélioration des compétences en résolution de problèmes. Aussi, le dévelop­pe­ment d’une compréhension globale de l’interaction des différents compo­sants d’une ville aide à cultiver une compréhension des effets à court et long terme de différentes décisions urbaines (Minnery et al., 2014). SimCity permet également un renforcement général d’un raisonnement critique et adaptatif pour une résolution plus ciblée des problèmes.

9L’aspect négatif de SimCity le plus couramment évoqué est celui du pouvoir irréaliste du maire incarné par le joueur, ne reflétant pas les structures insti­tu­tionnelles et politiques. Le jeu n’aborde pas les éléments complexes et intrinsèques d’une société ouverte et de certains de ses problèmes contempo­rains tels que la participation des citoyens, le droit de vote, le financement ou encore la corruption (Lobo, 2005). Les créateurs de SimCity n’ont jamais prétendu avoir conçu une simulation réaliste mais plutôt un jeu de construc­tion ; son usage peut toutefois induire en erreur ses utilisateurs dans leur compréhension d’un véritable environnement urbain. Une simplification, condensation et hiérarchisation de la réalité de la ville est souvent nécessaire dans son enseignement ; les différents aspects urbains sont divisés en cours sur la législation, l’histoire, la sociologie ou encore les transports, mais la simplification de SimCity souvent qualifiée d’exagérée, voire outrancière, peut amener à un « fantasme technophile et empiriste selon lequel les dyna­miques complexes du développement urbain peuvent être abstraites, quanti­fiées, simulées et gérées » (Friedman, 1999). Elles peuvent masquer la comple­­xité des villes et leur planification dans le long terme aux étudiants en urbanisme, empêchant une bonne appréhension des interactions et politiques entre les systèmes qui les constituent.

Un jeu obsolète pour un urbanisme obsolète ?

10Au-delà de l’approche descendante top-down et de la grande simplification voire de l’omission de nombreux éléments urbains, les contraintes budgé­taires des city-builders sont bien moins présentes et complexes que dans la réalité. Couplé à une grande facilité de détruire, changer et redévelopper l’utilisation du sol à volonté peut amener à certains fantasmes de la cité idéale, de la ville nouvelle voire de la ville fantôme, où l’intégralité de l’environnement bâti est achevée et parfois même vendue avant même la venue du premier habitant. Cette utilisation du sol malléable vient pourtant se juxtaposer à une vision très caricaturale de la planification urbaine de SimCity qu’est le zonage discriminé en seulement trois catégories : les zones industrielles, commerciales et résidentielles. Chacune propose respective­ment plusieurs niveaux de densité et de valeur ajoutée. Les espaces de loisirs et équipements sportifs sont discriminés dans une catégorie à part. Cette notion de planification et de construction des villes remonte à la Charte d’Athènes éditée en 1933 sous l’égide de Le Corbusier qui a par la suite défini une part conséquente de l’urbanisme des années 1950 à 1980. Depuis lors, un grand nombre d’urbanistes essaient de proposer des alternatives avec notamment plus de mixité d’usage, en diversifiant l’activité dans les espaces commerciaux et industriels ou en évitant les villes dortoirs. Ces raisonne­ments plus contemporains sont encore pourtant embryonnaires dans les jeux de simulation urbaine même les plus récents. Aussi, les sources de pollution majeures telles que les centrales de production d’électricité peuvent aisément être installées sur les recoins du terrain virtuel donné, sans prendre en compte un quelconque impact sur les territoires avoisinants malgré des possibilités de commerce avec ces derniers. Le terrain vierge mis à disposi­tion du joueur est par ailleurs supposé être intégralement exploité. Construire une ville de taille conséquente ex nihilo revient une nouvelle fois à l’idée de ville nouvelle ou de cité idéale. En réalité, la plupart des grandes mégalo­poles internationales sont des territoires palimpsestes (Corboz, 1983) racon­tant les constructions et destructions successives dont toutes les couches historiques ont imprimé une identité propre aux villes que l’on connaît aujourd’hui.

11L’omniprésence du réseau routier est un autre témoignage d’une certaine obsolescence de pensée urbanistique (Dupuy, 2006). La route prédomine dans les city-builders et se montre même absolument indispensable : aucune construction résidentielle, commerciale ou industrielle ne peut voir le jour sans un accès direct par automobile. Il existe une hiérarchie des routes depuis la simple voie jusqu’à l’autoroute en passant par différents boule­vards et avenues arborées, mais la discrimination entre routes passantes et rues en tant qu’espace public n’existe pas. L’espace public n’est alors que circulation automobile. Les city-builders sont encore à l’opposé des efforts accomplis dans de nombreux pays pour sortir de ce tout automobile qui a défini l’urbanisme pendant plus d’un demi-siècle, en privilégiant notamment des espaces piétonniers, les transports en commun ou la pratique de la bicyclette, en corrélation d’un découragement physique ou financier de l’usage de la voiture. De plus, la construction du réseau routier dans les city-builders s’est longtemps uniquement faite selon un plan en damier sur un modèle nord-américain, ne laissant aucune chance au développement d’une autre forme urbaine.

12La simplification des premiers city-builders pouvait s’expliquer par de grandes limitations techniques, avec des ordinateurs et moniteurs aux capacités respectives de calcul et d’affichage réduites, apportant tout de même déjà un côté suffisamment convaincant pour être jugé problématique (Friedman, 1999). La création de simulations urbaines demandant des compétences poin­tues en programmation, les développeurs de tels logiciels ne sont ni urbanistes ni géographes. Le recours aux conseils de profession­nels de la planification urbaine est néanmoins devenu récurrent, mais l’un des princi­paux atouts des derniers city-builders vient de leurs communautés respec­tives, grâce à la démocratisation d’Internet dans un premier temps et la multiplication des mods dans un second. Les mods sont des greffons, offi­ciels ou non, qui viennent s’ajouter au jeu original, le transformant parfois en profondeur (Yiannoutsou, 2014). Cities Skylines publié en 2015 par l’éditeur Paradox Interactive est rapidement devenu le city-builder le plus populaire en proposant une jouabilité complète et intuitive. Cities Skylines n’est pas exempt de défauts pour autant, sa vision du développement urbain tombe dans la plupart des mêmes écueils, mais de nombreuses extensions et mods permettent au logiciel de sensiblement s’améliorer au cours du temps. Si certains mods sont purement cosmétiques, d’autres sont issus de conseils de professionnels du développement urbain. Ces derniers permettent de sensi­ble­ment changer le contenu en introduisant entre autres des zones piétonnes, la création de centres historiques denses et apaisés sans circula­tion auto­mobile, des restrictions aux poids lourds ou encore une considéra­tion des bicyclettes. Cela ne représente qu’un petit pas vers une véritable prise de conscience des enjeux urbains contemporains, mais il sera tout de même intéressant d’étudier l’impact que ces initiatives pourront avoir sur les futures générations d’urbanistes dont la plupart créeront à leur tour un intérêt pour le développement urbain au travers de ces jeux vidéo.

Des approches plus contemporaines

13D’autres jeux vidéo tentent de prendre le contre-pied des simulations de construction de villes ex nihilo. Citons The Architect : Paris qui propose de réaménager la capitale française avec parcimonie à partir de l’état actuel de la ville et de ses contraintes contemporaines. Nova Alea propose d’aborder différents problèmes d’actualité tels que la gentrification. Derrière l’interface minimaliste se dévoile un message engagé mettant en scène « une ville qui pour ses habitants était un mélange d’abris, de liens, de souvenirs, de désirs, mais qui pour ses maîtres était une matrice d’abstractions financières », se mettant alors en résonance des problèmes que peut poser le regain d’attrac­tivité de certains quartiers populaires. Block’hood est une simulation de conception de quartier qui demande quant à elle au joueur de considérer des facteurs économiques, sociaux et écologiques (Sanchez, 2015). En créant un environnement où le joueur doit trouver un subtil équilibre entre les diffé­rents composants d’un bâtiment, la partie peut aboutir au délabrement et à l’abandon en cas de mauvaise conception. Block’hood cherche ainsi à éduquer son public sur la complexité et la délicatesse de la construction d’un quartier.

14Le programme Block by Block est un autre exemple du potentiel de la rencontre de l’urbanisme et du jeu vidéo. En souhaitant réaménager des espaces publics dans des pays en voie de développement, le programme des Nations unies pour les établissements humains ONU-Habitat a rassemblé des idées et points de vue des habitants. Ils ont pour cela donné accès au jeu Minecraft publié en 2011 aux membres de différentes communautés, leur offrant ainsi un réel potentiel de contribution dans la conception de lieux qu’ils allaient alors naturellement s’approprier (McDaniel, 2018). Minecraft est un jeu composé de blocs représentant différents matériaux avec lesquels il est possible de créer une infinité de structures ; le joueur peut modifier son environnement à volonté en ajoutant ou supprimant ces blocs, bâtissant des constructions avec une liberté totale (Duncan, 2011). En utilisant Minecraft, les participants de l’expérience Block by Block d’ONU-Habitat ont modéli­sé les espaces et structures qu’ils souhaitaient voir dans leurs collectivités respec­tives. Les différentes équipes d’architectes les ont ensuite considérés dans une approche professionnelle. Ce programme florissant a abouti dans le monde entier, du Mexique à l’Indonésie en passant par le Kosovo et le Liban. Cette initiative, bien que basée sur un jeu vidéo n’étant pas un city-builder, permet de répondre à un autre problème que posent ces derniers : la métropolisation, organisation territoriale renforçant la puissance des métro­poles, souvent au détriment des villes de taille plus modeste avec une diminution de l’allocation de leurs ressources. Cela permet aussi un déve­loppe­ment concerté et informel, efficace même dans des tissus urbains comme les favelas ou bidonvilles, souvent victimes de déconsidération totale de la part des autorités urbaines. La qualité de la concertation citoyenne quant aux grands projets d’aménagement urbain s’en trouve grandement améliorée (Douay, 2018).

Génération procédurale

15Cette utilisation spécifique en concertation du jeu vidéo Minecraft à des fins collaboratives est à mettre en opposition avec les procédures automatisées promues par certaines visions de la ville intelligente. Ces dernières peuvent en revanche être mises en parallèle de la conception même de Minecraft : la génération procédurale. Les jeux vidéo à génération procédurale proposent des environnements créés de manière automatisée, permettant une création de niveaux à grande échelle répondant à une somme de règles caractérisées par des algorithmes (Shaker et al., 2016). Ils permettent la création d’univers vastes pour un programme particulièrement léger, ne dépendant que de quelques algorithmes et non d’une somme d’opérations importantes codées manuellement. Minecraft est probablement le jeu à génération procédurale le plus connu et populaire à ce jour, permettant aux joueurs d’évoluer dans un monde cohérent d’une taille conséquente, quasi infinie. Ces jeux permettent de créer des mondes homogènes et immersifs grâce à de simples processus mathématiques, loin du travail artisanal que représente la fabrication ma­nuelle des mondes des autres jeux. Beaucoup sont néanmoins régulière­ment critiqués pour leur répétitivité, proposant des mondes similaires, fades et lassants, loin de la maîtrise de la conception de certains jeux dont chaque détail est pensé pour optimiser l’expérience de jeu et la jouabilité. Ces critiques peuvent résonner avec les craintes soulevées par le concept de ville intelligente susceptibles d’homogénéiser la conception urbaine en estompant voire effaçant toute considération culturelle et sociale.

La ville, terrain de jeu ?

16Un joueur est incité à s’amuser et gagner. La résolution d’un jeu est suppo­sée provoquer du plaisir (Koster, 2005). Même dans les jeux vidéos dits ouverts sans objectifs clairs, les joueurs sont mis au défi par des problèmes émergents et alors déterminés à définir leurs propres objectifs afin de rendre le jeu plus amusant ou plus complexe (Rufat et al., 2012). Un joueur ne peut pas tout faire, son champ d’action est limité par des objectifs et des règles. Le jeu vidéo propose souvent des mondes complexes avec néanmoins des règles relativement simples en comparaison du monde réel, apportant des repères et une sensation d’apaisement à la plupart des joueurs (Tisseron, 2009). Le joueur ne doit pas décider des règles, mais simplement les appli­quer de manière judicieuse afin d’atteindre les objectifs et de gagner la partie (Juul, 2011). Quelles que soient les décisions prises, elles le seront donc toujours sous l’autorité des règles établies. Derrière les conseils promulgués par les manuels des city-builders se cachent souvent des obligations, le succès de la partie étant lié aux différents règles ou algorithmes. La baisse du risque d’incendie et de la criminalité ne dépendra que du nombre et de l’empla­cement de commissariats et de casernes de pompiers, impactant directement la valeur foncière et la densité de population. Les politiques fiscales incitent à des impôts toujours plus bas pour retenir le plus de rési­dents possible, promulguant de manière tacite une certaine vision écono­mique. La neutralité de la simulation et la liberté du joueur ne semblent être alors qu’illusions, les alternatives politiques et urbaines étant circonscrites par les règles. Les possibilités infinies vantées par les différents créateurs de city-builders ne semblent être qu’une multiplication de chemins vers des destinations familières précédemment citées : villes dortoirs, étalement urbain, tout automobile. Ce constat a soulevé des critiques de l’ensemble de l’échiquier politique, certains percevant le jeu comme un ersatz de dictature avec une autorité centralisée, d’autres pointant du doigt les politiques fiscales et la rationalisation encouragées comme une pure conception libérale de la ville.

17Vincent Ocasla est un joueur ayant atteint en 2009 les limites de l’opus SimCity 3000 publié en 1999 (Sterry, 2010). Alors étudiant en architecture, il a réussi à manier le jeu habilement en étudiant son code durant près de trois ans et ainsi atteindre plusieurs objectifs tels qu’une criminalité nulle grâce à de nombreux postes de police, ou encore parvenir à une population de six millions d’habitants, un nombre largement supérieur à celui d’une ville créée par un joueur averti et potentiellement maximal (Eilers, 2014). La plupart de ces accomplissements se sont maintenus à leur niveau optimal durant plusieurs millénaires de simulation. Sa ville dénommée Magnasanti se compose essentiellement d’immeubles résidentiels de densité moyenne, parti­culièrement répétitifs. Il a ignoré la santé ou l’éducation, omettant les casernes de pompiers, les hôpitaux ou encore les écoles, tout en plaçant des librairies qui selon l’algorithme du jeu permettent d’augmenter la capacité de population. Son inspiration majeure fut Koyaanisqatsi, long métrage documen­­taire expérimental sorti en 1982 illustrant différents aspects de la relation entre l’homme, la nature et la technologie. Le film propose notam­ment un enchaînement entre une vue aérienne d’une mégalopole et une photographie des circuits d’un microprocesseur, suggérant que la population urbaine dispose d’autant de liberté d’action que les électrons dans un micropro­cesseur. L’individu peut être considéré libre, mais la société ne l’est pas totalement ou n’est pas programmée pour l’être. Vincent Ocasla a toujours considéré sa ville Magnasanti comme une œuvre d’art ; sentiment manifestement partagé depuis son acquisition par le Musée d’art moderne de New York MoMA, dont les conservateurs analysent l’œuvre en ces termes : « Ocasla souligne une dichotomie brutale : cachés sous l’illusion d’ordre et de grandeur se dissimule une pollution étouffante, un taux de chômage élevé, l’absence de casernes de pompiers, d’écoles ou d’hôpitaux, un style de vie réglementé – tel est le prix que ces habitants paient pour vivre dans la ville à la population la plus élevée. Comme l’attestent les débats autour de l’héritage d’architectes tels que Le Corbusier, il est difficile de séparer les bienveillants des coercitifs lors de la planification d’une communauté idéale, sur papier ou sous forme numérique » (Arida, 2014). L’analyse des diffé­rents algorithmes du jeu pour une croissance maximale permit à Ocasla d’optimiser les distances entre les différentes ressources, le réseau énergé­tique et les infrastructures de transport afin de construire la ville la plus densément peuplée possible. Cette réussite atteinte au prix du contrôle totalitaire et d’une sévère répression sociale n’était que numérique. La qualité de vie des habitants n’était pas le but recherché, seule l’efficacité technocratique l’était. L’idée était de proposer une critique des hypothèses de développement optimal du jeu et du paradoxe d’une certaine impuissance des joueurs, ne pouvant pas aller au-delà du conditionnement des objectifs et règles dictées.

