Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51EtudesComme un voleur qui enrichirait l...

Etudes

Comme un voleur qui enrichirait la maison cambriolée : la bibliothèque d’André Schwarz-Bart

Jean-Pierre Orban
p. 111-126

Résumés

André Schwarz-Bart (1928-2006), auteur du Dernier des Justes, prix Goncourt 1959, a détruit nombre de documents manuscrits de ses œuvres en gestation, dès lors demeurées inachevées ou disparues à sa mort. Dans le « naufrage » de cette œuvre, tel qu’il semble tour à tour le constater et l’organiser, sa bibliothèque apparaît comme un îlot sauvegardé. Durant les vingt dernières années de sa vie, André Schwarz-Bart y mènera un dialogue singulier avec les auteurs l’entourant de leurs pages. Il y consignera aussi plans, esquisses, notes d’intention d’une œuvre, « Kaddish », qu’il ne mènera jamais à son accomplissement, hormis dans des pages dictées à ses proches. Celles-ci constitueront la plus grande part d’un roman posthume, L’Étoile du matin. L’article tente de dessiner le processus exogénétique entre le texte d’autrui, la note ou esquisse et le roman publié. L’ensemble des notes marginales de sa bibliothèque dépasse cependant de loin ce dernier. L’article s’interroge dès lors sur les notions d’« avant-texte » et de « dossier génétique » dans le cas d’œuvres inabouties et postule une étude des virtualités sans qu’aucune ne débouche sur ce que l’on définit comme « texte ».

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2021.

Plan

Bibliothèque réceptacle et creuset d’une œuvre inachevée
Un rapport de violence et de réappropriation avec les textes d’autrui
De l’« arobase » à l’invective
Vers L’Étoile du matin en passant par Bouddha et Lady Macbeth
Génétique de la virtualité

Aperçu du texte

Comme David, Haïm assembla les ouvrages
de sa bibliothèque sur la Shoah, les étoiles,
l’histoire de la terre, l’histoire des hommes
depuis l’Afrique, l’histoire de toutes les
violences commises depuis le début des
Temps, l’histoire juive, l’histoire sur l’histoire
des juifs, les poètes et écrivains qu’il aimait
et puis il s’en alla.

En novembre 1959, André Schwarz-Bart remporte le prix Goncourt avec un premier roman, Le Dernier des Justes (aux Éditions du Seuil), qui retrace six siècles d’antisémitisme ayant mené à la Shoah. Succès public considérable, le livre d’un inconnu du monde littéraire est reçu avec des réserves par une partie du milieu intellectuel juif, soutenue par la revue Arts sous la direction d’André Parinaud. Les uns ou les autres l’accusent d’erreurs historiques et de plagiats, et lui reprochent sa vision trop christique, à leurs yeux, du Juif. Meurtri, André Schwarz-Bart quitte la France pour la Guyane, puis s’installe au Sénégal et en Guadeloupe avec celle qui, entre-temp...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Orban, « Comme un voleur qui enrichirait la maison cambriolée : la bibliothèque d’André Schwarz-Bart »Genesis, 51 | 2021, 111-126.

Référence électronique

Jean-Pierre Orban, « Comme un voleur qui enrichirait la maison cambriolée : la bibliothèque d’André Schwarz-Bart »Genesis [En ligne], 51 | 2021, mis en ligne le 20 décembre 2021, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/genesis/5703 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.5703

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Orban

jean-pierre orban est chercheur associé à l’ITEM au sein de l’équipe « Manuscrits francophones ». À ce titre, il est l’auteur d’études, entre autres, sur Sony Labou Tansi (Genesis, no 33) et Yambo Ouologuem (« Livre culte, livre maudit : l’histoire du Devoir de violence de Yambo Ouologuem », Continents manuscrits, Hors Série 2018). Depuis 2017, il est responsable du groupe de travail Schwarz-Bart et a impulsé le transfert des archives Simone et André Schwarz-Bart à la BnF. Romancier et biographe, il est notamment l’auteur de Pierre Mertens, Un siècle pour mémoire et de sa version numérique augmentée, Pierre Mertens et le ruban de Möbius (Impressions Nouvelles).

Articles du même auteur

  • Interférences et création [Texte intégral]
    La « dynamique auteur-éditeur » dans le processus de création chez Sony Labou Tansi à partir de la comparaison entre Machin la Hernie et L’État honteux
    Paru dans Genesis, 33 | 2011
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search