Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54ÉtudesGénétique du best-seller

Études

Génétique du best-seller

Formes contemporaines de la rationalisation de l’écriture chez Michel Bussi
Lucie Amir
p. 81-96

Résumés

Marchandise culturelle par excellence, le best-seller, et a fortiori le best-seller de genre, qui s’écrit « à la chaîne », a peu intéressé la génétique des textes jusqu’ici. On l’analyse généralement au prisme de sa fabrique médiatique et commerciale, et lorsqu’on s’arrête sur sa création à proprement parler, c’est souvent pour prétendre qu’il existe à l’origine du best-seller une pratique mécaniste de l’écriture, qui reposerait sur la reproduction de « recettes » qui « marchent ». À travers l’exemple de Michel Bussi, l’un des romanciers français qui vend le plus actuellement, cet article confronte les soupçons qui pèsent sur les écrivains à succès à la fabrique littéraire effective de deux de ses romans. Il met au jour la manière dont le best-seller, comme réalité économique et comme expérience auctoriale, peut influencer aujourd’hui la création littéraire.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

mots-clés
Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juillet 2023.

Plan

L’avant-best-seller : l’imaginaire d’une mécanique littéraire à l’épreuve de sa génétique
L’auteur au centre de la genèse
Traitement de texte : une logique comptable
Renseigner le roman : le texte à l’ère de sa modularité informatique 
« Il faut aussi du mystère là-dedans » 
La dynamique informationnelle de l’écriture
La genèse sérialisée d’un one-shot
D’un best-seller à l’autre : la gestion génétique du succès
Le procédé de la case vide, ou la systématisation de l’écriture informationnelle
Variations autour d’une « marque de fabrique »
Conclusion : la recette du succès ?
Annexes

Aperçu du texte

Il y a quelque chose d’un peu périlleux à faire du best-seller littéraire l’objet d’une étude génétique. Produit d’une stratégie marketing destiné à la vente, il n’est a priori pas grand-chose d’autre qu’une étiquette intervenant après la sanction du texte par le marché. Peut-on vraiment postuler, au point de départ d’une démarche génétique, l’existence d’une méthode du succès ? Ne faudrait-il pas plutôt mettre l’accent sur l’incongruité d’une compréhension essentialiste du best-seller, et sur son indétermination avant l’élection des œuvres par leurs consommateurs ? Comment en effet le succès hors norme d’un livre pourrait-il déterminer rétrospectivement sa conception ?

Il semble qu’il y ait en fait plusieurs impensés à dérouler dans le rapport entre le succès littéraire et les études génétiques. Non seulement la littérature de grande consommation a peu intéressé les généticiens qui favorisent, par la force de la logique patrimoniale, l’exégèse des documents laissés par les « grands ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucie Amir, « Génétique du best-seller »Genesis, 54 | 2022, 81-96.

Référence électronique

Lucie Amir, « Génétique du best-seller »Genesis [En ligne], 54 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2023, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/genesis/7048 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.7048

Haut de page

Auteur

Lucie Amir

Ancienne élève de l’ENS de Lyon, Lucie Amir est doctorante en littératures de langue française (section 09) à l’université de Limoges, au sein de l’axe 3 « Espaces médiatiques : genres et imaginaires » de l’équipe d’accueil EHIC (EA1087). Elle prépare sous la direction de Jacques Migozzi et de Natacha Levet une thèse sur les rapports entre polar et politique dans le champ littéraire français contemporain. Elle est membre de l’association des chercheurs en Littérature Populaire et Culture Médiatique (LPCM).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search