Navigation – Plan du site
Enjeux

Aux origines de la critique des paperasses

Paola Italia
p. 47-59

Résumés

La critique génétique en France et la philologie d’auteur en Italie trouvent dans la critique des variantes de Gianfranco Contini – surnommée « critique des paperasses » à l’occasion d’une polémique avec Benedetto Croce – une origine commune. Elle remonte, d’une part, à l’étude des corrections d’auteurs que Contini a appliquée à des écrivains aussi bien italiens (l’Arioste, 1937 ; Pétrarque, 1941 ; Leopardi, 1947) que français (Proust, 1947 ; Mallarmé, 1948). Elle se forme, d’autre part, dans le sillage de ses réflexions sur la « signification théorique de l’étude des corrections », étude qui s’intéresse au « devoir être » du texte et à l’« évolution infinie » de la poésie, en référence à Mallarmé mais surtout à Valéry, comme l’a montré le manuscrit d’une conférence que Contini prononça en Suisse en 1944. La présente contribution retrace l’origine de ces idées à travers l’étude des corrections du manuscrit de La critica degli scartafacci (« La critique des paperasses », article publié par Contini en 1948), tout en offrant un exemple éclairant – une véritable mise en abyme – de la façon dont travaillait Contini.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Le manuscrit de La Critique des paperasses

Aperçu du texte

Je ne peinds pas l’estre, je peinds le passage.

On peut aujourd’hui reconstituer la naissance de la critique des variantes – qui fut plus tard nommée « critique des paperasses » par son fondateur Gianfranco Contini (1912-1990) – et le débat qui suivit son affirmation en Italie, à l’aune de documents inédits du fonds Contini et grâce au travail de catalogage et de valorisation de ses papiers et de sa correspondance soutenu par la Fondation Franceschini et par l’École normale supérieure de Pise, sous l’impulsion de Lino Leonardi et de Claudio Ciociola.

Il s’agit d’un moment critique fondamental de l’histoire culturelle italienne. En effet, cette confrontation dialectique avec la vieille génération (celle qui avait résisté au fascisme et dont Benedetto Croce, avec son Manifeste des intellectuels antifascistes de 1925, est le plus célèbre représentant) a dominé la culture italienne jusqu’aux années 1960 – une confrontation parfois âpre, menée par la nouvelle génération des intellectuels i...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paola Italia, « Aux origines de la critique des paperasses », Genesis, 49 | 2019, 47-59.

Référence électronique

Paola Italia, « Aux origines de la critique des paperasses », Genesis [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/genesis/4497 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.4497

Haut de page

Auteur

Paola Italia

Paola Italia est professeure associée à l’Université de Bologne. Ses travaux portent sur la philologie d’auteur (www.filologiadautore.it), dont elle a exploré les enjeux méthodologiques (Che cos’è la filologia d’autore, avec Giulia Raboni, 2010) et qu’elle a appliquée à l’étude des archives littéraires italiennes (xviiie-xxe siècles). Elle a collaboré aux éditions critique de Fermo et Lucia de Manzoni et des Canti de Leopardi, et elle a consacré ses recherches à de nombreux auteurs du xxe siècle (Gadda, Savinio, Manganelli, Sinigaglia, Bassani, Tobino...), dont elle a édité plusieurs ouvrages, et dont elle a étudié la méthode d’écriture (parmi ses derniers travaux : Come lavorava Gadda, 2017).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals