Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48InéditsDans l’atelier d’Yvan Pommaux

Inédits

Dans l’atelier d’Yvan Pommaux

Quand texte et image construisent l’album
Solène Audebert-Poulet
p. 123-134

Texte intégral

J’écris de mauvais textes sans complexe car j’ai la conviction absolue qu’il faut passer par le mauvais pour atteindre le pas mal sinon le bon.
Yvan Pommaux

1Auteur-illustrateur prolifique, Yvan Pommaux est à la tête d’un univers constitué de plus de soixante-dix albums et BD pour enfants. Sa carrière a débuté dans les années soixante-dix : Yvan Pommaux travaille alors comme maquettiste à L’école des loisirs. Un jour, on lui demande d’illustrer un album, finalement il se découvre une passion pour leur écriture, et devient auteur-illustrateur.

2En quarante-cinq ans de carrière, Yvan Pommaux s’est essayé à de nombreux genres, toujours avec beaucoup de succès : des albums pour enfants, en grand nombre, des bandes dessinées (Marion Duval, Angelot du Lac), la mise en album des grandes figures de la mythologie (Œdipe, Thésée, Ulysse), un roman pour adolescents (Passe à Beau) plus récemment des albums reprenant l’histoire française et humaine (La Commune, Nous, notre histoire), qu’il écrit en collaboration avec son gendre, historien. Le lectorat d’Yvan Pommaux se retrouve dans tous les âges de l’enfance et de l’adolescence. Sans oublier les parents, qui sont eux aussi lecteurs de ses livres, quand les enfants ne savent pas encore lire.

  • 1 Sophie Van der Linden, Lire l’album, Le Puy-en-Velay, L’atelier du poisson soluble, 2006, p. 87.

3Yvan Pommaux est l’auteur et l’illustrateur de ses albums. Ses brouillons permettent notamment d’observer la construction de la double narration : celle prise en charge par l’écrit, mais aussi l’autre, celle que portent les images. C’est l’essence même de l’album : il est le lieu où se crée l’« interaction de textes […] et d’images […] au sein d’un support, caractérisée par une organisation libre de la double page, une diversité des réalisations matérielles et un enchaînement fluide de page en page1 ». Les brouillons d’Yvan Pommaux apportent une mise en lumière particulière de ces liens et permettent de mieux comprendre comment cette interdépendance se construit.

4Une première partie proposera de rejoindre Yvan Pommaux dans son atelier et d’observer les différents types de brouillons qu’il produit pour créer ses albums. La seconde partie s’attachera aux brouillons de son dernier album de fiction Puisque c’est ça, je pars : leur genèse particulière et leur nombre en font un ensemble riche et novateur au sein de la recherche génétique.

Les brouillons d’Yvan Pommaux

5Dans le grenier aménagé où Yvan Pommaux travaille, les tiroirs sont remplis de papiers à dessin vierges, mais aussi des nombreux carnets, planches originales, dessins, etc.

Fig.  : Yvan Pommaux dans son atelier

Fig.  : Yvan Pommaux dans son atelier

6Conserve-t-il ses brouillons ? Il en garde, beaucoup. Mais parfois ils l’étouffent : « Tous les vingt ans environ, je pique une crise de rangement qui vire au cyclone, tout est emporté dans une spirale infernale d’allers-retours hallucinés à la déchetterie. La crise est souvent fatale aux carnets et aux brouillons », confie-t-il. C’est la raison pour laquelle il est difficile voire même impossible de retrouver l’intégralité des manuscrits de ses albums les plus anciens. Au fur et à mesure de nos rencontres, il m’a remis une grande diversité de documents. Il est possible de les classer en trois grands ensembles : les carnets d’écriture, les feuilles à dessin, les maquettes.

Les carnets d’écriture

7Précieusement conservés dans ses tiroirs, Yvan Pommaux m’a confié treize carnets de tous formats (du petit A5 au plus grand A3) et de toutes les qualités (cahier de brouillon, livre de comptes, agendas, carnets publicitaires, vieux cahiers d’écolier). Il ne semble pas s’attacher à la qualité du support, mais conserve ses carnets, contrairement aux feuilles à dessin (plus rares). Les carnets sont utilisés à l’endroit comme à l’envers, délaissés puis repris, parfois à plusieurs années d’intervalle. Ils révèlent l’impérieuse nécessité de tracer d’Yvan Pommaux : « Peu importe que ce soit du texte ou du dessin, je ne fais pas la différence. C’est un besoin complètement compulsif » (entretien avec Yvan Pommaux du 9 mai 2018). Ces réutilisations successives des carnets rendent difficile leur remise en ordre chronologique.

8Ces carnets sont les premiers réceptacles des histoires qui seront ensuite développées en albums. Yvan Pommaux commence toujours par écrire, pour ne dessiner qu’ensuite. Lorsqu’il a une idée de scénario, elle est d’abord mise à l’écrit. On peut en retrouver les textes dans les carnets (fig. 2 et 3). Cependant, ces derniers contiennent plus de textes poétiques (dont la majeure partie n’est pas destinée à la publication) que de brouillons d’albums.

Fig. 2 : Extrait du carnet « aux clowns » (13,3 x 17,8 cm), où l’on retouve l’injonction « Mords la main » (cf. fig. 3)

Fig. 2 : Extrait du carnet « aux clowns » (13,3 x 17,8 cm), où l’on retouve l’injonction « Mords la main » (cf. fig. 3)

Figure 3 : Extrait du carnet « Le conquérant » (13,6 x 20,9 cm)

Ce carnet « Le conquérant » est entièrement dédié à l’écriture poétique. On y constate de nombreux collages, plusieurs passages d’écriture, du feutre au crayon à papier.

9Les carnets révèlent une caractéristique prégnante du travail d’Yvan Pommaux sur l’écriture, qu’il est intéressant de mettre en lien avec les textes de ses albums : il aime jouer avec les mots, faire des anagrammes, inventer des rébus et mots croisés, tordant la langue, la déformant, la mélangeant, et la reconstituant (fig. 4, 5, 6 et 7).

Fig. 5 : Extrait de feuilles de dessin (10,5 x 15 cm)

Fig. 5 : Extrait de feuilles de dessin (10,5 x 15 cm)

Fig. 6 : Extrait du cahier à « couverture noire » (22 x 16,8 cm)

Fig. 6 : Extrait du cahier à « couverture noire » (22 x 16,8 cm)

Fig. 7 : Extrait du cahier à « couverture noire » (22 x 16,8 cm)

Fig. 7 : Extrait du cahier à « couverture noire » (22 x 16,8 cm)

10On ne retrouve pas directement ces jeux avec la langue dans ses albums : pas de rébus ou de grilles de mots croisés. En revanche, l’étude de ces brouillons montre combien l’auteur cisèle ses textes, les retravaille jusqu’à la perfection, tant pour le choix des mots, leur sonorité, que pour leur place dans la phrase. La langue est minutieusement travaillée, et à maintes reprises corrigée.

11Les carnets contiennent peu de dessins car ils sont le lieu de la première étape du travail : l’écriture. C’est ainsi qu’Yvan Pommaux élabore un album : « Le dessin ne vient que lorsque l’histoire se dessine », explique-t-il. L’écriture d’abord, le dessin ensuite.

12Un carnet retient particulièrement notre l’attention. Intitulé de la main de l’auteur « Thèmes », on y trouve regroupées au fil des années des idées d’histoires, qui ont été, pour certaines, développées dans des albums ou qui le seront peut-être un jour. Les prémices d’albums y sont consignées (fig. 8).

Fig. 8 : Extrait du carnet « Thèmes » (16,8 x 10,7 cm)

Fig. 8 : Extrait du carnet « Thèmes » (16,8 x 10,7 cm)

Les feuilles à dessin

13Les supports pour les dessins sont eux aussi multiples : ce sont des papiers aux grains et aux formats variés, du A5 au A3. Contrairement aux textes qui n’ont pas tous vocation à être publiés, les dessins qu’Yvan Pommaux a mis à notre disposition servent aux histoires qu’il projette de publier. Si les dessins sont intégrés au mécanisme de la création en vue de publication, il ne semble pas qu’il y ait ce mouvement irrépressible et « gratuit » vers eux, tel qu’on le retrouve pour les textes.

  • 2 Yvan Pommaux, Nous, notre histoire, Paris, L’école des loisirs, 2014.

14Ces états intermédiaires sont l’occasion de découvrir de très beaux manuscrits. Par exemple, le dossier préparatoire de Nous, notre histoire2, relié en format A3 (fig. 9 et 10) : ces grandes pages montrent un minutieux travail : les collages successifs et les essais de police d’écriture. En effet, Yvan Pommaux souhaitait dans un premier temps écrire les textes de sa main. Idée qui fut finalement abandonnée.

Fig. 9 : Extraits des dessins préparatoires de Nous, notre histoire (50 x 32,6)

Fig. 9 : Extraits des dessins préparatoires de Nous, notre histoire (50 x 32,6)

Fig. 10 : Extraits des dessins préparatoires de Nous, notre histoire (41,8 x 29,6)

Fig. 10 : Extraits des dessins préparatoires de Nous, notre histoire (41,8 x 29,6)

Les maquettes

15Une fois les esquisses réalisées et les textes mis en place, Yvan Pommaux réalise une maquette de l’album, afin de le présenter à son éditeur. La mise en page est alors quasiment définitive, n’évoluant ensuite qu’en fonction des demandes éventuelles de ce dernier.

  • 3 Yvan Pommaux, John Chatterton détective, Paris, L’école des loisirs, 1994.

16John Chatterton détective3 (fig. 11), publié en 1994, fait partie de ces albums « anciens » pour lesquels les traces de genèse ont disparu : seules restent deux maquettes.

Fig. 11 : Extraits de l’une des maquettes de John Chatterton détective

Fig. 11 : Extraits de l’une des maquettes de John Chatterton détective
  • 4 Yvan Pommaux, L’Île du Monstril, Paris, L’école des loisirs, 2003.

17Autre exemple, l’album L’Île du Monstril4. La première maquette montre un ogre tentant de dévorer les enfants (fig. 12). Dans l’album édité, l’ogre est remplacé par un dinosaure (fig. 14). Cette modification, proposée par l’éditeur, s’explique par l’engouement d’alors pour les animaux préhistoriques. Il était commercialement préférable de faire apparaître un dinosaure plutôt qu’un ogre.

L’Île du Monstril

Un brouillon particulier : Puisque c’est ça, je pars !

Genèse d’un manuscrit

  • 5 Yvan Pommaux, Puisque c’est ça, je pars !, Paris, L’école des loisirs, novembre 2017.

18Un ensemble de brouillons focalise notre attention, par l’importance du nombre de pièces et surtout par l’intention qu’y a mis l’auteur : celui de Puisque c’est ça, je pars !5 (fig. 13). C’est le dernier album d’Yvan Pommaux. Après plusieurs années à traiter plutôt de sujets historiques ou mythologiques, il publie à nouveau une œuvre de fiction. L’album étant récent et même encore non édité lorsque j’ai eu accès aux brouillons, ils n’étaient pas encore passés sous le tri périodique d’Yvan Pommaux.

Fig. 13 : Couverture de l’album Puisque c’est ça, je pars !

Fig. 13 : Couverture de l’album Puisque c’est ça, je pars !

19L’album raconte l’histoire d’une petite fille, Norma. Elle joue au parc, surveillée par sa maman. Mais cette dernière, trop accaparée par son téléphone, ne s’occupe pas suffisamment de sa fille, qui décide de fuguer. Norma croise alors la route de Félix, un ami, avec qui elle décide de partir droit devant, quitte à traverser un buisson qui leur barre la route. De l’autre côté du buisson, ils découvrent un monde parallèle, où chaque élément du monde réel est repris et transformé en élément merveilleux. À la fin, les enfants retrouveront leurs mamans grâce à l’aide du doudou de Norma, Jojo.

  • 6 Sophie Van der Linden, Lire l’album, Paris, L’atelier du poisson soluble, 2006, p. 87.
  • 7 Correspondance privée.

20La narration dans un album est doublement supportée, par le texte évidemment, mais aussi par l’image. Cette dernière n’est pas la simple illustration du texte : elle prend en charge une partie de la narration. Pour prendre l’exemple de Puisque c’est ça, je pars !, les images prennent en charge une partie de la narration, mais plus encore : le texte omet complètement une partie de l’histoire, que l’on ne peut lire que sur les images. En effet, durant sa fugue, Norma va perdre Jojo, son doudou (véritable personnage secondaire présent sur la couverture de l’album). Ce dernier continuera à suivre les enfants, de loin, pour finalement devenir l’élément qui va rassembler la mère et sa fille. Le lecteur se retrouve dans la situation décrite par Sophie Van den Linden dans Lire l’album : « Le lecteur du texte, concentré, ignore souvent des petits détails ou des jeux graphiques que l’enfant, attaché aux images, découvre le premier.6 » C’est précisément ce à quoi s’attend Yvan Pommaux : « Je suis sûr que les enfants à qui on lit le livre repèreront le moment où Jojo s’en va, tandis que leurs parents ne le verront peut-être pas. Ce seront alors les enfants qui devront leur expliquer ce qui se passe.7 » Yvan Pommaux a créé une situation qui permet aux enfants non lecteurs d’investir la lecture de l’image, en complémentarité avec les adultes lecteurs du texte. Ces adultes, concentrés sur la lecture du texte, manquent les éléments destinés aux enfants dans les images.

  • 8 Claire Doquet, « L’œuvre au berceau : un carnet de notes d’Yvan Pommaux », L’École des Lettres, n°  (...)
  • 9 Correspondance privée.

21Le développement de cette narration parallèle, Yvan Pommaux ne l’avait pas anticipé : « C’est venu naturellement, dit-il, […] j’ai fait ça instinctivement, ce n’était pas prévu. » Pour un auteur qui nous a confié son besoin d’écrire l’histoire avant de la dessiner, cela montre la singularité de la genèse de cet album. En effet, Claire Doquet8 et moi-même à sa suite nous sommes intéressées à ces manuscrits, et nous les avons regardés à la lumière de la critique génétique. Dans notre sillage, Yvan Pommaux s’est lui-même mis à questionner son travail : « Je ne brouillonne plus en toute innocence, j’ai même essayé de faire un livre sans brouillon9. » Cette tentative a échoué, dans une certaine mesure : il existe des brouillons qui nous permettent de retracer l’histoire de cette genèse particulière.

Le dossier génétique

22Dans son besoin d’écrire un album « sans brouillon », Yvan Pommaux a innové : pour la première fois, ce n’est pas l’écriture qui est venue d’abord mais le dessin.

23Tous ces documents sont ceux que l’auteur a bien voulu me remettre. Les indices trouvés m’ont permis de les remettre dans le bon ordre de leur création. Il y a cinq types de documents :

  • les feuillets de papier cartonné :
    7 feuillets écrits et/ou dessinés recto-verso (format 14,7 x 20,9) ;

  • le carnet « Draft » de format A3 :
    carnet à dessin dont une grande partie est manquante (format A3) ;

  • les feuillets A4 :
    5 feuillets A4 écrits et/ou dessinés recto-verso (format A4) ;

  • le carnet « Zap Book » :
    carnet de brouillon de couleur rose et de marque « Zap Book » (format A5),
    22 pages recto-verso concernent l’album Puisque c’est ça, je pars ! ;

  • l’édition finale :
    album de 44 pages en couleur, format à l’italienne.

Les premiers brouillons, naissance d’une histoire

24Dans la série de dessins sur papier cartonné, le doudou se nomme « Jocko » (fig. 14). C’est la seule trace de ce nom. Dans tous les autres brouillons, le doudou est nommé « Jojo » : c’est le nom qui apparaîtra dans l’album. Ces papiers cartonnés sont chronologiquement les premiers documents du dossier.

Fig. 14 : Extrait des feuillets de papier cartonné

Fig. 14 : Extrait des feuillets de papier cartonné

Les premières esquisses de personnages sont encore à l’état de ronds. Le texte est déjà retravaillé : une version au stylo recouvre une première version écrite au crayon à papier.

La construction du personnage de Norma

25C’est ensuite la construction du personnage de Norma qui oriente l’ordre des brouillons, et l’on retrouve là quelque chose de fréquent dans les brouillons d’Yvan Pommaux : son besoin d’explorer la profondeur négative de ses personnages pour construire leur identité. Il en va ainsi de Norma (fig. 15).

Fig. 15 : Extrait du carnet « Draft » (format A3)

Fig. 15 : Extrait du carnet « Draft » (format A3)

26Sur ce dessin préparatoire, le visage de Norma tout d’abord : le positionnement des sourcils et de la bouche lui donne un aspect peu sympathique. Ses paroles ensuite dénotent une certaine violence : « Bien fait pour toi, vilain Jojo […] Ça t’apprendra ! » C’est d’ailleurs l’objet de la note d’Yvan Pommaux : « Trop cruelle – devient antipathique. » Dans d’autres brouillons d’Yvan Pommaux, on remarque une élaboration similaire. Celle d’un personnage destiné à devenir la mère d’un personnage (fig. 16). Les textes accompagnant les dessins versent dans la vulgarité. Yvan Pommaux explique cela par son besoin d’aller dans la profondeur de ses personnages pour mieux les construire.

Fig. 16 : Extrait de feuilles de dessin (format A4)

Fig. 16 : Extrait de feuilles de dessin (format A4)

27Dans un second essai, le personnage de Norma évolue vers moins de noirceur : son visage s’adoucit. Le texte surtout porte cette évolution : les paroles de Norma ne sont plus au discours direct mais à l’indirect libre et ont perdu toute violence. Elle est devenue une simple petite fille qui joue avec son doudou, toute trace de méchanceté a disparu. Les textes du carnet « Zap Book » (fig. 17) le confirment : Norma est extérieure à ce qui arrive à Jojo, et c’est elle qui le sauve des fourmis rouges.

Fig. 17 : Extrait du carnet « Zap Book ». « Tiens bon Jojo ! crie-t-elle, / J’arrive en tamanoir et / J’aspire les insectes aussi sec ! »

Fig. 17 : Extrait du carnet « Zap Book ». « Tiens bon Jojo ! crie-t-elle, / J’arrive en tamanoir et / J’aspire les insectes aussi sec ! »

28Dans la version finale (fig. 18), Norma est devenue une petite fille aux traits adoucis qui joue avec son doudou et le plaint même : « Pauvre Jojo ! ».

Fig. 18 : Extrait de la pré-édition

Fig. 18 : Extrait de la pré-édition

Du texte à l’image : histoire d’une absorption

Fig. 19 : Extrait du carnet « Draft » (format A3)

Fig. 19 : Extrait du carnet « Draft » (format A3)

Fig. 20 : Extrait des feuillets de format A4

Fig. 20 : Extrait des feuillets de format A4

29Dans le premier brouillon (fig. 19), le coassement des crapauds est pris en charge par le texte. Dans le deuxième (fig. 20), les coassements se sont transformés en onomatopées, le texte précisant que le « téléphone sonne ». Dans la version finale (fig. 21), le texte supportera lui aussi le coassement du téléphone : « Le téléphone coasse » : ainsi, texte et image amplifient le coassement du téléphone, pour le rendre sonore aux oreilles du lecteur. La narration « rédigée » est allégée, soutenue par le dessin.

Fig. 21 : Extrait de la pré-édition

Fig. 21 : Extrait de la pré-édition

Conclusion

30Les brouillons d’Yvan Pommaux, très lisibles, montrent un exemple de la co-construction d’une narration par le texte et d’une narration par l’image. Ce n’est là qu’un premier travail sur un type de corpus bien particulier : les avant-textes d’un album pour enfants, dont l’auteur est également l’illustrateur. L’exploration de ces documents exceptionnels n’en est qu’à ses balbutiements.

