Navigation – Plan du site
Inédit

La langue en deuil

Mots et noms sans e et en listes dans les dossiers préparatoires de La Disparition de Georges Perec
Jacques Neefs
p. 121-138

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Aperçu du texte

La Disparition, le roman sans la lettre e que Georges Perec a publié en 1969 est une œuvre absolument singulière qui, dans la littérature de la seconde moitié du xxsiècle, actualise perte, manque et mutilation en mémoire de l’Histoire (celle que Perec qualifiera dans W ou le souvenir d’enfance comme « la Grande, l’Histoire avec sa grande hache »), de façon troublante et profonde, non simplement par son thème et par sa forme, mais dans sa langue. Ce livre est en même temps une résilience, par le pouvoir dont il témoigne de « faire sans », malgré tout, ici sans la lettre « e » ; et de continuer, et de renouer avec les récits, au-delà de la perte et du ravage. La grandeur et la puissance de ce roman sont d’être un geste radical, lipogramme démesuré, œuvre-concept qui rejoue une blessure radicale en privant la langue française de sa lettre e ; en même temps, le livre est un roman d’énigmes et d’enquêtes, d’entrelacs et de hantises, composé de multiples « sagas de tueries liées à la fi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Neefs, « La langue en deuil », Genesis, 47 | 2018, 121-138.

Référence électronique

Jacques Neefs, « La langue en deuil », Genesis [En ligne], 47 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 22 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/genesis/3706 ; DOI : 10.4000/genesis.3706

Haut de page

Auteur

Jacques Neefs

Jacques Neefs, professeur à Johns Hopkins University, professeur émérite à l’université Paris VIII et membre de l’ITEM (CNRS-ENS), a publié des études sur Stendhal, Balzac, Flaubert, Claude Simon, Raymond Queneau, Georges Perec et sur la critique génétique. En 1993, il a publié au Seuil, avec Hans Hartje, Georges Perec Images, et aux Éditions du CNRS et Zulma, avec Hans Hartje et Bernard Magné, Le Cahier des charges de La Vie mode d’emploi. Il a contribué récemment aux Cahiers de l’Herne Georges Perec et Pierre Michon. Il a édité, au Livre de poche, Madame Bovary (1999) et Salammbô (2011). Il a publié aux Éditions Cécile Defaut « Flaubert et la bêtise » dans A. Herschberg Pierrot (dir.), Flaubert et l’Empire de la bêtise (2012) et « Stupeur et bêtise » dans A. Herschberg Pierrot et J. Neefs (dir.), Bouvard et Pécuchet, Archives et interprétations (2014). Il a édité Balzac, l’éternelle genèse, PUV, 2015, et édite actuellement, en collaboration avec Claude Mouchard et avec Anne Herschberg Pierrot, La Tentation de saint Antoine et Bouvard et Pécuchet pour le tome V des Œuvres complètes de Flaubert, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade ».

jneefs@jhu.edu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals