Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51VariaQuelques remarques sur la réécrit...

Varia

Quelques remarques sur la réécriture chez Montherlant : Mais aimons-nous ceux que nous aimons ? et Garder tout en composant tout

Claude Coste
p. 213-221

Résumés

Dans Aimons-nous ceux que nous aimons ?, Montherlant revient sur deux œuvres de jeunesse qu’il réécrit partiellement ; il propose également un récit de rêve dont une première version paraît de façon posthume dans Garder tout en composant tout. Que signifie cette pratique récurrente de la réécriture ? Dans toute son œuvre, Montherlant cherche à rester maître de son image, conciliant la vérité de l’affect et les ruses de l’art.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2021.

Plan

Nuages
Un rêve

Aperçu du texte

Montherlant a réécrit toute sa vie. Marquée du sceau de l’ambiguïté – « toute sa vie » est-il complément de temps ou d’objet ? –, la réécriture est, pour l’auteur du Songe et de La Ville dont le prince est un enfant, une pratique essentielle qui a été analysée de façon ponctuelle par les chercheurs. Un tel sujet attend toujours sa thèse ou son livre d’envergure pour mesurer l’importance du phénomène dans la totalité de l’œuvre – rappelant combien les acquis de la critique génétique sont à même d’enrichir le renouveau des études montherlantiennes. D’une ambition beaucoup plus modeste, cet article se contentera de formuler quelques « remarques sur la réécriture », et d’apporter une simple pierre à l’édifice, à partir d’un corpus restreint et cohérent. Deux ouvrages posthumes, de nature et de statut très différents, ont paru, l’un en 1973, Mais aimons-nous ceux que nous aimons ?, l’autre en 2001, Garder tout en composant tout, qui font, tous les deux, de la réécriture un enjeu fondamen...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Coste, « Quelques remarques sur la réécriture chez Montherlant : Mais aimons-nous ceux que nous aimons ? et Garder tout en composant tout »Genesis, 51 | 2021, 213-221.

Référence électronique

Claude Coste, « Quelques remarques sur la réécriture chez Montherlant : Mais aimons-nous ceux que nous aimons ? et Garder tout en composant tout »Genesis [En ligne], 51 | 2021, mis en ligne le 20 décembre 2021, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/genesis/5756 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.5756

Haut de page

Auteur

Claude Coste

Professeur de littérature française et francophone à l’université CY Cergy Paris, Claude Coste consacre une grande partie de sa recherche à l’œuvre de Roland Barthes (Roland Barthes ou l’art du détour, Hermann, 2016) dont il a édité plusieurs séminaires au Seuil (Comment vivre ensemble, Le Discours amoureux, Sarrasine de Balzac) ; il codirige l’équipe Barthes à l’ITEM-CNRS. Sa recherche porte également sur les relations de la littérature et de la musique (Orphée ou les sirènes, 2014). En 2010, il coorganise le colloque Lire Montherlant dont les actes ont paru chez Honoré Champion en 2015.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search