Navigation – Plan du site
Enjeux

La méthode liste. Textualité et créativité

Rudolf Mahrer
p. 13-33

Résumés

Pourquoi certains scripteurs dressent-ils des listes lorsqu’ils préparent un texte ? Pour répondre à cette question, l’auteur envisage la liste comme une pratique langagière graphique, caractérisable par sa forme textuelle et l’action qu’elle effectue (l’énumération). À partir d’une définition de l’énumération et d’une description linguistique de la liste, comme trace et ressource de l’action énumérative, cette contribution propose de dégager les propriétés (fixation, prédisposition, dérivation) qui rendent compte de son usage en contexte d’invention. En conclusion, à partir d’un corpus d’une trentaine de cas, s’esquisse une répartition des usages génétiques de la liste sur deux axes (liste native vs tardive, locale vs globale), puis une typologie d’usages fréquents (liste d’invention, liste sélective, liste documentaire et liste récapitulative).

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

La liste comme trace de l’activité énumérative
Caractérisation textuelle de la liste
Du geste énumératif dans la genèse des œuvres
Fixation
Prédisposition
Dérivation
Des listes génétiques pour quoi faire ?
Listes d’ingrédients
Listes-tempête (listes sélectives)
Listes documentaires
Listes récapitulatives (de l’inventaire à l’invention)
Minimaliste, maximaliste

Aperçu du texte

En vue d’accomplir une tâche complexe, comme par exemple l’écriture d’un texte, il arrive qu’on fasse des listes. Pourquoi ? Où réside le pouvoir heuristique de la liste ? Comment rendre compte de sa présence régulière dans les dossiers de genèse ? Pour répondre à ces questions, je propose d’envisager la liste sous un angle linguistique : comme une pratique discursive qui met en action un ensemble de propriétés langagières selon une organisation caractéristique et en vue d’une finalité donnée. Ce que j’aimerais préciser autrement dit, ce sont les propriétés textuelles qui expliquent les vertus créatives de la liste.

La question de l’activité d’écriture n’a guère été posée en termes de textualité : pensés au filtre de la notion d’avant-texte, les témoins de la production écrite ne font pas (encore) texte. Philippe Hamon relaie et adopte ce point de vue lorsqu’il écrit, à propos des ébauches de Zola ou des carnets intimes de Baudelaire : « La liste y est un non-texte en attente de deve...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rudolf Mahrer, « La méthode liste. Textualité et créativité », Genesis, 47 | 2018, 13-33.

Référence électronique

Rudolf Mahrer, « La méthode liste. Textualité et créativité », Genesis [En ligne], 47 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/genesis/3353 ; DOI : 10.4000/genesis.3353

Haut de page

Auteur

Rudolf Mahrer

Rudolf Mahrer est maître d’enseignement et de recherche à l’Université de Lausanne et co-rédacteur en chef de la revue Genesis. Ses travaux s’inscrivent dans les traditions de la linguistique du texte et de la linguistique de l’énonciation et accordent une attention particulière aux différences entre oralité et écriture. Il travaille actuellement au développement de la collection numérique « Variance », consacrée à la publication des œuvres ayant été réécrites après publication (variance.ch).

rudolf.mahrer@unil.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals