Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51EnjeuxL’espace métagénétique : exogenès...

Enjeux

L’espace métagénétique : exogenèse, intertextualité, écritures de soi

Véronique Montémont et Françoise Simonet-Tenant
p. 51-61

Résumés

Les écritures de soi sont des objets pour lesquels l’étude génétique peut prendre avec profit le relais de l’analyse intertextuelle, en ce que cette dernière repose essentiellement sur la capacité que le lecteur a d’identifier les discours tiers. Or, dans le cas des écrits personnels, les discours tiers sont loin d’être toujours repérables, parfois privés, parfois inédits. L’analyse exogénétique, elle, rendra compte de la présence de telle ou telle source dans une autobiographie, voire un journal, mais permettra surtout de comprendre comment l’auteur.e l’a travaillée, a incorporé d’autres voix, d’autres subjectivités. Cet article envisagera donc la question sous une double perspective : examiner, d’un côté, comment les écritures de soi, journaux ou correspondances, peuvent prendre place dans une œuvre de fiction ; analyser, de l’autre, la façon dont l’écriture de soi met en scène, de plus en plus explicitement, les traces et matériaux extérieurs dont elle se nourrit, produisant ainsi un véritable récit métagénétique. Ce qui revient à poser la question : comment parler de soi avec les mots des autres ?

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2021.

Plan

Les journaux et les correspondances comme éléments exogénétiques
Exogenèse de textes autobiographiques et mémoriels publiés
Transformations et enjeux
L’exposition de l’archive : l’espace métagénétique
Conclusion

Aperçu du texte

Les écritures de soi, bien qu’il soit désormais admis qu’elles relèvent pleinement de la littérature, demeurent des objets particuliers au regard de l’étude génétique. Leurs enjeux spécifiques ont été explorés par Philippe Lejeune, en particulier dans Les Brouillons de soi (1998) et Autogenèses (2013), deux ouvrages qui mettent en avant le caractère doublement déterminant d’une lecture génétique, qui peut être appliquée à l’autobiographie stricto sensu, mais aussi aux journaux, aux correspondances et à l’ensemble des hybridations de ces formes au sein de l’espace autobiographique.

D’une part, l’étude génétique permet de mesurer quelles opérations ont conduit à l’élaboration de l’œuvre ; d’autre part, elle offre un « terrain de vérification privilégié aux engagements pris avec le pacte autobiographique ». Elle implique donc un vaste terrain d’observation, qui prend d’abord en compte l’apport de sources externes : comme le note Lejeune, « le travail de la citation, les réemplois ; les...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Montémont et Françoise Simonet-Tenant, « L’espace métagénétique : exogenèse, intertextualité, écritures de soi »Genesis, 51 | 2021, 51-61.

Référence électronique

Véronique Montémont et Françoise Simonet-Tenant, « L’espace métagénétique : exogenèse, intertextualité, écritures de soi »Genesis [En ligne], 51 | 2021, mis en ligne le 20 décembre 2021, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/genesis/5667 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.5667

Haut de page

Auteurs

Véronique Montémont

Véronique Montémont est maître de conférences HDR en langue et littérature françaises à l’Université de Lorraine. Elle coanime avec Jean-Marc Hovasse l’équipe « Autobiographie et correspondances » (ITEM) depuis 2015. Elle a également créé et anime depuis 2016 le blog Autobiosphère (https://autobiosphere.wordpress.com). Elle a codirigé plusieurs ouvrages collectifs sur l’autobiographie et le journal personnel et a participé à la rédaction du Dictionnaire de l’autobiographie française et francophone (dir. F. Simonet-Tenant, Champion, 2017).

Articles du même auteur

Françoise Simonet-Tenant

Françoise Simonet-Tenant enseigne la littérature française du xxe siècle à l’Université de Rouen. Elle est l’auteur d’études critiques : Le Journal intime (2001) et Journal personnel et correspondance (1785-1939) ou les affinités électives (2009), et a dirigé plusieurs ouvrages collectifs ou numéros de revue : Le propre de l’écriture de soi, éditions Téraèdre, 2007 ; Genesis, n° 32, « Journaux personnels », SUP, mars 2011 ; Annie Ernaux : l’intertextualité, Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015 ; « Ce qui parle en moi » : l’étrangeté de la voix, Revue des Sciences Humaines, n° 333, 2019 ; Dictionnaire de l’autobiographie. Écritures de soi de langue française, paru chez Champion en mai 2017.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search