Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Pierre-Marc de Biasi et Anne Herschberg Pierrot (dir.), L’Œuvre comme processus, Paris, CNRS Éditions, 2017, 587 p.

Grégory Jouanneau-Damance
p. 202-204
Référence(s) :

Pierre-Marc de Biasi et Anne Herschberg Pierrot (dir.), L’Œuvre comme processus, Paris, CNRS Éditions, 2017, 587 p.

Texte intégral

  • 1 Louis Aragon, « D’un grand art nouveau la recherche », dans Essais de critique génétique, Paris, Fl (...)

1Le recueil collectif L’Œuvre comme processus, publié en 2017 aux Éditions du CNRS, sous la direction de Pierre-Marc de Biasi et d’Anne Herschberg Pierrot, réunit les actes du congrès international de critique génétique, qui s’est tenu en septembre 2010 au centre culturel de Cerisy. Dans la lignée des deux précédentes rencontres, organisées en 1987 et 1998, il a pris la forme d’un « travail collectif de bilan et de prospective », et s’est efforcé de présenter un état des lieux de la recherche, de même qu’une synthèse des avancées de cette discipline. Aussi L’Œuvre comme processus réunit-il près de cinquante interventions d’universitaires d’une douzaine de nationalités différentes, que viennent prolonger des communications de doctorants et de postdoctorants. Chaque article de l’ouvrage se présente comme une réponse possible aux problématiques actuelles de la critique génétique, ayant trait à l’élaboration de nouveaux concepts et outils, à l’internationalisation de la discipline, au développement des humanités numériques, ou encore à son application à des domaines non-littéraires. Soucieux d’entremêler réflexions théoriques et exemples de mises en œuvre pratiques, le recueil propose un panorama des possibilités offertes par cette approche de la création in statu nascendi, reposant sur l’analyse, pour reprendre la formule de Louis Aragon, non de « l’écrit figé par la publication », mais du « texte en devenir, avec ses ratures comme ses repentirs1 ».

2L’Œuvre comme processus rend compte, en premier lieu, des récentes variations du cadre conceptuel de la critique génétique, qui n’a jamais cessé de renouveler la manière dont elle se pensait. C’est le constat de Daniel Ferrer, qui envisage ici la possibilité d’une modélisation « dynamique » de la genèse, fondée sur l’intuition qu’une œuvre « en cours d’écriture se réinvente complètement en tant que système à chaque instant » (p. 21). Olivier Lumbroso, pour sa part, engage une réflexion génétique diachronique sur les structures de larges corpus romanesques, en prenant pour exemple les dossiers préparatoires du cycle des Rougon-Macquart. Et tandis que Dirk Van Hulle développe, dans son article, la notion « d’épigenèse » pour désigner « tout processus d’écriture qui continue à transformer un texte après publication » (p. 417), Jean-Louis Lebrave revient sur les apports de la psycholinguistique et des sciences cognitives à la critique génétique. Cet appel à la fertilisation croisée des disciplines est d’ailleurs également au cœur du dialogue instauré entre stylistique et études de genèse, illustré, dans L’Œuvre comme processus par les interventions de Gilles Philippe, de Jean-Michel Adam, de Sabine Pétillon et d’Anne Herschberg Pierrot. Celle-ci s’attache alors à construire la notion de « style de la genèse », qui se présente moins comme une « constante stable » de l’écriture que comme une dynamique « en mouvement », se réalisant « dans les revirements et les abandons, et dans les transitions d’état en état » (p. 101).

3Pour être parachevé, ce parcours des nouveaux champs d’investigation théoriques de la critique génétique demande, dans un deuxième temps, de rendre compte de l’internationalisation de la discipline, et de son implantation progressive hors des frontières françaises. Si cette dernière a pu rencontrer un vif succès au Japon, elle se développe désormais dans un certain nombre de pays d’Europe, tels que l’Espagne ou la Hongrie. Dans son article, Ildikó Lórinszky énumère ainsi les récents travaux d’éditions génétiques de textes patrimoniaux de la littérature hongroise, qu’il s’agisse des poèmes d’Imre Madàcs ou des Mémoires de Ferenc Kazinczy. Toutefois, comme le soulignent Fernando et Sylvie Colla, c’est en Amérique latine, et en particulier au Brésil, que la crítica genética semble avoir reçu l’accueil le plus retentissant. Son enracinement doit beaucoup au programme éditorial Archivos, fondé en 1984 par Amos Segala, et dont les orientations méthodologiques furent définies par les généticiens français Louis Hay et Jean-Louis Lebrave. La collection, riche de soixante volumes consacrés aux littératures hispaniques et lusophones, a ainsi grandement œuvré pour la sauvegarde matérielle et immatérielle des manuscrits latino-américains et pour leur valorisation à travers des éditions critiques. Plus encore, ouverte à des corpus caribéens de langue française, elle a sans doute également contribué à intéresser la critique génétique aux œuvres issues de la francophonie. Celles-ci font l’objet « d’une véritable réflexion anthropologique, méthodologique et historique » (Pierre-Marc de Biasi, p. 236) depuis 2006 au sein de l’ITEM, par l’équipe de recherche « Manuscrits francophones du Sud ». La vitalité des études génétiques portant sur les littératures non-hexagonales est illustrée, dans L’Œuvre comme processus, par l’article d’Albert James Arnold et d’Alex Gil, consacré à Aimé Césaire, par celui de Nicolas Martin-Granel, dédié aux manuscrits de Sony Labou Tansi, ou encore par l’exposé de Claire Riffard à propos des archives du poète malgache Jean-Joseph Rabearivelo. Marc Cheymol, dans une communication intitulée « La génétique textuelle pour la littérature d’expression française », revient, pour sa part, sur le projet éditorial « Planète libre » des Éditions du CNRS. Cette collection, fondée en 2007, dans la continuité d’Archivos, se présente comme la « Pléiade » des littératures du Sud, et vise à leur donner « la même dignité » et « la même attention éditoriale et scientifique » (p. 241) que l’on accorde aux littératures du Nord. Une telle ouverture de la critique génétique à d’autres aires culturelles demande, dès lors, de se confronter à la question du statut de l’écriture en Afrique ou en Chine, suivant l’exemple des contributions de Daniel Delas et de Sandrine Marchand. Mais également de poursuivre des réflexions essentielles sur la préservation et la diffusion des manuscrits du Sud, très souvent menacés.

4En France, les nouvelles politiques de conservation et de valorisation des fonds d’archives sont d’ailleurs intimement liées aux avancées de la critique génétique, et constituent la troisième grande problématique de L’Œuvre comme processus. Pour Marie Odile Germain, l’un des enjeux majeurs du travail de conservateur reste la numérisation des archives, ayant par exemple entraîné la création de la bibliothèque virtuelle Gallica ou la mise en œuvre du projet « Optima », initié par l’ITEM. Cette entreprise, présentée par Thierry Paquet, Thomas Palfray et Stéphane Nicolas, vise à faciliter l’accès aux brouillons de Proust, de Valéry, de Flaubert et de Braudel, en inventant de nouveaux outils de consultation en ligne et en transformant le foisonnement des manuscrits en un « avant-texte » organisé. Les humanités numériques appliquées à la critique génétique ouvrent par conséquent la voie à de nouvelles manières de consulter, de visualiser et d’éditer les manuscrits. Outre les évolutions de la Text Encoding Initiative présentées par Elena Pierrazzo, et l’essor du data mining, c’est-à-dire de l’exploration informatique des données, évoqué par Christophe Fouqueré et Lionel Falempe, on citera également les tentatives de « transcriptions cinétiques de manuscrits modernes », analysées par Nathalie Mauriac Dyer, qui donnent à voir le film d’une écriture autographe en action. Enfin, la révolution numérique, comme le soulignent à la fois Pierre-Marc de Biasi et Serge Linkès, offre à la critique génétique une multitude d’objets d’étude inédits, sous la forme de ces « archives digitales », gardant la trace de « tous les gestes d’écriture qui ont effectivement eu lieu », « classés, répertoriés, horodatés au dixième de seconde près » (p. 28). La prise en considération des documents numériques semble alors préfigurer une métamorphose radicale de la discipline, vouée à devenir « une science transversale des processus, pour l’ensemble des archives de la création » (p. 32).

5L’élargissement du spectre d’application de la critique génétique est au cœur du dernier grand axe de réflexion de L’Œuvre comme processus. Si dans les années 1990, une telle mutualisation scientifique, associant les études de genèse aux sciences humaines, aux sciences dures ou à l’histoire de l’art était envisagée comme un simple et lointain « horizon génétique », force est de constater que cette dernière est devenue réalité. Aussi Irène Fenoglio présente-t-elle, dans son intervention, une synthèse des travaux menés depuis 2005 par l’équipe « Génétique et théories linguistiques » de l’ITEM, sur le fonds Benveniste. L’étude des notes de travail et des brouillons permettrait alors de rendre compte de la formation des concepts et des processus de mise en texte d’une pensée théorique. L’intérêt pour l’analyse de l’écriture scientifique est également au cœur de l’exposé de Marco Segala, s’appuyant sur les manuscrits de François Arago, afin d’analyser le mouvement de professionnalisation des sciences, initié dans les premières années du xixe siècle. Outre l’éclairage sociologique qu’apporte l’analyse des archives, la « génétique des sciences » permettrait, à long terme, comme le note Pierre-Marc de Biasi, de retracer les itinéraires scientifiques des découvertes, et surtout de « modéliser réellement les pratiques […] de l’invention et de l’innovation » (p. 291). Dans le domaine de l’histoire de l’art, la récente « génétique des formes », intéressée aux processus de création d’artefacts visuels et plastiques, rassemble les recherches consacrées à l’architecture, au cinéma, à la bande dessinée, à la photographie et aux arts plastiques. Ces travaux sont illustrés, dans le cadre du volume, par les interventions de Marianne Jakobi sur les enjeux de l’intitulation dans la pratique artistique, d’Olfa Meziou, se proposant de « développer une approche génétique de l’architecture dans le sillage de la génétique des textes » (p. 329), et enfin de Monique Sicard, qui cherche à concevoir une « génétique » de la photographie, attentive à « rematiériser » les œuvres et à remonter aussi loin que possible dans cet équivalent iconique de « l’avant-texte » que serait « l’avant-image » (p. 342).

6L’Œuvre comme processus permet donc de prendre la mesure du chemin parcouru depuis la fondation de la discipline à la fin des années 1960, mais également de celui qu’il reste encore à faire. Le recueil rend manifeste, de plus, la métamorphose de la « critique génétique » littéraire en une « génétique généralisée », qui ne cesse aujourd’hui de se renouveler et de se ramifier en « génétique des textes », « génétiques de sciences » ou « génétique des formes ».

Haut de page

Notes

1 Louis Aragon, « D’un grand art nouveau la recherche », dans Essais de critique génétique, Paris, Flammarion, 1979, p. 9.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grégory Jouanneau-Damance, « Pierre-Marc de Biasi et Anne Herschberg Pierrot (dir.), L’Œuvre comme processus, Paris, CNRS Éditions, 2017, 587 p. », Genesis, 45 | 2017, 202-204.

Référence électronique

Grégory Jouanneau-Damance, « Pierre-Marc de Biasi et Anne Herschberg Pierrot (dir.), L’Œuvre comme processus, Paris, CNRS Éditions, 2017, 587 p. », Genesis [En ligne], 45 | 2017, mis en ligne le 26 novembre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/genesis/3081

Haut de page

Auteur

Grégory Jouanneau-Damance

Université Paris VIII, Université Paris X

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals