Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42VariaNaissance de Javert

Varia

Naissance de Javert

Guy Rosa
p. 155-167

Résumés

La rédaction des Misérables en deux campagnes d’écriture très éloignées de part et d’autre de l’exil (1845-1848 et 1860-1862) demande la comparaison des deux états du livre ; la réorientation profonde que connaissent, entre la Révolution et le coup d’État, la vie de Hugo, son action, sa pensée et son œuvre, exige cette confrontation ; le fait que tout soit écrit, corrigé, ajouté, sur le même manuscrit la rend aisée. Elle aboutit à des conclusions nettes et dont la portée confirme l’utilité des travaux de génétique. Il s’agit ici de bien moins, mais en appliquant la même méthode comparative. Le manuscrit, complété par une feuille qui en a été retirée, permet en effet de constater que la rédaction initiale du célèbre chapitre « Comment Jean peut devenir Champ » était très différente de celle que nous connaissons – d’ailleurs acquise dès avant l’exil. Javert n’y était en rien un « saint Michel monstrueux », seulement un brave homme de fonctionnaire trop zélé. Dans la genèse de l’œuvre son invention n’est pas première ; sans doute même est-ce la faiblesse de ce chapitre dans sa rédaction initiale qui a orienté Hugo vers le personnage qu’on connaît, incarnation terrible de la destruction de la conscience par la conformité et de la justice par la loi.

Haut de page

Texte intégral

1La rédaction des Misérables, rappelons-le, s’est faite en deux temps : novembre 1845-février 1848 et 1860-1862. La Révolution avait arrêté Hugo au chapitre « Buvard bavard », presque à la fin de la quatrième partie, sans doute toute proche, alors, de celle du roman qui s’intitulait encore Les Misères. La seconde campagne, sur le même manuscrit, achève le récit et les additions augmentent le texte d’un peu plus de 50 %.

  • 1 Paris, Éditions Baudinières, 2 vol. , s. d. [1928].

2Il n’était pas sans intérêt de savoir ce que le Hugo de l’exil avait changé aux Misères pour en faire Les Misérables. Cette comparaison demandait la lecture du texte de 1848 et donc sa publication. Elle n’a rien d’illégitime : Hugo, qui ne savait pas qu’il serait proscrit, ne considérait peut-être pas ce texte comme définitif, mais il est déjà très travaillé, abondamment enrichi d’additions, donné à copier à Juliette et les discussions sont engagées pour sa publication. Gustave Simon et sa collaboratrice Cécile Daubray avaient d’excellentes raisons de publier Les Misères1.

  • 2 Toujours en vente, du moins sur Internet. La première édition est publiée en 1957 et réimprimée en (...)

3Ils le firent malheureusement dans une conviction si forte que Hugo avait toujours été identique à lui-même et avec un tel souci de lisibilité que figurent dans leurs Misères non seulement toute la fin, écrite en 1860-1862, mais aussi bon nombre de passages datant de l’exil. Ces fautes ont discrédité l’entreprise, d’autant plus que Marius-François Guyard eut ensuite l’impudence, dans son édition des « classiques Garnier »2, de produire des centaines de variantes tirées de ce qu’il appelle « le texte des Misères », sans dire que ce n’est rien d’autre que le volume de Gustave Simon, et sans se référer au manuscrit.

4Ce discrédit avait des causes accidentelles et n’entamait pas la légitimité de l’entreprise. Je l’ai reprise parce que deux choses l’avaient rendu possible sans y consacrer une vie entière. D’une part la description du manuscrit par René Journet et Guy Robert ; d’autre part l’informatique qui permet de recopier sans faute et de corriger sans tout recopier.

5Par la même occasion, comme Hugo procède par additions successives à un premier jet, il n’était peut-être pas inutile d’établir celui-ci – étant entendu que ce n’est pas là une « première version » de l’ensemble du livre, puisque Hugo revient en arrière pour additions et corrections à mesure qu’il avance, mais l’état initial de chacune de ses parties, concrètement de chaque chapitre.

6L’édition génétique publiée sur le site du Groupe Hugo3 n’est donc pas une transcription ni une description du manuscrit, mais la publication de ses trois états – initial, en février 1848, achevé – de manière qu’on puisse les lire comme ce qu’ils sont : des textes. Pour faciliter leur comparaison, notre édition les dispose, chapitre par chapitre, en tableau synoptique – tel qu’en font les exégètes des Évangiles –, avec un code couleur réduit au nécessaire (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Fig. 1 : Tableau de comparaison. Légende des couleurs : texte ajouté ou modifié ; texte repris de l’état antérieur ; texte supprimé dans l’état ultérieur

  • 4 Un échantillon indulgent s’en trouve dans le compte rendu donné par Yvan Leclerc, Romantisme, n° 15 (...)
  • 5 Sur le détail de tous ces points, voir la « Notice » de cette édition en ligne.

7Cette méthode s’expose à des critiques4, en particulier du fait que notre « état initial », sans être une pure fiction, ne correspond pas tout à fait à une réalité. À la différence des deux autres, Hugo ne l’a vraisemblablement jamais eu sous les yeux tel que nous le reconstituons puisque, probablement, quelques-unes des corrections ou additions ont été faites sur le champ alors que l’impossibilité de les distinguer de celles faites plus tard nous interdit de les prendre en compte. Nous sommes donc sans doute inexact. Mais nous croyons être utile. Car le cerveau du producteur, comme celui de l’utilisateur d’une transcription, ou d’une description, de manuscrit, se révèle incapable de mener de front le double travail de reconstituer, pour la transcription, ou de suivre, pour la description, le trajet qui mène au texte définitif, et tout à la fois de le comprendre. L’un va de correction en correction, l’autre doit en évaluer le plus grand nombre possible. Nous n’avons pas assez de neurones pour saisir simultanément le trajet et les étapes : ce qui produit le sens et quel est le sens produit. De là que la consultation des transcriptions ou des variantes en note, soit si décevante : chacune des modifications apportées au texte est insignifiante prise isolément et il est impossible de les avoir toutes sous les yeux, condition de la découverte de leur cohérence5.

8L’occasion de le constater sera peut-être fournie par l’examen de la genèse du chapitre I, 6, 2, « Comment Jean peut devenir Champ ». On trouvera en annexe de cet article son état initial ; quant au texte auquel aboutit la rédaction en février 1848, celui des Misères, chacun le tirera de sa bibliothèque puisqu’il est presque identique à celui des Misérables. Mais l’usage d’un ordinateur ou d’une tablette, sinon d’un smartphone, compléterait commodément Genesis par la consultation de notre édition (www.groupugo.univ-paris-diderot.fr/Miserables/Consultation/Tableau/Tableau_010602.htm), du manuscrit lui-même (http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000941q/​f527.image.r=.langFR) et du reliquat (http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b53033826q/​f469.item.r=.langFR).

9On n’a pas oublié cette scène mémorable. Javert y demande à Jean Valjean, devenu M. Madeleine, maire de Montreuil-sur-Mer, de le faire destituer au motif qu’il l’a dénoncé à la police comme étant le galérien évadé Jean Valjean ; dénonciation fautive, avoue l’inspecteur, puisque Jean Valjean vient d’être identifié par la police et par plusieurs témoins, dont lui-même, dans la personne d’un pauvre hère arrêté pour un vol de pommes, qui se faisait appeler Champmathieu.

10L’épisode est resté fameux pour trois raisons. D’abord parce qu’il met en œuvre deux schémas dramatiques puissants : celui du criminel démasqué, ici spectaculairement inversé, un quiproquo surtout, porté à la puissance quatre. Le quiproquo simple, X est pris pour Y et entend de Z ce qu’il n’aurait pas entendu sans cela, se complique lorsque Z, croyant s’adresser à Y, dit à X des choses qui le concernent, par exemple lui rapporte tout le mal qu’on dit de lui. Il se complique encore lorsque Z est lui-même intéressé à ce qu’il rapporte. C’est le schéma des scènes fameuses de LÉcole des femmes. Celle des Misérables donne un tour de clef supplémentaire car le quiproquo n’est pas fortuit : Javert se trompe maintenant sur l’identité de M. Madeleine alors qu’il était dans le vrai jusque-là ; de surcroît il prend le criminel pour juge de ce qu’il s’imagine être une faute – situation plus forte qu’Horace invitant Arnolphe à se réjouir avec lui de sa bonne fortune ; enfin, tandis qu’Arnolphe peut à tout moment se démasquer, quitte à perdre son informateur, Jean Valjean ne le peut pas, sous peine de mort.

11Une deuxième raison explique la célébrité de la scène : elle ouvre l’épisode mémorable de la « Tempête sous un crâne » et du procès d’Arras où Jean Valjean se dénonce pour innocenter Champmathieu. C’en est le premier moment, mais aussi l’image réduite et inversée : Javert ici, en se dénonçant, fait à tort ce que Jean Valjean fera à juste titre – et qu’il pourrait faire tout de suite.

12La troisième tient à l’affrontement de deux personnages puissants, symboliques et antithétiques. Javert et Jean Valjean, c’est l’instinct et la conscience, la police et la justice, la loi et le droit. Jean Valjean, c’est le misérable : toute la quantité de bien que peuvent contenir le mal et la misère ; Javert, toute la quantité de mal que peut contenir le bien de la société.

13Cette « scène à faire », on n’imagine pas qu’elle ait été d’abord mal faite ; c’est pourtant vrai et la rédaction a été laborieuse.

14On voit (f° 305 r°, fig. 2) qu’une première rédaction a été corrigée par d’importantes additions, ce qui est habituel, puis entièrement barrée et refaite, ce qui est très rare (f° 306 r°, le « Hic » tout en haut de la page renvoie au « hic » du milieu du folio 305 r°, fig. 2 et 3). On voit aussi qu’ont été intercalés vers le début de l’épisode (f° 306 v°, en rouge, fig. 4) deux développements qui se trouvaient initialement à sa fin (f° 309 r° pour l’« intercalation n° 1 », fig. 5, et f° 311 r° pour l’« intercalation n° 2 », fig. 6). On voit aussi que les folios 310 r°, 310 v° et une partie du folio 311 r° ont été entièrement rayés, mais employés : la note au haut du folio 310 r° (fig. 7) dit : « (note pour moi : dans tout ce qui est barré sur ces deux feuillets L2 et M2, il y a beaucoup de choses utiles à relire et à remployer.) » On voit enfin les traits habituels de fin du travail quotidien ; à la fin du chapitre (f° 312 v°, fig. 8), il y en a plusieurs : un par jour d’interruption.

Fig. 2

Fig. 2

Fig. 2 : f° 305 r°

BnF

Fig. 3

Fig. 3

Fig. 3 : f° 306 r°

BnF

Fig. 4

Fig. 4

Fig. 4 : f° 306 v°

BnF

Fig. 5

Fig. 5

Fig. 5 : f° 309 r°

BnF

Fig. 6

Fig. 6

Fig. 6 : f° 311 r°

BnF

Fig. 7

Fig. 7

Fig. 7 : f° 310 r° (détail)

BnF

Fig. 8

Fig. 8

Fig. 8 : f° 312 v° (détail)

BnF

  • 6 Cote 128/476, fos 231 et 232 du ms. 24744. Ce dossier portait le titre « Reliquats des Misérables » (...)
  • 7 Op. cit., p. 287.
  • 8 V. Hugo, Œuvres complètes, vol. « Chantiers », Paris, R. Laffont, coll. « Bouquins », 1990, rééd. 2 (...)

15Ce qu’on ne voit pas, c’est que le manuscrit est incomplet. Fidèle à son habitude de ne pas laisser dans le manuscrit un texte entièrement abandonné et devenu inutile, Hugo a retiré deux folios et les a joints au « reliquat » qu’il avait lui-même formé6. L’identité de l’écriture et de la disposition, la numérotation des feuilles (« K2 » prenant la suite du « J2 » de 305 r°, modifié en « J2/K2 » après le retrait du K2 originel, puis L2 pour le folio 310), mais surtout la continuité du texte ne laissent pas douter qu’il s’agisse de la première rédaction de la partie centrale de l’épisode. Elle venait entre les folios 305 v° et 310 r°. Cette découverte n’est pas mon fait, mais celui de R. Journet et G. Robert. Dans leur description du Manuscrit des Misérables7, cependant, ces deux folios sont indiqués mais pas transcrits, signe que la description d’un manuscrit est peu compatible avec la lecture d’un texte. Preuve complémentaire, ils sont publiés dans le « Dossier des Misérables » établi par René Journet8, mais sans ce qui précédait et suivait, de sorte que le lecteur ne peut imaginer qu’il n’a sous les yeux qu’une partie du chapitre que Hugo avait été conduit à refaire entièrement.

  • 9 Ibid., p. 762.

16Son scénario pourtant était assez simple pour n’occuper que quelques lignes, également publiées par R. Journet9 :

Maintenant que je sais le vrai.
Anxiété de Madeleine qui voudrait savoir et n’ose interroger.
Javert poursuit et s’excuse sur ce que c’eût été si monstrueux si Madeleine eût été un bagnard. Quelle affreuse hypocrisie ! quelle audace ! rentrer dans la société ! […] profaner la magistrature ! etc. usurper la considération ! Quel service à rendre à la société que de faire tomber un tel masque d’un visage ! […]
Quel but pour lui Javert !
Il est excusable peut-être d’avoir été aveuglé, cependant il veut être puni maintenant qu’il sait tout et qu’il lui est prouvé qu’il avait tort et que M. Madeleine n’est pas Jean Tréjean.

17Enfin, pour que le dossier génétique de ce chapitre soit complet et pour en mesurer la portée, il faut ajouter que, dans la toute première rédaction, Javert n’existe pas, du moins pas tel que nous le connaissons. Les chapitres V et VI du livre précédent, « Vagues éclairs à l’horizon » et « Le père Fauchelevent », qui contiennent le grand portrait de Javert et l’épisode de la charrette, sont en effet une intercalation. Elle a dû se substituer à un texte antérieur puisque Javert est nommé comme un personnage connu du lecteur dès la première rédaction de l’arrestation de Fantine et que celle du chapitre qui nous occupe fait allusion (« votre force des reins ») à l’épisode Fauchelevent. Ce texte disparu était à coup sûr très différent du chapitre « Vagues éclairs à l’horizon » qui l’a remplacé. Le Javert que nous allons voir face à M. Madeleine est si peu compatible avec son portrait intercalé qu’il est certain que la réfection, déjà exécutée ou seulement prévue, de notre chapitre a partie liée avec la modification du personnage. La genèse de notre chapitre fait donc assister non seulement à sa propre transformation, mais aussi à la « naissance » de Javert.

18Comparer maintenant les deux rédactions – mais il faut les avoir toutes deux sous les yeux, complètes – est un modeste exercice de pédagogie universitaire ne présentant aucune difficulté. Leurs différences les plus importantes se rangent sous trois rubriques liées entre elles.

Premièrement, une différence de structure

19Avec une situation identique et un parcours ayant le même point de départ (je veux être destitué), la même arrivée (Javert sort sans avoir obtenu satisfaction ni que Jean Valjean l’ait détrompé) et le même point de passage obligé (l’origine de l’affaire Champmathieu, qui est la partie du texte la plus stable), la structure des deux récits diffère sensiblement du fait du déplacement du coup de théâtre (ce sont les intercalations 1 et 2) : il vient à la dixième page sur quatorze de la première version et à la quatrième sur onze de la seconde. Et comme le texte ne peut pas s’attarder indéfiniment une fois acquise l’information décisive pour l’intrigue, la seconde version est plus brève. Trois pages sont sacrifiées – ce qui est exceptionnel – en même temps qu’une bonne partie du suspense.

