Navigation – Plan du site
Varia

De dessins d’enfants au film d’agit-prop : la genèse du film J’ai huit ans

Baptiste Vidal
p. 179-185

Résumés

Cet article interroge les conditions de possibilité du cinéma militant à partir de la genèse d’un court métrage sur la guerre d’Algérie, réalisé en 1961 par Yann Le Masson, Olga Poliakoff, René Vautier et Jacqueline Meppiel, intitulé J’ai huit ans. Tourné, monté et diffusé clandestinement, il dénonce les violences de l’armée française en Algérie et a été interdit jusqu’en 1974. À travers l’étude des correspondances entre les auteurs du film, il s’agit d’en retracer le processus de création, afin d’identifier les contraintes pratiques qui pèsent sur sa réalisation et d’en considérer les conséquences sur l’évolution de l’œuvre, au fur et à mesure de sa conception.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Genèse cinématographique et cinéma militant
Vautier, Le Masson : deux cinéastes et l’Algérie
La polémique des auteurs

Aperçu du texte

Un film non conforme, accusateur, c’était donc possible, en France, sous de Gaulle ?

En mai 1962, Miroir du cinéma publiait un texte appelé à être repris par d’autres revues telles que Partisans ou Positif, intitulé « Manifeste pour un cinéma parallèle ». Il s’agissait de s’opposer à la censure exercée par le ministère de l’Information en proposant d’œuvrer à la mise en place d’un système de distribution parallèle des films, qui s’appuierait sur des structures privées (ciné-clubs, sections syndicales, etc.) : « Que cent organismes privés nous achètent chacun une copie de nos films et voilà ces films rendus PUBLICS, malgré tous les chiens de garde. » Les rédacteurs de ce texte, anonymes, étaient désignés comme « de jeunes réalisateurs, auteurs en particulier de J’ai huit ans », associant ainsi l’apparition du groupe du cinéma parallèle à ce court métrage militant sur les exactions de l’armée française en Algérie.

Le film en question date de 1961. Il est construit sur une alternance de ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Baptiste Vidal,
« De dessins d’enfants au film d’agit-prop : la genèse du film J’ai huit ans »
Genesis,
49 | 2019,  179-185.

Référence électronique

Baptiste Vidal, « De dessins d’enfants au film d’agit-prop : la genèse du film J’ai huit ans »
Genesis [En ligne], 49 | 2019,
mis en ligne le 01 décembre 2020,
consulté le 25 février 2020.
URL : http://journals.openedition.org/genesis/4891 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.4891

Haut de page

Auteur

Baptiste Vidal

Baptiste Vidal est étudiant en deuxième année du Master d’histoire transnationale (École Normale Supérieure – École Nationale des Chartes). Ses recherches portent sur les voyages de cinéastes militants français à Cuba dans les premières années de la Révolution et leurs collaborations avec l’Institut du cinéma cubain (ICAIC). Il s’intéresse plus largement aux conditions de possibilité d’une expression cinématographique depuis les marges de la production dominante.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals