Navigation – Plan du site
Chroniques

Genèse d’une pensée sur l’homosexualité : la préface de Zola au Roman d’un inverti

Michael Rosenfeld
p. 213-217

Texte intégral

  • 1 Dr Laupts, Tares et Poisons. Perversion et Perversité sexuelles, Paris, Georges Carré, 1896. Laupts (...)
  • 2 Dr Laupts, « Le roman d’un inverti », Archives d’anthropologie criminelle, 1894, p. 211-215, 367-37 (...)
  • 3 Docteur Laupts (G. Saint-Paul), L’Homosexualité et les Types homosexuels, Paris, Vigot frères, 1910 (...)
  • 4 Nous ne citerons que quelques exemples : René Ternois, « Mélanges – ce que Zola n’avait pas osé dir (...)
  • 5 Kevin Dubout a retrouvé la trace des archives du docteur Georges Saint-Paul en contactant ses desce (...)

1La lettre-préface de Zola à l’ouvrage du docteur Georges Saint-Paul, Tares et poisons. Perversion et perversité sexuelles1, est la seule expression publique du romancier concernant l’homosexualité masculine. La contribution de Zola à cet ouvrage s’explique par le hasard des circonstances qui, en 1889, conduit un aristocrate homosexuel italien à lui adresser une série de lettres anonymes dans laquelle il raconte sa vie. Cette autobiographie épistolaire, initialement publiée en feuilleton dans les Archives d’anthropologie criminelle en 1894 et 18952 sous le titre « Roman d’un inverti », est au centre de l’étude de Saint-Paul de 1896. L’ouvrage de Saint-Paul débute par une « enquête sur l’inversion sexuelle », suivi du « Roman d’un inverti-né », d’un chapitre sur le procès d’Oscar Wilde qui contient une étude de Marc-André Raffalovich, un texte de Paul Adam et l’analyse de Saint-Paul sur Wilde. Puis deux chapitres dans lesquels le médecin étaye son analyse médicale et philosophique de l’homosexualité. La préface de Zola, qui sera reprise par Saint-Paul dans les rééditions de 1910 et 19303, est citée dans plusieurs travaux universitaires4 qui se penchent sur la réaction du romancier vis-à-vis de l’homosexualité, mais son analyse a toujours été effectuée sur la base des versions publiées. Nous proposons une analyse approfondie de sa rédaction, rendue possible par la découverte, due à Kevin Dubout5, du manuscrit de la préface dans les archives familiales Saint-Paul en 2013.

  • 6 Lettre conservée dans les archives familiales Saint-Paul. Une partie de la correspondance entre Zol (...)

2Le déroulement du projet de publication peut être établi via la correspondance entre le médecin et le romancier. Une carte de Zola à Saint-Paul, datée du 17 avril 1895, et l’invitant à lui rendre visite « le jour qu’il vous plaira, à 6 heures du soir6 », nous permet de supposer qu’ils se sont vus pour discuter du projet. Dans une lettre du 3 mai 1895 le romancier précise à Saint-Paul quelle sera sa contribution à l’ouvrage :

  • 7 Lettre conservée dans les archives familiales Saint-Paul ; Émile Zola, Correspondance, op. cit., p. (...)

Paris, 3 mai 95.
Cher monsieur,
Je ne veux tirer aucun bénéfice matériel de la publication du Roman d’un inverti, et sur ce point je désire que vous soyez seul à traiter l’affaire. D’autre part, pour des motifs d’ordre littéraire, je désire que mon nom ne figure pas sur la couverture ; ou du moins je consens seulement à ce qu’on mette : avec une préface d’Émile Zola. Et cette préface ne peut être qu’une lettre que je vous adresserai personnellement, lettre assez courte, dans laquelle je vous conterai simplement l’histoire du manuscrit que je vous ai remis, en le jugeant brièvement à mon point de vue. Ce serait donc à vous d’écrire le morceau de résistance, morceau que je vois tout scientifique.
Avant d’écrire à M. Storck, pour lui dire ces choses, j’ai voulu vous consulter. Si donc nous sommes d’accord, veuillez me le dire, et je lui écrirai7.

  • 8 Lettres conservées dans les archives familiales Saint-Paul ; Émile Zola, Correspondance, op. cit., (...)
  • 9 Lettre inédite conservée dans la collection « Dr François Émile-Zola ».
  • 10 Lettre conservée dans les archives familiales Saint-Paul.
  • 11 Lettre inédite conservée dans la collection « Dr François Émile-Zola » ; soulignages dans le manusc (...)
  • 12 Lettre conservée dans les archives familiales Saint-Paul ; Émile Zola, Correspondance, op. cit., p. (...)
  • 13 Après des problèmes avec l’éditeur Storck à Lyon, c’est l’éditeur parisien George Carré qui a publi (...)
  • 14 Le 24 juin 1895, Zola écrit : « Je désire absolument revoir les épreuves de ma lettre, que je vous (...)

3Zola s’engage à écrire cette préface mais ses différentes occupations engendrent un retard pour lequel il s’excuse à deux reprises, le 16 mai et le 8 juin 18958. Dans une lettre non datée, Saint-Paul rappelle Zola à sa promesse9, qui sera finalement tenue le 25 juin 189510, date de l’envoi de la lettre-préface au Roman d’un inverti à Saint-Paul. Le jour même, Saint-Paul s’empresse de répondre à Zola et de le remercier pour cette préface qui « m’a fait le plus grand plaisir », terminant son mot sur : « Encore bien des remerciements, beaucoup d’excuses et l’expression de mon absolu et dévoué attachement11 ». Le projet est sur la bonne voie et, le 18 janvier 189612, Zola confirme à Saint-Paul qu’il a envoyé sa préface corrigée à l’éditeur13 (il s’agit probablement des épreuves que Zola avait demandé à revoir14).

4La correspondance entre les deux hommes montre l’importance que Zola accorde à la préface, et ses réécritures soulignent les réflexions profondes du romancier.

La lettre-préface d’Émile Zola à l’ouvrage de Georges Saint-Paul (fig. 1)

  • 15 « Au Docteur LAUPTS, à Lyon. » dans l’édition de 1896 et 1910. « Au Docteur LAUPTS (Dr G. Saint-Pau (...)
  • 16 En majuscules dans l’édition de 1896.
  • 17 « profondément » dans les éditions de 1896, 1910 et 1930.
  • 18 Il s’agit d’une lettre envoyée dont le manuscrit n’a pas été retrouvé ; dans un article, en 1968, R (...)
  • 19 « Naturellement » dans les éditions de 1896, 1910 et 1930.
  • 20 « Je me contente d’indiquer » dans les éditions de 1896, 1910 et 1930.

À Monsieur le docteur Georges Saint-Paul15.
Mon cher docteur16,
Je ne trouve aucun mal, au contraire, à ce que vous publiiez « le Roman d’un inverti », et je suis très heureux que vous puissiez faire, à titre de savant, ce qu’un simple écrivain comme moi n’a point osé.
Lorsque j’ai reçu, il y a bien des années déjà, ce document si curieux, j’ai été frappé du grand intérêt physiologique et social qu’il offrait. Il me toucha par sa sincérité absolue, car on y sent la flamme, je dirai presque l’éloquent <l’éloquence> de la vérité. Songez que le jeune homme qui se confesse, écrit <ici> une langue qui n’est pas la sienne ; et dites-moi s’il n’arrive point, en certains passages, au style ému des sentiments réellement17 éprouvés et rendus <traduits> ? C’est là une confession totale, naïve, spontanée, que bien peu d’hommes ont osé faire, ce qui la rend <qualités qui la rendent> fort précieux <précieuse> à plusieurs points de vue. Aussi [illis.] était-ce dans la pensée que la publication pouvait en être utile, que je <que j’avais> songé eu d’abord le désir de <d’utiliser> le manuscrit, de le donner au public sous une forme que je n’ai pu trouver <j’ai cherchée en vain>, ce qui, finalement, m’a <m’en a> fait abandonner mon <le> projet.
J’étais alors aux heures les plus [illis.] pertes <rudes> de ma bataille littéraire, la critique me traitait journellement en criminel, capable de tous les [crimes] <vices> et de toutes les débauches ; et me voyez-vous me faire, à cette époque, l’éditeur responsable du <de ce> « Roman d’un inverti » ? D’abord, on m’aurait accusé d’avoir inventé l’histoire de toutes pièces, par perversion <corruption> personnelle. Ensuite, j’aurais été dûment condamné pour n’avoir vu, dans l’affaire, qu’une spéculation basse sur les plus monstrueux <répugnants> instincts. Et quelle clameur, si je m’étais permis de dire qu’aucun sujet n’est plus grave <sérieux> ni plus triste, qu’il y a là une plaie beaucoup fréquente et profonde qu’on n’affecte de le croire, et que le mieux, pour guérir les plaies, est encore de les montrer, de les étudier, de les montrer et de les soigner !
Mais le hasard a voulu, mon cher docteur, que, causant un jour <soir> ensemble, [illis.] nous en vînmes à parler de ce mal humain et social des [illis.] perversions sexuelles. Et je vous confiai le document qui dormait dans un de mes tiroirs, et voilà comme quoi il put enfin aujourd’hui voir le jour, aux mains d’un médecin, d’un savant, qu’on n’accusera pas de chercher le scandale. J’espère bien que vous allez apporter ainsi une contribution [illis.] décisive à la question des invertis-nés, mal connue et particulièrement grave.
Dans une autre lettre confidentielle18, reçue vers le même temps, et que je n’ai pas malheureusement pas retrouvée, un misérable <malheureux> m’avait envoyé le cri le plus poignant de douleur humaine que j’aie jamais entendu. Il se défendait de céder à des amours abominables, et il demandait pourquoi le mépris de tous, pourquoi les tribunaux, prêts à le frapper, s’il avait apporté dans sa chair le dégoût de la femme, la passion pour <de> l’homme. Jamais possédé du démon, jamais pauvre corps humain livré aux fatalités ignorées de l’instinct <du désir>, n’a hurlé si affreusement sa misère. Cette lettre, je m’en souviens, m’avait infiniment troublé, et, dans le « Roman d’un inverti » le cas n’est-il pas le même, avec une inconscience plus heureuse ? N’assiste-t-on <N’y assiste-t-on> pas ici à un véritable cas physiologique, à une hésitation, à une demi erreur de la nature ? Rien n’est plus tragique, selon moi, et rien ne réclame davantage l’examen <l’enquête> et le remède, s’il en est un.
Dans le mystère de la conception, si obscur [illis.], pense-t-on à cela ? Un enfant naît : pourquoi un garçon, pourquoi une fille ? on l’ignore. Mais quelle complication d’obscurité et de misère, si la nature a un [illis.] moment d’incertitude, si le garçon naît à moitié fille, si la fille naît à moitié garçon ! Les faits sont là, quotidiens. L’incertitude peut commencer au simple <au simple> aspect physique, aux grandes lignes du caractère : l’homme efféminé, délicat, lâche ; la femme masculine, violente, sans tendresse. Et elle va jusqu’à la monstruosité constatée, l’hermaphrodisme des organes, les passions <sentiments> et les passions contre nature. Certes, la morale et la justice ont raison d’intervenir, puisqu’elles ont la garde de la paix publique. Mais de quel droit pourtant, si la volonté en est en partie abolie ? On ne condamne <condamne> pas un bossu de naissance, parce qu’il est bossu. Pourquoi mépriser un homme d’agir en femme s’il est né femme à demi ?
Certes19, mon cher docteur, je n’entends pas même poser le problème. J’indique seulement20 les raisons qui m’ont fait désirer <souhaiter> la publication du « Roman d’un inverti ». Peut-être cela inspirera-t-il un peu de pitié et un peu d’équité pour certains misérables. Et puis, tout ce qui touche au sexe touche à la vie sociale elle-même. Un inverti est un désorganisateur de la famille, de la nation, de l’humanité. L’homme et la femme ne sont certainement ici-bas que pour faire des enfants, et ils tuent la vie le jour où ils ne font plus ce qu’il faut pour en faire.
Cordialement à vous,
Émile Zola [signature]
Médan, 25 juin 1895.

Fig. 1 : Émile Zola, Lettre-préface au Roman d'un inverti, 25 juin 1895, fos 2 et 3 – Archives Georges Saint-Paul © Michael Rosenfeld

Fig. 1 : Émile Zola, Lettre-préface au Roman d'un inverti, 25 juin 1895, fos 2 et 3 – Archives Georges Saint-Paul © Michael Rosenfeld

5La préface suit les grandes lignes du projet que Zola avait élaboré dans sa lettre du 3 mai 1895 et contient un long passage qui explique et justifie la publication dans un ouvrage scientifique. Zola, qui n’est pas parvenu seul à décider d’une publication du Roman d’un inverti, exprime son admiration pour le courage du jeune Italien qui ose se dévoiler ainsi devant un étranger. Les réécritures dans le manuscrit sont majoritairement stylistiques, dans d’autres comme « rendus <traduits> ? », le romancier formule son étonnement face à l’éloquence de l’auteur du manuscrit, s’exprimant dans une langue qui n’est pas la sienne.

6Une autre partie des variantes indique des prises de positions : « mon <le> projet » permet à Zola de se distancier de la publication d’un texte homosexuel. Quant aux accusations que le romancier prévoit contre sa personne, il change « perversion » en « corruption », compte tenu du contexte médical qui prévaut à la publication de l’ouvrage, le terme « perversion » ayant une dimension trop péjorative. Évoquant l’auteur de l’autobiographie, ses « monstrueux instincts » sont transformés en « répugnants instincts », indiquant le dégoût du romancier mais adoucissant légèrement les propos. La même démarche prévaut quand Zola décrit l’auteur de la deuxième lettre mentionnée comme un « misérable » avant d’en faire « un malheureux ». Cette réécriture n’est certainement pas stylistique, l’adverbe « malheureusement » est utilisé dans la même phrase, mais permet d’atténuer misère.

  • 21 Dr Laupts, Tares et poisons, op. cit., p. 98-99.
  • 22 Ibid., p. 298-299.
  • 23 Ibid., p. 312-315. Cette théorie est très répandue à l’époque. Dans un récit autobiographique, Andr (...)

7Certaines révisions concernent les hypothèses médicales sur l’homosexualité que développe Georges Saint-Paul dans son analyse de l’autobiographie, et que Zola fait siennes. Ces hypothèses font de l’homosexualité une tare innée : « L’auteur du roman, c’est l’inverti-né féminiforme ; c’est le type classique du malformé, du malade. Cet être est une femme21 » qu’il faut traiter afin de permettre de « ramener l’inverti à l’état normal22 ». Le traitement proposé consiste en un éloignement de l’homosexuel de son milieu néfaste, qui permettrait de remplacer sa perversion par l’amour normal d’un homme pour une femme23. Dans le paragraphe concernant la deuxième lettre reçue en même temps que celle de l’auteur du « Roman d’un inverti », la réécriture de « la passion pour <de> l’homme » par le romancier semble mineure, mais témoigne bien d’un parti pris ; la passion n’est pas pour un homme, sentiment néfaste, mais la passion de l’homme, c’est-à-dire un désir pouvant aussi être dirigé vers une femme. Les « fatalités ignorées de l’instinct <du désir> » sont une expression supplémentaire du traitement souhaité de l’homosexualité, rendu possible quand il s’agit d’un désir.

8Une dernière variation souligne l’aspect scientifique : « Rien n’est plus tragique, selon moi, et rien ne réclame davantage l’examen <l’enquête> et le remède, s’il en est un ». L’emploi du mot « enquête », outre ses résonances naturalistes, fait ici référence à l’« Enquête sur l’inversion sexuelle » que le médecin a publiée dans le même ouvrage.

  • 24 Andrew J. Counter, « Zola’s fin-de-siècle reproductive politics », French Studies, vol. 68, nº 2, 2 (...)
  • 25 Émile Zola, Chroniques et Polémiques II, dans Œuvres complètes, t. XIV, Paris, Cercle du Livre Préc (...)
  • 26 Ibid., p. 785-790.
  • 27 Dans une lettre à Marc-André Raffalovich le 16 avril 1896, Zola le remercie de l’envoi de son ouvra (...)

9Il est nécessaire évidemment de replacer dans leur cadre historique et idéologique ces propos du romancier concernant l’homosexualité. L’utilisation de termes comme « répugnants instincts », « amours abominables », « ce mal humain et social des perversions sexuelles » implique une condamnation forte du comportement homosexuel, atténuée cependant par l’appel du romancier à la compassion : « Peut-être cela inspirera-t-il un peu de pitié et un peu d’équité pour certains misérables ». Bien plus, sa déclaration selon laquelle « on ne condamne pas un bossu de naissance, parce qu’il est bossu. Pourquoi mépriser un homme d’agir en femme s’il est né femme à demi ? » est, en cette fin du xixe siècle, une des plus intéressantes défenses de l’homosexualité. Les dernières phrases de la préface font écho à l’adhésion de Zola, au cours de cette dernière décennie du xixe siècle, à la politique nataliste prônée en son temps24. Membre de l’Alliance nationale pour l’accroissement de la population, le romancier adressait ainsi au Figaro, le 7 février 1896, un appel « À la jeunesse25 » condamnant l’« idéalisme qui verse si aisément aux pires perversions, aux plus mortels dangers sociaux. Vous en êtes déjà au mysticisme, au satanisme, à l’occultisme, à la religion qui vit du diable, à l’amour qui ne fait pas d’enfants ». Il précisera ses propos dans un article intitulé « Dépopulation » publié dans Le Figaro du 23 mai 189626, demandant aux Français de faire plus d’enfants au nom de la sauvegarde de la France. Le prisme nataliste oriente donc très fortement ses propos, ce qui explique que la conclusion de sa préface condamne d’avantage la stérilité27 de l’homosexualité que l’amour homosexuel en lui-même.

  • 28 NAF, 10274, fos 346-347. Nous remercions vivement Clive Thomson de nous avoir indiqué cette référen (...)
  • 29 Michael Rosenfeld, « Zola et l’homosexualité, un nouveau regard », Les Cahiers naturalistes, nº 89, (...)
  • 30 Il est qualifié de « sodomiste » dans l’ouvrage. Émile Zola, Paris, Œuvres complètes, t. VII, Paris (...)

10Le « Roman d’un inverti » a-t-il quelque peu influencé l’opinion de Zola sur l’homosexualité ? La lettre-préface a obligé le romancier à formuler ses pensées et à étudier la question. Nous n’avons pas d’autres documents similaires qui permettraient de déceler une évolution de son point de vue. Avant la réception de la lettre de l’Italien en 1889, Baptiste dans La Curée est le seul personnage homosexuel à faire une apparition dans son œuvre littéraire. Après la réception de l’autobiographie, le sujet est évoqué à plusieurs reprises. L’étude du dossier préparatoire de la Bête humaine28 indique notamment que Zola pensait y introduire l’homosexualité. La relation homosexuelle entre les personnages de Jean et de Maurice dans La Débâcle29, et le personnage homosexuel de Hyacinthe30 dans Paris, en 1898, confirment en tout cas l’éveil de sa curiosité pour le sujet.

Haut de page

Notes

1 Dr Laupts, Tares et Poisons. Perversion et Perversité sexuelles, Paris, Georges Carré, 1896. Laupts est un pseudonyme anagrammatique de Saint-Paul.

2 Dr Laupts, « Le roman d’un inverti », Archives d’anthropologie criminelle, 1894, p. 211-215, 367-373 et 729-737 et ibid., 1895, p. 131-138, 228-241 et 320-325.

