Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45InéditCarnet du 16 au 27 février 1874

Inédit

Carnet du 16 au 27 février 1874

Yannick Balant
p. 149-164

Texte intégral

  • 1 Paul Meurice (éd.), Œuvres inédites de Victor Hugo, Choses vues, Nouvelle série, Paris, Calmann- (...)
  • 2 Suzanne Solente, « Les manuscrits de Victor Hugo conservés à la Bibliothèque nationale », Victor Hu (...)
  • 3 Victor Hugo, Souvenirs personnels, 1848-1851, publiés et présentés par Henri Guillemin, Paris, Gall (...)

Dans l’ensemble proprement océanique du legs fondateur de Victor Hugo à la Bibliothèque nationale, on trouve non seulement les œuvres, publiées ou non, copiées et traitées avec le plus grand soin, mais aussi les dessins, la masse des brouillons non employés, vers et prose mêlés, et enfin une quarantaine de petits carnets remplis de notes quotidiennes. Si ces derniers sont connus du grand public, c’est avant tout pour des raisons éditoriales. Encouragés par le « Testament littéraire » laissé par Victor Hugo, les premiers éditeurs y ont puisé à pleines mains pour composer par exemple la « Nouvelle série » des très populaires Choses vues1. De nombreux extraits y sont reproduits, destinés à rendre compte des dernières années du poète, à partir du retour de l’exil. Lors d’une exposition organisée à la Bibliothèque nationale en 1952, une dizaine de ces carnets, parmi d’autres manuscrits, sont offerts aux regards du public2. Henri Guillemin en tire peu après plusieurs volumes pour le compte des éditions Gallimard3. Le principe est plus largement repris dans les Carnets, albums, journaux de l’édition chronologique des œuvres de Victor Hugo dirigée par Jean Massin (1967-1970), donnant lieu à une édition présentée comme complète. Or si ces carnets sont connus, c’est aussi en raison de certaines idées reçues qu’ils ont pu contribuer à réactiver et à renforcer, en rapport avec l’immense gloire de l’écrivain, et jetant toujours quelque ombre sur celle-ci : le vieillard toujours friand de jeunes femmes, le mystique en proie aux hallucinations, le gros propriétaire obsédé par la gestion de sa fortune... Gracq en est la victime archétypique, qui note après avoir lu Guillemin :

  • 4 « Lettrines II » [1974] ; Julien Gracq, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de (...)

Ses livres ôtés, [Victor Hugo] reste un bourgeois de Paris, près de ses sous et qui couche avec la bonne, un bourgeois qui vaticine et fait tourner les tables, [...] un bronze en redingote, le carnet de comptes dans sa poche, où voisinent les droits d’auteur et les achats de consolidé anglais, les frais de voyages et les « charités » ancillaires4.

  • 5 Expression de Henri Guillemin dans sa préface à Carnets intimes, 1870-1871, éd. citée, p. 8.

1On voit se succéder dans cette énumération autant de figures qui peuvent effectivement surgir à la lecture de ces notations personnelles, sur lesquelles a d’abord été jeté le « manteau de Noé5 ». Bons fils par intérim, les exécuteurs testamentaires, Auguste Vacquerie et Gustave Simon en tête, avaient de fait choisi de laisser dans l’ombre ces aspects jugés peu flatteurs. C’était sans compter sur l’intervention, un demi-siècle plus tard, d’un Henri Guillemin soucieux selon ses propres dires de rétablir toute la vérité, et du reste autorisé, dans sa démarche, par les généreuses déclarations du « Testament littéraire ».

  • 6 Dans ce dernier cas, on a recours à la « Copie Daubray », ensemble d’extraits constitué par Cécile (...)
  • 7 Victor Hugo, Œuvres complètes, éd. Jacques Seebacher et Guy Rosa, Paris, Laffont, coll. « Bouquins  (...)

2De cette histoire éditoriale rapide, on retiendra que c’est sous une forme longtemps factice, ou plutôt infidèle, en tout cas toujours incomplète, que ces carnets sont parvenus à la connaissance du public. Leurs premiers éditeurs en ont donné une transcription épurée, comme s’il s’agissait de « convertir » le carnet en « texte », à une époque où les usages scientifiques étaient très différents de ceux d’aujourd’hui, auxquels les travaux de génétique ont largement contribué. Quant à l’intégralité, elle restera illusoire dans la mesure où des segments chronologiques entiers manquent au fonds déposé, volumes égarés lors de la succession ou appartenant à des collectionneurs6. Seules les transcriptions de Bernard Leuilliot et de Sheila Gaudon dans l’édition Massin (qui vont jusqu’à inclure dans le fil du texte une reproduction des éléments insérés dans le carnet), ainsi que celles des Carnets de la guerre et de la Commune de l’édition Laffont7, impeccablement menées, permettent d’imaginer ce que pourrait donner une édition plus complète des carnets. Car ces derniers éditeurs y ont tous insisté : ce n’est que de cette manière, à condition de rendre compte de leur profonde hétérogénéité formelle, que l’on peut percevoir la singularité réelle de la pratique mêlée dont ils sont la trace. Elle tient à la fois du carnet de comptes, du répertoire occasionnel, de l’aide-mémoire, du sottisier, de la chronique destinée à enregistrer toute sorte de bons mots captés au hasard de la conversation... Aide-mémoire, le carnet peut aussi se faire chambre d’écho pour le souvenir, parfois lieu de prière, et dans tous les cas espace propre à recueillir l’émotion violente et douloureuse du deuil, dans de brèves adresses à soi ou aux disparus.

  • 8 Voir le très bel essai d’Agnès Spiquel, Du passant au passeur. Quand Victor Hugo devenait grand-pèr (...)
  • 9 Carnet, 29 décembre 1873 ; Victor Hugo, Œuvres complètes, dir. Jean Massin, Paris, Club français du (...)
  • 10 Dans une lettre à Paul Lacroix, il avait écrit le 10 décembre 1848 : « Je veux l’influence et non l (...)

3Veuf, ayant porté en terre trois de ses quatre enfants, tandis que l’état de la dernière d’entre eux la maintient en maison de repos, Victor Hugo est au milieu de la décennie 1870 le survivant d’une famille décimée. Par exception, la nature a fait un saut, épargnant le père et grand-père qui ne cesse dans ses carnets de se déclarer prêt à mourir, pour mieux rejoindre ses « bien-aimés ». Certes, Juliette Drouet est toujours présente à ses côtés ; elle est notée « JJ » ou parfois signalée par un simple « elle » tant sa présence va de soi ; elle aura toutefois fort à faire lorsque Blanche Lanvin, sa jeune servante, viendra semer le trouble dans ce mariage morganatique ancien, constamment entretenu par la convocation des souvenirs communs. Et puis restent surtout Georges et Jeanne, les deux petits-enfants de Victor Hugo, dont il se sent particulièrement responsable et auprès de qui, on le sait, il développe l’art d’être grand-père8. En revenant de l’enterrement de son dernier fils, il avait noté : « Georges et Jeanne deviennent toute ma vie9. » Mais au-delà de cette déclaration émue, il conserve une activité intense hors de la sphère familiale, comme en atteste le contenu de ses carnets. Il a désormais cette influence qu’il avait si ardemment souhaitée autrefois10 : en ces temps de République encore balbutiante, ses vingt ans d’exil font de lui une référence et un repère en politique comparable à ce qu’il représente en littérature.

  • 11 « Notes complémentaires » ; Choses vues, IN, t. II, p. 242.
  • 12 Voici l’intitulé de ces subdivisions : « 1874. du 1er janvier au 29 avril — 29 avril. jour où nous (...)

4L’année 1874 ne présente apparemment aucun manque. Classé sous la cote Naf 13 478, le carnet correspondant compte 291 feuillets. Sa reliure est posthume : elle fait tenir ensemble plusieurs liasses que Hugo nommait « fascicules », « petits cahiers de papier à lettres plié en deux [qu’il] pouvait aisément mettre dans sa poche11 », constitués, pour le présent carnet, de feuilles de papier de même nature, de même couleur, et de même format. Plusieurs pages de titre, comme autant de repères pratiques ménagés par son utilisateur, se retrouvent dans la masse des feuillets12 : on peut deviner à la présence de ces repères qu’il s’agissait d’un moyen de classement des liasses qui aurait été inutile si Hugo avait utilisé, comme à d’autres époques, un carnet déjà relié acquis à titre d’« almanach ».

5On a choisi pour la présente publication une séquence délimitée pour son caractère représentatif, en ce qu’elle manifeste de nombreux traits distinctifs de l’usage pluriel que Victor Hugo fait de son carnet : contiguïté de faits hétérogènes, insertion d’éléments extérieurs collés au verso des pages ou, plus rarement, au recto, dans le cours de sa rédaction. La succession des notes est ainsi interrompue par quelques adresses, le montant de petites dépenses, le relevé des secours distribués, ou encore le nom des convives reçus, des personnages publics en visite. Parfois, une ligne tranche : c’est une remarque amusante de Jeanne, reproduite avec soin dans l’éclat touchant de sa syntaxe enfantine ; ou encore le suivi attentif d’une convalescence, celle de Juliette.

  • 13 Des extraits de ces pages ont ainsi été transcrits et publiés dans la section « Historique » de l’é (...)
  • 14 Imminence de la publication oblige, ils n’ont pas de conséquences aussi importantes que celui noté (...)
  • 15 Il travaillait peut-être déjà pour Amilcare Ponchielli au livret de La Gioconda, tiré d’Angelo, tyr (...)
  • 16 Le 26 février 1835, Victor Hugo l’avait noté à l’attention de Juliette Drouet : « Le 26 février 180 (...)
  • 17 Voir Avner Ben-Amos, « Les funérailles de Victor Hugo. Apothéose de l’événement spectacle », dans L (...)

6De surcroît, cette dizaine de jours du mois de février 1874 présente plusieurs événements d’importance, privés comme publics, à commencer par la publication de Quatrevingt-Treize, le dernier roman de Victor Hugo13, qui s’accompagne d’incidents divers14, et de réactions variées. L’auteur semble enregistrer son succès avec une satisfaction tranquille, chiffres de ventes et demande de traduction à l’appui. Il indique au passage son respect de la parole donnée (son refus sans appel – « trop tard » – d’une seconde offre pour la traduction), et sa fidélité : les extraits du livre parus dans la presse sont réservés à ses amis du Rappel, qui le lui rendent bien en reprenant dans leurs colonnes la réaction enthousiaste du poète et compositeur italien Arrigo Boïto à la lecture du roman15. Adressée à Victor Hugo par un télégramme privé, elle devient aussitôt publique – le fait n’est pas unique dans les carnets. Les liens amicaux effacent ainsi volontiers les frontières du public et du privé dans cette construction sans cesse recommencée de l’image de soi, qui est peut-être un des secrets de la popularité. Tout ne filtre pas cependant de la vie personnelle, comme on l’observe à propos de la célébration des anniversaires, nombreux au mois de février16. Celui de Victor Hugo est marqué par des fleurs et des visites, mais n’a rien à voir encore avec celui, grandiose, qui sera organisé pour lui en 1881, prélude à sa panthéonisation17 ; celui de la première nuit d’amour de Juliette et de Victor ne quitte naturellement pas la sphère privée.

  • 18 Sheila Gaudon, « Les “Carnets” de Victor Hugo », dans Les Écritures de l’intime. La correspondance (...)

7Cette brève période est donc marquée par une unité mémorielle et festive sensible, qui apparaît en des lignes émouvantes, certes, mais souvent très allusives. Sheila Gaudon le rappelle : « Hugo, n’ayant jamais cherché à faire de ses “carnets” des productions littéraires, n’a jamais adopté les procédés de la littérature confessionnelle. Les notations intimes ne sont jamais explicitées et encore moins commentées, elles ne sont jamais entachées d’auto-justification18. » Cet usage tranche de façon peut-être déceptive avec l’« horizon d’attente » présumé des lecteurs de journaux, désormais presque toujours considérés comme « intimes ». Ces derniers doivent admettre une marge d’incertitude à la lecture d’une ligne indéchiffrable, d’une mention obscure, de tel ou tel symbole dont l’élucidation reste le plus souvent conjecturale.

  • 19 Il est notamment le premier à avoir établi une corrélation entre sexualité et secours aux démunis, (...)
  • 20 Pour un exemple amusant ou inquiétant, c’est selon, des errances interprétatives de Guillemin, voir (...)

8Mais paradoxalement, cette obscurité accroît peut-être l’intérêt de ce document. Que l’on songe par exemple aux notations à caractère sexuel, qui sont sans aucun doute l’une des sources les plus vives de la célébrité acquise par ces carnets au cours des cinquante dernières années grâce à Henri Guillemin, ou à cause de lui. Son essai Hugo et la sexualité en révéla le caractère systématique19, tout en proposant un décryptage qui fait aujourd’hui autorité dans la plupart des éditions destinées au grand public. Il convient toutefois de relativiser la portée de ces « révélations » dont la valeur documentaire reste douteuse, et dont l’opacité demeure. L’une de leurs caractéristiques, observable dans ce passage, concerne l’utilisation d’un espagnol approximatif pour des notes érotiques ; mais il apparaît à la lecture suivie des carnets que Hugo n’use pas toujours d’un système figé, qu’il produit a contrario de continuelles variations éventuellement ludique : les jeux de mots et calembours peuvent ainsi prendre le relais de quelques indications récurrentes, et alors décalées, les unes par rapport aux autres. Enfin on reprendra volontiers l’avis de certains biographes et critiques plus proches de nous, tels que Jean-Marc Hovasse, pour qui ce type de décryptage apparaît comme un « coup de force » assez aléatoire, manquant autant d’élégance que d’efficacité20. Dans notre extrait, on rencontre certes plusieurs adresses de femmes (Henriette Weil, Cécile Cassot), mais c’est aussi le cas de plusieurs hommes ; on constate de même que les décryptages les plus fréquents donnent lieu à des incohérences, à des redites (le « todo » du folio 60 et le T couché désigneraient le même acte). Hugo avait du reste prévu cette lecture par effraction, et c’est alors sans doute à Juliette Drouet qu’il pensait en notant ceci en tête de l’un de ses carnets :

  • 21 Carnet 1877 ; CFL, t. XV-XVI/2, p. 879.

Je note ici, pour tous les petits répertoires du même genre que j’ai écrits depuis vingt ans au jour le jour, que de certaines mentions qui semblent énigmatiques (telles que Heberthe, T.17, Sartorius, Aristote, Turris Alverna, calido monte, les 40 Géants, C.R. etc.) sont pour moi simplement des points de repère, et indiquent, sous une forme compréhensible à moi seul, les ouvrages auxquels je travaille au moment où j’écris sur ces cahiers21.

9De cet avertissement destiné à détourner l’attention, on retiendra surtout l’incidente : « sous une forme compréhensible à moi seul ». Quant aux ouvrages auxquels il travaillait, ils demeurent encore à présent obscurs, sans que cela donne vraiment matière à regrets.

10Saturées de notes hétérogènes et se dérobant à la compréhension, jamais tout à fait accessibles mais sciemment offertes par-delà le tombeau à la lecture de tous – d’autant qu’elles sont maintenant, pour l’essentiel, numérisées sur la plateforme Gallica de la Bibliothèque nationale de France –, ces pages nous parviennent donc sous un jour paradoxal. Ce qu’elles ont sans doute à nous offrir, c’est justement le spectacle médiatisé d’un quotidien où tout se succède, où tout se mêle, au risque de troubler les idées reçues. Le Hugo spirite apparaît incrédule à la réception d’un message porté par un médium, ce qui ne l’empêche pas d’insérer cette étrange signature, ni d’écouter les rêves que sa domestique Mariette lui raconte. En somme fond et forme coïncident :

  • 22 Caroline Raineri, notice des Carnets 1870-1871 (Voyages, Laffont, p. 1290).

Hugo refuse tout simplement de faire entrer ce texte dans une norme reçue. […] Il pratique le mélange des genres, c’est-à-dire refuse de briser, au nom de catégories abstraites, ce qui fait l’unité d’une existence, d’une expérience22.

11Le carnet demeure ainsi un objet en tous points singulier, signe d’une pratique à l’avenant qui échappe et se dérobe, en accord avec le sens même du quotidien.

Fig. 1 : BnF, Naf 13 478, fol. 53 r

Fig. 1 : BnF, Naf 13 478, fol. 53 r

12Transcription de la figure 1

  • 23 Suzanne Blanchard, cuisinière et servante de Juliette Drouet depuis près de trente-cinq ans. Le 8 s (...)
  • 24 Aristote, qui énonça les règles de la poétique, est une mention récurrente dans les carnets, pour d (...)
  • 25 « Les jambes. Pour la première fois. »
  • 26 À moins que ce soit un code, car il revient à diverses reprises, Chaptal désigne sans doute la rue (...)
  • 27 La somme qui suit désigne vraisemblablement des frais de ticket et de timbres.
  • 28 Les trois comités respectivement présidés par MM. d’Haussonville, Lauth, et Crémieux, qui se sont é (...)
  • 29 Il s’agit de celui de Juliette, aussi désignée par l’abréviation « JJ » dans les carnets.
  • 30 Veuve de Charles Hugo, Alice est la mère de Georges et Jeanne.
  • 31 Salle de bals et de concerts ouverte tout récemment, à l’emplacement des anciens jardins Frascati q (...)
  • 32 Selon Henri Guillemin, « t. n. » signifierait « toute nue » (Hugo et la Sexualité, op. cit., p. 139 (...)

1316 fevrier. — aujourd’hui le congé a été
donné à Suzanne23. elle partira le 16 mars.
elle avait fini par être telle qu’elle n’est
pas regrettable. — ingrate et fausse.
— a divers pauvres. ——— 25
— Aristote24. Pernas. por la primera vez25. chaptal26.
— Léopold. mon chapeau taché. omnibus. stamps27. — 2 — 35
— les journaux publient les lettres que m’ont
écrites les trois comités de secours Alsaciens-
Lorrains pour me remercier du don de 4500 francs28
— Poudrage. son dos redevient blanc et charmant29.
16-17. notre anniversaire. — je passerai
toute la journée près d’elle sans sortir
autrement que pour aller dîner chez Paul
Meurice avec elle, et la ramener. je lui
annonce cette journée toute à elle. elle est
contente, et moi aussi.
— Alice m’envoie les deux petits30. je les
fais déjeuner, et je les envoie avec Mariette
au cirque voir des mascarades.
(ils ont rencontré M. A. Gouzien qui les a menés
à un bal d’enfants costumés à Frascati31. Jeanne
a dansé avec des arlequins hauts comme elle
et elle se plaint d’un polichinelle de quatre ans
qui lui marchait sur les pieds.)
— JJ était tout à fait bien. nous avons pu
aller diner chez Meurice. il y avait M. et
Mme Ern. Lefevre, Vacquerie, MM. Blum et
Constant Laurent. on m’a conté l’incident d’aujourd’hui
qui les a tenus sur pied une partie de la nuit et tout
le jour. cinq lignes du texte (de Quatrevingt-Treize)
manquaient page 210 (T.2) il a fallu faire un
carton en hâte, même dans les volumes deja brochés, plus
de deux mille. voiture. aller et retour ——— 3 — 30
— en rentrant, souvenir du 16-17 fevrier 1833. t. n32.

Fig. 2 : BnF, Naf 13 478, fol. 54 r

Fig. 2 : BnF, Naf 13 478, fol. 54 r

14Transcription de la figure 2

  • 33 « Laisse-moi m’asseoir sur ta main. »
  • 34 Elles habitaient alors au 82, rue des Moines, aux Batignolles, où elles menaient une vie rien moins (...)
  • 35 La jeune Espagnole Esmeraldine Cervantes se produisait comme harpiste dans les salons. Son passage (...)
  • 36 Pour « besos de boca », « baisers sur la bouche » ?

15Melle Weil (Henriette) 6, boulevard St-Martin
18 février — Quatrevingt-Treize paraît demain
jeudi. les journaux en donnent ce matin des
extraits. (c’est une erreur, il n’y a
que le Rappel, me disent mes amis).
— je suis allé chez Meurice signer des exemplaires.
— Orléans. deja me sentar me en tu mano33
Chaptal. Stamps. ————————— 4 — 50.
— MM. Altaroche, Celliez, Gonzalès et Dumas
sont venus me faire part, au nom du comité
des gens de lettres, des changements proposés
dans les statuts de la société des gens de lettres.
j’ai fait des objections qu’ils ont paru accueillir
— sont venus en outre Mme de Callias et sa
mère34, Melle Esmeraldine Cervantes35 (qui s’appelle
de son vrai nom Clotilde Bosch de Cerda, 13 ans)
et sa mère. b. de b36.
19 fevrier. Quatrevingt-Treize paraît aujourd’hui.
date à ajouter pour moi à toutes celles de
mon mois de février. et ma JJ, rétablie, se porte bien.
—Meurice est revenu. nous sommes allés
ensemble chez Michel Lévy. j’ai signé des
exemplaires de Quatrevingt-Treize. pendant
que j’étais là, un télégramme est arrivé de
Londres demandant en hâte un nouvel envoi.
— Procès. Notre-Dame. Condorcet. Stamps — 4 — 50
— gâteaux et jouets pour les petits — 10 —
— aujourd’hui jeudi, nous reprenons nos
habitudes, JJ étant convalescente, et nous
avons à diner Paul de St Victor, Ed. Lockroy,
M. Charles Simon, et Alice avec Georges et Jeanne.
— le succès de Quatrevingt-Treize semble
s’annoncer très grand. il est parti aujourd’hui
de chez Michel Lévy 5,200 exemplaires.
— Jeanne en se mettant à table à côté de moi m’a
dit : Pourquoi que t’as un petit verre puisque t’es pas petit

Fig. 2 bis : BnF, Naf 13 478, fol. 54 v et 55 r

Fig. 2 bis : BnF, Naf 13 478, fol. 54 v et 55 r

Fig. 3 : BnF, Naf 13 478, fol. 56 r

Fig. 3 : BnF, Naf 13 478, fol. 56 r

16Transcription de la figure 3

  • 37 Alice et ses deux enfants étaient encore installés au 20, rue Drouot.
  • 38 « Aujourd’hui personne. » La contradiction avec la dernière phrase du jour semble bien confirmer qu (...)

1720 février.
— M. Michaëlis est venu m’apporter une
offre de l’Allemagne de 5000 francs comptant
pour le droit de traduction de Quatrevingt-Treize.
j’ai dit d’accepter.
— a midi, nouvelle proposition de l’Allemagne.
la première est venue de Strasbourg, la
seconde de Leipsick. je fais répondre à la
seconde : Trop tard.
— Friant. procès. Tour-des-dames. Stamps. — 4 — 60
Quatrevingt-Treize emplit les journaux.
21. ce matin, JJ prend un bain. elle est en
pleine convalescence, presque en pleine santé.
elle prend le bain dans la salle à manger.
—M. Michaëlis m’a envoyé les 5000 fr
payés comptant par M. Wolf, de
Strasbourg, l’acheteur du droit de
traduction de Quatrevingt-Treize en Allemagne.
— Ivry. Bochart de Saron. Trudaine.
Stamps —————— 4
— en revenant j’ai trouvé Jeanne que sa
mère avait amenée et qui a dîné avec
nous. Elle s’est endormie dans mes bras
après le dîner. j’ai fait prendre une
voiture à Mariette qui l’a rapportée
endormie rue Drouot37. Voiture ———1 — 60
22. a 4 h. je reçois de Milan le télégramme d’Arrigo
Boito: — je vous lis. je suis à la page 192 du
Tome 3. Gloire
. —
— timbres-poste —————————————— 1— 50
— distribué à des pauvres dans ma promenade 3 —
— nadie hoy38.
— avalanche de journaux et de lettres sur Quatrevingt Treize
— aujourd’hui dimanche, JJ étant mieux, nous reprenons
nos diners et nous avons eu M. et Mme Meurice, Vacquerie
M. et Mme Ernest Lefevre — Louis Koch. après le dîner, foule

Fig. 4 : BnF, Naf 13 478, fol. 57 r et 58 r

Fig. 4 : BnF, Naf 13 478, fol. 57 r et 58 r
  • 39 L’indication « 23 » ou « 23 février » manque manifestement en haut de cette page.

18Transcription de la figure 439

  • 40 Ces toponymes renvoient à différents voyages réels en Belgique et dans la vallée du Rhin.
  • 41 Horace, Satires, II, 7 (« Nue sous la clarté de la lampe »). Cette citation chère à Victor Hugo ser (...)
  • 42 Citation du Psaume 109 (110) : « selon l’ordre de Melchisédech ». Roi de Salem (Jérusalem), Melchis (...)

19—M. André Lavertujon (et Pierre
Véron) Montecarlo - près Monaco.
— la porte d’Orléans - Trudaine. Stamps —— 4
— timbres-poste ——————————— 4
— distribué aux pauvres dans ma promenade 5
— le soir, presque février 1833. tous les souvenirs.
Nivelle. grotte de Han. Ems. Laach40. sub
clara nuda lucerna41.
— M. Michaëlis m’a amené son gendre
M. Melchisedech qui est un chanteur
de talent. l’ancien Melchisedech
était grand prêtre en chef d’un rite
chez les juifs. secundum ordinem Melchisedech42
— un spirite, M. J. de la Rou, ancien professeur,
6, Cloître St Honoré, m’écrit qu’il a eu une
communication de mon fils Victor, et m’envoie
le nom de mon fils, écrit par le médium,
« jeune garçon illettré », dont la main
obéissait, dit-il, à mon fils, sans que
le médium y fut pour rien. voici cette
signature. cela ne ressemble pas à l’écriture
de mon fils :
[élément inséré numéroté : f°58]
24 février. ce matin, Mariette, qui ignorait
ces faits, me raconte qu’elle a rêvé de mon fils,
toute la nuit ; le rêve était coupé par des

Fig. 5 : BnF, Naf 13 478, fol. 59 r

Fig. 5 : BnF, Naf 13 478, fol. 59 r

20Transcription de la figure 5

  • 43 « Dernière promenade dans les voitures. »
  • 44 Cette ligne, sans doute ajoutée par la suite, est écrite d’une autre écriture, comme celle qui comm (...)
  • 45 Hugo place une petite reproduction du dessin quelques feuillets plus loin, au recto du folio 64. La (...)

21réveils, puis recommençait. Mariette me
dit : Monsieur Victor m’a demandé de
vos nouvelles, et des nouvelles de Petite
Jeanne, il ne m’a pas demandé de
nouvelles de Monsieur Georges.
— Mon Charles n’a pas lu l’Année
Terrible
 ; mon Victor n’a pas lu
Quatrevingt-Treize. Peut être les
lisent-ils de là haut.
— les petits sont venus ce matin.
— secours à divers —————— 25
— Choisy. Trudaine. ultimo paseo en los
coches43. Stamps ——— 4
—Alice est venue dîner avec nous.
25 février. cette nuit, vers deux heures,
très fort frappement à mon chevet.
— Pro. 80. aujourd’hui j’ai fait mon entrée.
— M. Templier est venu aujourd’hui
pour me proposer, au nom de la
maison Hachette, le renouvellement
de notre traité.
— assistance à Nouméa44/(mars)/ ——— 100 f
— M. E. Douay, du journal l’Eclipse est
venu hier, et m’a raconté que la Censure
venait d’interdire un dessin d’André Gill
représentant Victor Hugo, statuaire
sculptant les bustes de Robespierre, de
Danton et de Marat
, avec une figure de petit
enfant mêlée à ces hommes45.

