Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53EnjeuxL’architecture interstitielle des...

Enjeux

L’architecture interstitielle des Mémoires

Hélène Baty-Delalande
p. 35-46

Résumés

L’étude du récit de genèse que comportent, en leurs marges, les volumes des Mémoires de Beauvoir et l’analyse des campagnes d’écriture successives dont témoignent les avant-textes qui subsistent permettent de saisir un processus de composition complexe, qui estompe et redistribue ces fragments apparaissant d’abord comme des jalons réflexifs de l’écriture de soi. L’estompage du récit de genèse ou des moments de ressaisie réflexive du geste mémoriel peut être compris comme une manière de garantir la fluidité, la cohésion et la force d’évidence du récit récapitulatif. Ce qui subsiste n’est cependant pas à considérer comme un résidu : disposés aux différents seuils du récit, à ses interstices, les moments réflexifs contribuent alors à mettre en ordre le passé.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Plan

En sourdine : quelle histoire de la genèse des Mémoires dans les Mémoires ?
Les avant-textes métadiscursifs : du laboratoire de l’écriture à l’effacement
S’arrêter / poursuivre

Aperçu du texte

Entreprise à la fois monumentale et instable, les Mémoires de Beauvoir – c’est-à-dire non pas les Mémoires d’une jeune fille rangée, qui relèvent plutôt de l’autobiographie, mais La Force de l’âge, La Force des choses et Tout compte fait, ce dernier volume se rapprochant de l’autoportrait – mettent en scène avec une discrétion remarquable leur propre genèse. Discrétion : l’autrice semble avoir délibérément estompé, au fil même de l’écriture, les traces de ses interrogations sur son projet mémorial, sur la composition de chacun des volumes et sur le processus même de la rédaction. Mais aussi visibilité paradoxale : les rares évocations de la genèse des Mémoires sont le plus souvent disposées au seuil des volumes, dans les prologues, « intermèdes », bilans et autres espaces interstitiels emblématiques à la fois de la cohérence et des hésitations qui sous-tendent le projet de l’auteure. Il y a sans doute un risque, pour la mémorialiste, à montrer ainsi le travail d’écriture – celui de ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Baty-Delalande, « L’architecture interstitielle des Mémoires »Genesis, 53 | 2021, 35-46.

Référence électronique

Hélène Baty-Delalande, « L’architecture interstitielle des Mémoires »Genesis [En ligne], 53 | 2021, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 03 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/genesis/6822 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.6822

Haut de page

Auteur

Hélène Baty-Delalande

Hélène Baty-Delalande est maître de conférences en littérature française du xxe siècle à Rennes 2, spécialiste du roman et des écritures de l’Histoire. Elle a notamment publié Une politique intérieure (Champion, 2010), édité deux romans de Drieu la Rochelle (Romans et récits, Pléiade, 2014), Tout compte fait et, avec J.-L. Jeannelle, La Force de l’âge de Beauvoir (Mémoires, Pléiade, 2018), ainsi que les correspondances Drieu la Rochelle-Paulhan (éd. Claire Paulhan, 2017) et Gide-de Coppet (avec P. Masson, PUL, 2020).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search