3 Docteur Laupts (G. Saint-Paul), L’Homosexualité et les Types homosexuels, Paris, Vigot frères, 1910 ; Georges Saint-Paul, Invertis et homosexuels, Paris, Vigot frères, coll. « Thèmes psychologiques », t. IV, 1930.

4 Nous ne citerons que quelques exemples : René Ternois, « Mélanges – ce que Zola n’avait pas osé dire », Les Cahiers naturalistes, n° 36, 1968, p. 156-160 ; Philippe Lejeune, « Autobiographie et homosexualité en France au xixe siècle », Romantisme, n° 56, 1987, p. 79-94 ; Karl Rosen, « Émile Zola and Homosexuality », Excavatio, vol. II, 1993, p. 111-116 ; Vernon A. Rosario, The Erotic Imagination: French Histories of Perversity, New York, Oxford University Press, 1997, p. 89-97 ; Christopher Rivers, « Improbable Prescience: Emile Zola and the Origins of Homosexuality », Excavatio, XIV, nº 1-2, 2001, p. 41-62 et Andrew J. Counter, « One of Them: Homosexuality and Anarchism in Wilde and Zola », Comparative Literature, 2011, vol. 63, n° 4, p. 345-365.

5 Kevin Dubout a retrouvé la trace des archives du docteur Georges Saint-Paul en contactant ses descendants. Cette découverte est mentionnée dans son ouvrage sur Éric Simac : Kevin Dubout, Éric Simac (1874-1913) : un oublié du « mouvement de libération » homosexuel de la Belle Époque, Paris, Quintes-feuilles, 2014, p. 23. Nous remercions vivement Kevin Dubout de nous avoir mis en relation avec les descendants de Georges Saint-Paul et d’avoir partagé sa découverte avec nous.

6 Lettre conservée dans les archives familiales Saint-Paul. Une partie de la correspondance entre Zola et Saint-Paul a été publiée. Cette lettre est citée dans Émile Zola, Correspondance, éd. B. H. Bakker, Montréal/Paris, Presses de l’Université de Montréal/CNRS Éditions, 1991, t. VIII, p. 215.

7 Lettre conservée dans les archives familiales Saint-Paul ; Émile Zola, Correspondance, op. cit., p. 216-217.

8 Lettres conservées dans les archives familiales Saint-Paul ; Émile Zola, Correspondance, op. cit., p. 221-222 et 225.

9 Lettre inédite conservée dans la collection « Dr François Émile-Zola ».

10 Lettre conservée dans les archives familiales Saint-Paul.

11 Lettre inédite conservée dans la collection « Dr François Émile-Zola » ; soulignages dans le manuscrit.

12 Lettre conservée dans les archives familiales Saint-Paul ; Émile Zola, Correspondance, op. cit., p. 301.

13 Après des problèmes avec l’éditeur Storck à Lyon, c’est l’éditeur parisien George Carré qui a publié l’ouvrage.

14 Le 24 juin 1895, Zola écrit : « Je désire absolument revoir les épreuves de ma lettre, que je vous prie de m’envoyer. » Lettre conservée dans les archives familiales Saint-Paul ; Émile Zola, Correspondance, op. cit., p. 229.

15 « Au Docteur LAUPTS, à Lyon. » dans l’édition de 1896 et 1910. « Au Docteur LAUPTS (Dr G. Saint-Paul) » dans l’édition de 1930.

16 En majuscules dans l’édition de 1896.

17 « profondément » dans les éditions de 1896, 1910 et 1930.

18 Il s’agit d’une lettre envoyée dont le manuscrit n’a pas été retrouvé ; dans un article, en 1968, René Ternois évoque une lettre de Venise du 8 avril 1890 qui pourrait être celle que Zola mentionne ici. René Ternois, « Mélanges – ce que Zola n’avait pas osé dire », art. cité, p. 159-160. Dans un article de 1999, John Younger cite une lettre du 4 avril 1890 du poète et critique littéraire anglais John Addington Symonds (1843-1893) à son ami Edmund Gosse. Dans cette lettre Symonds évoque une lettre qu’il désire envoyer à Zola et la similarité entre le contenu décrit par Symonds et la lettre retrouvée par Ternois nous permet de l’attribuer au poète anglais. John G. Younger, « Ten Unpublished Letters by John Addington Symonds at Duke University », The Victorian Newsletter, n95, printemps 1999, p. 1-10. Nous remercions vivement M. Giovanni Dall’Orto de nous avoir indiqué cet article.