18Les objectifs et règles spécifiques à chaque jeu obligent les joueurs à faire des choix, les induisant à apprendre et accepter le modèle. Ils sont par conséquent parfois considérés comme des exécutants plutôt que des acteurs (Rufat et al., 2012). Comme pour la compréhension d’un modèle complexe, deux méthodologies de jeu se présentent : expérimenter l’ensemble des actions possibles, observer les résultats et collecter des données de manière empirique, ou étudier ce que d’autres joueurs ont réalisé et découvert aupara­vant. Les règles du jeu peuvent amener le joueur à optimiser le modèle, à le maîtriser, mais ni à l’améliorer ou le remettre en question. Ce processus de décision est l’essence même d’un jeu de simulation.

Villes intelligentes, villes procédurales

Expertise technologique, déterminisme numérique

19Ce processus de décision peut être mis en parallèle avec le concept des villes intelligentes, conçu par des experts issus d’une formation technique, utilisant des méthodes basées sur un certain déterminisme technologique. La sensi­bilisa­tion aux sciences sociales dans les cursus d’apprentissage du génie civil est embryonnaire, voire absente, laissant place à des professionnels ne jurant que par différents calculs mathématiques savants (Antić et al., 2003). L’arbitraire et l’informel sont alors souvent perçus comme des éléments parasitaires. Le concept de ville intelligente se trouve parmi les méthodes technologiques les plus populaires chez la plupart des ingénieurs, préférant pleinement s’en remettre à différentes équations et algorithmes.

20En l’espace de seulement quelques années, la ville intelligente est passée du statut de recherche scientifique à celui de réalité omniprésente et ubiquitaire. De nombreux projets parfois pharaoniques voient le jour partout dans le monde, quel que soit le mode de développement urbain en place ou le niveau de vie des habitants (Douay, 2018). Ces futures villes intelligentes incluront une grande quantité de puissance informatique intégrée, promulguant une amélioration des conditions de vie urbaine par un contrôle efficace des ressources physiques et une intégration des données générées par les nou­velles technologies de l’information et de la communication. Ces technolo­gies permettent de représenter visuellement des informations virtuelles générées à partir d’un réseau informatique intégré, à l’instar des interfaces graphiques des city-builders. Ces outils, interfaces et représentations des villes intelligentes et des city-builders adoptent tous deux le principe de rhétorique procédurale.

La rhétorique procédurale

21La rhétorique est un moyen de débattre ou d’exprimer des idées sous diffé­rentes formes. La rhétorique procédurale est l’utilisation de processus et de systèmes dans le but de formuler des arguments ou d’exprimer des idées (Bogost, 2007). Ce terme trouve une pertinence, une efficacité et une compatibilité avec les systèmes complexes que sont les city-builders et les villes intelligentes. Il s’avère en effet nécessaire de pouvoir décrire la façon dont les ordinateurs fonctionnent et ainsi comprendre les processus à l’ori­gine des technologies avec lesquelles nous interagissons. Cette rhéto­rique peut également établir des liens entre la perception des problèmes systé­miques et la manière dont nous les exprimons. La parole et l’écrit sont nos moyens d’expression principaux, mais ils s’avèrent souvent insuffisants pour décrire un système complexe composé de nombreuses sections internes mobiles au sein desquelles un changement peut avoir des répercussions multiples. La rhétorique procédurale permet en outre de créer un lien perti­nent entre le problème, le raisonnement et le média et aussi de développer un nouveau type de support et de services basé sur le concept du jeu. Enfin, sa nature persuasive et impartiale lui permet de lutter efficacement contre des attitudes et comportements humains orientés et biaisés. La combinaison de la rhétorique procédurale et des technologies informatiques peut être un outil pertinent pour intégrer de manière immersive la virtualité dans le monde réel. Une telle immersion plus transparente est cruciale pour apporter des nuances voire de nouvelles définitions à un concept de ville intelligente parfois imposé et opaque.

De nouvelles définitions de la ville intelligente

22De nombreux travaux consacrés aux villes intelligentes ont proposé diffé­rentes définitions et critiques. De grandes polarités dans les différentes interprétations sont apparues, entre acteurs institutionnels et non institution­nels ou encore entre systèmes ouverts et fermés (Picon, 2013 ; Greenfield, 2013 ; Townsend, 2013). Le repérage de ces polarités a permis une première maturation du regard porté sur le phénomène par les sciences sociales. Loin d’exprimer un certain enthousiasme technologique ou au contraire une méfiance voire une condamnation, l’objectif de ces nouvelles recherches sociales est d’examiner de manière critique la situation. Les premiers travaux opposent diamétralement les approches descendantes top-down, inspirés d’une mouvance cybernétique basée sur des systèmes intégrés et perfor­mants, aux approches ascendantes bottom-up aux ambitions plus collabora­tives. De nouveaux travaux distinguent quatre nouvelles tendances de fond : « un urbanisme rationnel grâce aux algorithmes, un urbanisme post-straté­gique soutenu par les nouveaux acteurs de l’économie numérique, un urbanisme citoyen grâce aux ressources communicationnelles offertes par le web et une pratique institutionnelle de l’urbanisme plus collaborative grâce au renouveau des dispositifs sociotechniques de la participation » (Douay, 2018). Ces tendances représentent différentes incarnations du concept de ville intelligente. Elles expriment plus une complémentarité qu’une contradic­tion, traduisant ainsi une certaine diversité des articulations et convergences possibles à différentes échelles. Les acteurs institutionnels, citoyens, privés et techniques sont considérés, illustrant une rencontre plus sophistiquée des effets du numérique sur l’urbain et la pratique de l’amé­nagement. On peut par exemple citer de jeunes entreprises telles que ForCity qui ont pour ambition de vulgariser des notions avancées d’urba­nisme et de politiques urbaines en rendant accessibles au grand public des données dont l’interprétation est parfois difficile.

23Ces quatre tendances de fond peuvent être mises en perspective avec le Cities in motion index (CIMI) créé afin d’examiner 96 facteurs répartis dans 10 domaines de la vie urbaine : capital humain, cohésion sociale, économie, gouvernance, environnement, mobilité, planification urbaine, rayonnement international et technologie (Berrone et al., 2019). Cette analyse comparative étudie 174 villes de 80 pays et met en exergue de grandes disparités quant à la considération des différents acteurs institutionnels et des citoyens. Les grandes villes telles que Londres, Paris, New York ou Tokyo se partagent les premières positions, mais d’autres, plus modestes comme Amsterdam, Vienne ou encore Reykjavik prouvent que la taille n’est pas un prérequis nécessaire pour une ville intelligente pertinente dans les dix domaines jugés. Le rapport exprime également la complexité de l’équilibre et la stabilité des processus. Très peu de villes montrent de bons résultats dans toutes les catégories ; la majorité d’entre elles ne parviennent pas à concilier les différents impératifs, à l’instar des villes américaines performantes dans l’aspect technologique, mais médiocres dans leurs considérations environne­men­tales. Citons égale­ment les villes asiatiques qui pour la plupart montrent des performances économiques intéressantes au détriment de la cohésion sociale. Singapour, Hong Kong ou encore le projet de Songdo en Corée du Sud semblent en effet à même d’améliorer sensiblement leur puissance économique, au prix d’une répartition économique inégale et injuste. Sou­vent issus de stratégies d’entreprises comme Toshiba, IBM, Hitachi ou Cisco (Languillon et al., 2016), ces projets peuvent déboucher sur un certain nombre de tensions et conflits évidents dans différentes strates de ces sociétés respectives. Il leur sera essentiel de comprendre les relations et interactions entre les différentes dimensions urbaines ainsi que d’identifier les meilleurs compromis dans l’objectif de résoudre ces problèmes de manière créative et unique.

24Dans un contexte marqué par une tendance à la privatisation des services, l’individualisme et une ubérisation de nombreuses professions, les infra­struc­tures se transforment souvent en plateformes, rendant la redéfini­tion de l’urbaniste et des instances publiques nécessaire. Cette problématique est abordée au travers de trois aspects majeurs : les processus, les acteurs et les méthodes. À l’heure du numérique victorieux et ubiquitaire, une sauve­garde des idéaux de planification urbaine à la fois rationnels et démocra­tiques semble plus que jamais cruciale. Intéressons-nous à l’une des hypo­thèses avancées, celle de l’urbanisme rationnel grâce aux algorithmes.

Transparence des algorithmes urbains

25Un algorithme a plusieurs définitions. Il peut être décrit comme un ensemble de règles définissant avec précision une séquence d’opérations d’un pro­gramme, informatique ou non. Un programme est généralement considéré comme un algorithme s’il finit par s’arrêter (Stone, 1971). La plupart des études sur la prise de décision algorithmique, qu’elles soient enthousiastes ou méfiantes, s’appliquent à des systèmes complexes, mais statiques ; la prise de décision automatisée est pourtant un processus dynamique. Les algo­­rithmes ont pour tâche d’estimer la qualité de problèmes complexes utilisant des proxys, composants logiciels informatiques jouant le rôle d’intermédiaire entre deux hôtes pour surveiller ou faciliter leurs échanges (Bambauer, 2018). Ils tentent alors de modifier leurs comportements afin de convenir au système ou de protester contre lui. Ces changements de comporte­ment peuvent parfois induire des corrections automatiques dans l’algorithme, créant ainsi différents mouvements importants pour l’efficacité et l’équité d’un processus de décision. Ces mouvements peuvent être structu­rés de manière ouverte, publique, équitable ou de manière plus opaque, à des fins privées et orientées. Les poids et contrepoids font partie intégrante de tout système décisionnel, algorithmique ou non. Les systèmes décisionnels algorithmiques promeuvent une certaine autonomie et équité, mais peuvent en revanche manquer de précision, se dévoilant alors insensibles aux cas particuliers et aux dommages collatéraux de certaines décisions. Ces opaci­tés et insensibilités ne posent pas de problèmes majeurs lorsqu’il s’agit de divertir un joueur. Toutefois, la société contemporaine témoigne de nom­breux domaines tendant à une gamification, à savoir un appui sur les méca­nismes d’un jeu pour créer des systèmes complexes dans la réalité comme le marché de l’emploi, les réseaux sociaux ou encore de nouveaux systèmes de crédits sociaux. Dans un tel contexte, il convient de rendre les hiérarchies de valeurs plus transparentes afin de pouvoir les contester lorsque le compromis ne correspond pas aux attentes démocratiques ou au bon sens et pour que le droit puisse évoluer de manière plus cohérente en interne.

26L’opacité et le parti pris des systèmes algorithmiques représentent donc l’une des principales inquiétudes quant aux prises de décisions urbaines. De nouvelles questions sur l’éthique algorithmique émergent (Leszczynski, 2016 ; Coglianese et al., 2018). Les valeurs intégrées à l’intelligence artifi­cielle et à l’analyse de données volumineuses remplaçant de plus en plus la prise de décision humaine, beaucoup craignent en effet qu’une société algorithmique soit trop opaque pour pouvoir rendre compte publiquement de son comportement (Rouvroy et al., 2013). Une personne peut se voir refuser un crédit bancaire, être congédiée ou refusée à l’embauche pour des raisons qu’elle ne connaîtra jamais. L’opacité de la prise de décision algorithmique est particulièrement problématique dans le secteur public et les décisions urbaines et politiques. De telles décisions peuvent en effet être lourdes de conséquences lorsque prises sans connaissances ni compréhension suffi­santes de la part des institutions publiques. Cette dangereuse impénétrabilité des processus algorithmiques a récemment été mise en évidence dans le domaine de la justice pénale, où les prédictions se sont avérées parfois injustes voire erronées. Une transparence algorithmique est nécessaire pour com­prendre les processus. Pour ce faire, le déploiement public des algo­rithmes des prédictions ne peut se faire que si : les instances politiques génèrent des données appropriées sur leurs objectifs en matière de processus algorithmiques ; les entrepreneurs révèlent à l’organisme public suffisam­ment d’informations sur la manière dont ils ont développé l’algorithme ; les organismes publics et les tribunaux considèrent les réclamations relatives au secret commercial comme l’exception limitée à la divulgation publique imposée par la loi (Brauneis et al., 2018).

Conclusion

27L’influence de l’architecture sur l’établissement de l’espace public, sa politique, sa nature et son contrôle est souvent considérée comme faiblis­sante dans la société contemporaine. La primauté de l’urbanisation et de ses promoteurs a conduit à un certain abandon des idéaux de la ville, considéré comme la principale cause de cette érosion de la signification de l’archi­tecture (Aureli, 2011). La ville urbs n’est que l’environnement physique de l’urbain, la cité polis quant à elle définit dans un sens plus large les aspects sociaux et politiques, les relations sociales qui sont à la base de l’apparition de cette matérialité. La ville et la cité se superposent sans pour autant partager le même périmètre (Prato, 2015). Les city-builders ne proposent la création que de l’environnement bâti, une ville sans relations sociales ou politiques spécifiques. La politique de l’ensemble urbain ne répond qu’aux injonctions du joueur et de son approche descendante omnipo­tente. L’urbs fait alors fi du polis. Seuls l’architecture et le dévelop­pe­ment urbain comp­tent, on ne s’intéresse pas aux individus (Rancoeur, 2013). Le but du jeu est de construire une ville selon les poncifs de la grande ville, en faisant surgir gratte-ciel, autoroutes et monuments.

28Les limitations techniques des ordinateurs lors de la publication des premiers city-builders ne permettaient pas une représentation individuelle des citoyens. Les citoyens appelés Sims dans la série SimCity n’étaient représentés au début que sous forme de tableaux des données. Désormais représentés individuellement dans le dernier SimCity ou Cities Skylines publiés respec­tive­ment en 2013 et 2015, les habitants sont néanmoins dénués de toute personnalité. Ils possèdent une maison, occupent un travail et prennent un chemin défini pour s’y rendre, mais les possibilités d’interaction demeu­rent très réduites. Ils ont des noms générés aléatoirement, leur comportement et leur situation ne sont résumés qu’à quelques statistiques succinctes. L’individu n’existe pas, il n’est qu’une simple incrémentation à un en­semble. Les derniers opus des city-builders vantent des actions possi­bles sur chaque individu, mais elles ne suivent qu’une logique précise afin de répondre aux règles et objectifs préalablement définis par le jeu : habiter, se déplacer, travailler, procréer. Les Sims demeurent de simples ensembles de données, sans relations sociales ou liens familiaux particuliers. Leur rôle est de produire des données alors transmises et centralisées sur l’interface du joueur. Les city-builders suggèrent par ailleurs une redéfinition permanente des villes simulées, entraînant des destructions ou remodelages urbains sans sentimentalité ou lien affectif avec un quelconque individu.

29La situation de ces citoyens virtuels est à mettre en perspective avec les nouvelles expérimentations de système de crédit social en Chine (Raphaël et al., 2019). Le gouvernement chinois expérimente en effet un système visant à instaurer un système national de réputation de ses administrés. Chaque citoyen se voit attribuer une note appelée crédit social, élaborée à partir des données dont disposent les autorités sur leurs statuts économiques et sociaux respectifs. Le système repose à la fois sur des outils de surveillance de masse comme des centaines de millions de caméras de sécurité, mais aussi sur les technologies liées aux villes intelligentes, avec des analyses de données informatiques pointues. La Chine continentale et Hong Kong connaissent également un développement des villes intelligentes très rapide, phénomène récent qui s’inscrit d’abord selon les autorités dans un contexte de transition énergétique et écologique, mais aussi de financiarisation de la ville et de ses services (Douay et al., 2016). Au travers d’un fort encadrement des pouvoirs locaux et centraux, les politiques des villes intelligentes chinoises rendent compte de la production urbaine. Ces données montrent comment le numé­rique devient également un référentiel important des politiques territoriales.

30Ce développement en parallèle des villes intelligentes et du système de crédit social fait apparaître des relations très claires avec les city-builders quant à leur mode de fonctionnement politique, économique, urbain et la place réduite réservée aux citoyens dans un avenir très proche. Il existe des liens profonds entre city-builders et villes intelligentes, considérés comme des ensembles d’événements optimisables pour les citoyens devenant eux-mêmes des smart citizens rationalisables. Il réside non seulement dans « la tentation de ramener les problèmes auxquels on se trouve confronté à une question de pilotage » mais aussi au fantasme de pouvoir résumer des systè­mes extrêmement complexes que sont les villes à de simples algo­rithmes (Picon, 2013). Le tissu urbain promulgué par le développement des villes intelligentes peut s’avérer dangereusement homogène et stéréotypé, occasion­nant des villes similaires à travers le globe, ne tenant pas compte de notions locales d’architecture, d’urbanisme, de culture ou de bon sens. La repré­sen­tation du citoyen et la concertation démocratique dans les villes intelligentes et les city-builders deviendront également des questions cen­trales.

Haut de page

Bibliographie

ADAMS Paul C., 1998, « Teaching and learning with SimCity 2000 », Journal of geography, vol. 97, n° 2, p. 47-55.

ALEXANDER Christopher, 1964, A city is not a tree, Architectural Forum 122, n° 2, p. 58‑62.

ALEXANDER Christopher, 1977, A pattern language: towns, buildings, construction, Oxford university press.

AMATO Étienne Armand, 2014, « Le jeu vidéo, premier média cybernétique de masse », Hermes, La Revue, n° 3, p. 163-165.

ANTIC Miljenko, HALADIN Stjepan, 2003, « The importance of social sciences in the education of civil engineers », 6th international conference organization, technology and management in construction proceedings, Zagreb 2003, p. 90-93.

ARIDA Ayssar, 2014, « Magnasanti (Vincent Ocasla) », in Paola Antonelli, Jamer Hunt (eds.), Design and violence, New York, New York, The Museum of Modern Art, p. 74-77.

AURELI Pier Vittorio, 2011, The possibility of an absolute architecture, MIT press.

BAMBAUER Jane, ZARSKY Tal, 2018, « The algorithm game », Notre Dame L. Rev., vol. 94, n° 1.

BERRONE Pascual, RICARD Joan Enric, DUCH Ana, CARRASCO Carlos, 2019, « IESE Cities in motion index 2019 », IESE, ST-509-E, 9

BOGOST Ian, 2007, Persuasive Games: The Expressive Power of Videogames (Vol.5), Cambridge, MIT Press, 450 p.

BRAUNEIS Robert, GOODMAN Ellen P., 2018, « Algorithmic transparency for the smart city », Yale JL & Tech., n° 20, p. 103.

COGLIANESE Cary, LEHR David, 2018, « Transparency and algorithmic governance », Administrative Law Review, Forthcoming 2018, p. 18-38.

CORBOZ André, 1983, « Le territoire comme palimpseste », Diogène, n° 121, p. 14.

DEMARIA Russel, 1999, Sim City 3000: prima’s official strategy guide, Prima Pub.

DOUAY Nicolas, HENRIOT Carine, 2016, « La Chine à l’heure des villes intelligentes », L’Information géographique, vol. 80, n° 3, p. 89-102.

DOUAY Nicolas, 2018, L’urbanisme à l’heure du numérique (Vol. 6), ISTE éditions.

DUNCAN Sean C., 2011, « Minecraft, beyond construction and survival », Well Played: a journal on video games, value and meaning, vol. 1, n° 1, p. 1-22.

DUPUY Gabriel, 1972, « Les jeux urbains », L’actualité économique, vol. 48, n° 1, p. 85-110.

DUPUY Gabriel, 2006, La dépendance à l’égard de l’automobile, La documentation française, p. 93.

EILERS Frederika A., 2014, « SimCity and the creative class: place, urban planning and the pursuit of happiness », Transactions of the Digital Games Research Association, vol. 1, n° 3.

