Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53VariaPour une genèse de l’énonciation ...

Varia

Pour une genèse de l’énonciation diaristique : le journal de jeunesse de Blossom Margaret Douthat (1943-1958), lectrice de Beauvoir

Francis Walsh
p. 183-191

Résumés

Comment analyser la genèse d’un journal, texte par définition sans avant-texte, et dont la finalité est moins l’œuvre que la vie ? Cette question, d’abord posée par P. Lejeune, ouvre la possibilité de penser une génétique de l’énonciation, du dire, de l’entre-deux de l’écriture et de la vie. La présente étude cherche en ce sens à suivre, à partir de l’exemple concret du journal de Blossom M. Douthat, le mouvement d’une « scénographie diaristique » (D. Maingueneau). Le corps de l’étude consiste en l’analyse d’une séquence de « scènes de véridiction » (M. Foucault), des scènes fondatrices où la diariste élabore les conditions de possibilité d’une transformation de soi par la vérité, et où S. de Beauvoir jouera le rôle capital de destinataire et de juge virtuel. En plus de permettre de décrire le mouvement d’une scénographie judiciaire de soi, cette forme hétérodoxe d’enquête génétique permet de penser une pratique diaristique dont la finalité serait l’écriture, c’est-à-dire ni l’œuvre ni la vie, mais l’entre-deux lui-même : la fabrique de significations. En dernière analyse, la genèse diaristique est alors l’étude de la production d’une production à la fois éthique et poétique.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Plan

Le journal de jeunesse de Blossom
Scène 0 : émergence du dispositif d’énonciation
Scènes de vérité
Scène 1 : Beauvoir, juge de Blossom
Scène 2 : Blossom, critique de Beauvoir
Conclusion

Aperçu du texte

En études génétiques, le journal est un objet privilégié pour l’étude des processus exogénétiques : il est généralement considéré comme «  une source extérieure à la conception et à la réalisation proprement dites de l’œuvre». «  Mais peut-il lui-même avoir une genèse ? », demande Philippe Lejeune. Comment penser les différents états d’un texte en principe sans réécriture, sans avant-texte  ? Quelles traces suivre  ? La question, souligne Lejeune, n’est pas de pure forme : «  Elle met en cause la définition même du journal, et les présupposés des études génétiques, en particulier la place centrale qu’elles accordent à l’œuvre comme finalité d’une production. En effet, le journal n’est pas, à l’origine et fondamentalement, une œuvre : il est une pratique, et sa finalité est la vie de son auteur. » En tant qu’il ne vise pas à faire œuvre, mais que quelque chose s’y œuvre, le journal est un cas limite de la critique génétique. Il invite à explorer un espace ni au-dedans ni en dehors ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Walsh, « Pour une genèse de l’énonciation diaristique : le journal de jeunesse de Blossom Margaret Douthat (1943-1958), lectrice de Beauvoir »Genesis, 53 | 2021, 183-191.

Référence électronique

Francis Walsh, « Pour une genèse de l’énonciation diaristique : le journal de jeunesse de Blossom Margaret Douthat (1943-1958), lectrice de Beauvoir »Genesis [En ligne], 53 | 2021, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 06 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/genesis/6884 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.6884

Haut de page

Auteur

Francis Walsh

Francis Walsh est stagiaire postdoctoral à la Sorbonne Université. Spécialiste des écrits de soi sartriens, ses recherches actuelles portent sur la véridiction dans l’œuvre de Simone de Beauvoir. Il a par ailleurs enseigné la littérature française à l’Université du Québec à Trois-Rivières à titre de chargé de cours, et il est l’auteur d’un livre, En lisant, en s’écrivant. La drôle de guerre de Jean-Paul Sartre.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search