Navigation – Plan du site
Varia

Genet et la rhapsodie poétique

Élise Nottet-Chedeville
p. 141-154

Résumés

Peu étudié, l’avant-texte des Poèmes de Jean Genet révèle pourtant un mouvement de genèse spécifique. À travers l’analyse de documents d’archives et de manuscrits de deux de ses poèmes – « La Parade » et « La Galère » – cet article met en lumière comment Genet conçoit l’écriture poétique sur le mode de la rhapsodie, n’hésitant pas à déplacer, à réutiliser, à renommer et à réécrire – c’est-à-dire à coudre ensemble vers, strophes et poèmes selon ses besoins et les désirs d’autrui, et cela afin de plaire et de se faire éditer. Ce mouvement de migration textuelle aux coutures apparentes éclaire la genèse du recueil Poèmes, explique la discontinuité et le caractère hétéroclite, voire l’hermétisme de certains poèmes, et participe à la création d’un style propre.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

Genèse du poème « La Parade »
Genèse du poème « La Galère »

Aperçu du texte

Alors que la prose de Genet est souvent qualifiée de « poétique », l’auteur n’a publié que quelques poèmes entre 1942 et 1948 : « Le Condamné à mort », édité seul et à compte d’auteur en 1942 ; « Marche funèbre », édité avec le poème précédent sous le titre Chants secrets par Marc Barbezat en 1945 ; quelques poèmes publiés sans nom d’auteur sous le titre Vingt lithographies pour un livre que j’ai lu en 1945 ; et enfin les poèmes « La Parade », « La Galère », « Un chant d’amour » et « Le pêcheur du Suquet » édités avec les deux premiers poèmes de Genet sous le titre Poèmes par Marc Barbezat à L’Arbalète en 1948. Réédités depuis dans un même volume par les éditions Gallimard, ces poèmes abordent des thématiques réprouvées par la société des années quarante comme celles du vol, du crime, de la pédérastie et de la pornographie, dans une langue emplie de préciosités et dans le cadre de vers réguliers tels l’alexandrin ou le décasyllabe aux rimes impeccablement plates, croisées ou embrass...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élise Nottet-Chedeville, « Genet et la rhapsodie poétique », Genesis, 47 | 2018, 141-154.

Référence électronique

Élise Nottet-Chedeville, « Genet et la rhapsodie poétique », Genesis [En ligne], 47 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 22 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/genesis/3730 ; DOI : 10.4000/genesis.3730

Haut de page

Auteur

Élise Nottet-Chedeville

Élise Nottet-Chedeville est agrégée de lettres modernes, ATER à Sorbonne Université et doctorante au sein de l’équipe d’accueil STIH (Sorbonne Université, EA 4509). Elle achève une thèse sur les poèmes de Jean Genet sous la direction de Jacques Dürrenmatt et s’intéresse plus largement à la génétique textuelle, à la stylistique et à la littérature des xxe et xxie siècles.

elise_nottet@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals