Navigation – Plan du site
Enjeux

La Comtesse de Ségur ou l’universel du dialogue

Catherine Boré
p. 37-54

Résumés

À partir de l’exemple du manuscrit de l’un des auteurs de jeunesse les plus emblématiques, Les Malheurs de Sophie de la Comtesse de Ségur, l’auteur de l’article s’interroge sur le caractère anthropologique du dialogue dans l’invention. Après en avoir rappelé l’origine à la fois didactique, argumentative et éducative dans la littérature générale et d’enfance, l’auteur analyse ses formes dans le texte du manuscrit. Outre le dialogue théâtralisé dont la fonction est exemplarisante, ce sont les discours rapportés, principalement les monologues intérieurs qui sont analysés. Ils montrent comment Ségur s’en sert réflexivement pour donner sens et finalité au roman.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2020.

Plan

Le dialogue comme genre littéraire, et la littérature d’enfance et de jeunesse
Présentation du manuscrit
Une écriture sans programme ?
Dialogue théâtralisé ou discours direct : les hésitations du manuscrit
Pourquoi les deux formes coexistent-elles chez Ségur ?
Les discours intérieurs de Sophie
La forme des discours de Sophie
Les « idées » de Sophie (et de Ségur ?)
Le fonctionnement des discours de Sophie
Dialogue et invention
Universel du dialogue et création

Aperçu du texte

Dans cet article, nous avons choisi pour fil conducteur le dialogue, compris non seulement comme forme générique ou linguistique, mais comme un invariant anthropologique permettant une clé de lecture de l’invention dans l’élaboration scripturale.

Nous associons à cet invariant l’un des écrivains les plus emblématiques de la littérature de jeunesse, Sophie de Ségur, née Rostopchine, la Comtesse de Ségur (désormais abrégée en Ségur) dont nous commenterons cet aspect de l’œuvre, à partir du manuscrit des Malheurs de Sophie.

Il s’agit des débuts de Ségur romancière de fiction, qui, après Nouveaux Contes de fées, avait fait paraître en 1858 le premier volume de la trilogie de Fleurville, Les Petites Filles Modèles. La rédaction des Malheurs de Sophie commence vraisemblablement en février-mars 1858, interférant avec le manuscrit des Vacances écrit simultanément. Dans cette trilogie, prévaut déjà le dialogue théâtralisé, forme choisie dès le premier roman, et particulièrement affirmée dans L...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Boré, « La Comtesse de Ségur ou l’universel du dialogue », Genesis, 48 | 2019, 37-54.

Référence électronique

Catherine Boré, « La Comtesse de Ségur ou l’universel du dialogue », Genesis [En ligne], 48 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/genesis/3995 ; DOI : 10.4000/genesis.3995

Haut de page

Auteur

Catherine Boré

Catherine Boré est professeure émérite à l’université de Cergy-Pontoise-ESPE. Ses recherches portent sur les processus d’écriture, les styles et les genres observables dans les brouillons scolaires écrits, et plus généralement sur les processus de création issus du dialogisme oral et écrit. Ses travaux s’appuient méthodologiquement sur la génétique des textes, la linguistique de l’énonciation en relation avec la psychologie du développement et la sémiologie de l'éducation. Elle est auteure de Modalités de la fiction dans l’écriture scolaire, éditions L’Harmattan, collection « Savoir et Formation », préface de Frédéric François, 2010.
catherine.lamothe.bore@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals