Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7Genre et évaluation

Genre et évaluation

Introduction
Nathalie Sayac et Didier Chavrier

Texte intégral

1Au sein d’une société baignée dans une forme d’hybris évaluatif, dans une invasive obsession quantophréniste, les évaluations ont envahi l’ensemble du système scolaire. Si l’évaluation peut être, de prime abord, appréhendée comme une activité spontanée, omniprésente, « l’une des principales et des plus primitives opérations de l’esprit humain » (Hadji, 2012), elle n’en demeure pas moins un « acte par lequel, à propos d’un évènement, d’un individu ou d’un objet, on émet un jugement en se référant à un (ou à plusieurs) critère(s) » (Noizet & Caverni, 1978). Émettre un jugement demeure une tâche délicate impliquant une série de choix plus ou moins conscients et justifiés. Le jugement professoral conduit alors à plonger dans l’épaisseur et l’opacité des inconscients (Ardoino & Berger, 1986). Les critères explicités ne comptent bien souvent que pour une faible part dans l’appréciation, tandis que les critères « externes », le plus souvent implicites et mêmes parfois refusés par l’institution, détiennent un poids encore plus important (Bourdieu & Saint-Martin, 1975).

2C’est dans ces espaces de subjectivité, consciente ou inconsciente, que peuvent se nicher des stéréotypes de sexe susceptibles de générer des pratiques évaluatives genrées, et donc inégalitaires entre les élèves selon leur sexe. En effet, comme Duru-Bellat (1990) et Mosconi (1994) l’ont montré dans leurs travaux, les attentes professorales se transposent naturellement au sein des processus évaluatifs, et celles-ci demeurent très souvent différenciées selon le sexe de l’élève et les disciplines enseignées. En effet, « pour qu’un comportement soit évalué, il faut d’abord qu’il soit « lu » par les maîtres, et cette lecture engage inévitablement toute « une théorie » implicite de la personnalité, lourde de stéréotypes, notamment pour les comportements des élèves selon qu’ils sont garçons ou filles » (Duru-Bellat, 1990). L’évaluation renforce ainsi un curriculum caché (Forquin, 1995 ; Isambert-Jamati, 1990 ; Perrenoud, 1993 ; Mosconi, 1994) pétri de stéréotypes de sexe.

3Le rôle de l’évaluation se révèle être sous-considéré quant à son implication dans la construction des rapports sociaux de sexe et des inégalités scolaires. C’est donc au prisme du genre que nous proposons d’explorer, dans ce numéro spécial de la revue GEF, les inégalités scolaires liées à l’évaluation suivant qu’elles relèvent de jugements (axe 1), de représentations des élèves (axe 2) ou, plus globalement, de méthodes d’évaluation du système scolaire au niveau national ou international (axe 3).

4La première partie, consacrée aux jugements menés au sein des évaluations, s’ouvre par une première contribution apportée par Marie Peuzin, Jean-Pierre Chevrot et Aurélie Nardy qui s’intéressent ici aux feedbacks différenciés entre filles et garçons à l’école maternelle de la part du corps professoral. Des différences sexuées sont ainsi observées aussi bien lors des phases de gestion de classe que lors des différentes activités pédagogiques dont les enseignements d’éducation physique et sportive. Cette étude permet de mettre en évidence la construction de feedbacks différenciés entre les filles et les garçons suivant l’enseignement réalisé.

5Mathilde Mathieu-Benmerah prolonge les réflexions portées dans cette première partie en déployant une contribution qui s’inscrit dans un cadre socio-didactique. L’objectif de son étude qui se pose sur l’école primaire est de réaliser une étude comparative des gestes professionnels évaluatifs en EPS et en mathématiques afin de considérer dans quelle mesure les pratiques évaluatives enseignantes sont reproductrices ou non des stéréotypes de genre, selon les disciplines.

6Arianna Giorgi et Sara Sanchez-Beato proposent une revue de littérature portant sur les évaluations des enseignements par la communauté étudiante (EEE). Elles mettent en avant que, malgré les enjeux forts de l’enseignement supérieur en termes d’emplois, de promotions, ou de salaires, etc.), notamment dans des pays comme la Belgique, certaines variables telles que le genre des enseignant·es, des étudiant·es, le domaine disciplinaire ou encore le niveau d’études induisent des biais dans les évaluations des enseignements par les étudiant·es.

7La deuxième partie de ce numéro porte une attention particulière aux représentations des élèves sur l’évaluation. Manon Réguier-Petit et Marianne Montfort abordent l’auto-évaluation des élèves en informatique. Partant du constat de l’abandon de l’informatique par les filles au lycée, cet article interroge la façon dont l’expérience de l’informatique au lycée, par des lycéennes qui avaient fait le choix de suivre des enseignements dédiés, les conduit à développer une moindre appréciation de leurs compétences et à reformuler leur projet d’orientation. Cet article s’appuie sur une enquête qualitative longitudinale menée dans cinq lycées franciliens, auprès d’élèves suivant l’option Informatique et Création Numérique et/ou l’enseignement Numérique et sciences informatiques, récemment introduite. Les autrices montrent comment ce processus d’autoévaluation négative des filles peut s’expliquer par certaines modalités d’apprentissage valorisées dans ces enseignements.

8Dans le 2ème article de cette partie Sophie Mano-Avril investigue les filières d’apprentissage dans les écoles d’ingénieurs. Elle montre que les étudiant·es de ces promotions semblent plus vulnérables à la menace du stéréotype et expriment des rapports différenciés aux évaluations académiques et professionnelles avec un sentiment de dépréciation et de sexisme omniprésent. Dans son étude, cette autrice met en avant les avantages, parfois biaisés, d’un « effet minorité » et montre comment, plus hétérogènes socialement, ces filières sont des espaces privilégiés d’inclusion et une passerelle pour des cursus alternatifs.

9La troisième partie permet quant à elle d’investiguer la question du genre au niveau des méthodes d’évaluation nationales et internationales. Partant des résultats d’évaluations internationales, notamment du PISA, Yann Mercier-Brunel propose dans un premier article de croiser différents éléments qui influencent l’autorégulation de l’apprentissage par les élèves (comme la nature des buts d’accomplissement et les croyances motivationnelles), et donc la qualité des acquis et de la réussite scolaire, en lien avec les pratiques évaluatives des enseignant·es. Il préconise, en proposant des pistes, de faire discuter pratiques évaluatives des enseignant·es et résultats aux évaluations standardisées afin d’ouvrir des perspectives de réduction des inégalités de genre, notamment en STIM.

10Marie Duru-Bellat clôt cette troisième partie en questionnant le lieu commun de la meilleure réussite des filles à l’école révélées par les évaluations standardisées. Elle montre ainsi que les épreuves standardisées font apparaître, au-delà de l’impact du sexe, de nombreuses modulations selon la nature des exercices, leur contenu, ou encore l’âge et le milieu social des élèves, ainsi que le système scolaire du pays et que ces paramètres disqualifient tout mode d’explication essentialiste des différences entre filles et garçons. Elle considère comme discutable le constat que les filles pâtissent d’orientations systématiquement moins favorables, ou de les juger moins ambitieuses ou conformistes, en montrant que leurs « choix » s’expriment dans un contexte social où femmes et hommes occupent des rôles et des positions professionnelles différentes.

Ce numéro « Genre et évaluation » propose en outre deux articles dans la partie Varia.

11Dans un premier article, Fatia Terfous, Fanny Dubois et Christine Amans-Passaga évaluent un dispositif d’accompagnement pour la réussite des étudiant·es admis·es sous condition en première année de licence STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives). En imbriquant les résultats académiques des étudiant·es et leurs réponses à un questionnaire sur certains piliers de la réussite versus échec universitaire, ces autrices montrent que les différences entre les étudiant·es tiennent surtout à leurs parcours scolaires dans l’enseignement secondaire.

12Dans le second article de cette partie, Camille Lavoipierre revient sur une question défrayant souvent l’actualité, celle de la norme scolaire du vêtement et du contrôle différencié des corps à travers une étude menée dans un lycée général et technologique de banlieue parisienne. Elle montre que les normes vestimentaires se cristallisent en une « forme scolaire » implicite qui consiste à « ne pas se faire remarquer ».

Ce numéro « Genre et évaluation » offre, pour finir, deux entretiens.

13Dans un premier entretien, Loïc Szerdahelyi et Didier Chavrier échangent à propos de l’ouvrage Quelle égalité pour l’école ? afin de penser les notions de mixité, de parité, d’équité et d’égalité, sous conditions ou sans conditions.

14Dans un second entretien, Gilles Combaz et Céline Delcroix reviennent sur l’ouvrage Les paradoxes de la féminisation : analyse comparative de trois postes à responsabilités dans le système éducatif ? qui analyse la position des hommes et des femmes dans trois fonctions du système éducatif français (la direction d’école primaire, l’inspection de l’enseignement primaire, la direction de collège et de lycée) afin de réfléchir aux enjeux concernant l’application du principe d’égalité professionnelle entre les sexes dans ces milieux.

Haut de page

Bibliographie

Ardoino, J. & Berger, G. (1986). L’évaluation comme interprétation. Pour107, 120-127.

Bourdieu, P. & de Saint Martin, M. (1975). Les catégories de l’entendement professoral. Actes de la recherche en sciences sociales, 1-3, 68-93.

Duru-Bellat, M. (1990). L'école des filles. Quelle formation pour quelles rôles sociaux ? Paris : L'Harmattan.

Forquin, J. C. (1995). Les approches sociologiques du curriculum : orientations théoriques et perspectives de recherche. Études de linguistique appliquée, 98, 44-55.

Hadji, C. (2012). Faut-il avoir peur de l'évaluation ? Bruxelles : De Boeck.

Isambert-Jamati, V. (1990) Les savoirs scolaires. Enjeux sociaux des contenus d'enseignement et de leurs réformes. Paris : Éditions universitaires.

Mosconi, N. (1994). Femmes et savoir : la société, l'école et la division sexuelle des savoirs. Paris : L'Harmattan.

Noizet, G. & Caverni, J.P. (1978). Psychologie de l'évaluation scolaire. Paris : PUF.

Perrenoud, P. (1993). Curriculum : le formel, le réel, le caché. In J. Houssaye (dir.), La pédagogie : une encyclopédie pour aujourd’hui (pp. 61-76). Paris : ESF.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Sayac et Didier Chavrier, « Genre et évaluation  »Genre Éducation Formation [En ligne], 7 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/gef/1279 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gef.1279

Haut de page

Auteurs

Nathalie Sayac

INSPE Normandie Rouen-Le Havre

Didier Chavrier

Université d’Orléans

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search