Fig. 6 : caricature de Gill (BnF, Naf 13 478, fol. 59 r)

Fig. 6 : caricature de Gill (BnF, Naf 13 478, fol. 59 r)

Fig. 7 : BnF, Naf 13 478, fol. 60 r

Fig. 7 : BnF, Naf 13 478, fol. 60 r

22Transcription de la figure 7

  • 46 Selon Henri Guillemin, cette « espèce de T couché » qui apparaît dans les carnets à partir de novem (...)
  • 47 « Même lit. Elle n. et moi n. »
  • 48 Suite et fin de cette entrée, au début du f° 62 r° : « voir des appareils à gaz. j’ai commandé pour (...)

23Melle Cécile Cassot, 32, rue Geoffroy
St Hilaire.
— M. Lemyre, administrateur de l’Eclipse
est venu m’apporter l’estampe de
Gill supprimée par la censure. Elle est
fort réussie [en surcharge sur belle]. sous le buste de Marat
Georgette /qui sort de ma poche/ écrit Poupoupe. Coco. Bobo. Pipi.
— Louis Blanc est venu.
— avec JJ, comme il y a quarante ans.
26 février. j’ai aujourd’hui soixante-douze
ans.
— la veuve d’Albert Glatigny est morte.
deux âmes charmantes — parties.
— une femme, qui s’appelle Mme Nina
de Callias m’envoie un énorme bouquet
de lilas blancs et de roses [en surcharge sur fleurs, rouges]
— P. 80. —| Todo46
— quand je suis rentré, j’ai trouvé la maison
pleine de fleurs qu’on m’avait envoyées
de toutes parts, à cause de mon anniversaire
de naissance.
— aujourd’hui jeudi, nous avons eu à diner M.
et Mme E. Allix, et M. Louis Leroy.
— Après le dîner, foule.
— misma cama. Ella n. y mi [en surcharge sur yo] n47.
27. P. 80. friction à la cuisse. moi. friction
aux reins.
— Suzanne a depensé du 22 janvier au 27 fevrier
752-50
sur lesquels elle a reçu 400
je lui rembourse 352-50
— nous sommes allés, JJ et moi, rue Lafayette48,

Haut de page

Notes

1 Paul Meurice (éd.), Œuvres inédites de Victor Hugo, Choses vues, Nouvelle série, Paris, Calmann-Lévy, 1900 ; Paul Meurice et Gustave Simon (éd.), Choses vues, Paris, Imprimerie nationale, Librairie Ollendorff [désormais « IN »], 2 t., 1913.

2 Suzanne Solente, « Les manuscrits de Victor Hugo conservés à la Bibliothèque nationale », Victor Hugo, cent cinquantième anniversaire de sa naissance, catalogue de l’exposition donnée à la Bibliothèque nationale, 1952.

3 Victor Hugo, Souvenirs personnels, 1848-1851, publiés et présentés par Henri Guillemin, Paris, Gallimard, 1952 ; Carnets intimes, 1870-1871, publiés et présentés par Henri Guillemin, Paris, Gallimard, 1953 ; Journal, 1830-1848, publié et présenté par Henri Guillemin, Paris, Gallimard, 1954.

4 « Lettrines II » [1974] ; Julien Gracq, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. II, 1989, p. 323.

5 Expression de Henri Guillemin dans sa préface à Carnets intimes, 1870-1871, éd. citée, p. 8.

6 Dans ce dernier cas, on a recours à la « Copie Daubray », ensemble d’extraits constitué par Cécile Daubray, assistante de Gustave Simon, qui avait accès aux originaux que plusieurs collectionneurs avaient accepté de lui montrer. Cette copie, composée de six carnets, est déposée sous la cote Naf 13 494.

7 Victor Hugo, Œuvres complètes, éd. Jacques Seebacher et Guy Rosa, Paris, Laffont, coll. « Bouquins », 1985-1989, rééd. 2002 [désormais « Laffont »]. Les Carnets de la Guerre et de la Commune, 1870 et 1871, « dernière partie du recueil Choses vues », ont été versés au volume « Voyages », p. 1035-1210.

8 Voir le très bel essai d’Agnès Spiquel, Du passant au passeur. Quand Victor Hugo devenait grand-père (1871-1877), Saint-Pierre-du-Mont, Eurédit, 2002. Les carnets de Victor Hugo y sont convoqués et analysés dans une perspective qui mêle littérature, politique et histoire.

9 Carnet, 29 décembre 1873 ; Victor Hugo, Œuvres complètes, dir. Jean Massin, Paris, Club français du livre [désormais « CFL »], t. XV-XVI/2, 1970, p. 842.

10 Dans une lettre à Paul Lacroix, il avait écrit le 10 décembre 1848 : « Je veux l’influence et non le pouvoir, l’influence honnête, probe, éclairée et rien de plus, rien pour moi surtout » (CFL, t. VII, p. 753).

11 « Notes complémentaires » ; Choses vues, IN, t. II, p. 242.

12 Voici l’intitulé de ces subdivisions : « 1874. du 1er janvier au 29 avril — 29 avril. jour où nous avons quitté la rue Drouot et la rue de Clichy [sic, pour « et la rue Pigalle »]. » ; « 1874 — du 30 avril, (jour de notre entrée au n° 21 de la rue de Clichy.) au 14 juillet. (renouvellement) » ; « 1874 – du 15 juillet (Sartorius) au 1er octobre (inclusivement) » ; « 1874 — du 2 octobre au 31 décembre. »

13 Des extraits de ces pages ont ainsi été transcrits et publiés dans la section « Historique » de l’édition de l’Imprimerie nationale (Quatrevingt-Treize, IN, 1924, p. 472). Il s’agit plus précisément des tractations et incidents qui entourent la publication (entrées des 15, 17, 19, 20 et 24 février, ainsi que la coupure de journal tirée du Rappel).

14 Imminence de la publication oblige, ils n’ont pas de conséquences aussi importantes que celui noté le 8 décembre précédent : « Je m’aperçois ce matin d’une erreur commise par Julie dans le numérotage de la copie. Elle a sauté de la page 334 à la page 385. Déficit considérable dans le nombre des pages. Grave incident. / Paul Meurice est venu avec le livre spécial sur la Vendée, j’obvierai au déficit de la copie » (CFL, t. XV-XVI/2, p. 840). Cette dernière entrée, associée aux datations présentes sur le manuscrit, permet de comprendre les profonds remaniements de la digression consacrée à la Vendée au premier livre de la troisième partie du roman. Bernard Leuilliot tire la même conclusion dans les notes de son édition (Quatrevingt-Treize, Librairie Générale Française, coll. « Le Livre de poche », 2001, p. 267).

15 Il travaillait peut-être déjà pour Amilcare Ponchielli au livret de La Gioconda, tiré d’Angelo, tyran de Padoue. L’opéra sera créé à la Scala le 8 avril 1876.

16 Le 26 février 1835, Victor Hugo l’avait noté à l’attention de Juliette Drouet : « Le 26 février 1802 je suis né à la vie, le 17 février 1833 je suis né au bonheur dans tes bras. La première date ce n’est que la vie, la seconde c’est l’amour. Aimer c’est plus que vivre » (CFL, t. V, p. 1234.) Sur la célébration de cette fameuse nuit du 16 au 17 février, voir Jean-Marc Hovasse, Victor Hugo, t. I, « Avant l’exil », Paris, Fayard, 2001, p. 588-590.

17 Voir Avner Ben-Amos, « Les funérailles de Victor Hugo. Apothéose de l’événement spectacle », dans Les Lieux de mémoire, t. I, « La République », Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 1997, p. 476-477.

18 Sheila Gaudon, « Les “Carnets” de Victor Hugo », dans Les Écritures de l’intime. La correspondance et le journal, dir. Pierre-Jean Dufief, Paris, Champion, 2000, p. 98.

19 Il est notamment le premier à avoir établi une corrélation entre sexualité et secours aux démunis, certes tous deux présents dans les carnets : « l’idée de rachat, qui l’aura obsédé tout le long de sa vie, était présente, silencieusement, dans ces aumônes qu’il multipliait » (Henri Guillemin, Hugo et la Sexualité, Paris, Gallimard, 1954, p. 142).

20 Pour un exemple amusant ou inquiétant, c’est selon, des errances interprétatives de Guillemin, voir Jean-Marc Hovasse, op. cit., t. II, p. 1111, n. 33.

21 Carnet 1877 ; CFL, t. XV-XVI/2, p. 879.

22 Caroline Raineri, notice des Carnets 1870-1871 (Voyages, Laffont, p. 1290).

23 Suzanne Blanchard, cuisinière et servante de Juliette Drouet depuis près de trente-cinq ans. Le 8 septembre précédent, Juliette avait écrit à Victor : « Quel malheur qu’elle ne puisse pas résister à son hideux penchant : l’ivrognerie ! Sans ce vice, pour moi rédhibitoire, je ne connais pas de meilleure domestique qu’elle. » (www.juliettedrouet.org)

24 Aristote, qui énonça les règles de la poétique, est une mention récurrente dans les carnets, pour désigner d’autres règles. Elle est d’ordinaire suivi, quelques jours plus tard, de l’indication suivante : « Aristote fini ».

25 « Les jambes. Pour la première fois. »

26 À moins que ce soit un code, car il revient à diverses reprises, Chaptal désigne sans doute la rue du même nom, où se trouve aujourd’hui le musée de la Vie romantique. Victor Hugo habitait alors à deux pas, au 55, rue Pigalle, dans un appartement loué au nom de Juliette Drouet. On verra aussi plus loin, dans le même quartier, Trudaine (avenue ?), Condorcet, Bochart-de-Saron et Tour-des-Dames (rues ?) ; et, encore plus loin, Friant, Orléans (porte), Ivry et Choisy.

27 La somme qui suit désigne vraisemblablement des frais de ticket et de timbres.

28 Les trois comités respectivement présidés par MM. d’Haussonville, Lauth, et Crémieux, qui se sont équitablement partagé les bénéfices du poème La Libération du territoire, publié en plaquette par Michel Lévy frères au mois de septembre précédent.

29 Il s’agit de celui de Juliette, aussi désignée par l’abréviation « JJ » dans les carnets.

30 Veuve de Charles Hugo, Alice est la mère de Georges et Jeanne.

31 Salle de bals et de concerts ouverte tout récemment, à l’emplacement des anciens jardins Frascati qui n’étaient déjà plus qu’un souvenir, près de l’intersection de la rue Vivienne et du boulevard Montmartre.

32 Selon Henri Guillemin, « t. n. » signifierait « toute nue » (Hugo et la Sexualité, op. cit., p. 139).

33 « Laisse-moi m’asseoir sur ta main. »

34 Elles habitaient alors au 82, rue des Moines, aux Batignolles, où elles menaient une vie rien moins que monacale. La police, qui les surveillait, n’a pas relevé cette sortie. (Voir Éric Walbecq, « “Mme Nina de Callias, une farceuse artistique”, Dossier de surveillance de la préfecture de police de Paris », dans Le Chemin des correspondances et le Champ poétique. À la memoire de Mickael Pakenham, dir. Steve Murphy, Classiques Garnier, 2016, p. 645-646.)

35 La jeune Espagnole Esmeraldine Cervantes se produisait comme harpiste dans les salons. Son passage à Paris au début de 1874 est relaté dans la chronique mondaine (voir par exemple Le Gaulois du 2 mars 1874).

36 Pour « besos de boca », « baisers sur la bouche » ?

37 Alice et ses deux enfants étaient encore installés au 20, rue Drouot.

38 « Aujourd’hui personne. » La contradiction avec la dernière phrase du jour semble bien confirmer que l’espagnol est réservé à des notations érotiques.

39 L’indication « 23 » ou « 23 février » manque manifestement en haut de cette page.

40 Ces toponymes renvoient à différents voyages réels en Belgique et dans la vallée du Rhin.

41 Horace, Satires, II, 7 (« Nue sous la clarté de la lampe »). Cette citation chère à Victor Hugo sert notamment de légende à un célèbre dessin (CFL, t. XVII, n° 530) démarqué de l’eau-forte « La Dormeuse nue » de Rembrandt (voir Jean-Bertrand Barrère, « Victor Hugo et les arts plastiques », Victor Hugo à l’œuvre, Le poète en exil et en voyage, Klincksieck, 1965, p. 271 et planches IX et X) ; elle illustre aussi une page de L’homme qui rit (II, VII, 3) à propos de Josiane endormie.

42 Citation du Psaume 109 (110) : « selon l’ordre de Melchisédech ». Roi de Salem (Jérusalem), Melchisédech offre à Abraham, vainqueur des quatre rois coalisés et père des trois religions monothéistes, le sacrifice du pain et du vin – préfiguration du Messie et première manifestation du mystère de l’Eucharistie. La strophe troisième du livre premier de La Fin de Satan, composée en 1854 (publication posthume en 1886), sous le titre « Selon Orphée et selon Melchisédech », raconte les rencontres successives de Nemrod avec Orphée puis avec l’âme de Melchisédech.

43 « Dernière promenade dans les voitures. »

44 Cette ligne, sans doute ajoutée par la suite, est écrite d’une autre écriture, comme celle qui commence par « Pro 80 ». « Nouméa », lieu de déportation des Communards, ce qui permet de donner le change, désignerait selon Henri Guillemin Blanche Lanvin, la dernière grande passion de Victor Hugo. Dans d’autres occurrences, le a final de Nouméa est souligné, ce qui signifierait Alba, c’est-à-dire Blanche (voir Henri Guillemin, op. cit., p. 118).

45 Hugo place une petite reproduction du dessin quelques feuillets plus loin, au recto du folio 64. La caricature paraîtra finalement dans L’Éclipse un an plus tard, le 29 août 1875. Elle illustre la couverture du grand catalogue La Gloire de Victor Hugo (dir. Pierre Georgel, Réunion des Musées Nationaux, 1985).

46 Selon Henri Guillemin, cette « espèce de T couché » qui apparaît dans les carnets à partir de novembre 1873 est le signe d’un « assouvissement » sexuel (Hugo et la Sexualité, éd. cit., p. 121).

47 « Même lit. Elle n. et moi n. »

48 Suite et fin de cette entrée, au début du f° 62 r° : « voir des appareils à gaz. j’ai commandé pour le salon de la rue de clichy un lustre à gaz façon hollandaise, qui tout monté et mis en place coutera, prix convenu – 500 f. »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : BnF, Naf 13 478, fol. 53 r
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/2974/img-1.png
Fichier image/png, 704k
Titre Fig. 2 : BnF, Naf 13 478, fol. 54 r
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/2974/img-2.png
Fichier image/png, 696k
Titre Fig. 2 bis : BnF, Naf 13 478, fol. 54 v et 55 r
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/2974/img-3.png
Fichier image/png, 182k
Titre Fig. 3 : BnF, Naf 13 478, fol. 56 r
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/2974/img-4.png
Fichier image/png, 690k
Titre Fig. 4 : BnF, Naf 13 478, fol. 57 r et 58 r
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/2974/img-5.png
Fichier image/png, 639k
Titre Fig. 5 : BnF, Naf 13 478, fol. 59 r
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/2974/img-6.png
Fichier image/png, 660k
Titre Fig. 6 : caricature de Gill (BnF, Naf 13 478, fol. 59 r)
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/2974/img-7.png
Fichier image/png, 148k
Titre Fig. 7 : BnF, Naf 13 478, fol. 60 r
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/2974/img-8.png
Fichier image/png, 654k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Balant, « Carnet du 16 au 27 février 1874 »Genesis, 45 | 2017, 149-164.

Référence électronique

Yannick Balant, « Carnet du 16 au 27 février 1874 »Genesis [En ligne], 45 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 01 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/genesis/2974 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.2974

Haut de page

Auteur

Yannick Balant

Agrégé de lettres modernes, ancien élève de l’École normale supérieure de Lyon, Yannick Balant est doctorant contractuel (AMN) à l’université du Maine. Il prépare, sous la direction de Franck Laurent, une thèse en littérature du xixe siècle intitulée : « Ego(s) Hugo : écriture diariste et figures de l’auteur dans les Carnets de Victor Hugo (1870-1885) ».

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search