Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53ChroniquesSur BaudelaireBaudelaire, deux siècles après

Chroniques
Sur Baudelaire

Baudelaire, deux siècles après

Aurélia Cervoni, Jean-Marc Chatelain et Andrea Schellino
p. 193

Texte intégral

  • 1 Charles Baudelaire, Correspondance, texte établi, présenté et annoté par Claude Pichois, avec la co (...)
  • 2 Ibid., t. ii, p. 114.

1Le 9 avril 1821, Charles Baudelaire naissait à Paris, rue Hautefeuille. En décembre 1854, il écrivait à sa mère que sa vie lui semblait « damnée dès le commencement », et destinée à l’être « pour toujours »1. Mais conscient du caractère original de son œuvre, il avait promis Les Fleurs du Mal à la postérité : « Le livre est presque bien, et il restera, ce livre, comme témoignage de mon dégoût et de ma haine de toutes choses2 », écrit-il le 1er janvier 1861 à Mme Aupick. La clairvoyance de Baudelaire se mesure encore aujourd’hui à l’inactualité de son œuvre poétique et critique : en avance sur son temps, mais aussi éloignée du nôtre, troublante et auréolée d’une beauté singulière.

2Plusieurs manifestations célèbrent, en 2021, le bicentenaire de la naissance de Baudelaire. Un colloque international sur « Baudelaire et les traditions poétiques », organisé par le Groupe Baudelaire de l’Institut des textes et manuscrits modernes de Paris (CNRS-ENS), en collaboration avec le CRP19 de la Sorbonne Nouvelle et le CELLF de Sorbonne Université, s’est déroulé à l’hôtel de Lauzun et à la Bibliothèque nationale de France les 18, 19 et 20 novembre 2021. Deux autres colloques, l’un à Rome (« Baudelaire et l’image », 9-10 décembre) et l’autre à Lille (« Baudelaire, la beauté du bizarre », 14-15 décembre), ont prolongé et complété cet événement scientifique. La Bibliothèque nationale de France consacre à l’auteur des Fleurs du Mal une exposition de quelque deux cents pièces (site François-Mitterrand, 3 novembre 2021-13 février 2022) : « Baudelaire, la modernité mélancolique ». Et un projet éditorial d’envergure, dont l’horizon s’étend au-delà de l’année du bicentenaire, se propose de renouveler notre compréhension de Baudelaire : la publication d’une nouvelle édition des Œuvres complètes dans la Bibliothèque de la Pléiade.

3Même si le dossier baudelairien peut paraître pauvre, car privé de nombreux premiers états manuscrits, l’œuvre poétique de Baudelaire se prête bien au travail génétique : les manuscrits autographes laissent apparaître un véritable « partisan de la rature ». Les épreuves et les placards corrigés de l’édition originale des Fleurs du Mal, datant de mars à mai 1857, conservés à la Bibliothèque de France, témoignent du soin minutieux qu’il apportait à l’élaboration de sa poésie. La génétique baudelairienne se doit d’accorder une place majeure à la genèse éditoriale et post-éditoriale, et d’aborder des questions souvent négligées, comme la genèse de la composition des recueils et le rôle de la mise en forme typographique, dont nous évoquons quelques enjeux, en guise d’introduction aux futures recherches génétiques, dans les deux premiers articles réunis dans ce petit ensemble.

Haut de page

Notes

1 Charles Baudelaire, Correspondance, texte établi, présenté et annoté par Claude Pichois, avec la collaboration de Jean Ziegler, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1973, t. i, p. 303.

2 Ibid., t. ii, p. 114.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélia Cervoni, Jean-Marc Chatelain et Andrea Schellino, « Baudelaire, deux siècles après »Genesis, 53 | 2021, 193.

Référence électronique

Aurélia Cervoni, Jean-Marc Chatelain et Andrea Schellino, « Baudelaire, deux siècles après »Genesis [En ligne], 53 | 2021, mis en ligne le 15 décembre 2021, consulté le 04 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/genesis/6260 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.6260

Haut de page

Auteurs

Aurélia Cervoni

Docteur en littérature française, Aurélia Cervoni est l’auteur de deux ouvrages : Théophile Gautier devant la critique 1830-1872 (Classiques Garnier, 2016) et Pétrus Borel (Sorbonne Université Presses, 2020). Elle a collaboré à l’édition des Œuvres complètes de Rimbaud de la Bibliothèque de la Pléiade (2009). Secrétaire de rédaction de L’Année Baudelaire, elle a édité Le Spleen de Paris (2017) et Les Paradis artificiels (2020) pour la collection GF-Flammarion.

Articles du même auteur

Jean-Marc Chatelain

Ancien élève de l’École des chartes, membre associé au Centre d’étude de la langue et de la littérature françaises des xviie et xviiie siècles (UMR 8599 du CNRS), directeur de la Réserve des livres rares à la Bibliothèque nationale de France, Jean-Marc Chatelain est l’auteur de travaux portant sur l’histoire du livre et l’histoire intellectuelle et littéraire de l’époque moderne, et le commissaire général de l’exposition « Baudelaire, la modernité mélancolique » à la BnF.

Articles du même auteur

Andrea Schellino

Andrea Schellino est docteur de l’Université Paris-Sorbonne, où il a soutenu en 2017 une thèse sur Le Concept de décadence de Baudelaire à Nietzsche (Classiques Garnier, 2020). Co-responsable du groupe Baudelaire de l’ITEM (CNRS-ENS), il est chercheur à l’Université Rome III. Il a collaboré à l’édition des Romans et nouvelles (2019) de Joris-Karl Huysmans et des Œuvres (2020) de Victor Segalen dans la Bibliothèque de la Pléiade. Il codirige, pour la même collection, la nouvelle édition des Œuvres complètes de Baudelaire.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search