Navigation – Plan du site
Enjeux

Pour un retour aux manuscrits de l’Arioste

Simone Albonico
p. 31-46

Résumés

Santorre Debenedetti publia en 1937 ce que l’on nomme les « fragments autographes » du Roland furieux, qui documentent l’élaboration des octaves ajoutées par Ludovico Ariosto à la troisième édition de son chef d’œuvre (1532). Dans sa recension opportune de l’édition Debenedetti, le jeune Gianfranco Contini livra une interprétation des variantes de l’Arioste qui lui permettait de valider le jugement critique de Benedetto Croce, ce dernier discernant dans le Roland furieux la mise en œuvre d’un principe d’harmonie. Pour parvenir à cette conclusion, Contini ne prit en considération qu’une portion restreinte de l’élaboration textuelle du poème qui rentrait dans le champ de l’esthétique crocienne. Il manifesta par ailleurs son adhésion à d’autres postulats du philosophe napolitain, désormais remis en question depuis de longues années. La naissance de la « critique des variantes » d’inspiration continienne, fondée sur ces présupposés, a reçu au fil du temps un accueil plus ou moins favorable, mais elle n’a jamais fait l’objet d’une analyse historico-critique destinée à en vérifier le bien-fondé philologique et interprétatif. Le présent article entend amorcer une réflexion en ce sens.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

L’Arioste et la naissance de la critique des variantes
L’édition Debenedetti
Revenir aux manuscrits de l’Arioste
La tradition des Satires

Aperçu du texte

Les archives littéraires de Ludovico Ariosto (1474-1533) sont disparates et lacunaires. Heureusement, le Roland furieux et les Satires font exception dans ce panorama, leur dossier comportant des matériaux originaux autographes d’un grand intérêt. Le cas du Roland furieux constitue, en particulier, un cas d’étude emblématique de la tradition ecdotique italienne, dans la mesure où la recension par Gianfranco Contini de l’édition des Frammenti autografi dell’Orlando furioso établie par Santorre Debenedetti en 1937 passe pour l’acte de naissance officiel de la « critique des variantes ». Nous nous proposons dans le présent article d’offrir une réflexion sur l’histoire éditoriale des textes de l’Arioste, en les mettant en regard de la naissance et de la consolidation de la « philologie d’auteur ». Après avoir rappelé les prémisses interprétatives qui ont fondé les dispositifs éditoriaux retenus, puis le contexte historique et culturel qui a déterminé la réception critique de ces édition...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simone Albonico,
« Pour un retour aux manuscrits de l’Arioste »
Genesis,
49 | 2019,  31-46.

Référence électronique

Simone Albonico, « Pour un retour aux manuscrits de l’Arioste »
Genesis [En ligne], 49 | 2019,
mis en ligne le 01 décembre 2020,
consulté le 25 février 2020.
URL : http://journals.openedition.org/genesis/4446 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.4446

Haut de page

Auteur

Simone Albonico

Simone Albonico, formé à l’Université de Pavie où il a enseigné, est aujourd’hui professeur de Philologie et Littérature italienne à l’Université de Lausanne. Ses travaux traitent de la littérature des xive-xvie siècles (Dante, Pétrarque, Alberti, Sannazaro, Bembo, l’Arioste, Folengo, Della Casa) et portent une attention particulière au rapport aux classiques et à certains contextes (Milan entre le xivet le xvisiècle, l’historiographie florentine). Il a publié, dans le domaine de la philologie d’auteur, des contributions sur l’Arioste, Della Casa et Manzoni. Il s’intéresse à la métrique italienne, à Leopardi, aux archives littéraires du xxe siècle et aux solutions informatiques pour les disciplines humanistes.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals