Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Varia

Texte intégral

1Le dialogue franco-danois ouvert par Johnny Kondrup à propos des manuscrits de Søren Kierkegaard (Genesis, n° 341) se poursuit avec l’étude des manuscrits d’Andersen que nous propose Ane Grum-Schwensen. L’un des intérêts de cette contribution est de faire un point sur certains des débats philologiques et génétiques ayant eu cours ces dernières années au Danemark. L’article, qui traite des formes les plus régulières de la création chez Andersen, vient aussi compléter, sur le plan avant-textuel, les travaux de Cyrille François sur la réécriture post-éditoriales des contes d’Andersen (n° 442). Au vu de la richesse du fonds que présente ici celle qui est la conservatrice du musée d’Odense consacré à l’auteur, la génétique danoise a de belles heures devant elle.

2Après six mois d’attente, nous lirons avec avidité la suite et la fin de l’article de Clément Canonne et Martin Guerpin consacré à la genèse des improvisations musicales. Si un tel objet d’étude génétique a pu sembler longtemps impossible, c’est moins en raison de l’absence quasi totale de traces écrites dans ce type de création ou du rôle secondaire qu’y joue l’écriture, qu’à cause du caractère supposément singulier des performances improvisées. Si en effet chaque improvisation naît comme un événement sui generis, sans rapport avec les expériences passées, elle n’a pas de genèse ; aucune génétique n’est alors possible, au-delà de l’hypothèse (génétique en elle-même) qu’il existerait des œuvres à genèse zéro. Mais les deux musicologues montrent que si l’œuvre sans genèse peut correspondre à un fantasme pour certains musiciens, elle n’est pas un modèle théorique satisfaisant. L’étude comparative de l’enregistrement des performances et l’enquête de terrain conduisent à admettre plutôt que, pour décrire les improvisations musicales, il faut penser la continuité qu’introduit, d’une performance à l’autre, un « projet improvisatoire ». Celui-ci, dans chaque performance singulière, s’instancie et s’altère à la fois, selon une dialectique variant selon les pratiques et les improvisateurs. Au final, cette recherche musico-génétique fouillée adopte donc une position en continuité plutôt qu’en rupture avec la « génétique littéraire », proposant des ajustements théoriques et méthodologiques qui sont assurément à même d’enrichir cette dernière.

3Comme dans chaque numéro pair, la rubrique Comptes rendus (coordonnée par Colin Pahlisch) est suivie d’une bibliographie des travaux génétiques parus durant l’année écoulée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La rédaction, « Varia »Genesis, 48 | 2019, 20.

Référence électronique

La rédaction, « Varia »Genesis [En ligne], 48 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/genesis/3828 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.3828

Haut de page

Auteur

La rédaction

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search