Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Chroniques IILorenz Frischknecht, Jean Potocki...

Chroniques II

Lorenz Frischknecht, Jean Potocki romancier au travail. Les variantes dans les trois versions du Manuscrit trouvé à Saragosse (1794, 1804, 1810), Paris, Honoré Champion, 2018, 384 p.

François Rosset
p. 186-187
Référence(s) :

Lorenz Frischknecht, Jean Potocki romancier au travail. Les variantes dans les trois versions du Manuscrit trouvé à Saragosse (1794, 1804, 1810), Paris, Honoré Champion, 2018, 384 p.

Texte intégral

1L’ouvrage1 évoqué ici porte exclusivement sur un des textes littéraires les plus déroutants pour ce qui regarde sa genèse et l’histoire de son édition : le Manuscrit trouvé à Saragosse de Jean Potocki, reconnu aujourd’hui comme monument-somme du roman européen des Lumières et longtemps resté inconnu ou mal connu. Écrit en français entre 1791 et 1814, il a été partiellement publié à Paris en 1810 et 1811, de manière anonyme et sans qu’on sache quelle part l’auteur a pu avoir dans cette publication. Il paraîtra intégralement pour la première fois en 1847 à Leipzig dans une traduction polonaise, acquérant presque aussitôt dans la littérature de cette langue le statut de chef-d’œuvre, alors qu’il demeurait inconnu des lecteurs non polonophones. Il sera redécouvert en 1958 grâce à une édition fragmentaire (environ un tiers de l’ensemble) donnée par Roger Caillois, puis par le film culte de W. J. Has sorti en 1965. Plusieurs éditions partielles ou bancales se sont ensuite succédé, jusqu’à la découverte de nouveaux documents manuscrits qui permirent la publication, en 2006, de la première édition véritablement complète de l’œuvre. Mais en réalité, ces découvertes et le travail philologique qui s’en est suivi ont apporté une leçon inattendue : après une première ébauche abandonnée (datée de 1794), Potocki a en réalité donné deux versions de son roman, qui présentent, de la même matière narrative (matière foisonnante issue des diverses traditions développées autour du bassin méditerranéen), deux compositions assez différentes. Seule la deuxième version (dite version de 1810) est achevée, mais il n’est pas certain qu’elle ait été appelée à supplanter la première (dite version de 1804). Bref, ces deux versions sont suffisamment ressemblantes et différentes pour qu’il y ait lieu de considérer le Manuscrit trouvé à Saragosse comme un champ d’expérimentation romanesque laissé ouvert.

2Avec sa thèse, Lorenz Frischknecht a arpenté le champ d’examen analytique et systématique de ces différentes versions et l’on peut affirmer tout de suite que son entreprise est une réussite.

3Il a commencé par faire un relevé des quelque milliers de variantes qui apparaissent non seulement entre les deux versions évoquées plus haut, mais en tenant compte aussi des parties connues de la proto-version de 1794. Le relevé complet est mis à disposition sur un site internet ; quant au livre, il présente les résultats des analyses effectuées sur cet énorme corpus. Le travail est présenté en trois parties qui correspondent aux trois formats de variantes : 1. du mot à la phrase ; 2. de la phrase à la journée (car il faut rappeler que le roman est divisé en 61 « journées ») ; 3. de la journée au roman. On progresse donc de la matérialité de la langue vers la conception esthétique générale.

4Lorenz Frischknecht parvient à documenter de la manière la plus convaincante les préoccupations de l’écrivain au travail. On voit, dans la première partie, que celles-ci sont à la fois stylistiques (euphonie et précision), rhétoriques (clarté, concision, finalité de la parole) et discursives (traitement de l’oralité, métadiscours), mais il est aussi observé avec justesse que certaines variantes demeurent inexpliquées et peut-être inexplicables. Ainsi se révèle concrètement, à la fin de la première partie, l’une des qualités les plus remarquables de cette enquête : son auteur n’est pas guidé par un impératif d’explication ; conservant une lucidité critique irréprochable, il s’accommode, en la respectant, de la complexité d’un objet qui reste impénétrable par bien des aspects, soit à cause des lacunes qui subsistent dans sa connaissance même (tous les manuscrits n’ont pas été retrouvés), soit par le fait que Potocki est un romancier inassouvi dans sa quête de forme et de sens, erratique, obsédé par la tragique insuffisance du savoir humain même le plus étendu. Néanmoins, la démonstration est faite, nombreux exemples à l’appui, que les changements même les plus discrets ont des conséquences souvent majeures dans la constitution des effets de sens.

5Dans la deuxième partie, ce qui est mesuré, c’est le mouvement des idées qui s’observe dans les modifications du texte au niveau de la phrase et des unités plus larges (les « journées ») qu’elles constituent. On a souvent soutenu que Potocki avait, en cours de rédaction, obéi à des contraintes de censure ou d’autocensure principalement pour ce qui regarde la teneur philosophique relativiste du roman ainsi que les nombreuses séquences érotiques qu’il contient. Dans sa démonstration, L. Frischknecht arrive à la conclusion qu’en réalité, il n’y a pas de changement radical dans le substrat idéologique ni dans la caractérisation des personnages et de leurs agissements ; il en arrive à soutenir, dans un passage assez représentatif de son approche, que « nous avons très souvent l’impression que l’auteur nous présente moins le résultat de sa modification que la modification elle-même. Il s’agit dès lors, pour ainsi dire, de possibilités de l’écriture ou d’essais de la part d’un auteur qui réfléchit à la manière dont il pourrait décrire un même personnage en termes différents » (p. 236).

6Reste encore la question de la composition générale du roman et des importants changements qui s’observent d’une version à l’autre ; c’est l’objet de la troisième partie. Après avoir judicieusement rappelé que le Manuscrit trouvé à Saragosse n’est pas une juxtaposition d’unités narratives, mais une construction complexe de récits qui s’interpénètrent les uns dans les autres, tant sur le plan purement narratif qu’au niveau de leur contenu, Lorenz Frischknecht analyse en détail les spectaculaires opérations de suppression et d’amplification que Potocki a apportées en reformatant son roman pour la version de 1810. Là encore, la leçon est mesurée : il est démontré que ces changements résultent moins de révolutions ou de changements radicaux de perspective que d’une redistribution de la matière qui va dans le sens d’un « resserrement » : le roman n’a pas fondamentalement changé dans son contenu, mais il « devient plus concis, plus compact. Le roman forme davantage désormais un ensemble organique qu’une cohabitation d’éléments parallèles » (p. 303).

7On soulignera enfin l’utilité des annexes où l’on trouve d’abord d’excellentes mises au point sur différents épisodes de l’histoire mouvementée du Manuscrit et leurs protagonistes, ainsi que des tableaux synoptiques et comparatifs des journées dans les différentes versions ; sans parler du site internet déjà évoqué, complément très bienvenu à l’ouvrage et instrument de travail de première valeur.

8Ce livre n’est pas seulement d’un grand intérêt pour les lecteurs avisés du Manuscrit trouvé à Saragosse. Car l’exemple traité donne à L. Frischknecht de l’inspiration pour toute une série d’observations qui peuvent être perçues dans une perspective génétique beaucoup plus large. On pense en particulier à la mise en question du problème de la chronologie dans le traitement des différentes versions d’une œuvre, le cas de Potocki permettant de comprendre qu’une version ultérieure d’un texte n’est pas nécessairement le résultat d’un processus de progression assorti à la marche du temps, mais qu’il peut s’agir aussi d’expérimenter simultanément ou successivement différentes façons de construire une œuvre. Plus généralement encore, on retiendra aussi l’opinion implicitement soutenue du début à la fin de cette solide contribution, selon laquelle l’examen honnête et exhaustif d’un corpus de variantes ne saurait être soumis d’office au régime imposé de l’explication rationnelle et dirimante (pour utiliser un mot qu’utilisait volontiers Potocki pour en questionner la pertinence heuristique).

Haut de page

Notes

1 Avec une documentation de travail sur le site de l’éditeur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Rosset, « Lorenz Frischknecht, Jean Potocki romancier au travail. Les variantes dans les trois versions du Manuscrit trouvé à Saragosse (1794, 1804, 1810), Paris, Honoré Champion, 2018, 384 p. »Genesis, 48 | 2019, 186-187.

Référence électronique

François Rosset, « Lorenz Frischknecht, Jean Potocki romancier au travail. Les variantes dans les trois versions du Manuscrit trouvé à Saragosse (1794, 1804, 1810), Paris, Honoré Champion, 2018, 384 p. »Genesis [En ligne], 48 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 17 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/genesis/3893 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.3893

Haut de page

Auteur

François Rosset

Université de Lausanne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search