Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Chroniques ISeven Stories, le Centre national...

Chroniques I

Seven Stories, le Centre national du livre pour enfants au Royaume-Uni

Kristopher McKie et Lucy Pearson
p. 153-154

Texte intégral

1Seven Stories, the National Centre for Children’s Books1 est le seul musée et centre d’archives au Royaume-Uni se consacrant à rassembler des œuvres de littérature moderne et contemporaine pour la jeunesse. Ses archives se composent actuellement de plus de 140 fonds individuels, ce qui représente le travail de plus de 250 auteurs, illustrateurs, relecteurs et éditeurs, des années 1930 à nos jours. Un des principes fondamentaux de ces archives est de représenter toutes les étapes de la genèse du livre, des brouillons préliminaires jusqu’aux documents post-éditoriaux. Les fonds contiennent toutes sortes de matériaux qui donnent une idée du processus d’écriture et de publication d’un livre pour enfants : carnets, brouillons, carnets de croquis, illustrations, tapuscrits corrigés et correspondances. Cette collection est ainsi une ressource particulièrement riche pour la critique génétique, non seulement pour les textes mais aussi pour les albums. Les processus en jeu dans la création de nombreux albums soulèvent des questions génétiques très intéressantes : ils impliquent en effet une collaboration intense entre auteur et illustrateur et ont beaucoup évolué avec l’apparition de nouvelles technologies. Le fonds Helen Craig, par exemple, inclut des documents concernant la genèse de dix-sept des albums de la série Angelina Ballerina, écrits par Katherine Holabird et illustrés par Craig, et montre comment l’illustratrice a contribué à l’élaboration minutieuse de tout un univers et à la décision de faire de la célèbre héroïne une souris.

2Dans les collections sont représentés de nombreux auteurs influents et pionniers qui ont marqué durablement le secteur de la littérature jeunesse, parmi lesquels des noms aussi connus que Philip Pullman, Enid Blyton ou Michael Morpurgo. Si les archives de chaque auteur sont différentes par leur portée, leur richesse et leur contenu, chacune ouvre des perspectives uniques sur leur travail de création et leurs sources d’inspiration. Elles donnent également une vision détaillée des singularités des pratiques d’écriture de chacun. Les fonds de certains auteurs sont très riches et se prêtent particulièrement à l’analyse génétique. Le fonds Aidan Chambers, par exemple, présente une grande quantité de documents pour chacun de ses romans, dont des dossiers de recherche, des correspondances avec les éditeurs et les lecteurs et des brouillons successifs. Ce fonds considérable est étudié et documenté par un chercheur associé post-doctorant et un archiviste professionnel depuis l’automne 2018 dans le cadre d’un projet de recherche en collaboration avec l’université de Newcastle. De même, le fonds David Almond est tout à fait prometteur d’un point de vue génétique : Almond est ce que Siegfried Scheibe a appelé un « Papierarbeiter » (1982), un écrivain qui pense sur papier, et ses archives présentent de nombreux exemples de son habitude de visualiser ses idées pour ses romans à l’aide de diagrammes, de croquis et de jeux avec les mots avant de commencer à rédiger un premier brouillon. Au contraire, le fonds Diana Wynne Jones contient peu de notes préliminaires mais un grand nombre de brouillons et de textes inédits, notamment en lien avec la série The Dalemark Quartet (1975-1993), qui éclairent la genèse des idées et des stratégies narratives dans son œuvre. Les fonds d’éditeurs comme Kaye Webb (Puffin Books) ou David Fickling (Scholastic, David Fickling Books) et d’agents littéraires comme Laura Cecil apportent des points de vue complémentaires sur les œuvres, notamment des documents qui n’ont pas été conservés par les auteurs et les illustrateurs.

3Seven Stories continue à enrichir ses collections et à cultiver ses liens avec les acteurs du terrain. Cette politique active de développement des collections permet de susciter une prise de conscience chez les auteurs et les illustrateurs de l’importance de préserver les documents de genèse et de rendre compte des défis posés par le volume croissant des matériaux numériques ; elle assure ainsi le développement de ces archives comme ressource pour la critique génétique.

4(Traduit de l’anglais par Christine Collière-Whiteside)

Haut de page

Notes

1 Pour plus d’information sur les collections de Seven Stories, voir https://www.sevenstories.org.uk/collection/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kristopher McKie et Lucy Pearson, « Seven Stories, le Centre national du livre pour enfants au Royaume-Uni  »Genesis, 48 | 2019, 153-154.

Référence électronique

Kristopher McKie et Lucy Pearson, « Seven Stories, le Centre national du livre pour enfants au Royaume-Uni  »Genesis [En ligne], 48 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 23 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/genesis/4188 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.4188

Haut de page

Auteurs

Kristopher McKie

Kristopher McKie est responsable des collections de Seven Stories, the National Centre for Children’s Books.
kristopher.mckie@sevenstories.org.uk

Lucy Pearson

Lucy Pearson est maître de conférences en Littérature pour la jeunesse, à l’Université de Newcastle.
lucy.pearson@ncl.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search