Navigation – Plan du site

Varia

La rédaction de Genesis
p. 16

Texte intégral

1Si le legs des manuscrits de Hugo à la Bibliothèque nationale a constitué un point de départ symbolique pour l’étude des documents de genèse, et si les grands auteurs du XIXe et du XXe ont longtemps constitué le champ d’action quasi-exclusif de la critique génétique, les lecteurs de Genesis savent bien que des documents sont disponibles à toutes les époques si on veut bien se donner la peine de chercher et que la méthode génétique ne se donne pas de bornes a priori dans le temps et dans l’espace. Genesis s’est notamment intéressé aux formes que prend la création à la Renaissance, avec les articles de Michel Jeanneret dans le numéro 6, de Margareta de Grazia et Peter Stallybrass dans le numéro 7, de Gisèle Mathieu Castellani dans le numéro 9, de Laurent Pinon dans le numéro 20, d’Alain Legros dans le numéro 29, de Lizzie Boubli dans le numéro 27, d’Anne Réach-Ngo dans le numéro 42. Cette fois, c’est à la pratique d’Érasme que s’intéresse Alexandre Vanautgaerden : on découvre un mode d’écriture qui reflète à la fois les idiosyncrasies de sa forte personnalité et les habitudes de son époque, les circonstances matérielles ou politiques auxquelles il doit s’adapter et l’environnement collaboratif qu’il sait se créer. On voit à quel point les commandes des imprimeurs, les exigences de la diffusion, les connivences entre collaborateurs, les besoins de la polémique et les accommodements idéologiquement nécessaires influent sur la production de son œuvre, sur sa présentation et sur sa teneur même.

2Les pratiques de l’OuLiPo offrent au généticien un terrain d’étude privilégié dans la mesure où elles mettent en évidence les contraintes qui servent de matrice à leur production textuelle. Le groupe et son fonctionnement ont été étudiés dans les numéros 15 et 41. Georges Perec a été tout particulièrement à l’honneur, dès notre premier numéro et encore dans les numéros 23, 31, 35 (cité, de plus, dans un très grand nombre d’articles à titre d’exemple ou de comparaison). Il s’agit cette fois de Si par une nuit d’hiver un voyageur d’Italo Calvino et du récit de genèse qu’il en a donné en forme d’analyse théorique à coloration greimassienne. Natalie Berkman confronte les explications de Calvino avec ce qu’on connaît des documents préparatoires et en conclut que la version de la genèse avancée par l’auteur ne saurait être littéralement vraie. Elle apparaît donc comme un supplément de (méta)fiction, pendant des romans et projets de romans en abyme contenus dans Si par une nuit d’hiver…, révélatrice toutefois des rapports étroits et complexes qu’entretenait Calvino avec la pensée théorique française de l’époque.

3Dans la section « Chroniques », Sylvia Massias présente le corpus complexe des Cahiers de Cioran, à la fois journal, recueil de notations et espace de réécriture se nourrissant, de plus en plus au fil des années, de sa propre substance. Elle évoque l’intérêt que présenterait une nouvelle édition, intégrale, de cet ensemble hétérogène, inconnu du vivant de Cioran et mis au jour par strates successives, sans dissimuler les difficultés que présente une telle entreprise. Comptes rendus… Enfin, ce numéro de Genesis comporte, comme tous les numéros impairs, des « Nouvelles d’archives » recensant les principales acquisitions de manuscrits réalisées récemment par les bibliothèques françaises.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La rédaction de Genesis, « Varia », Genesis, 45 | 2017, 16.

Référence électronique

La rédaction de Genesis, « Varia », Genesis [En ligne], 45 | 2017, mis en ligne le 24 mai 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/genesis/1809

Haut de page

Auteur

La rédaction de Genesis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals