Navigation – Plan du site
Etudes

Genèses littéraires dans la correspondance de Pietro et Alessandro Verri

Pierre Musitelli
p. 87-100

Résumés

La correspondance des frères Verri permet de suivre pendant trente ans (1766-1797) l’élaboration des principales œuvres économiques et philosophiques de Pietro et le mûrissement des goûts littéraires d’Alessandro au gré de multiples expérimentations de styles et de genres. Le premier vit à Milan, le second réside à Rome : tous deux développent, à travers leur correspondance hebdomadaire, une pratique collaborative de l’écriture. Brouillons et manuscrits transitent par voie postale pour être discutés et annotés, le texte prenant forme au fil de ces échanges. Mais l’écriture épistolaire des frères Verri n’a pas, en matière de genèse littéraire, qu’une fonction productrice : les jugements exprimés ne témoignent pas toujours d’une capacité de l’interlocuteur à saisir et déchiffrer l’œuvre et ses enjeux. Avec le temps, s’usent l’amitié fraternelle et ses promesses initiales (stimuler l’autre, être son censeur impartial), à mesure que deux styles s’affirment et que se creuse le clivage idéologique dans les années de la Révolution.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Une transposition épistolaire de la pratique collaborative des Pugni
Un témoignage sur l’acte créateur
Le processus génétique intégré aux échanges épistolaires
Rêve d’homologie et singularisation des rôles
Les nouveaux horizons littéraires d’Alessandro Verri

Aperçu du texte

Cette étude examine la façon dont se mit en place, dans la correspondance de Pietro et Alessandro Verri, un système de transmission, d’annotation et de révision de leurs manuscrits respectifs qui institua ces échanges épistolaires trentenaires (1766-1797) en un laboratoire privé mais non solitaire de l’écriture. Leurs lettres ne se contentent pas d’informer sur le processus de création littéraire : elles font partie intégrante du processus génétique, auquel elles servent de cadre et de support. La correspondance bi-hebdomadaire des deux frères accueille des avant-textes – usage original et périlleux qui assujettit la composition des œuvres aux aléas et aux rythmes d’une communication par voie postale : les lettres arrivent souvent détrempées à l’automne et sont bloquées durant l’hiver par les neiges des Apennins. « Je n’ai pas de nouvelle de l’arrivée de ton manuscrit. Il y a tant de fleuves, de torrents et de ravins entre nous qu’il faut être patient », écrit Alessandro en novembre...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Musitelli, « Genèses littéraires dans la correspondance de Pietro et Alessandro Verri », Genesis, 49 | 2019, 87-100.

Référence électronique

Pierre Musitelli, « Genèses littéraires dans la correspondance de Pietro et Alessandro Verri », Genesis [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/genesis/4614 ; DOI : 10.4000/genesis.4614

Haut de page

Auteur

Pierre Musitelli

Pierre Musitelli est maître de conférences à l’Ecole normale supérieure et membre de l’équipe « Écritures des Lumières » de l’ITEM (CNRS-ENS). Ses travaux portent sur la littérature et l’histoire du long xviiie siècle italien, sur les Lumières lombardes, le néoclassicisme et la constitution du canon. Ouvrages récents : Le Flambeau et les ombres. Alessandro Verri, des Lumières à la Restauration (1741-1816), Rome, Collection de l’École française de Rome, 2016 ; Le bonheur du plus grand nombre. Beccaria et les Lumières, sous la direction de P. Audegean, C. Del Vento, P. Musitelli, X. Tabet, Lyon, ENS Éditions, 2017.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals