Navigation – Plan du site
Enjeux

Manuscrits d’auteur, norme linguistique et « critique des variantes » dans la tradition littéraire italienne

Christian Del Vento
p. 15-29

Résumés

En 1783, Vittorio Alfieri se rend à Ferrare pour consulter les manuscrits de l’Arioste. Il annote les variantes du Roland Furieux. Ce n’est pas un acte d’érudition mais une démarche poétique : il s’inscrit par ce geste dans une tradition qui remonte à la Renaissance, au cours de laquelle une nouvelle approche des manuscrits d’auteur avait vu le jour. L’étude des manuscrits autographes et des variantes d’auteur, rendue possible en Italie par la conservation exceptionnellement précoce des archives d’écrivain, était devenue un outil pédagogique d’apprentissage de l’écriture et de la langue. En l’absence d’une norme linguistique unique (que seul un pouvoir politique centralisé aurait pu imposer), on tente en effet de la dégager des usages des grands écrivains, dont les manuscrits autographes garantissent l’authenticité. L’exception italienne prend fin quand se concrétise l’unification politique de la péninsule et que s’impose la nécessité d’une langue littéraire vivante, capable d’exprimer la totalité des besoins d’une nation moderne.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Les « incunables de la critique génétique »
Les manuscrits d’auteur entre « critique des variantes » et recherche d’une norme linguistique partagée

Aperçu du texte

Les « incunables de la critique génétique »

Le 17 juin 1783, un jeune homme de trente-quatre ans, le comte Vittorio Alfieri, qui est en train d’accomplir un long périple à travers la Péninsule et l’Europe pour promouvoir la toute nouvelle édition de ses tragédies, en laquelle il fonde ses espoirs de gloire littéraire, fait une halte à Ferrare. C’est la quatrième étape d’un véritable « pèlerinage poétique » qui le conduit en autant de lieux que le panthéon littéraire italien compte de grands auteurs : après Ravenne (Dante), Arqua (Pétrarque) et Sorrente (le Tasse), la visite à Ferrare recèle une signification plus profonde. Alfieri ne se limite pas à y visiter « la maison, et la tombe » de l’Arioste, comme il l’écrit dans la première rédaction de son autobiographie, mais il y contemple aussi un objet d’une nature toute particulière : ses manuscrits, que l’on pouvait consulter dans la bibliothèque municipale depuis 1753, avec ceux du Tasse. Ces mêmes manuscrits feront l’objet, cent ci...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Del Vento,
« Manuscrits d’auteur, norme linguistique et « critique des variantes » dans la tradition littéraire italienne »
Genesis,
49 | 2019,  15-29.

Référence électronique

Christian Del Vento, « Manuscrits d’auteur, norme linguistique et « critique des variantes » dans la tradition littéraire italienne »
Genesis [En ligne], 49 | 2019,
mis en ligne le 01 décembre 2020,
consulté le 25 février 2020.
URL : http://journals.openedition.org/genesis/4410 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.4410

Haut de page

Auteur

Christian Del Vento

Christian Del Vento est professeur à l’université Sorbonne Nouvelle, où il dirige le Centre interdisciplinaire de recherche sur la culture des échanges. Au sein de l’ITEM, il anime le groupe de travail « Manuscrits italiens du Settecento ». Ses recherches portent sur la littérature et la culture italiennes des xviiie-xxe siècles, sur l’édition des textes et sur l’histoire du livre et des bibliothèques d’écrivains. Récemment, il a publié une monographie consacrée à la bibliothèque de Vittorio Alfieri (La biblioteca ritrovata, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2019).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals