Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47VariaGenet et la rhapsodie poétique

Varia

Genet et la rhapsodie poétique

Élise Nottet-Chedeville
p. 141-154

Résumés

Peu étudié, l’avant-texte des Poèmes de Jean Genet révèle pourtant un mouvement de genèse spécifique. À travers l’analyse de documents d’archives et de manuscrits de deux de ses poèmes – « La Parade » et « La Galère » – cet article met en lumière comment Genet conçoit l’écriture poétique sur le mode de la rhapsodie, n’hésitant pas à déplacer, à réutiliser, à renommer et à réécrire – c’est-à-dire à coudre ensemble vers, strophes et poèmes selon ses besoins et les désirs d’autrui, et cela afin de plaire et de se faire éditer. Ce mouvement de migration textuelle aux coutures apparentes éclaire la genèse du recueil Poèmes, explique la discontinuité et le caractère hétéroclite, voire l’hermétisme de certains poèmes, et participe à la création d’un style propre.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet ouvrage, illustré de lithographies de Roland Caillaux, n’a jamais été reconnu par Genet et n’es (...)
  • 2 Jean Genet, Le Condamné à mort et autres poèmes suivi du Funambule, Paris, Gallimard, coll. « Poési (...)
  • 3 D’après Laurent Boyer, ami et exécuteur testamentaire de Genet, aujourd’hui décédé.
  • 4 On recense quelques articles : Patrice Bougon, « Du désir des corps à l’amour des mots dans la poés (...)

1Alors que la prose de Genet est souvent qualifiée de « poétique », l’auteur n’a publié que quelques poèmes entre 1942 et 1948 : « Le Condamné à mort », édité seul et à compte d’auteur en 1942 ; « Marche funèbre », édité avec le poème précédent sous le titre Chants secrets par Marc Barbezat en 1945 ; quelques poèmes publiés sans nom d’auteur sous le titre Vingt lithographies pour un livre que j’ai lu en 19451 ; et enfin les poèmes « La Parade », « La Galère », « Un chant d’amour » et « Le pêcheur du Suquet » édités avec les deux premiers poèmes de Genet sous le titre Poèmes par Marc Barbezat à L’Arbalète en 1948. Réédités depuis dans un même volume par les éditions Gallimard2, ces poèmes abordent des thématiques réprouvées par la société des années quarante comme celles du vol, du crime, de la pédérastie et de la pornographie, dans une langue emplie de préciosités et dans le cadre de vers réguliers tels l’alexandrin ou le décasyllabe aux rimes impeccablement plates, croisées ou embrassées. Ces « péchés de jeunesse3 », selon les propres mots de l’auteur, ne sont que peu étudiés4 alors qu’ils révèlent nombre de stylèmes de l’écrivain. Éparpillés, lacunaires et jamais analysés en tant que tels, les quelques documents composant l’avant-texte poétique de Genet apparaissent comme un matériau d’exception pour comprendre la naissance du style genétien et son mouvement, montrant de manière oblique ce qui se cache derrière le mythe élaboré par l’homme, la critique et la société. Parenthèse littéraire pour certains ou propédeutique indépassable pour d’autres, la production poétique de Genet doit donc aussi – et certainement d’abord – être étudiée dans une perspective génétique. Ainsi, à travers l’étude de documents d’archives et l’analyse de manuscrits de deux de ses poèmes – « La Parade » et « La Galère » – nous verrons que Genet n’a pas de conception figée ou sacralisée de l’écriture et qu’avec lui « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » puisqu’il n’hésite pas à déplacer et à réutiliser vers, strophes et poèmes selon ses besoins, les desiderata d’autrui ou la recherche d’un style qui lui soit propre. Plus encore, par opportunisme, pragmatisme littéraire ou principe poétique, cette constance migratoire devient pour Genet un ouvroir potentiel de littérarité visible, fonctionnant sur le mode de la rhapsodie.

Genèse du poème « La Parade »

  • 5 Cf. note 1 ci-dessus.

2La genèse du poème « La Parade » offre un exemple de la pratique de ce Lavoisier poétique que se révèle être Genet et permet d’expliciter l’apparente complexité du poème et son hermétisme. Le dossier génétique valide par ailleurs définitivement la paternité des poèmes du recueil Vingt lithographies pour un livre que j’ai lu5 et permet de dater assez précisément la rédaction des différentes strophes.

  • 6 Ce poème est publié en fac-similé avec les lettres que Genet envoya à son ami François Sentein dans (...)

3C’est le 10 février 1943 que le poète, alors en prison, envoie à son ami Roland Laudenbach un pneumatique au dos duquel il a écrit un poème, « Boxeur endormi », en l’honneur de Guy, l’un de ses amants6 :

  • 7 Transcription incertaine de François Sentein.
  • 8 Lettres au petit Franz, Paris, Gallimard, coll. « Le Promeneur », 2000, p. 20.

Au dos de cette carte, j’ai griffonné un petit poème à propos d’un jeune boxeur que j’appellais « Géo-la-voix-d’or-battu » et que j’ai gardé, en cellule, à la 230, bien des matins dans mes bras.
N’oubliez pas ce gosse. Vous savez, ce n’est pas un de mes gigolos. C’est un gamin très cher [?]7 : enfin vous verrez8.

  • 9 Jean Cocteau, Journal 1942-1945, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », p. 269.
  • 10 Cf. ci-dessous pour le détail de ces variantes.

4Ledit poème est ensuite récité à Cocteau par Genet le 14 février lors de leur première entrevue, comme le rappelle Cocteau dans son Journal9.Lors de cette rencontre, Genet donne au « Prince des Poètes » un de ses exemplaires dédicacé du Condamné à mort (fig. 1) sur lequel est écrit le poème qu’il vient de réciter, intitulé cette fois « Voleur, Boxeur endormi » (fig. 2). Outre cette modification du titre, le poème comporte huit variantes et l’ajout d’un vers final par rapport à la version envoyée à Roland Laudenbach10.

Fig. 1 : Dédicace de Genet inscrit sur l’exemplaire du Condamné à mort donné à Cocteau en février 1943

« L’exemplaire que vous avez est vraiment moche. Je crois celui-ci imprimé sur un plus joli papier. Je vous prie de l’accepter comme j’ai accepté le dessin. À la fin j’ai écrit un “voleur-boxeur endormi”. Ce n’est pas fameux mais enfin, j’ai fait ce que j’ai pu. Votre ami Jean Genet ».

© Bibliothèque historique de la Ville de Paris [MS-FS-05-7764]

Fig. 2 : Poème manuscrit de Genet inscrit sur l’exemplaire du Condamné à mort donné à Cocteau en février 1943

© Bibliothèque historique de la Ville de Paris [MS-FS-05-7764]

  • 11 Lettres au petit Franz, Paris, Gallimard, coll. « Le Promeneur », 2000, p. 23, 91, 92 et 94.
  • 12 Ces poèmes sont conservés à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris avec le poème « La Galè (...)

5Le 21 juillet 1943, de nouveau incarcéré, Genet envoie à son ami François Sentein un pneumatique dans lequel se trouve, au verso de l’unique feuillet, un poème, « À propos de la mort de Dubois qui buta le curé », composé de six strophes11, écrit en l’honneur d’Albert Dubois, condamné à mort pour l’assassinat de l’abbé Noël et exécuté dans la cour de la Santé le 16 juin 1943. Ledit poème est par ailleurs envoyé au même moment à François Bérard et Boris Kochno, amis de Genet et de Cocteau, sous le nom de « Vigile », avec quelques modifications. Il est accompagné de deux autres poèmes : « À Guy », composé de deux quatrains et d’un vers, et « Au même », composé de trois quatrains et d’un quintil12 (fig. 3).

Fig. 3 : « À Guy » et « Au même », poèmes manuscrits de Genet, envoyés à Boris Kochno et Christian Bérard en 1943

© Bibliothèque historique de la Ville de Paris, fonds Boris Kochno

6En avril 1945, paraît le recueil Vingt lithographies pour un livre que j’ai lu, sans nom d’auteur, composé de vingt poèmes et vingt illustrations de Roland Caillaux. On y retrouve le poème « Voleur, Boxeur endormi » envoyé à Cocteau avec des variantes par rapport aux deux états précédents ainsi que le poème « À propos de la mort de Dubois qui buta le curé » ou « Vigile », scindé en deux, amputé de sa dernière strophe et largement modifié (fig. 4).

Fig. 4 : « Vigile », poème manuscrit de Genet envoyé à Boris Kochno et Christian Bérard en 1943.

© Bibliothèque historique de la Ville de Paris, fonds Boris Kochno

  • 13 Lettres à Olga et Marc Barbezat, Paris, Gallimard, coll. « L’Arbalète », 1988, p. 100.

7Genet travaille au même moment à l’élaboration d’une œuvre « complète » de ses poèmes avec Marc Barbezat, avec lequel il vient de publier son premier recueil poétique. Dès novembre 1945, il lui écrit : « Faites-moi parvenir les épreuves des poèmes. Et dites-moi la forme que vous donnerez au volume.13 » Genet donne ensuite des consignes précises et n’hésite pas à dicter lui-même l’ordre de composition, comme l’indique cet échange entre les deux hommes, daté du 20 février 1946 :

  • 14 Id., p. 110.

Mon cher Ami,
Voici dans quel ordre vous placerez les poèmes. Ce sont là les seuls que je veuille garder. Le reste je m’en torche le cul.
Au début de « Un Chant d’Amour » vous mettrez cette dédicace : « À Lucien Sénémaud. »
Voici l’ordre du recueil général :
À M. Pilorge
Condamné à mort
Marche funèbre
À Lucien Sénemaud
Un Chant d’Amour
La Galère
Guy I et II
La Parade
Le flic
Secret
Voleur I et II
Boxeur
Et tout le reste vous regarde14

  • 15 En ce qui concerne les variations de dédicace en particulier et la date de composition du « Pêcheur (...)

8Cet échange permet d’établir la genèse du recueil Poèmes15 et celle du poème « La Parade ». De fait, certains des titres mentionnés par Genet, à savoir « Guy I et II », « Le flic », « Secret », « Voleur I et II » et « Boxeur » n’apparaissent jamais tels quels dans les poèmes édités de Genet. Une étude attentive du recueil Poèmes en regard de cette lettre et du recueil Vingt lithographies pour un livre que j’ai lu illustré par Caillaux nous conduit à formuler l’hypothèse que ces noms de poèmes mentionnés par Genet correspondent pour certains à des poèmes envoyés à des proches – Cocteau, Laudenbach, Sentein, Bérard, Kochno – publiés dans Vingt lithographies pour un livre que j’ai lu en 1945, sans noms et sans termes en majuscules, et que lesdits poèmes furent repris et regroupés ensuite dans un ordre différent et sous forme de strophes comme un seul poème sous le titre général de « La Parade » dans le recueil Poèmes par Marc Barbezat en 1948.

9Le relevé précis des variantes auquel nous nous livrons ci-dessous permet en outre de noter des différences de style entre chaque version, lesquelles sont imputables aux changements de destinataires et aux divergences de situations énonciatives : trivialité et intimisme dans la version envoyée au camarade François Sentein ; érotisme affiché mais plus pudique et aspect archaïsant dans celle envoyée à Cocteau ; adoucissement voire euphémisation et généralisation dans celle réécrite pour Marc Barbezat. Genet écrivait et réécrivait en fonction de son interlocuteur et de son désir d’être publié.

  • 16 P. 59 en collection « Poésie Gallimard » et p. 81 dans Vingt lithographies pour un livre que j’ai l (...)
  • 17 P. 60 en collection « Poésie Gallimard », p. 85 dans Vingt lithographies pour un livre que j’ai lu.
  • 18 Le procédé est le même pour les autres poèmes.

10Nous retrouvons ainsi les poèmes que Genet appelle « Guy I et II » dans sa lettre : ils correspondent aux trois premières « strophes » du poème « La Parade » commençant par « Silence, il faut veiller…16 » et aux deux strophes débutant par « On chante…17 ». Le titre « Guy I et II » est corroboré par le contenu desdits poèmes et par la rencontre, en prison, avec l’amant nommé « Guy » et dont l’importance est mise en exergue par les manuscrits présentés. Les deux poèmes sont déjà présents dans le recueil Vingt lithographies pour un livre que j’ai lu de 1945, avec des variations, présentés séparément, accompagnés chacun d’une lithographie propre, et seule la lettre à l’initiale du vers est en majuscule18. Ils correspondent au poème envoyé à François Sentein, « À propos de la mort de Dubois qui buta le curé », et à celui envoyé à Bérard et Kochno sous le nom « Vigile », avec une réorganisation des vers des deux dernières strophes en une seule et de nombreuses variations. En voici la transcriptiondans l’encadré 1 (nous avons souligné les éléments textuels modifiés par Genet).

Encadré 1 : Transcription des trois versions du poème « La Parade »

Encadré 1 : Transcription des trois versions du poème « La Parade »
  • 19 P. 61 en collection « Poésie Gallimard », p. 65 dans Vingt lithographies pour un livre que j’ai lu.

11Le poème nommé ensuite par Genet dans sa lettre « La Parade » ne correspond, à strictement parler, qu’à la strophe en prose poétique dont les premiers mots sont « Dans la nuit du 17 au 18 juin, eut lieu, au camp de la Parade19 » Il figure déjà dans Vingt lithographies pour un livre que j’ai lu, sans majuscule et sans italique, et ne comporte qu’une variante puisque « les ronces des chèvre-feuilles » est remplacé par « les ronces, les chèvre-feuilles ».

  • 20 P. 62 en collection « Poésie Gallimard », p. 77 dans Vingt lithographies pour un livre que j’ai lu.

12Le poème que Genet appelle « Le flic » correspond aux trois strophes débutant par « Esclaves d’un péché qui vous maintient en deuil / Vous tordez l’assassin…20 » Dans le recueil Vingt lithographies pour un livre que j’ai lu, le poème ne comporte que deux quatrains, et non un quatrain et deux distiques, et deux vers assez différents (voir encadré 2).

Encadré 2 : Transcription de deux versions du poème « Le flic »

Encadré 2 : Transcription de deux versions du poème « Le flic »
  • 21 P. 63 en collection « Poésie Gallimard », p. 21 dans Vingt lithographies pour un livre que j’ai lu.

13Le poème intitulé « Secret » correspond aux cinq vers débutant par « Canaille oserez-vous…21 » dans « La Parade » et reprend textuellement les cinq vers déjà présents dans Vingt lithographies pour un livre que j’ai lu.

  • 22 P. 64 en collection « Poésie Gallimard », p. 17 et 61 dans Vingt lithographies pour un livre que j’ (...)

14Les poèmes nommés dans la lettre « Voleur I et II » correspondent quant à eux aux deux quatrains commençant par « Transparent voyageur…22 » dans « La Parade ». Ils reprennent deux poèmes bien distincts dans Vingt lithographies pour un livre que j’ai lu, avec quelques variantes :

Encadré 3 : Transcription de deux versions du poème « Le flic »

Encadré 3 : Transcription de deux versions du poème « Le flic »
  • 23 P. 65 et 66 en collection « Poésie Gallimard », p. 37 et 69 dans Vingt lithographies pour un livre (...)

15Enfin, le poème que Genet appelle « Boxeur » correspond aux strophes de « La Parade » qui vont de « Une avalanche rose est morte entre nos draps » à « tes souliers ». Il reprend en réalité un poème de Vingt lithographies pour un livre que j’ai lu23, réécriture du poème adressé à Cocteau, lequel était déjà une deuxième version de celui envoyé à Roland Laudenbach, auquel Genet a « cousu » l’autre poème envoyé en 1943 à Bérard et Kochno nommé « À Guy ». Nous proposons ci-dessous (encadré 4) une transcription des quatre étapes du « poème » – ou plutôt de la « strophe » – en soulignant les modifications effectuées entre chaque étape.

Encadré 4 : Transcription de deux versions du poème « Le flic »

Encadré 4 : Transcription de deux versions du poème « Le flic »

16Ces découvertes génétiques posent finalement question quant à l’interprétation que nous pouvons faire du poème « La Parade » : faut-il l’étudier comme une entité hétéroclite composée de plusieurs strophes, sachant qu’il est une réunion de divers poèmes publiés dans un tout autre ordre et écrits à différentes époques ? Constituée par ajouts et réécritures de morceaux épars et différents dans leur contenu, leur forme et leur style, « La Parade » nous invite par ailleurs à repenser le mouvement de genèse poétique de Genet sur le mode de la rhapsodie, c’est-à-dire comme un art de tisser et de coudre ensemble des pièces disparates, souvent liées sommairement et dont les jointures sont visibles. Cette pratique rhapsodique apparaît de manière encore plus nette dans la genèse du poème « La Galère ».

Genèse du poème « La Galère »

  • 24 Lettres au petit Franz, Paris, Gallimard, coll. « Le Promeneur », 2000, p. 88.
  • 25 Jean-Paul Sartre, Saint-Genet comédien et martyr, Paris, Gallimard, coll. « NRF », 1952, p. 413.

17À propos de « La Galère » Genet écrit en 1943 : « Reçu une lettre de Denoël qui voudrait publier mon poème avec “autre chose”. Je vais essayer de transformer “La Galère” et la lui envoyer24. » Cette information est corroborée par le témoignage de Jean-Paul Sartre qui rapporte des propos que Genet lui aurait tenus : « Vers ce temps-là, j’avais écrit deux poèmes sans qu’ils aient de rapport l’un avec l’autre. Je les ai mélangés, pensant donner plus d’obscurité, plus de densité à mes vers25. »

  • 26 Genet avait le projet de l’éditer avec « Un chant d’amour » sous le titre Nouveaux poèmes de Jean G (...)

18Le manuscrit du poème « La Galère », conservé à Austin, dédicacé et envoyé à Cocteau, présente un premier état très différent des quinze exemplaires manuscrits que Genet a recopiés ou fait recopier durant l’été 1944 par quelques acolytes. Beaucoup moins long que la version définitive – 182 vers pour la version envoyée à Cocteau contre 276 pour la version finale –, il comprend des passages modifiés par la suite, des biffures, des réécritures, et un ordre des vers totalement différent de la version publiée. De nombreux vers n’apparaissent pas biffés mais seront réécrits dans la version publiée, ainsi que sur le manuscrit de « La Galère » daté de 1945 dont une photocopie est conservée à l’IMEC26. Ces premières observations accréditent le fait que le manuscrit envoyé à Cocteau est bien la première version de « La Galère », qu’on peut certainement le dater de 1943, et que la version finale publiée est composée à partir de celui-ci et d’autres poèmes.

  • 27 Il semblerait que Genet, comprenant la valeur pécuniaire qu’il pouvait tirer de la vente de ses man (...)

19Par ailleurs, la Bibliothèque historique de la Ville de Paris conserve un deuxième manuscrit du poème, dédicacé à « Guy », qui est postérieur à celui envoyé à Cocteau puisqu’il contient les mêmes vers – dont certains sont modifiés – ainsi que seize nouveaux vers. Contrairement aux autres exemplaires manuscrits du poème vendus aux enchères27 qui ne peuvent tous être authentifiés, cette version, comme celle adressée à Cocteau, est bien de la main de Genet et apparaît donc comme l’avant-texte le plus sûr disponible actuellement. On trouve également dans ce fonds un premier tapuscrit reprenant le texte du manuscrit avec quelques variantes ; il s’agit donc toujours de cette deuxième version. Figure enfin dans ce même fonds une troisième version carbone avec quatre-vingts dix vers en plus, des modifications et plus aucune dédicace à Guy. Le texte du poème correspond à la version publiée en 1945 puis en 1947. Il s’agit donc de la troisième et dernière version du poème.

20Nous reproduisons en figure 5 la première et la dernière page de l’exemplaire envoyé à Cocteau, et en figure 6 la première page du manuscrit détenu par la Bibliothèque historique de la Ville de Paris.

Fig. 5 : Première et dernière pages du poème manuscrit « La Galère » envoyé à Cocteau en 1943

© Harry Ransom Center, Carlton Lake Collection, Austin

Fig. 6 : Première page du poème manuscrit « La Galère » envoyé à Boris Kochno et Christian Bérard en 1943

© Bibliothèque historique de la Ville de Paris, fonds Boris Kochno

  • 28 Que nous retrouvons seul dans les poèmes publiés dans Vingt lithographies pour un livre que j’ai lu

21Il apparaît que le poème en alexandrins envoyé à Cocteau est beaucoup plus resserré, concentré et cohérent que la version publiée. Il progresse sur un mode épique à la gloire d’Harcamone, chef d’une galère imaginaire, sombrant dans les flots telle Ophélie, le cou entouré d’un lacet. Sa composition est rigoureuse : trois quatrains jouant le rôle de prologue et mettant en place le lien entre la prison et l’imaginaire de la galère, un vers se détachant introduisant la figure d’Harcamone, cent quarante-sept vers qui se suivent et content la geste d’Harcamone, un sizain déplorant la mort de l’aimé, trois quatrains mettant en scène l’aura et la légende d’Harcamone qui perdurent et un quatrain d’envoi28 – mis en évidence par un point dessiné – qui revient à l’énonciateur et à sa solitude. Bien qu’Harcamone soit un des principaux personnages du Miracle de la Rose, les liens avec le roman sont extrêmement ténus.

  • 29 Lettres au petit Franz, Paris, Gallimard, coll. « Le Promeneur », 2000, p. 50, 56 et 61.

22Le poème connu et publié est en revanche beaucoup plus complexe et souvent qualifié d’hermétique et d’ésotérique. En regard de certaines lettres, de témoignages et des manuscrits, il apparaît que Genet a effectivement entremêlé non pas deux mais plusieurs poèmes pour composer le long poème final qu’est « La Galère ». Le manuscrit conservé à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris le confirme puisque les seize vers ajoutés à la première version semblent correspondre à deux courts poèmes, ajoutés à deux endroits différents au début du poème. Il semble que les quatre poèmes qu’évoque Jean Genet dans ses lettres à François Sentein les 16, 19 et 23 juin 1943 – à savoir « l’Enfant soudain », « Matelot I », « Matelot II » et « Prison » – aient été repris, entrecroisés et mêlés pour composer « La Galère »29. De fait, dans sa correspondance, le poète n’écrit plus rien sur ces poèmes à partir du moment où il fait référence à « La Galère ». De même, dans les projets d’éditions ultérieures avec Marc Barbezat, il aborde d’autres poèmes sans plus jamais évoquer les quatre ci-dessus. Quant aux quelques poèmes présents dans le recueil illustré par Caillaux et non repris dans « La Parade », aucun ne semble répondre aux titres donnés par Genet.

23Dans un premier temps, il est aisé de distinguer par un jeu de couleurs la version de Cocteau des vers ajoutés par la suite : nous reproduisons ci-dessous (encadré 5) le palimpseste du début du poème publié en collection « Poésie Gallimard », en indiquant en rouge les vers initialement présents dans la version envoyée à Cocteau, en vert ceux ajoutés dans la version envoyée à Bérard et à Kochno, et en bleu les vers qui n’apparaissent que sur les manuscrits suivants et dans la version publiée.

Encadré 5 : Le poème publié en collection « Poésie Gallimard »

Encadré 5 : Le poème publié en collection « Poésie Gallimard »

24Nous constatons alors que les poèmes ainsi différenciés ne tissent pas les mêmes isotopies : celui envoyé à Cocteau est consacré à la geste d’Harcamone sur sa galère et comprend principalement des champs lexicaux liés à la mer, à la beauté et au sexe, tandis que le poème final tourne davantage autour de champs lexicaux liés aux marles et à l’enfermement pour certains vers et à la nature et aux fleurs pour d’autres. Archithème constant et structurant, la syllepse de la biche est utilisée à huit reprises dans le poème et structure un sous-ensemble. Elle est complètement absente dans le poème envoyé à Cocteau et est ajoutée à deux reprises dans les corrections de Genet effectuées dans le manuscrit de 1945 : deux vers du poème envoyé à Cocteau sont entièrement réécrits afin de faire figurer cette « biche » et d’assurer la transition – et la cohérence – avec les vers suivants.

  • 30 Le sens de l’expression « se bicher » est d’ailleurs expliqué longuement par Genet dans Miracle de (...)

25Ces relevés prouvent que si les poèmes « Matelot I » et « Matelot II » visibles sur le manuscrit envoyé à Bérard et Kochno ont été ajoutés à « La Galère » envoyée à Cocteau, la version finale est un entremêlement avec le poème « Enfant soudain » – structuré autour de la syllepse de la biche et du poème « Prison », lui-même structuré autour du leitmotiv qui donnait son titre au poème. Ainsi, si nous reprenons uniquement le poème que nous pensons être anciennement « Enfant soudain », il apparaît que la lexie fait fonction, tout au long du poème, de syllepse structurante désignant tout à la fois l’animal et le jeune homme en fuite mais aussi le jeune garçon qui vient de perdre sa virginité. Cet éveil à la sensualité, ce jeu sexuel et cette naissance du jeune marle assurent la cohésion mais aussi la cohérence du poème30.

26Le caractère textuel du poème n’est jamais apparu avec autant de clarté et n’a jamais pris autant de sens que pour ce dossier génétique de « La Galère » : Genet a bien tissé, cousu l’un à l’autre des pans de quatre poèmes distincts qui divergent stylistiquement. Le manque de cohérence et de cohésion textuelle que l’on attribue aujourd’hui au poème est une résultante de la genèse du poème, à savoir un mode d’écriture rhapsodique consistant à couper, mêler et réutiliser divers poèmes à d’autres fins. Et si le poème « La galère » tire de la rhapsodie son mode de genèse, il gagne à être entendu et analysé comme une rhapsodie sur le plan générique, et non plus seulement génétique. L’entremêlement de strophes serait alors comme autant de pièces (mal) cousues de quatre poèmes épiques composés par le rhapsode Genet à la gloire d’amants divers, aimés et chantés.

27Notre étude de la genèse des poèmes « La Parade » et la « Galère » nous fait écouter une musique caractéristique de Genet, celle de la rhapsodie. Ce mouvement de genèse poétique pourrait d’ailleurs s’appliquer à d’autres œuvres de Genet comme le Journal du Voleur, Notre-Dames-des-Fleurs ou Miracle de la Rose qui gagneraient à être analysées dans cette optique, plus poétique que romanesque. Certaines métalepses narratives apparaîtraient alors pour ce qu’elles sont avant tout : des résultantes d’un style de genèse, visibles à l’œil nu et explicables par les manuscrits. La GENETique textuelle promet d’ores et déjà de belles découvertes et offre un terrain en friches qui n’attend que d’être exploré.

Haut de page

Notes

1 Cet ouvrage, illustré de lithographies de Roland Caillaux, n’a jamais été reconnu par Genet et n’est toujours pas référencé comme tel. D’après Albert Dichy, spécialiste de Genet, responsable du fonds Genet et directeur littéraire de l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine, Genet ne voulut jamais reconnaître l’ouvrage car il trouvait les illustrations « vulgaires ». Gallimard a choisi d’éditer les poèmes en question avec les autres poèmes de Genet en les regroupant sous le titre « poèmes retrouvés » – alors qu’ils n’ont jamais été perdus. On peut trouver l’ouvrage réédité en petit format : Vingt lithographies pour un livre que j’ai lu, comprenant des lithographies attribuées à Roland Caillaux, cahiers Gai-Kitsch-Camp / Patrick Cardon, 1996.

2 Jean Genet, Le Condamné à mort et autres poèmes suivi du Funambule, Paris, Gallimard, coll. « Poésie », 1999.

3 D’après Laurent Boyer, ami et exécuteur testamentaire de Genet, aujourd’hui décédé.

4 On recense quelques articles : Patrice Bougon, « Du désir des corps à l’amour des mots dans la poésie de Jean Genet : les voies paradoxales du détour », Modernités, n° 36, textes réunis par Éric Benoît, Presses universitaires de Bordeaux, mai 2014 ; Pascal Caron, « Pour quelques paillettes en plus. Le Funambule de Jean Genet et l’image poétique du mouvement », Littérature, n° 139, 2005 ; Bernard Delvaille, « La poésie comme salut », Le Magazine littéraire, n° 313, septembre 1993 ; Albert Dichy, « Jean Genet : la prison imaginaire », Le Magazine littéraire, n° 247, novembre 1987 ; Audrey Gilles, « La poésie du phallus dans Le Condamné à mort de Jean Genet », @nalyses, automne 2007 ; Ahmet Soysal, « Poésie de Jean Genet », Littera : Edebiyat Yazilari, vol. 10, 2001 ; quelques articles du Dictionnaire Jean Genet, Honoré Champion, 2014 ; ainsi qu’un mémoire de maîtrise : O. Martinaud, L’Érotisme dans les « Poèmes » de Jean Genet, sous la direction de Bernard Alazet, université de Paris III, 2001.

5 Cf. note 1 ci-dessus.

6 Ce poème est publié en fac-similé avec les lettres que Genet envoya à son ami François Sentein dans Lettres au petit Franz, Paris, Gallimard, coll. « Le Promeneur », 2000, p. 20.

7 Transcription incertaine de François Sentein.

8 Lettres au petit Franz, Paris, Gallimard, coll. « Le Promeneur », 2000, p. 20.

9 Jean Cocteau, Journal 1942-1945, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », p. 269.

10 Cf. ci-dessous pour le détail de ces variantes.

11 Lettres au petit Franz, Paris, Gallimard, coll. « Le Promeneur », 2000, p. 23, 91, 92 et 94.

12 Ces poèmes sont conservés à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris avec le poème « La Galère » dans le fonds Boris Kochno.

13 Lettres à Olga et Marc Barbezat, Paris, Gallimard, coll. « L’Arbalète », 1988, p. 100.

14 Id., p. 110.

15 En ce qui concerne les variations de dédicace en particulier et la date de composition du « Pêcheur du Suquet » (poème qui n’apparaît pas dans cette lettre).

16 P. 59 en collection « Poésie Gallimard » et p. 81 dans Vingt lithographies pour un livre que j’ai lu.

17 P. 60 en collection « Poésie Gallimard », p. 85 dans Vingt lithographies pour un livre que j’ai lu.

18 Le procédé est le même pour les autres poèmes.

19 P. 61 en collection « Poésie Gallimard », p. 65 dans Vingt lithographies pour un livre que j’ai lu.

20 P. 62 en collection « Poésie Gallimard », p. 77 dans Vingt lithographies pour un livre que j’ai lu.

21 P. 63 en collection « Poésie Gallimard », p. 21 dans Vingt lithographies pour un livre que j’ai lu.

22 P. 64 en collection « Poésie Gallimard », p. 17 et 61 dans Vingt lithographies pour un livre que j’ai lu.

23 P. 65 et 66 en collection « Poésie Gallimard », p. 37 et 69 dans Vingt lithographies pour un livre que j’ai lu.

24 Lettres au petit Franz, Paris, Gallimard, coll. « Le Promeneur », 2000, p. 88.

25 Jean-Paul Sartre, Saint-Genet comédien et martyr, Paris, Gallimard, coll. « NRF », 1952, p. 413.

26 Genet avait le projet de l’éditer avec « Un chant d’amour » sous le titre Nouveaux poèmes de Jean Genet.

27 Il semblerait que Genet, comprenant la valeur pécuniaire qu’il pouvait tirer de la vente de ses manuscrits, ait recopié ou fait recopier une quinzaine de fois le manuscrit du poème « La Galère ». C’est en tout cas le nombre d’exemplaires qui circulent dans les hôtels des ventes.

28 Que nous retrouvons seul dans les poèmes publiés dans Vingt lithographies pour un livre que j’ai lu.

29 Lettres au petit Franz, Paris, Gallimard, coll. « Le Promeneur », 2000, p. 50, 56 et 61.

30 Le sens de l’expression « se bicher » est d’ailleurs expliqué longuement par Genet dans Miracle de la Rose.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3730/img-1.png
Fichier image/png, 913k
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3730/img-2.png
Fichier image/png, 1,4M
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3730/img-3.png
Fichier image/png, 655k
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3730/img-4.png
Fichier image/png, 710k
Titre Encadré 1 : Transcription des trois versions du poème « La Parade »
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3730/img-5.png
Fichier image/png, 128k
Titre Encadré 2 : Transcription de deux versions du poème « Le flic »
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3730/img-6.png
Fichier image/png, 51k
Titre Encadré 3 : Transcription de deux versions du poème « Le flic »
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3730/img-7.png
Fichier image/png, 25k
Titre Encadré 4 : Transcription de deux versions du poème « Le flic »
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3730/img-8.png
Fichier image/png, 90k
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3730/img-9.png
Fichier image/png, 1,0M
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3730/img-10.png
Fichier image/png, 951k
Titre Encadré 5 : Le poème publié en collection « Poésie Gallimard »
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/3730/img-11.png
Fichier image/png, 139k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élise Nottet-Chedeville, « Genet et la rhapsodie poétique »Genesis, 47 | 2018, 141-154.

Référence électronique

Élise Nottet-Chedeville, « Genet et la rhapsodie poétique »Genesis [En ligne], 47 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/genesis/3730 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.3730

Haut de page

Auteur

Élise Nottet-Chedeville

Élise Nottet-Chedeville est agrégée de lettres modernes, ATER à Sorbonne Université et doctorante au sein de l’équipe d’accueil STIH (Sorbonne Université, EA 4509). Elle achève une thèse sur les poèmes de Jean Genet sous la direction de Jacques Dürrenmatt et s’intéresse plus largement à la génétique textuelle, à la stylistique et à la littérature des xxe et xxie siècles.

elise_nottet@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search