Navigation – Plan du site
Varia

Pour une génétique de l’improvisation musicale (première partie)

Éléments théoriques
Clément Canonne et Martin Guerpin
p. 155-167

Résumés

Le projet même d’une génétique de l’improvisation musicale peut sembler largement paradoxal : d’un côté, chaque improvisation se présente à nous comme une pure singularité, une performance musicale éphémère sans passé ni avenir ; d’un autre côté, chaque improvisation porte en elle la trace de processus de mémorisation, d’incorporation et de réinvention qui sont consubstantiels à la pratique des improvisateurs et qui se déploient d’une performance à l’autre, fondant ainsi tout acte d’improvisation en une sorte de work-in-progress permanent. La première partie de notre article se propose donc d’identifier les conditions de possibilité d’une génétique de l’improvisation musicale dans le champ du jazz et des musiques librement improvisées. Ce faisant, nous introduisons la notion de « projet improvisatoire » et proposons un modèle dynamique de la relation génétique à l’œuvre dans le travail des improvisateurs.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

Les conditions de possibilité d’une génétique de l’improvisation musicale
Le problème de l’évanescence de l’improvisation
Le problème de l’irréductible singularité de l’improvisation
Le problème de l’absence de terminus ad quem : l’improvisation comme work-in-progress
De la génétique littéraire à la génétique de l’improvisation musicale : concepts, outils, méthodes
Délimiter le dossier de genèse d’une improvisation : le flou des frontières
La difficulté d’identifier un terminus ad quem
La difficulté d’identifier un terminus a quo
La notion de projet improvisatoire et l’objet de la génétique de l’improvisation

Aperçu du texte

Cela fait bien longtemps que le Génie (solitaire) et l’Inspiration (fulgurante) ont été chassés du paradis des créateurs. Toute une série de travaux ont contribué à la chute de ces mythes en dissipant une partie des nimbes qui entouraient la création artistique. À ce mouvement de désacralisation, la génétique littéraire a apporté son écot. C’est toutefois dans le domaine de l’improvisation que la dimension mystérieuse de la création trouve aujourd’hui l’un de ses derniers refuges : l’improvisation demeure fortement associée à l’idée d’une création sur le vif, directe et spontanée. En effet, s’il est vrai que, depuis les années 1990, les études sur les processus créatifs à l’œuvre dans l’improvisation ont suscité un nombre croissant de travaux en musicologie, en ethnomusicologie, en philosophie, en psychologie cognitive ou encore en anthropologie, la tendance générale reste soit de considérer la performance improvisée pour elle-même (par exemple en s’intéressant aux interactions in s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Canonne et Martin Guerpin, « Pour une génétique de l’improvisation musicale (première partie) », Genesis, 47 | 2018, 155-167.

Référence électronique

Clément Canonne et Martin Guerpin, « Pour une génétique de l’improvisation musicale (première partie) », Genesis [En ligne], 47 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 23 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/genesis/3749 ; DOI : 10.4000/genesis.3749

Haut de page

Auteurs

Clément Canonne

Martin Guerpin est agrégé de musique, lauréat du prix Socan-Proctor (2013) et du prix de la Société Québécoise de Recherche en Musicologie (2013). Il prépare un doctorat sur les « Enjeux esthétiques de la réception du jazz dans le monde musical savant parisien de l’entre-deux-guerres ». Ses recherches portent également sur les processus de création à l’œuvre dans l’improvisation. Ses travaux ont fait l’objet de publications dans les Cahiers de la SQRM (2014) et dans Eurojazzland. Il enseigne au Conservatoire de Paris et à l’Institut d’Études Politiques de Paris. Depuis 2014, il fait partie du comité directeur des Cahiers du Jazz. Saxophoniste, il se produit régulièrement avec le Gil Evans Paris Workshop de Laurent Cugny.

martin.guerpin@gmail.com

Clément Canonne est chargé de recherche au CNRS, rattaché à l’équipe Analyse des Pratiques Musicales au sein de l’UMR 9912 « Sciences et Technologies de la Musique et du Son » (Ircam-CNRS-Sorbonne Université). Ses recherches portent principalement sur la question de l’improvisation, envisagée à la fois comme pratique et comme paradigme. Son travail récent a fait l’objet de publications dans plusieurs revues internationales (Cognition, Music Theory Online, Revue de Musicologie, Psychology of Music, etc.). Il s’intéresse également à la philosophie de la musique, a dirigé un ouvrage collectif : Perspectives philosophiques sur les musiques actuelles (Delatour, 2017) et a traduit et introduit, en collaboration avec Pierre Saint-Germier, une sélection des Essais de philosophie de la musique de Jerrold Levinson (Vrin, 2015).

clementcanonne@hotmail.com

Martin Guerpin

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals