Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47InéditLa langue en deuil

Inédit

La langue en deuil

Mots et noms sans e et en listes dans les dossiers préparatoires de La Disparition de Georges Perec
Jacques Neefs
p. 121-138

Texte intégral

  • 1 « “Je n’ai pas de souvenirs d’enfance” : je posais cette affirmation avec assurance, avec presque u (...)
  • 2 Claude Burgelin, Georges Perec, Le Seuil, « Les Contemporains », 1988, p. 108.
  • 3 La Disparition, Denoël, 1969, p. 305 ; Œuvres, t. I, Gallimard, « La Pléiade », 2017, p. 470.

1La Disparition, le roman sans la lettre e que Georges Perec a publié en 1969 est une œuvre absolument singulière qui, dans la littérature de la seconde moitié du xxsiècle, actualise perte, manque et mutilation en mémoire de l’Histoire (celle que Perec qualifiera dans W ou le souvenir d’enfance comme « la Grande, l’Histoire avec sa grande hache1 »), de façon troublante et profonde, non simplement par son thème et par sa forme, mais dans sa langue. Ce livre est en même temps une résilience, par le pouvoir dont il témoigne de « faire sans », malgré tout, ici sans la lettre « e » ; et de continuer, et de renouer avec les récits, au-delà de la perte et du ravage. La grandeur et la puissance de ce roman sont d’être un geste radical, lipogramme démesuré, œuvre-concept qui rejoue une blessure radicale en privant la langue française de sa lettre e ; en même temps, le livre est un roman d’énigmes et d’enquêtes, d’entrelacs et de hantises, composé de multiples « sagas de tueries liées à la filiation »2, et de massacres en série. Ceux-ci sont déclenchés par la disparition au chapitre 4 de son héros initial, Anton Voyl, qui lui-même porte en son nom ce dont il est la perte, corps d’absence par chute vocalique. Dès le début sont programmés pour la fin du livre (au 26e chapitre qui est en fait le 25e car manque le chapitre 5 : la composition est calquée sur le compte de l’alphabet français privé de la lettre e), la disparition et l’effacement de tout : « la mort nous a dit la fin du roman.3 »

2Écrire sur et sans la lettre qui manque : le roman en donne l’origine, dans son « Avant-propos », « Où l’on saura plus tard qu’ici s’inaugurait la Damnation », qui décline une mémoire des catastrophes :

  • 4 Id., p. 14 ; p. 270.

On pillait, on violait, on mutilait. Mais il y avait pis, on avilissait, on trahissait, on dissimulait. Nul n’avait plus jamais un air confiant vis-à-vis d’autrui : chacun haïssait son prochain4.

  • 5 Claude Burgelin commente « Pour E » en indiquant que ce peut être à la fois dédicace à Esther Biene (...)

3Mais le roman répond en déclinant le trouble, le doute, l’énigme, le poids de cette « damnation » originaire, qui en l’occurrence est une force bien réelle dans le siècle, et dans l’histoire de Georges Perec : l’extermination perpétuée par le nazisme, et bien d’autres formes encore de massacres de masse du xxsiècle. Dans W ou le souvenir d’enfance, Perec rappellera par la dédicace du livre : « Pour E5 », cette motivation essentielle de l’écriture, pour lui :

  • 6 W ou le souvenir d’enfance, [Denoël, 1975], Gallimard, « L’Imaginaire », 1993, p. 63 ; Œuvres, t. I (...)

J’écris : j’écris parce que nous avons vécu ensemble, parce que j’ai été un parmi eux, ombre au milieu de leurs ombres, corps près de leur corps […]6

  • 7 L’exercice est également une prouesse qui scelle magistralement l’appartenance oulipienne, alors ré (...)
  • 8 Œuvres, t. I, Gallimard, « La Pléiade », 2017, p. 1000. La fiction du roman développe cette règle d (...)

4L’idée d’écrire un roman-lipogramme sans e est d’une particulière justesse, et rudesse, par rapport à la langue française7. Éradiquer la langue de sa voyelle majeure, c’est amputer cette langue de près de quatre-vingt pour cent de son lexique, comme l’indique Maxime Decout8. Écrire sans la lettre e revient à mettre la langue en deuil : c’est bannir les mots essentiels quant aux liens d’origine comme « mère », « père », « frère », « sœur » (« cousin » demeure) ; c’est écarter une très grande partie du féminin (« la voix », « la mort » résistent), interdire les articles et particules très fréquents comme « le », « les », « des », « de », « ne », « en », « que », etc. ; c’est restreindre profondément les possibilités syntaxiques, la négation par « ne », l’addition par « et » ; disparaît une part importante des formes conjuguées, en particulier des verbes du premier groupe ; « tu » reste seul en vis-à-vis d’une absence, « il », « ils », « nous », « vous » subsistent cependant, mais dans une sorte de vide sans « je ». Claude Burgelin a commenté cette radicalité :

  • 9 Claude Burgelin, Georges Perec, « Les Contemporains », Le Seuil, 1988, p. 93.

Ce statut du e, toute La Disparition le métaphorise : la lettre souvent imprononçable de facto devient la lettre imprononçable de jure ; la lettre-trou tombe dans le trou ; et son absence est contournée autant qu’envahissante9.

5D’où l’effet étrange de ces pages qui jouent, comme l’indique le post-scriptum du livre, de « l’absolu primat du signifiant » :

  • 10 La Disparition, Denoël, 1969, p. 309 ; Œuvres, t. I, Gallimard, « La Pléiade », 2017, p. 471. Sur l (...)

L’ambition du « Scriptor », son propos, disons son souci, fut d’abord d’aboutir à un produit aussi original qu’instructif, à un produit qui aurait, qui pourrait avoir un pouvoir stimulant sur la construction, la narration, l’affabulation, l’action, disons, d’un mot, sur la façon du roman d’aujourd’hui10.

  • 11 Voir en particulier David Bellos, Georges Perec. Une vie dans les mots, Le Seuil, 1994, p. 421-426  (...)

6Perec a eu l’idée du roman, et l’a écrit alors qu’il résidait au Moulin d’Andé, en 1967-1968. On a rapporté qu’il sollicitait, comme pour un jeu, les nombreux habitués, et les moins habitués, du Moulin, pour produire des phrases sans e11. Il fallait en effet chercher dans tous les horizons pour rédimer la langue rendue comme hémiplégique, ou mélancolique, dans l’obscure et sinistre absence de sa voyelle majeure. Écrire avec un alphabet de 25 lettres semble cependant être ce que glorifie l’éclatant tableau de l’alphabet sans la lettre e que l’on trouve dans les dossiers préparatoires de La Disparition conservés dans le fonds Georges Perec de la Bibliothèque de l’Arsenal (fig. 1).

Fig. 1. : L’alphabet sans e. Fol. 86, 1, 98 : 21 x 27 cm ; dessin : 16 x 16 cm

  • 12 Nous remercions vivement Sylvia Richardson pour l’autorisation qu’elle nous a généreusement donnée, (...)

Cliché HN – © « Indivision Richardson-Saluden12 »

  • 13 La Disparition, Denoël, 1969, p. 310 ; Œuvres, t. I, Gallimard, « La Pléiade », 2017, p. 472.

7Il fallait donc explorer de manière assidue les territoires de la langue sans e, pour découvrir des extensions imprévisibles, oubliées, pour enrichir la langue et développer « mot à mot, noir sur blanc […] un roman qui pour biscornu qu’il fût, illico lui parut plutôt satisfaisant.13 » Cet aspect noir sur blanc est en effet ce qui marque l’imprimé final, et l’on se rend compte, quand elle manque, combien la voyelle e allège, aère, la page, mais c’est aussi bien le cas pour la page manuscrite quand elle a fait son deuil de e, ou pour la page dactylographiée, comme le montrent les deux pages présentées ici (fig. 2 et fig. 3).

Fig. 2 : « ici tout discours avait pour conclusion la mort du discourant… », 21 x 27 cm

Cliché HN, © « Indivision Richardson-Saluden »

Fig. 3 : « La pathovocalisation doit tout à Antoine Voyl… », 21 x 27 cm

Cliché HN, © « Indivision Richardson-Saluden »

8Les dossiers préparatoires présentent un ensemble de « listes » qui témoignent du travail proprement « linguistique », aventureux et systématique à la fois, d’exploration de la langue sans e que Perec a conduit. On peut en effet distinguer dans ces constructions de listes une pratique associative « libre » et une pratique tout à fait systématique, d’exploration d’abord, puis de présentation enfin.

9Les feuillets d’associations témoignent des formes de l’invention et de la nature des relations conceptuelles, mentales, imaginatives, qui permettent de constituer des bribes de listes. Il y a possibilité d’un type de voyage particulier dans le vocabulaire réduit du « sans e ».

10Ainsi du feuillet 86, 1, 66, 13 r° (fig. 4) qui est un début de texte-liste remarquable, collusion de « personnels politiques » sans e : « Un rabbin, trois cardinaux, un amiral franc-maçon, un trio d’insignifiants politicards soumis au bon plaisir d’un trust anglo-saxon, ont fait savoir… »

Fig. 4 : Listes et récit, 20,5 x 27,9 cm

Cliché HN, © « Indivision Richardson-Saluden »

11Le syntagme est littéralement porté par l’absence du e dans les références à ces « puissants ». Mais au début de la page, on remarque également une liste de pure association par types d’objet, selon ce qui sera plus tard la logique même du traitement des contraintes de La Vie mode d’emploi. Ici, il s’agit d’un d’inventaire des sièges sans e :

  • 14 Id., la phrase raturée est reprise dans le roman, à la fin du ch. 9, p. 108 ; p. 336.

un banc / un divan, un divan-lit, un cosy, un sofa / un pliant, un strapontin / un pouf, un gros coussin à capitons / un club / un rocking-chair / un transat / un charmant vis-à-vis d’acajou (anobli par l’amour qu’y avait jadis conçu un boyard pour la Crisi) acquis à prix d’or à Drouot par Urbain d’Agostino14.

12La liste de mots sans e permet l’inventaire des choses, la catalogue des objets, et, cela est probant dans tant d’autres listes, des êtres et des lieux.

13L’association libre sous la contrainte du « sans e » permet ainsi de recruter loin dans le vocabulaire, et de penser à des voisinages, comme à des thématiques appropriées. Ainsi, l’un des feuillets les plus attachants en ce sens pourrait être le folio 86, 1, 7 (fig. 5) où des listes sont essayées autour du mot « hagard », qui semble désigner l’état même du chercheur, et tente diverses associations par voisinages (« maximum », « maximal », « minimum », « minimal ») ; et associations par sonorités finales (« pognon », « rognon », « souillon », « grillon », « graillon », « Noyon »), puis bifurcation par géographie (« Noyon », « Laval ») et par géographie étendue (« japonais », « chinois », « indochinois »). Il est difficile cependant d’expliquer comment alors on passe à : « radin », « malin », « tarin ». Des relations anatomiques sont aisées (« doigt », « main » , « bras ») comme pour le plaisir de syntagmes dérivés (« pois », « poilu », « poil » , « ras », « poil au cul », « poil au dos »).

Fig. 5 : Listes par association libre (19,3 x 27,9 cm)

Cliché HN, © « Indivision Richardson-Saluden »

14Il y a une sorte d’application dans l’élaboration de ces listes de mots sans e, qui consiste à faire varier les formes de contamination dans l’exploration du vocabulaire. Le folio 86, 1, 13 (fig. 6) est particulièrement disparate en ce sens : « haricot », « bouricot », « asticot », « charcot », « soupault », « tuyau », « joyau », sont portés par le son final, mais subitement l’inventaire bifurque sur une association d’un autre type : « joyau », « bijou », « joli ». On peut penser que « communal » et « municipal » s’entraînent l’un l’autre, comme « pain au raisin » commande la possibilité de « au chocolat ». Mais il est troublant de voir comment assombrir la langue sans e aboutit à des trouvailles, à la mobilisation de brefs paradigmes.