Haut de page

Notes

1 Sophie Van der Linden, Lire l’album, Le Puy-en-Velay, L’atelier du poisson soluble, 2006, p. 87.

2 Yvan Pommaux, Nous, notre histoire, Paris, L’école des loisirs, 2014.

3 Yvan Pommaux, John Chatterton détective, Paris, L’école des loisirs, 1994.

4 Yvan Pommaux, L’Île du Monstril, Paris, L’école des loisirs, 2003.

5 Yvan Pommaux, Puisque c’est ça, je pars !, Paris, L’école des loisirs, novembre 2017.

6 Sophie Van der Linden, Lire l’album, Paris, L’atelier du poisson soluble, 2006, p. 87.

7 Correspondance privée.

8 Claire Doquet, « L’œuvre au berceau : un carnet de notes d’Yvan Pommaux », L’École des Lettres, n° 6-7, 2012-2013, p. 47 à 56.

9 Correspondance privée.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig.  : Yvan Pommaux dans son atelier
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/4147/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 2 : Extrait du carnet « aux clowns » (13,3 x 17,8 cm), où l’on retouve l’injonction « Mords la main » (cf. fig. 3)
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/4147/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/4147/img-3.png
Fichier image/png, 522k
Titre Fig. 4 : Extrait carnet « aux clowns » (17,8 x 13,3 cm)
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/4147/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/4147/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 5 : Extrait de feuilles de dessin (10,5 x 15 cm)
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/4147/img-6.png
Fichier image/png, 79k
Titre Fig. 6 : Extrait du cahier à « couverture noire » (22 x 16,8 cm)
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/4147/img-7.png
Fichier image/png, 225k
Titre Fig. 7 : Extrait du cahier à « couverture noire » (22 x 16,8 cm)
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/4147/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 8 : Extrait du carnet « Thèmes » (16,8 x 10,7 cm)
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/4147/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Fig. 9 : Extraits des dessins préparatoires de Nous, notre histoire (50 x 32,6)
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/4147/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 10 : Extraits des dessins préparatoires de Nous, notre histoire (41,8 x 29,6)
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/4147/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Fig. 11 : Extraits de l’une des maquettes de John Chatterton détective
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/4147/img-12.png
Fichier image/png, 267k
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/4147/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/4147/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/4147/img-15.png
Fichier image/png, 547k
Titre Fig. 13 : Couverture de l’album Puisque c’est ça, je pars !
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/4147/img-16.png
Fichier image/png, 900k
Titre Fig. 14 : Extrait des feuillets de papier cartonné
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/4147/img-17.png
Fichier image/png, 469k
Titre Fig. 15 : Extrait du carnet « Draft » (format A3)
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/4147/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 16 : Extrait de feuilles de dessin (format A4)
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/4147/img-19.png
Fichier image/png, 479k
Titre Fig. 17 : Extrait du carnet « Zap Book ». « Tiens bon Jojo ! crie-t-elle, / J’arrive en tamanoir et / J’aspire les insectes aussi sec ! »
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/4147/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Titre Fig. 18 : Extrait de la pré-édition
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/4147/img-21.png
Fichier image/png, 843k
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/4147/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 19 : Extrait du carnet « Draft » (format A3)
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/4147/img-23.png
Fichier image/png, 221k
Titre Fig. 20 : Extrait des feuillets de format A4
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/4147/img-24.png
Fichier image/png, 132k
Titre Fig. 21 : Extrait de la pré-édition
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/4147/img-25.png
Fichier image/png, 397k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Solène Audebert-Poulet, « Dans l’atelier d’Yvan Pommaux »Genesis, 48 | 2019, 123-134.

Référence électronique

Solène Audebert-Poulet, « Dans l’atelier d’Yvan Pommaux »Genesis [En ligne], 48 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 18 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/genesis/4147 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.4147

Haut de page

Auteur

Solène Audebert-Poulet

Doctorante en sciences du langage à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (laboratoire CLESTHIA), Solène Audebert-Poulet est professeure certifiée en lettres modernes. Ses recherches portent sur les brouillons d’Yvan Pommaux, auteur-illustrateur pour la jeunesse. Outre l’interprétation de ce dossier génétique, qui pourrait permettre de poser des fondations pour un nouveau type de corpus, elle souhaite explorer l’usage qui peut être fait de ce type de brouillons, en didactique de l’écriture.
solene.bergevin@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search