Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52Présentation des varia

Présentation des varia

La rédaction
p. 157

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Le cahier non thématique de ce numéro 52 illustre une nouvelle fois la diversité des observables génétiques. Diversité chronologique d’abord, avec une étude portant sur les Confessions de Rousseau. Gauthier Ambrus y cherche à situer le moment de la genèse conceptuelle de cette œuvre à partir duquel commence à se définir la forme générique originale qui sera la sienne – et peut-être aussi ce « pli imposé au m[ou]v[emen]t [des Lumières] par Rousseau » que pointe Barthes dans une fiche retranscrite ici-même dans l’article de Claude Coste. Une enquête chronologique serrée permet de situer dans le temps ce tournant dans la réflexion de Rousseau sur l’écriture autobiographique et de préciser son rapport à la publication du pamphlet de Voltaire, le Sentiment des citoyens.

2En se penchant sur Le Parfum des îles Borromées de René Boylesve, Élodie Dufour s’intéresse non seulement à un autre siècle, mais également à un autre stade de la genèse : la phase post-éditoriale (voir notre numéro 44), où l’écrit déjà publié se nourrit de nouvelles lectures. De 1898 à 1923, dans les différentes versions de ce roman aujourd’hui méconnu, on trouve la trace de l’évolution des courants littéraires (entre néo-classicisme et symbolisme, entre France et Proust) et de l’influence de l’éditeur et critique Louis Ganderax. L’analyse serrée illustre tout l’intérêt, pour l’histoire littéraire, la stylistique et la génétique, d’interroger les conditions et les processus de l’écriture après publication. Qui voudra d’ailleurs observer par soi-même les transformations subies par ce roman le fera désormais aisément grâce à l’édition que vient d’en proposer la chercheuse grenobloise dans la collection Variance (variance.ch).

3Alors que l’article sur les Confessions traite d’une recherche sur les origines d’une œuvre aboutie et promise à une considérable postérité, deux articles portent ici sur des œuvres de Barthes qui non seulement n’ont pas été achevées, mais dont on serait tenté de dire qu’elles n’ont jamais vraiment commencé, tant elles sont restées loin de leur aboutissement. Les deux études présentées forment un diptyque en examinant deux projets, par moment concurrents : celui d’une Histoire subjective de la littérature française, étudié par Claude Coste, et celui d’un roman, étudié par Claudia Amigo Pino. Ces chantiers, s’étalant sur de nombreuses années et restés ouverts jusqu’à la mort de Barthes, permettent notamment d’observer l’importance créative des processus de décontextualisation et de recontextualisation liés chez Barthes à l’usage systématique de fiches.

4On trouvera enfin les habituelles recensions d’ouvrages et, comme dans chaque numéro pair, une bibliographie des travaux génétiques parus pendant l’année précédente.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La rédaction, « Présentation des varia »Genesis, 52 | 2021, 157.

Référence électronique

La rédaction, « Présentation des varia »Genesis [En ligne], 52 | 2021, mis en ligne le 01 juillet 2021, consulté le 16 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/genesis/5793 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.5793

Haut de page

Auteur

La rédaction

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search