Navigation – Plan du site

AccueilÀ proposPour soumettre un article

Pour soumettre un article

Pour soumettre un article à la revue Genesis, envoyer un abstract de moins d’une page exposant clairement le projet à Daniel Ferrer (daniel.ferrer@ens.fr).

La revue publie uniquement des textes inédits.

Tout article est soumis anonymement à deux rapporteurs (membres des comités ou experts extérieurs).

Genesis publie régulièrement des travaux de jeunes chercheurs, notamment dans sa section Varia. Les jeunes généticiens sont aussi invités à envoyer à la rédaction des propositions d’articles ou de chroniques.

Les thématiques des prochains numéros sont en ligne.

1. Les figures

La revue Genesis accorde une place importante aux illustrations.

Toute proposition d’article doit comporter, si possible, les images en basse définition à leur place, ou à défaut leur lieu d’ancrage dans le texte.

Les figures sont à distinguer des tableaux (Fig. 1 vs Tab. I).

Leur résolution est au minimum de 300 DPI.

Chacune d’entre elles doit être numérotée et appelée dans le texte.

Une figure possède :
- un titre (comportant le numéro de la figure, le nom de l’auteur, le titre du document et le cas échéant de l’œuvre dont il fait partie) ;
- une légende (comportant si possible une description matérielle du document, le lieu de conservation et la cote) ;
- des crédits de reproduction. Ces droits sont à obtenir par les auteurs mais la revue est prête à les accompagner dans leur démarche auprès de l’institution détentrice (BnF…) et des ayants droit.

Toutes autres informations utiles sont bienvenues.

Le titre et les crédits ne comportent pas de point final.

Ex. 1 :
Titre : Fig. 1 : Jean-Joseph Rabearivelo, poème « Lignes »
Légende : Feuillet manuscrit volant, au format d’un cahier d’écolier (pages non lignées), mauvais état (très raturé, encre pâlie, les bords en sont jaunis et cornés) ; contenu dans la Malle 1 archivée temporairement à l’Institut français d’Antananarivo, sous la cote MS1.PO24.
Crédits : avec l’aimable autorisation de la famille Rabearivelo

Ex. 2 :
Titre : Fig. 1 : Jean Aurenche, synopsis de Douce, fo 4 vo
Légende : Extrait de notes de la main de Jean Aurenche. Fonds Claude Autant-Lara (CSL.5), 95/7 A4.1.
Crédits : Collection Cinémathèque suisse

2. Les notes de bas de page

a. Les noms et prénoms des auteurs

Le prénom est développé pour les auteurs d’ouvrages ou d’articles, non pour les directeurs d’ouvrages lorsqu’ils sont mentionnés en seconde position.

Ex. :
- Rudolf Mahrer et Valentine Nicollier Saraillon, « Les brouillons font-ils texte ? Le cas des plans pré-rédactionnels de C. F. Ramuz », dans J.-M. Adam (dir.), Faire texte. Frontières textuelles et opérations de textualisation, Besançon, Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté, 2015, p. 223-305.
- Jean-Michel Adam (dir.), Les Textes : types et prototypes, Nathan, coll. « Université », 2001, p. 81.

On ne développe pas C. F. Ramuz, E.T.A. Hoffmann, E.A. Poe...

b. L’ordre des informations dans les notes

Pour les ouvrages

Prénom Nom, Titre de l’œuvre, Lieu d’édition, Maison d’édition, coll. « xxxx », date, tomaison, p. 00-00.

Ex. :
- Bernard Cerquiglini, Éloge de la variante. Histoire critique de la philologie, Paris, Seuil, 1989, p. 123.
- Daniel Ferrer et Paolo D’Iorio (dir.), Bibliothèques d’écrivains, Paris, Éditions du CNRS, coll. « Textes et Manuscrits », 2001.
- François Mauriac, La Robe prétexte, Paris, Grasset, 1926.

Pour une référence immédiatement suivie on utilise Ibid.

Pour une référence répétée plus loin dans le texte on utilise op. cit.
- [occurrences suivantes, si aucune œuvre de l’auteur mentionnée entre deux] :
François Mauriac, op. cit., p. 64.
- [occurrences suivantes, si autre œuvre de l’auteur mentionnée entre deux] :
François Mauriac, La Robe prétexte, op. cit., p. 64.

Après op. cit., il ne peut y avoir d’année, seulement la tomaison et/ou la pagination. De même pour art. cit. ou éd. cit. (en romain).

Pour les articles dans les périodiques

Prénom Nom, « Titre de l’article », Nom du périodique, volume, numéro, « Titre du numéro », année de publication, p. 00-00.

Proscrire le « in » et le « dans ».

Ex. :
- Louis Hay, « “Le texte n’existe pas” : réflexions sur la critique génétique », Poétique, n62, 1985, p. 00-00.
- Alexandre Clérisse, « Nouveaux espaces numériques du dessin », Genesis, no 43, « Bande dessinée », 2016, p. 213-227 (en ligne sur openedition.org).

Pour les contributions à un ouvrage

Prénom Nom, « Titre de la contribution », dans + dir. de l’ouvrage (initiale prénom et nom) + Titre de l’ouvrage, Lieu d’édition, Editeur, coll. « xxxx », année de publication, p. 00-00.

Ex. :
- Sandro Barbera, « La bibliothèque d’Arthur Schopenhauer », dans D. Ferrer et P. D’Iorio (dir.), Bibliothèques d’écrivains, Paris, Éditions du CNRS, coll. « Textes et Manuscrits », 2001, p. 00-00.
- Pierre-Marc de Biasi, « Le sociologue et le généticien. Suivi d’un entretien avec Pierre Bourdieu », dans J.-P. Martin (dir.), Bourdieu et la Littérature, Nantes, Éditions Cécile Defut, 2010, p. 245-254.

Quand l’ouvrage est dirigé par => (dir.), s’il est édité par => (éd.)

Adresse http

À mettre en fin de note ou entre parenthèses.

Proscrire la barre oblique finale /.

Si l’article fait référence à une page numérique précise, il faut donner l’adresse complète, avec la date de publication originale (éventuellement la dernière mise à jour). La référence sera vérifiée, mais sur les épreuves papier l’adresse du site sera juste mentionnée.

Ex. :
- en ligne sur item.ens.fr
- disponible sur persee.fr

3. Quelques indications typographiques

a. Les capitales

À éviter au maximum. Se reporter au code typo de l’Imprimerie nationale. Sauf si exigence de l’auteur justifiée.

b. Les italiques

Ne pas en abuser, car ils perturbent l’œil et empêchent la fluidité de la lecture.

Pour les expressions latines : a contrario, a prioritabula rasa, terra incognita
Mais fac-similé.
Cf. et cf. : lorsqu’il y a en effet un geste de comparaison (sinon Voir ou voir, en particulier pour les renvois internes).
op. cit.
Idem
(Id.) : signifie « chez le même auteur que dans la référence précédente »
Ibidem (Ibid.) : signifie « dans la même œuvre »
Versus (vs)
(sic) ou [sic] : [sic] entre crochets indique que l’on cite, telle quelle, une phrase dont les termes ou le sens peuvent paraître étranges ou surprendre le lecteur, que ce soit par son contenu lui-même ou pour indiquer qu’il y a une erreur mais qu’on la transcrit littéralement ; (sic) entre parenthèses est utilisé par l’auteur dans son propre texte.

Pour les mots étrangers : « les lieux d’exposition des roughs, étapes, storyboards ou tout document préparatoire », sauf quand ils sont passés dans l’usage (voir le Robert de l’année !). C’est le cas de « storyboard » que l’on peut laisser en romain. Sauf aussi quand l’italique fait partie d’une citation.

Pour insister sur un mot : « ils font vivre sur les côtés une autre œuvre ».

Pour les titres d’œuvres : romans (Adolphe), recueils de poésie (Les Fleurs du mal), ouvrages graphiques ou tableau (Le Chat du Rabbin), cycle (La Comédie humaine), séries (Harry Potter), revues (Genesis), films (Certains l’aiment chaud)

Par contre, les nouvelles et poèmes (et autres parties de livres) sont entre guillemets. Ex. : « Le chat noir », « L’invitation au voyage », « La cigale et la fourmi »…

c. La référence aux manuscrits

Cote NAF (sans point).

Ex. : Dossier BnF, NAF 19084, fo 39-60.

d. Les chiffres romains

Ils s’emploient pour les tomes (t. I et XLIII), les volumes (vol. I), les siècles (petites capitales, xve s.), les arrondissements (Ve arr.), les tableaux (tableau I)…

e. Crochets, parenthèses, tirets cadratins et demi-cadratins

Pour les incises, utiliser les demis-cadratins, mais ne pas en abuser.

Les crochets s’utilisent à l’intérieur des parenthèses, ou pour marquer une interruption dans une citation, ou pour commenter le texte cité, ou pour indiquer qu’un mot a été remplacé ou ajouté dans une citation qui sans cela n’aurait été comprise, ou pour signaler une suppression, ou pour les traductions.

Ex. :
- L’auteur étudié (Roger de Bussy-Rabutin [1618-1693]) fut lieutenant-général des armées du roi.
- Il ne s’est jamais plaint de « devoir vivre avec toute [sa] famille » / pour « ma famille »
- « Quittez les bois, […] vos pareils y sont misérables »
- Die treibende Kraft [La force motrice]

f. Ponctuation, guillemets et appels de note

Les appels de notes dans une citation se placent avant le guillemet fermant. Ex. : Les chemins de la création offrent ici un passionnant récit de genèse, qui retrace « l’après-coup de l’avant-texte11 ».

Quand la citation est constituée d’une phrase entière, le point final de la phrase se place avant le guillemet fermant. Ex. : « Les chemins de la création offrent un passionnant récit de genèse. » Et l’appel de note, avant le point. Ex. : « Les chemins de la création offrent un passionnant récit de genèse11. »

g. Les abréviations

Se reporter au code de l’Imprimerie nationale.

Pour numéro, folio, recto et verso, proscrire le degré °, et mettre un o en exposant : no.

h. La féminisation des mots tels que « auteur », « chercheur »…

… est laissée à la libre volonté des auteur(e)s.

4. Les transcriptions

La revue accorde le plus grand soin aux transcriptions ; celles-ci constituent en effet une étape importante de la méthodologie génétique.

Les documents reproduits ne présentant guère de difficulté de lisibilité ne sont pas transcrits (tapuscrit ou mise au net manuscrite propre…).

Lorsqu’une transcription est utile, la revue encourage à mettre en regard la reproduction du document original et sa transcription.

Deux dispositifs de transcription sont possibles – suivant un protocole qu’il convient de suivre scrupuleusement.

a. Transcription linéarisée

Si le document étudié présente un texte proche d’une forme publiable et se prête à une linéarisation univoque, on favorisera la transcription linéarisée. Celle-ci utilise les conventions suivantes :

Image 100000000000058900000175CE78987F49384C62.png

Remarque : Si les retours de chariot sont indiqués, ils doivent l’être de manière systématique.

Les combinaisons suivantes sont possibles :

Image 10000000000005040000008C21FCB18A1EE0D866.png

Exemple de transcription d’une biffure suivie d’un remplacement supralinéaire :

Image 100000000000037D0000004F89887BBFABBB67FA.png

b. Transcription diplomatique

Lorsque l’espace graphique du document étudié ne se laisse pas aisément réduire à une ligne et qu’on veut le donner à la fois à voir et à lire, on favorise la transcription diplomatique. Celle-ci s’efforce de reproduire schématiquement la topographie du document manuscrit. Les interventions par des signes diacritiques y sont par suite réduites au minimum.

Image 10000000000003BD00000333271812DCF2EABE15.png

5. Les comparaisons de versions

Pour comparer deux versions d’une œuvre, on présente les deux versions côte à côte sous forme de tableau ; le gris signale les variations de tout type, le gras les faits textuels commentés.

Si l’extrait cité comporte uniquement des ajouts, ou uniquement des suppressions, on peut faire l’économie de la citation des deux versions. On ne présentera alors que la version A en signalant les segments supprimés en soulignement ondulé, soit la version B en signalant les segments ajoutés par un double soulignement.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search