Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53ÉtudesGenèses romanesquesLes toboggans de La Dernière Chance

Études
Genèses romanesques

Les toboggans de La Dernière Chance

Isabelle Grell
p. 79-91

Résumés

En 1938 Sartre projetait d’écrire un roman dont le thème aurait été la liberté. Il aurait porté le surprenant titre de « Lucifer » et comme épigraphe « Le malheur, c’est que nous sommes libres. » L’auteur de La Nausée aurait offert à son protagoniste Roquentin la découverte de la liberté. Mais la guerre de 1939-45 et la Guerre froide firent dériver le projet. Dans la trilogie des Chemins de la liberté, l’acteur principal, Mathieu et son ami communiste Brunet devaient cheminer au milieu de ces années tumultueuses (1938-45), où aucun acte n’était plus innocent. Cet article s’attache aux dernières tentatives de l’auteur de La Dernière chance pour concilier sur des feuillets inédits, rédigés en trois temps d’écriture, non seulement deux concepts de vie contradictoires mais aussi le grand-écart entre l’imagination créatrice et la mobilisation intellectuelle. Des feuillets choisis témoignent de cette déchirure existentielle qui parcourt la rédaction de La Dernière Chance, « factum » inédit et dont des fragments furent publiés post-mortem en Pléiade (1982).

Haut de page

Dédicace

À Geneviève Idt1

Notes de la rédaction

Les transcriptions des manuscrits, en encadrés dans la version numérique, ne sont pas aussi fidèles que nos transcriptions diplomatiques sur la version papier.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Plan

Incipit
Description des manuscrits
« Mss Bauer »
Les feuillets de la BnF
Plan I : la colonne vertébrale de La Dernière Chance
Un duo explosif : Mathieu – Brunet. Excursus exogénétique
« L’Histoire avec la grande hache » ou « Comment rattraper le temps ? »
Dépasser sa situation
Qu’est-ce être un homme ?
Et après ?

Aperçu du texte

Incipit

En écrivant Les Chemins de la liberté, Sartre se proposait de retracer le destin de deux personnages aussi emblématiques qu’antinomiques : Mathieu et Brunet. Mathieu, l’intellectuel, professeur de français dans un lycée à Paris en 1938 (comme on l’apprend au t. i des Chemins de la liberté, L’Âge de raison), est appelé sous les drapeaux en 1939 (t. ii, Le Sursis) et pris dans un combat désespéré en juin 1940 (t. iii, La Mort dans l’âme) ; son ami d’études Brunet, militant ayant « donné sa vie » au PCF, est fait prisonnier, comme Mathieu, en juin 1940. Le but de l'auteur à cette période d'écriture était de développer une double problématique : l’engagement dans la Résistance et la mise en question de l’intangibilité du PCF. Il s’agissait de confronter littérairement le trajet d’un militant communiste engagé et celui d’un intellectuel aventurier, sans attache, libre « pour rien », qui découvrirait progressivement la valeur et le sens de l’engagement.

Les deux premiers tomes de la...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Grell, « Les toboggans de La Dernière Chance »Genesis, 53 | 2021, 79-91.

Référence électronique

Isabelle Grell, « Les toboggans de La Dernière Chance »Genesis [En ligne], 53 | 2021, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 06 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/genesis/6559 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.6559

Haut de page

Auteur

Isabelle Grell

Isabelle Grell a intégré l’équipe Sartre de l’ITEM en 2001. En 2005, elle publie Les Chemins de la liberté de Sartre, Genèse et écriture (1938-1952) (Peter Lang, Berne), et en 2013 « Et si Sartre avait terminé La Dernière Chance ? », dans L’Année sartrienne (no 26). Son autre domaine de recherche est l’autofiction, lui ayant consacré des colloques et des ouvrages : AUTOFICTION(S), actes du colloque de la décade de Cerisy (PUL, 2010) ; Autofiction (Armand Colin, coll. « 128 », 2014) ; Lisières de l’autofiction, actes du colloque de Cerisy de 2012 (PUL, 2016) ; Les Enjeux (en-je) de la chair dans l’autofiction, actes du colloque de l’ENS (Acadamia Bruylant, 2017) ; Les Écritures du Je dans la langue de l’exil, actes du colloque de l’ENS de 2018 (EME Éditions, 2019) ; Camille Laurens : le labyrinthe et le kaléidoscope (co-dirigé avec S. Loignon, Presses du Septentrion, 2020).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search