Fig. 6 : Listes par association libre (19,3 x 27,9 cm).

Cliché HN, © « Indivision Richardson-Saluden »

15Perec sauvegarde constamment une liberté de l’invention par associations libres, simultanément avec des essais de phrase, comme sur le feuillet 86, 1, 14, 1 (fig. 7), où l’essai « un cousin à lui, l’invita dans sa datcha à Pontchartain », ou la bribe « il alla au zoo voir un lion, un agouti, un ara » voisinent avec l’étrange liste « igloo », « lappon [sic] », « Salsifis », « Saint Paul », « souffrant », « fox trot », « Broadway », « chagrin », « bras », « tour », « bois », « fusil ». De telles pages sont la surface d’une sorte de méditation à travers le vocabulaire, et de liberté donnée à la puissance des associations mentales qui règnent quand on interroge librement la langue, paradoxalement sous contrainte ici d’une absence, et d’une lacune radicale. C’est ce que l’on peut lire également sur le folio 86, 1, 99  (fig. 8) où des essais de texte sans e (en particulier « Il dormait. Il fut pris soudain Tout à coup d’un sursaut brutal. Il frissonna. La vision apparut, un court instant, s’obscurcit, disparut, il crut la voir s’obscurcir ») voisine avec des essais de paradigmes particulièrement significatifs en relation avec l’activité alors en jeu : « imagination », « fiction », « illusion », « hallucination », ou encore « Intuition », « Induction », « abstraction », « Imagination ». La théorie en jeu dans l’écriture de ce roman en langue de deuil devra elle-même ne pouvoir être formulée que sous la coupe de l’absence de e.

Fig. 7 : Listes par association libre (19,3 x 27,9 cm).

Cliché HN, © « Indivision Richardson-Saluden »

Fig. 8 : Listes par association libre (15,5 x 19 cm)

Cliché HN, © « Indivision Richardson-Saluden »

16Cependant Perec a également développé des types d’explorations beaucoup plus systématiques, pour lesquelles on imagine que les dictionnaires ont été des auxiliaires parfaits. Il en est ainsi de la tentative d’épuisement des mots dont on peut a priori penser qu’ils sont rares : mots commençant par K, par W (on peut remarquer que « wagon » est décliné en trois versions : « salon », « lit », « bar »), ou par Y (fig. 9, 10, 11). Il s’agissait d’inventorier le marginal, le singulier, d’aller chercher dans les réserves de la langue, et de compenser ainsi l’exclusion des mots et des noms sans e.

Fig. 9 : Liste par initiale rare, ici K, et par ordre alphabétique (20,5 x 27,9 cm)

Cliché HN, © « Indivision Richardson-Saluden »

Fig. 10 : Liste par initiale rare, ici W, et par ordre alphabétique (20,5 x 27,9 cm)

Cliché HN, © « Indivision Richardson-Saluden »

Fig. 11 : Liste par initiale rare, ici Y, et par ordre alphabétique (20,5 x 27,9 cm)

Cliché HN, © « Indivision Richardson-Saluden »

17Dans le même type d’exploration du vocabulaire a priori rare, s’inscrit le feuillet complexe (f° 86, 1, 114 ) (fig. 12) où le répertoire des mots commençant par « Ab », par ordre alphabétique (mais « abjuration » ne figure pas), voisine avec une liste de mots commençant par « Vi ».

Fig. 12 : Liste par initiales, ici « Ab » et « Vi », et par ordre alphabétique (21,3 x 30 cm)

Cliché HN, © « Indivision Richardson-Saluden »

18Des feuillets sont plus systématiques encore : ainsi du relevé, par ordre alphabétique, sans doute établi par un relevé dans un dictionnaire, des mots commençant par « im », complété par le relevé de mots commençant par « in » (f° 86, 1, 111 ) (fig. 13), liste prolongée sur un autre folio (f° 86, 1, 112 v°) (fig. 14) pour les mots commençant par « in » ; et l’on découvre ainsi la richesse de ce dictionnaire des « sans e » mais commençant par « in ».

Fig. 13 : Liste par initiales, ici « Im » et « In », et par ordre alphabétique (20,5 x 27,9 cm)

Cliché HN, © « Indivision Richardson-Saluden »

Fig. 14 : Liste par initiales, ici « In », et par ordre alphabétique (20,5 x 30 cm)

Cliché HN, © « Indivision Richardson-Saluden »

19Plus inattendu, mais précisément il fallait y penser, Perec fait le relevé des mots commençant par « sc » (f° 86, 1, 66, 15) (fig. 15), dans lequel les noms propres abondent : « Scipion », « Schuman », « Schmid », « Scylla », etc. Comme cela sera le cas lors de la préparation et l’écriture de La Vie mode d’emploi, l’inventaire récolte l’hétéroclite, qui produit une étrange cohabitation des mondes, liés simplement par la lettre, et ici par l’absence d’une lettre. Ces mots et noms sans e deviennent les matériaux à récupérer, à réanimer en phrases, en prose, en récit, en fiction, pour permettre d’accomplir la disparition des mots et des noms marqués par e.

Fig. 15 : Liste par initiales, ici « Sc », et par ordre alphabétique (20,5 x 30 cm)

Cliché HN, © « Indivision Richardson-Saluden »

20Deux autres feuillets de recherche systématique sont particulièrement marquants : une longue liste de verbes à l’infinitif sans e. Ces verbes ont en effet la particularité d’offrir plus de formes conjuguées sans e que, bien sûr, les verbes du premier groupe. Ils sont ainsi une mine pour la langue en deuil. On peut remarquer cependant que cette double liste n’est pas alphabétique, elle n’est donc pas un simple relevé d’un dictionnaire, mais bien un exercice de mémoire et d’inventaire par séries associées (f° 86, 1, 62, 1 et f° 86, 1, 62, 2 d) (fig. 16 et 17).

Fig. 16 : Verbes à l’infinitif sans e, et par ordre alphabétique (21 x 27 cm)

Cliché HN, © « Indivision Richardson-Saluden »

Fig. 17 : Verbes à l’infinitif sans e, et par ordre alphabétique (21 x 27 cm)

Cliché HN, © « Indivision Richardson-Saluden »

21Enfin, Perec convertit également l’exercice d’extraction des mots et noms sans e en un ensemble de relevés systématiques, en des listes dactylographiées qui composent des catégories tout à fait arbitraires et formelles. Ainsi des « 26 premiers mots sans e (Petit Robert) » et des « 26 derniers mots sans E (piti robert) » (f° 86, 1, 110, 1 et f° 86, 110, 2) (fig. 18 et 19) ; ou des mots « les plus courts » (de 1 à 5 lettres) et des mots « les plus longs (en principe seulement les noms communs) » (de 22 à 15 lettres) (f° 86, 1, 110, 3 et f° 86, 1, 110, 4) (fig. 20 et 21). Le vocabulaire et les références sans e disponibles sont ainsi ordonnés selon leur « dimension » littérale, comme dans le souci d’épuiser vraiment à saturation la langue et les vocabulaires.

Fig. 18 : « Les 26 premiers mots sans e, Petit Robert », (21 x 27 cm)

Cliché HN, © « Indivision Richardson-Saluden »

Fig. 19 : « Les 26 derniers mots sans e, piti Robert », (21 x 27 cm)

Cliché HN, © « Indivision Richardson-Saluden »

Fig. 20 : « Les plus courts », (21 x 27 cm)

Cliché HN, © « Indivision Richardson-Saluden »

Fig. 21 : « LES PLUS LONGS », (21 x 27 cm)

Cliché HN, © « Indivision Richardson-Saluden »

22Enfin, Perec a élaboré un grand répertoire des mots sans e classés par leur lettre final : a, b, c, d, f, g, h, i, j, k, m, o, p, q, v, w, y, et dans chaque ensemble groupés en colonnes selon leur nombre de lettres : ce qui donne un paysage étonnant du dictionnaire, de la disponibilité du vocabulaire et des noms de lieux, de personnes, de marques, tous rangés comme en dispositif de bataille, en phalanges lexicales (f°s 86, 1, 110, 5 à 22 d) (fig. 22 à 39).

Fig. 22 et 23 : Le dictionnaire redistribué : mots ordonnés d’après leur lettre finale et selon leur nombre de lettres, (21 x 27 cm)

Clichés HN, © « Indivision Richardson-Saluden »

Fig. 24 et 25 : Le dictionnaire redistribué : mots ordonnés d’après leur lettre finale et selon leur nombre de lettres, (21 x 27 cm)

Clichés HN, © « Indivision Richardson-Saluden »

Fig. 26 et 27 : Le dictionnaire redistribué : mots ordonnés d’après leur lettre finale et selon leur nombre de lettres, (21 x 27 cm)

Clichés HN, © « Indivision Richardson-Saluden »

Fig. 28 et 29 : Le dictionnaire redistribué : mots ordonnés d’après leur lettre finale et selon leur nombre de lettres, (21 x 27 cm)

Clichés HN, © « Indivision Richardson-Saluden »

Fig. 30 et 31 : Le dictionnaire redistribué : mots ordonnés d’après leur lettre finale et selon leur nombre de lettres, (21 x 27 cm)

Clichés HN, © « Indivision Richardson-Saluden »

Fig. 32 et 33 : Le dictionnaire redistribué : mots ordonnés d’après leur lettre finale et selon leur nombre de lettres, (21 x 27 cm)

Clichés HN, © « Indivision Richardson-Saluden »

Fig. 34 et 35 : Le dictionnaire redistribué : mots ordonnés d’après leur lettre finale et selon leur nombre de lettres, (21 x 27 cm)

Clichés HN, © « Indivision Richardson-Saluden »

Fig. 36 et 37 : Le dictionnaire redistribué : mots ordonnés d’après leur lettre finale et selon leur nombre de lettres, (21 x 27 cm)

Clichés HN, © « Indivision Richardson-Saluden »

Fig. 38 et 39 : Le dictionnaire redistribué : mots ordonnés d’après leur lettre finale et selon leur nombre de lettres, (21 x 27 cm)

Clichés HN, © « Indivision Richardson-Saluden »

23On doit explorer ces listes : découvertes et étonnements s’y multiplient. À les lire, on mesure l’inventivité que fournit encore la langue en manque de la voyelle e, et un étonnant dictionnaire apparaît, qui devrait rédimer une perte radicale, au sein de la langue. Le dispositif nous dit : voyez l’inventaire de ce qui vous reste, une fois disparue la lettre e.

24Perec opère ainsi, au-delà de la recherche du vocabulaire sans e nécessaire à son projet de vaste lipogramme narratif et de récit catastrophique, des classements en listes selon une étrange anatomie formelle des termes de la langue et de la culture, qui donne de celles-ci une sorte de figure sombre. Jacques Roubaud l’avait souligné :

  • 15 Jacques Roubaud, « Notes sur la poétique des listes chez Georges Perec », dans Penser, classer, écr (...)

On commencera par une constatation : les textes de Georges Perec, dans leurs états préparatoires aussi bien que finaux, sont « mangés de listes »15.

25Ces mots et noms en listes, recherchés dans la mémoire et dans les dictionnaires, sont comme les survivants du vocabulaire, après la destruction des mots avec e. Mais en même temps, avec ces listes, listes de recherche et listes d’exposition, le paysage de la langue s’ouvre considérablement, par cette exploration des mots orphelins de e, et par l’inventaire de ce qui de la langue survit, malgré tout, sans e.

Haut de page

Notes

1 « “Je n’ai pas de souvenirs d’enfance” : je posais cette affirmation avec assurance, avec presque une sorte de défi. L’on n’avait pas à m’interroger sur cette question. Elle n’était pas inscrite à mon programme. J’en étais dispensé : une autre histoire, la Grande, l’Histoire avec sa grande hache, avait déjà répondu à ma place : la guerre, les camps », W ou le souvenir d’enfance, [Denoël, 1975], Gallimard, « L’Imaginaire », 1993, p. 17 ; Œuvres, t. I, Gallimard, « La Pléiade », 2017, p. 661.

2 Claude Burgelin, Georges Perec, Le Seuil, « Les Contemporains », 1988, p. 108.

3 La Disparition, Denoël, 1969, p. 305 ; Œuvres, t. I, Gallimard, « La Pléiade », 2017, p. 470.

4 Id., p. 14 ; p. 270.

5 Claude Burgelin commente « Pour E » en indiquant que ce peut être à la fois dédicace à Esther Bienenfeld, la tante de Georges Perec, Ela Bienenfeld, sa cousine, et que Perec aurait dit qu’il fallait aussi entendre « eux », ses parents, derrière cet « E » ; mais il ajoute qu’il s’agit bien aussi de la voyelle « E », dans ce livre dont le titre est également une lettre « W » (Œuvres, t. I, Gallimard, « La Pléiade », 2017, p. 1081).

6 W ou le souvenir d’enfance, [Denoël, 1975], Gallimard, « L’Imaginaire », 1993, p. 63 ; Œuvres, t. I, Gallimard, « La Pléiade », 2017, p. 689.

7 L’exercice est également une prouesse qui scelle magistralement l’appartenance oulipienne, alors récente, de Perec. Dans le même ordre de prouesse oulipienne, Perec réalisa en 1969 le grand palindrome (plus de 5 000 lettres) « 9691 Edna D’Nilu : O, mû, acéré Pseg Roeg… ». Jacques Roubaud a souligné l’orthodoxie « oulipienne » du roman de Perec, selon le premier principe de Roubaud : « Un texte écrit suivant une contrainte parle de cette contrainte. / Exemple 1 : La Disparition de Georges Perec raconte la disparition du “e” » (OULIPO, atlas de littérature potentielle, Gallimard, « Idées », 1981, p. 90).

8 Œuvres, t. I, Gallimard, « La Pléiade », 2017, p. 1000. La fiction du roman développe cette règle de la raréfaction dans son chapitre 28 : « Disons, grosso modo, qu’à la fin tu n’auras à ta disposition qu’un mot sur trois. » La Disparition, Denoël, 1969, p. 195 ; Œuvres, t. I, Gallimard, « La Pléiade », 2017, p. 393.

9 Claude Burgelin, Georges Perec, « Les Contemporains », Le Seuil, 1988, p. 93.

10 La Disparition, Denoël, 1969, p. 309 ; Œuvres, t. I, Gallimard, « La Pléiade », 2017, p. 471. Sur la genèse du roman, voir la très précise notice de Maxime Decout dans l’édition de la Pléiade, p. 998-1009.

11 Voir en particulier David Bellos, Georges Perec. Une vie dans les mots, Le Seuil, 1994, p. 421-426 : « l’élaboration de La Disparition s’inscrivit dans la vie communautaire du Moulin d’Andé. » David Bellos donne quelques références de textes inclus dans La Disparition, composés par Monique Wittig, Alain Guérin, Maurice Pons ; Raymond Queneau fournit un double lipogramme en e et en a (La Disparition, Denoël, 1969, p. 296 ; Œuvres, t. I, Gallimard, « La Pléiade », 2017, p. 464).

12 Nous remercions vivement Sylvia Richardson pour l’autorisation qu’elle nous a généreusement donnée, au nom de l’« Indivision Richardson-Saluden », de consulter et reproduire les manuscrits préparatoires de La Disparition, conservés dans le fonds Georges Perec de la Bibliothèque nationale de France et de celle de l’Arsenal ; ainsi que Jean-Luc Joly et Emmanuel Swenger pour leur aide dans l’accès à ces manuscrits, dans les locaux de l’association Georges Perec, à la Bibliothèque de l’Arsenal. L’ensemble préparatoire dont nous présentons des exemples est classé dans la boîte 86, 1.

13 La Disparition, Denoël, 1969, p. 310 ; Œuvres, t. I, Gallimard, « La Pléiade », 2017, p. 472.

14 Id., la phrase raturée est reprise dans le roman, à la fin du ch. 9, p. 108 ; p. 336.

15 Jacques Roubaud, « Notes sur la poétique des listes chez Georges Perec », dans Penser, classer, écrire de Pascal à Perec, sous la direction de Béatrice Didier et Jacques Neefs, Presses universitaires de Vincennes, 1990, p. 201.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-3.png
Fichier image/png, 1,3M
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-4.png
Fichier image/png, 1,2M
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-5.png
Fichier image/png, 1,0M
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-6.png
Fichier image/png, 930k
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-7.png
Fichier image/png, 1,4M
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-8.png
Fichier image/png, 949k
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-9.png
Fichier image/png, 1,0M
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-10.png
Fichier image/png, 925k
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-11.png
Fichier image/png, 944k
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-12.png
Fichier image/png, 2,2M
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-13.png
Fichier image/png, 1,1M
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-14.png
Fichier image/png, 1,1M
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-15.png
Fichier image/png, 1,1M
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-16.png
Fichier image/png, 1,0M
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-17.png
Fichier image/png, 992k
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-18.png
Fichier image/png, 1,1M
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-19.png
Fichier image/png, 1,2M
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-20.png
Fichier image/png, 1,0M
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-21.png
Fichier image/png, 1,1M
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-22.png
Fichier image/png, 1,6M
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-23.png
Fichier image/png, 1,2M
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-24.png
Fichier image/png, 1,1M
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-25.png
Fichier image/png, 1,8M
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-26.png
Fichier image/png, 791k
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-27.png
Fichier image/png, 968k
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-28.png
Fichier image/png, 671k
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-29.png
Fichier image/png, 756k
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3706/img-30.png
Fichier image/png, 795k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Neefs, « La langue en deuil »Genesis, 47 | 2018, 121-138.

Référence électronique

Jacques Neefs, « La langue en deuil »Genesis [En ligne], 47 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/genesis/3706 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.3706

Haut de page

Auteur

Jacques Neefs

Jacques Neefs, professeur à Johns Hopkins University, professeur émérite à l’université Paris VIII et membre de l’ITEM (CNRS-ENS), a publié des études sur Stendhal, Balzac, Flaubert, Claude Simon, Raymond Queneau, Georges Perec et sur la critique génétique. En 1993, il a publié au Seuil, avec Hans Hartje, Georges Perec Images, et aux Éditions du CNRS et Zulma, avec Hans Hartje et Bernard Magné, Le Cahier des charges de La Vie mode d’emploi. Il a contribué récemment aux Cahiers de l’Herne Georges Perec et Pierre Michon. Il a édité, au Livre de poche, Madame Bovary (1999) et Salammbô (2011). Il a publié aux Éditions Cécile Defaut « Flaubert et la bêtise » dans A. Herschberg Pierrot (dir.), Flaubert et l’Empire de la bêtise (2012) et « Stupeur et bêtise » dans A. Herschberg Pierrot et J. Neefs (dir.), Bouvard et Pécuchet, Archives et interprétations (2014). Il a édité Balzac, l’éternelle genèse, PUV, 2015, et édite actuellement, en collaboration avec Claude Mouchard et avec Anne Herschberg Pierrot, La Tentation de saint Antoine et Bouvard et Pécuchet pour le tome V des Œuvres complètes de Flaubert, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade ».

jneefs@jhu.edu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search