20Le scénario donne la clef de cet écart : « Anxiété de Madeleine qui voudrait savoir et n’ose interroger. » De fait la première version consacre à cette anxiété, partagée par le lecteur, tout le développement, non retenu, compris entre « À ce dernier mot, M. Madeleine posa le papier… » et « qu’il en attendait le mot ». Ensuite, Javert revenant à son cas de conscience au lieu de raconter ce qu’il sait, le même schéma se répète : « Madeleine haletant attendait qu’il continuât. Il s’arrêta encore… Il se tut… Situation étrange. Ces deux hommes se tournaient l’un vers l’autre avec anxiété, et ils semblaient chacun de leur côté attendre l’un de l’autre une parole qui ne venait pas… », et cela dure encore une page.

Deuxièmement, une différence de tonalité

21Cet accent mis sur l’anxiété de Madeleine n’est qu’un aspect d’une surexploitation générale du quiproquo. Or la vertu comique du quiproquo dépouille naturellement une situation sérieuse de son caractère dramatique et l’oriente soit vers le comique, soit vers le mélodrame. Le comique affleure plusieurs fois. Ressort classique du rire, l’embarras de Javert et son rang social inférieur lui font perdre la maîtrise du langage. Le stéréotype administratif – répétition de « vouloir bien » – ouvre au cocasse : « faire punir l’inspecteur Javert sur le rapport de l’inspecteur Javert », et contraste tantôt avec des formulations confuses – « Cela signifie Monsieur le maire qu’un agent de l’autorité… » –, tantôt avec des expressions carrément populaires : « Du tout, du tout », « un magistrat comme vous qu’il n’y en a pas un de plus honoré dans le royaume ». L’aparté « comment est-ce que je vais finir ce que j’ai à dire ? » vient tout droit de la comédie. En procède aussi la défaillance des personnages incapables de se tenir à la hauteur de leur situation. Javert n’en mène pas large et perd ses moyens, Madeleine aussi : peu maître de lui, il fait d’abord semblant de lire une feuille de papier mais la tient à l’envers, puis, à l’instant de la révélation, sa main tremble si fort qu’il doit « s’appuyer le coude pour empêcher ce tremblement qui faisait du bruit ».

Inversement, si le quiproquo, poussé au bout de sa logique, conduit au loufoque dans une situation comique, il aboutit dans une situation dramatique à la surenchère mélodramatique du « comble ». La première version l’atteint lorsque Javert ne demande plus seulement sa punition, mais son pardon à celui qui devrait lui demander le sien. « M. Madeleine, haletant, attendait qu’il continuât. Il s’arrêta encore. Puis se baissant vers le maire, les yeux humides, les bras pendants et comme s’il était prêt à se mettre à genoux, il ajouta : Je vous demande à mains jointes deux choses : punissez-moi et pardonnez-moi. Faites-moi destituer et dites-moi que vous ne m’en voulez pas. » Autre effet de « trop beau pour être vrai » lorsque Javert invoque le témoignage de M. Madeleine lui-même en preuve de sa propre ressemblance avec Champmathieu : « Tenez, monsieur le maire, vous ne pouvez pas vous figurer. Si vous aviez connu Jean Tréjean et si vous voyiez ce Champmathieu, vous seriez frappé, vous diriez… » – Madeleine l’interrompt et fait bien : ce serait désopilant, ou sinistre, s’il le laissait poursuivre, mais il faudrait que Madeleine soit un farceur, ou un scélérat. Abus pire encore lorsque, à force de se tromper, Javert vise juste : « [Il y eut aussi une aventure fort louche chez l’évêque de Digne.] Je dois dire du reste que Monseigneur l’évêque qui était un saint et qui est mort le justifiait, mais c’était probablement charité : et tenez, vous, monsieur le maire, vous en feriez tout autant. Cet évêque était un homme comme vous. / À cette parole de Javert, l’œil de M. Madeleine, jusqu’alors abaissé, se leva lentement et se fixa au plafond avec une expression indéfinissable. »

22Comique et mélodrame sont effacés de la seconde rédaction par simple suppression de tous les passages que nous venons de citer.

Un autre Javert

23Javert enfin apparaît sous un jour tout différent. Non seulement honnête homme, mais brave homme, foncièrement bon. Il a des affects : éprouve, comme Jean Valjean, le sentiment de la sainteté de Myriel, devine la ressemblance entre eux, partage maintenant la vénération affectueuse dont est entouré M. Madeleine. Il a aussi une conscience : sa faute n’est pas une erreur, ni même une faute professionnelle méritant sanction, mais bien une faute morale méritant punition, quoiqu’elle s’explique, voire s’excuse, par l’excès de zèle, l’énormité du scandale d’un bagnard installé à la mairie, et par l’ambition. De là son embarras, la honte de ses « conjectures infâmes » et le pardon demandé. Cet état d’esprit est indiqué d’emblée : « il salua M. Madeleine avec une sorte de vénération franche et presque affectueuse, à laquelle semblait se mêler une nuance de regret et de douleur. »

24Hugo supprime tout cela, en particulier cette entrée en matière, mais lui substitue cette fois une longue addition. Elle fait le portrait de Javert – « mouchard vierge », « conscience droite, claire, sincère, probe, austère et féroce » – et lui donne une tout autre attitude, celle du combattant atteint, mais pas vaincu : « Toute sa personne respirait l’abaissement et la fermeté, et je ne sais quel accablement courageux. » Addition correctrice parallèle pour Jean Valjean : plus d’invitation à s’asseoir faite « avec bonté », mais : « Il ne se dérangera point pour Javert. Il ne pouvait s’empêcher de songer à la pauvre Fantine et il lui convenait d’être glacial. / Javert salua monsieur le maire qui lui tournait le dos. M. le maire ne le regarda pas et continua d’annoter son dossier. » Froideur utile. Dans la première version, Javert avoue d’abord ses soupçons et garde sa dénonciation pour la fin. Dans la seconde, elle vient tout de suite, avec la brutalité d’une attaque.

25Le quiproquo théâtral veut une situation de parole neutre ou amicale, la voici hostile. Elle devait l’être, même si les personnages ne nourrissaient pas une aversion réciproque, pour deux raisons. D’abord pour effacer le quiproquo, plus exactement pour qu’il structure la situation, mais épargne le dialogue ; également parce que, de fait, ce que Javert apprend alors à Jean Valjean comporte en soi une menace, sinon une agression, celle du destin dont il est le porte-parole involontaire et inconscient : dénonciation de Javert ou procès Champmathieu, Jean Valjean, désormais, ne cumulera plus les qualités d’honnête homme et de bagnard en rupture de banc ; sa disparition sera le prix de sa liberté.

  • 10 L’a-t-il fait parfaitement ? La question est permise lorsqu’on constate que les adaptations du roma (...)

26Est-ce la mauvaise qualité de cette scène qui a entraîné la correction – à dire vrai, l’invention – de Javert ? Certainement, car l’inverse n’a aucune vraisemblance : jamais le Javert de « Vagues éclairs à l’horizon » ne se serait agenouillé, yeux mouillés, devant Jean Valjean en lui demandant pardon. Mais il dut y avoir entre les deux chapitres un va-et-vient dont un examen plus attentif du manuscrit nous instruirait peut-être. En vaut-il la peine ? on peut en douter. Au reste, telle quelle, la mise au jour de la réfection complète de ce chapitre reste elle aussi anecdotique. Mais répétée, étendue à toute l’œuvre, une confrontation de ce type permet d’en comprendre la genèse. Le sens du livre en sort-il changé ? J’espère bien que non : Hugo aurait mal fait son travail s’il fallait déchiffrer les Misères pour lire Les Misérables10. Mais il en sort enrichi peut-être et, à coup sûr, prouvé.

Haut de page

Notes

1 Paris, Éditions Baudinières, 2 vol. , s. d. [1928].

2 Toujours en vente, du moins sur Internet. La première édition est publiée en 1957 et réimprimée en 1963, 1966, 1969, 1971, 1975, 1980 et 1983. Les insuffisances du travail de G. Simon – et donc de la paresse de M.-F. Guyard – sont résumées par R. Journet et G. Robert, Le Manuscrit des Misérables, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Annales littéraires de l’Université de Besançon », 1963.

3 www.groupugo.univ-paris-diderot.fr/Miserables

4 Un échantillon indulgent s’en trouve dans le compte rendu donné par Yvan Leclerc, Romantisme, n° 153, 2011.

5 Sur le détail de tous ces points, voir la « Notice » de cette édition en ligne.

6 Cote 128/476, fos 231 et 232 du ms. 24744. Ce dossier portait le titre « Reliquats des Misérables », reproduit dans l’Inventaire après décès dressé par le notaire Gâtine. Le volume de la BnF, intitulé de la même manière, mais au singulier, n’en conserve pas tous les éléments, ni leur ordre, et leur en ajoute d’autres, hétérogènes. R. Journet a mené à bien la reconstitution presque complète de ce dossier dans la section consacrée aux Misérables du volume « Chantiers » référencé ci-après.

7 Op. cit., p. 287.

8 V. Hugo, Œuvres complètes, vol. « Chantiers », Paris, R. Laffont, coll. « Bouquins », 1990, rééd. 2002, p. 764 sqq.

9 Ibid., p. 762.

10 L’a-t-il fait parfaitement ? La question est permise lorsqu’on constate que les adaptations du roman « pour la jeunesse » retrouvent souvent, sans le savoir, le texte des Misères : suppression de toutes les « digressions », éviction du Conventionnel G, effacement de la « restriction » politique à la sainteté de Myriel, édulcoration de l’histoire de Fantine, etc.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Fig. 1 : Tableau de comparaison. Légende des couleurs : texte ajouté ou modifié ; texte repris de l’état antérieur ; texte supprimé dans l’état ultérieur
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/1666/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 2
Légende Fig. 2 : f° 305 r°
Crédits BnF
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/1666/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3
Légende Fig. 3 : f° 306 r°
Crédits BnF
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/1666/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 4
Légende Fig. 4 : f° 306 v°
Crédits BnF
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/1666/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 5
Légende Fig. 5 : f° 309 r°
Crédits BnF
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/1666/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 6
Légende Fig. 6 : f° 311 r°
Crédits BnF
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/1666/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Titre Fig. 7
Légende Fig. 7 : f° 310 r° (détail)
Crédits BnF
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/1666/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Fig. 8
Légende Fig. 8 : f° 312 v° (détail)
Crédits BnF
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/1666/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/1666/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/1666/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 446k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Rosa, « Naissance de Javert »Genesis, 42 | 2016, 155-167.

Référence électronique

Guy Rosa, « Naissance de Javert »Genesis [En ligne], 42 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/genesis/1666 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.1666

Haut de page

Auteur

Guy Rosa

Guy Rosa est professeur honoraire des Universités. Spécialiste de Victor Hugo, il a animé le « Groupe Hugo » de l’Université Paris VII, publié de nombreux articles, codirigé avec J. Seebacher l’édition des Œuvres complètes de la collection « Bouquins » chez Laffont (1985 et 2002), édité plusieurs œuvres de Hugo soit en librairie, soit sur le site web du Groupe Hugo dont il est l’administrateur (dernièrement William Shakespeare), soit sous ces deux formes pour Histoire d’un crime et pour Les Misérables.
guyrosa[arobase]wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search