FORRESTER Jay Wright, 1970, « Urban dynamics », IMR; Industrial Management Review (pre-1986), vol. 11, n° 3, p. 67.

FRIEDMAN Ted, 1999, « The semiotics of SimCity », First Monday, vol. 4, n° 4.

GREENFIELD Adam, 2013, Against the smart city (The city is here for you to use), New York, Do projects.

HAAHTELA Pyry, 2015, « Gamification of education: cities skylines as an educational tool for real estate and land use planning studies », Game in Urban Planning, Aalto School of Engineering, Espoo, Finlande, Department of Real Estate, Planning and Geoinformatics.

JUUL Jesper, 2011, Half-real: Video games between real rules and fictional worlds, MIT press.

KAMNITZER Peter, 1972, « Computers and urban problems », in Harold Sackman, Harold Borko, Computers and the Problems of Society, AFIPS Press, p. 263-338.

KOSTER Raph, 2005, Theory of Fun for Game Designers, Scottsdale, Arizona, Paraglyph Press.

LANGUILLON-AUSSEL Raphaël, LEPRÊTRE Nicolas, GRANIER Benoit, 2016, « La stratégie de la “smart city” au Japon : expérimentations nationales et circulations globales », EchoGéo, n° 36.

LAUWAERT Maaike, 2007, « Challenge everything? Construction play in Will Wright’s SIMCITY », Games and Culture, vol. 2, n° 3, p. 194-212.

LEPRETRE Nicolas, 2018, « Un “modèle national” de ville intelligente ? Le rôle de l’État dans la mise en œuvre de réseaux électriques intelligents au Japon », Flux, n° 4, p. 9-21.

LESZCZYNSKI Agnieszka, 2016, « Speculative futures: cities, data, and governance beyond smart urbanism », Environment and Planning A: Economy and Space, vol. 48, n° 9, p. 1691-1708.

LOBO Daniel G., 2005, A city is not a toy: how SimCity plays with urbanism, London School of Economics and Political Science, Cities Programme, Architecture and Engineering, Creative Commons, London School of Economics and Political Science, Discussion Paper Series.

MCDANIEL Timothy, 2018, « Block by block: the use of the video game Minecraft as a tool to increase public participation », Texas State University, Applied Research Projects, Texas State University, 66 p.

MEADOWS Donella H., RANDERS Jørgen et al., 1972, The limits to growth: a report for the Club of Rome’s project on the predicament of mankind, New York, New American Library.

MINNERY John, SEARLE Glen, 2014, « Toying with the city? Using the computer game SimCity 4 in planning education », Planning Practice and Research, vol. 29, n° 1, p. 41-55.

PICON Antoine, 2013, Smart cities : théorie et critique d’un idéal auto-réalisateur, B2, 120 p.

PRATO Giuliana, RAUTENBERG Michel, 2015, « Polis, urbs et civitas », Diogene, n° 3, p. 12-27.

RANCOEUR Pierrick, 2013, Urbanisme et jeux vidéo : analyse et déconstruction des city builders, Mémoire de master 1, Institut d’Urbanisme de Paris.

RAPHAËL René, XI Ling, « Bons et mauvais Chinois », Le Monde diplomatique, 2019, n° 1, p. 4-5.

ROUVROY Antoinette, BERNS, Thomas, 2013, « Gouvernementalité algorithmique et perspectives d’émancipation », Réseaux, n° 1, p. 163-196.

RUFAT Samuel, TER MINASSIAN Hovig, 2012, « Video games and urban simulation: new tools or new tricks? », Cybergeo: European Journal of Geography.

SANCHEZ Jose, 2015, « Block’hood – developing an architectural simulation video game », Proceedings of the 33rd eCAADe Conference, vol. 1, p. 16-18.

SHAKER Noor, TOGELIUS Julian, NELSON Mark J., 2016, Procedural content generation in games, Switzerland, Springer International Publishing.

STERRY Mike, 2010, « The totalitarian buddhist who beat SimCity », Vice. <https://www.vice.com/en_us/article/4w4kg3/the-totalitarian-buddhist-who-beat-sim-city> (11 novembre 2019)

STONE Harold S., 1971, Introduction to computer organization and data structures, McGraw-Hill, Inc.

TISSERON Serge, 2009, Qui a peur des jeux vidéo ?, Albin Michel.

TOWNSEND Anthony M., 2013, Smart cities: big data, civic hackers, and the quest for a new utopia, WW Norton & Company.

YIANNOUTSOU Nikoleta, KYNIGOS Chronis, DASKOLIA Maria, 2014, « Constructionist designs in game modding: the case of learning about sustainability », Proceedings of constructionism 2014: constructionism and creativity, Vienne, Autriche, p. 19-23.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Léo Martial, « Une ville n’est pas un jeu  », Géographie et cultures, 109 | 2019, 55-72.

Référence électronique

Léo Martial, « Une ville n’est pas un jeu  », Géographie et cultures [En ligne], 109 | 2019, mis en ligne le 06 juillet 2020, consulté le 25 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/gc/9986 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gc.9986

Haut de page

Auteur

Léo Martial

École supérieure d’innovation urbaine, Université nationale de Yokohama, Japon
martial-leo-ud@ynu.jp

Haut de page
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search