19 « Naturellement » dans les éditions de 1896, 1910 et 1930.

20 « Je me contente d’indiquer » dans les éditions de 1896, 1910 et 1930.

21 Dr Laupts, Tares et poisons, op. cit., p. 98-99.

22 Ibid., p. 298-299.

23 Ibid., p. 312-315. Cette théorie est très répandue à l’époque. Dans un récit autobiographique, André Gide nous fait part d’une expérience similaire durant une visite chez un médecin avant de se marier en octobre 1895 : « Peu avant de me fiancer, j’avais donc résolu de m’en ouvrir à un docteur, spécialiste de certain renom, que j’eus l’imprudence de consulter. Il écouta en souriant la confession que je lui fis, aussi cyniquement complète qu’il était possible, puis, “Vous dites que cependant vous aimez une jeune fille ; et que vous hésitez à l’épouser, connaissant d’autre part vos goûts... Mariez-vous. Mariez-vous sans crainte. Et vous reconnaîtrez bien vite que tout le reste n’existe que dans votre imagination. Vous me faites l’effet d’un affamé qui, jusqu’au présent, cherchait à se nourrir de cornichons” », André Gide, Et Nunc manet in te, Paris, Ides et Calendes, 1947, p. 29.

24 Andrew J. Counter, « Zola’s fin-de-siècle reproductive politics », French Studies, vol. 68, nº 2, 2014, p. 193-208.

25 Émile Zola, Chroniques et Polémiques II, dans Œuvres complètes, t. XIV, Paris, Cercle du Livre Précieux, 1968, p. 723-728.

26 Ibid., p. 785-790.

27 Dans une lettre à Marc-André Raffalovich le 16 avril 1896, Zola le remercie de l’envoi de son ouvrage Uranisme et Unisexualité et exprime des propos similaires. Émile Zola, Correspondance, op. cit., t. VIII, p. 315-316.

28 NAF, 10274, fos 346-347. Nous remercions vivement Clive Thomson de nous avoir indiqué cette référence.

29 Michael Rosenfeld, « Zola et l’homosexualité, un nouveau regard », Les Cahiers naturalistes, nº 89, 2015, p. 213-228.

30 Il est qualifié de « sodomiste » dans l’ouvrage. Émile Zola, Paris, Œuvres complètes, t. VII, Paris, Cercle du Livre Précieux, 1968, p. 1198.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Émile Zola, Lettre-préface au Roman d'un inverti, 25 juin 1895, fos 2 et 3 – Archives Georges Saint-Paul © Michael Rosenfeld
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/1802/img-1.png
Fichier image/png, 315k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Rosenfeld, « Genèse d’une pensée sur l’homosexualité : la préface de Zola au Roman d’un inverti », Genesis, 44 | 2017, 213-217.

Référence électronique

Michael Rosenfeld, « Genèse d’une pensée sur l’homosexualité : la préface de Zola au Roman d’un inverti », Genesis [En ligne], 44 | 2017, mis en ligne le 22 mai 2018, consulté le 19 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/genesis/1802 ; DOI : 10.4000/genesis.1802

Haut de page

Auteur

Michael Rosenfeld

Michael Rosenfeld est doctorant à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris III en cotutelle avec l’université catholique de Louvain en Belgique et prépare une thèse sur « L’homosexualité sous le regard des écrivains naturalistes en France et en Belgique (1870-1905) ». Il enseigne au département d’études hébraïques et juives à l’université de Strasbourg. Il prépare une réédition du Roman d'un inverti à partir des manuscrits retrouvés dans les archives Zola et Saint-Paul.

michael.rosenfeld@student.uclouvain.be

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals