Skip to navigation – Site map

HomeNuméros53VariaPour une genèse de l’énonciation ...

Varia

Pour une genèse de l’énonciation diaristique : le journal de jeunesse de Blossom Margaret Douthat (1943-1958), lectrice de Beauvoir

Francis Walsh
p. 183-191

Abstracts

How are we to analyze the genetic history of a diary, a text that, by definition, has no draft, and whose point of reference is less the literary work than life itself ? This question, first asked by P. Lejeune, affords us the possibility of theorizing a genetic history of enunciation, of saying, of the in-between of writing and of life. The present study attempts to trace the movement of a “diaristic scenography” (D. Maingueneau) while examining the specific example of Blossom M. Douthat’s diary. This study focuses on an analysis of a sequence of “truth-telling scenes” (M. Foucault), foundational scenes where the diarist sets down the possible conditions for the transformation of the self by truth, and where S. de Beauvoir plays the important role of virtual interlocutor and judge. While describing the process of a juridical scenography of the self, this comparative form of genetic inquiry also allows us to conceptualize a diaristic practice whose point of reference would be writing, that is to say, not the literary work or life, but the in-between itself : the act of creating meaning. In this sense, the genetic study of the diary is the study of the production of a textuality that is both ethical and poetic.

Top of page

Excerpt

Full text document will be published online on December 2022.

Outline

Le journal de jeunesse de Blossom
Scène 0 : émergence du dispositif d’énonciation
Scènes de vérité
Scène 1 : Beauvoir, juge de Blossom
Scène 2 : Blossom, critique de Beauvoir
Conclusion

First lines

En études génétiques, le journal est un objet privilégié pour l’étude des processus exogénétiques : il est généralement considéré comme «  une source extérieure à la conception et à la réalisation proprement dites de l’œuvre». «  Mais peut-il lui-même avoir une genèse ? », demande Philippe Lejeune. Comment penser les différents états d’un texte en principe sans réécriture, sans avant-texte  ? Quelles traces suivre  ? La question, souligne Lejeune, n’est pas de pure forme : «  Elle met en cause la définition même du journal, et les présupposés des études génétiques, en particulier la place centrale qu’elles accordent à l’œuvre comme finalité d’une production. En effet, le journal n’est pas, à l’origine et fondamentalement, une œuvre : il est une pratique, et sa finalité est la vie de son auteur. » En tant qu’il ne vise pas à faire œuvre, mais que quelque chose s’y œuvre, le journal est un cas limite de la critique génétique. Il invite à explorer un espace ni au-dedans ni en dehors ...

Top of page

References

Bibliographical reference

Francis Walsh, “Pour une genèse de l’énonciation diaristique : le journal de jeunesse de Blossom Margaret Douthat (1943-1958), lectrice de Beauvoir”Genesis, 53 | 2021, 183-191.

Electronic reference

Francis Walsh, “Pour une genèse de l’énonciation diaristique : le journal de jeunesse de Blossom Margaret Douthat (1943-1958), lectrice de Beauvoir”Genesis [Online], 53 | 2021, Online since 15 December 2022, connection on 12 August 2022. URL: http://journals.openedition.org/genesis/6884; DOI: https://doi.org/10.4000/genesis.6884

Top of page

About the author

Francis Walsh

Francis Walsh est stagiaire postdoctoral à la Sorbonne Université. Spécialiste des écrits de soi sartriens, ses recherches actuelles portent sur la véridiction dans l’œuvre de Simone de Beauvoir. Il a par ailleurs enseigné la littérature française à l’Université du Québec à Trois-Rivières à titre de chargé de cours, et il est l’auteur d’un livre, En lisant, en s’écrivant. La drôle de guerre de Jean-Paul Sartre.

Top of page

Copyright

All rights reserved

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search