Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54ÉtudesLa fabrique d’une série d’espionnage

Études

La fabrique d’une série d’espionnage

Gérard de Villiers et les dossiers préparatoires des romans S.A.S.
Matthieu Letourneux
p. 43-55

Résumés

Dernière série française à obéir encore aux modes de production et de distribution standardisés qui ont prévalu dans la littérature populaire, S.A.S. de Gérard de Villiers offre un exemple frappant des pratiques sérielles de la seconde moitié du xxe siècle. L’étude d’une partie des archives que l’auteur conservait, et qui rassemble documentation, notes préparatoires et tapuscrits retravaillés, permet de mettre en évidence les processus de création de l’auteur et, à travers ceux-ci, d’examiner les stratégies qu’il met en place pour produire plusieurs romans par an. La rationalisation des étapes de création entre en résonance avec la standardisation des formats et des intrigues qui constituent l’architexte. Elle manifeste la façon dont l’auteur anticipe sur les attentes sérielles dans son travail de documentation et dans la rédaction. Enfin, elle met en évidence la négociation entre les logiques sérielles et les processus de singularisation qui caractérise tout travail de création, y compris dans les productions sérialisées.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

mots-clés
Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juillet 2023.

Plan

Genèse du sériel
Rationalisation de l’écriture

Aperçu du texte

Nées à la fin du xixe siècle de l’apparition de nouveaux supports tant de production que de diffusion et de consommation, ainsi très liées à la culture de masse, les séries à personnages récurrents mettent en jeu des processus de création spécifiques, et ce à tous les niveaux de la chaîne de production, depuis le contrat éditorial jusqu’à la mise en place de l’univers de fiction. C’est ce qui apparaît par exemple dans le contrat passé entre Arthème Fayard et Pierre Souvestre pour la publication de la série Fantômas, qui indique une unité architextuelle (le crime), diégétique (les personnages récurrents), éditoriale (la collection du « Livre populaire » et son format standardisé) et surtout des rythmes de production (supposés par la livraison d’un volume mensuel). Cette unité, pensée dès la conception de la série, confère donc à chaque œuvre ses caractéristiques diégétiques, architextuelles et médiatiques.

Nous voudrions le montrer à partir de l’étude des dossiers préparatoires de que...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthieu Letourneux, « La fabrique d’une série d’espionnage »Genesis, 54 | 2022, 43-55.

Référence électronique

Matthieu Letourneux, « La fabrique d’une série d’espionnage »Genesis [En ligne], 54 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2023, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/genesis/7018 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.7018

Haut de page

Auteur

Matthieu Letourneux

Matthieu Letourneux est professeur à l’Université Paris Nanterre. Spécialiste des cultures sérielles et médiatiques, il a publié L’Empire du rire (avec A. Vaillant, CNRS éditions, 2020), Fictions à la chaîne (Seuil, 2017), Cinéma, premiers crimes (avec A. Carou, 2015), Fantômas, Biographie d’un criminel imaginaire (avec L. Artiaga, 2013), La Librairie Tallandier (avec J.-Y. Mollier, 2011) et Le Roman d’aventures, 1870-1930 (2010). Il est rédacteur en chef de la revue Belphégor.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search