Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54ChroniquesComptes rendus d’ouvragesPhilippe Willemart (dir.), La Cri...

Chroniques
Comptes rendus d’ouvrages

Philippe Willemart (dir.), La Critique génétique à la recherche d’autres savoirs. De l’état quantique à l’écriture par la rature, préface de Filomena Juncker, Paris, L’Harmattan, 2020, 230 p.

Jamileh Talebizadeh
p. 175-177
Référence(s) :

Philippe Willemart (dir.), La Critique génétique à la recherche d’autres savoirs. De l’état quantique à l’écriture par la rature, préface de Filomena Juncker, Paris, L’Harmattan, 2020, 230 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

mots-clés
Haut de page

Texte intégral

1Au croisement de plusieurs champs de savoir – la critique génétique, la physique quantique, l’intelligence artificielle et la linguistique revisitée par la psychanalyse –, l’ouvrage La Critique génétique à la recherche d’autres savoirs. De l’état quantique à l’écriture par la rature présente les travaux de recherche de Philippe Willemart, généticien spécialiste de Proust et professeur à l’université de São Paulo, et de certains de ses collègues, conviés à adopter une perspective génétique sur leur champ de recherche. En mettant en avant les théories et critiques génétiques de Louis Hay et son équipe, fondateurs de l’ITEM, Philippe Willemart développe le dialogue déjà instauré entre génétique et autres champs d’invention, afin d’interroger les processus de création relatifs aux champs scientifique et artistique.

  • 1 Philippe Willemart, Critique génétique : pratiques et théorie, coll. « L’œuvre et la psyché », 2007 (...)
  • 2 Philippe Willemart, « Le mystère du temps creusé au fond d’un être : Pourquoi raturer Les Intermitt (...)
  • 3 Thibault Damour, Si Einstein m’était conté, Paris, Le Cherche Midi éditeur, 2005.
  • 4 Marcel Proust, Du côté de chez Swann, Paris, Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade, t. I, 1987, p.  (...)

2Dans la première partie, l’auteur interroge les rapports de la génétique aux autres champs du savoir. Ce questionnement s’inscrit dans la continuité d’un de ses livres précédents, « […] afin de franchir le fossé qui sépare habituellement les sciences dures de celles qui nous font travailler, inventer et réfléchir à partir de notre objet, le manuscrit1 ». Le chapitre inaugural établit un lien entre la quatrième dimension du hors-temps proustien et le temps dans la physique d’Einstein. L’auteur évoquait à cette fin, dans ses travaux antérieurs2 et avec Thibault Damour3, les descriptions proustiennes de l’église de Combray, décrite comme « un espace à quatre dimensions – la quatrième étant celle du Temps […]4 » (p. 17).

  • 5 Marcel Proust, Le Temps retrouvé, Paris, Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade, t. IV, 1989, p. 451

3L’auteur poursuit et prolonge sa réflexion sur la notion de temps : « […] j’irai plus loin encore en essayant d’aller au-delà d’Einstein […] pour y retrouver ce qui unifie les hommes de sciences et les littéraires » (p. 18). Il s’interroge sur « la madeleine trempée dans le thé un jour d’hiver » qui rappelle au héros du Temps retrouvé celle de sa tante Léonie : « Une minute affranchie de l’ordre du temps a recréé en nous, pour la sentir, l’homme affranchi de l’ordre du temps5 » (p. 28). Les événements évoqués par le narrateur du Temps retrouvé se libèrent de la « mémoire de l’écriture » : le hors-temps proustien « semble en effet éliminer le temps, l’espace d’une minute » (p. 31). La physique d’Einstein et l’expérience proustienne de la réminiscence, intrinsèquement liée à l’espace-temps, trouvent leur point de rencontre dans un travail de la mémoire. C’est ainsi que le temps intuitif dans À la recherche du temps perdu ferait écho à la théorie de la relativité et au « Temps illusion » d’Einstein.

  • 6 Voir François Ansermet et Pierre Magistretti (dir.), Neurosciences et Psychanalyse, Paris, Odile Ja (...)

4Dans le chapitre « Critique génétique, neurosciences et psychanalyse », Ph. Willemart s’intéresse aux rapports entre ces trois champs à travers leurs définitions respectives de l’inconscient. L’auteur aborde la question du temps dans d’autres domaines tels que l’intelligence artificielle, les neurosciences et la linguistique revisitée par la psychanalyse. Il s’appuie sur la position interdisciplinaire de François Ansermet, psychanalyste et chercheur en neuroscience qui compare l’inconscient cognitif et l’inconscient freudien : « L’inconscient cognitif serait donc sur le versant de la continuité, alors que sur le versant de la discontinuité, on trouverait l’inconscient freudien, qui, du même coup, ne peut pas être considéré comme un système de mémoire »6 (p. 38). Selon Ph. Willemart, les neurosciences contribuent à l’approche génétique de la littérature : « Il ne s’agit pas […] pour le généticien de retrouver le gène de la création de l’auteur étudié à travers ses manuscrits, mais de comprendre comment envisager la discontinuité entre le cerveau […] et le désordre inhérent à l’humain manifesté dans le manuscrit. » (p. 39).

5Dans « Critique génétique et l’intelligence artificielle (IA) : comment écrire malgré l’IA et les algorithmes ? », l’auteur interroge le pouvoir grandissant des algorithmes dans la vie humaine. À la question « Pouvons-nous échapper aux algorithmes ? », Philippe Willemart observe que la résistance à ces algorithmes « relèverait […] d’un travail de Sisyphe » (p. 53). Il évoque la découverte d’Eric Kandel, Prix Nobel de médecine en 2000 pour ses travaux sur les mécanismes neuronaux de la mémoire, afin de faire un lien entre développement de l’individu et apprentissage. L’auteur affirme aussi qu’au cours de l’écriture, les points d’apprentissage permettant de reconnaître la particularité du style de l’écrivain correspondent aux points qui constituent la courbe de l’algorithme. Cet instrument de l’intelligence artificielle, en lançant un défi à la génétique, serait un moyen de reconnaître la singularité du style d’un auteur à partir d’éléments textuels fournis en entrée.

6L’objectif du chapitre « L’intelligence artificielle peut-elle concurrencer l’art ? » est de sonder les progrès de l’IA dans les champs des arts pour questionner la possibilité que les intelligences artificielles – GPT-2, GPT-3, Wu Dao 2.0 – puissent être intégrées dans les créations artistiques. L’invention d’une « super machine, le GPT-3 » exige de relativiser les rapports entre l’artiste et le robot.

7Enfin, dans « Critique génétique et linguistique. La rature dans le manuscrit, repenser le signifiant ! » l’auteur identifie l’écoute psychanalytique à celle du généticien qui « doit […] prêter l’oreille à ce que disent les manuscrits » (p. 109). « Si le discours de l’analysant souffle au psy qui écoute, […] que se passe-t-il pour l’écrivain qui écrit […] attentif à ce que lui murmure la tradition, ses lecteurs ou sa communauté […] il sera poussé à raturer, à ajouter ou à trouver un autre mot qui donnera un sens différent » (p. 113). L’auteur considère la rature dans le manuscrit comme un « signifiant majeur » qu’il compare à la définition lacanienne du « signifiant maître » : « Le signifiant majeur du manuscrit sera la rature, signifiant sans forme précise plus ou moins large selon l’écrivain » (p. 111).

8La deuxième partie de cet ouvrage, tout en synthétisant les interrogations de Ph. Willemart, rassemble des points de vue de plusieurs chercheurs dont les travaux se trouvent au croisement de la génétique et de leurs spécialités respectives : la musicologie, l’anthropologie, la photographie et la presse.

9Dans « Entre potentialités, hasard et extrapolation : une vision du processus de création chez Flusser », Patricia Kiss Spinelli et Edson do Prado étudient la façon dont opère en critique génétique le processus de création selon Vilem Flusser, philosophe, écrivain et journaliste tchèque-brésilien. S’appuyant sur la théorie de la photographie de Flusser, les auteurs tentent de saisir le processus de création articulé à la sémiotique de Pierce et son rapport avec la critique génétique.

10Le chapitre suivant, rédigé par Celso Loureiro Chaves, est consacré aux genèses musicales. L’auteur pose des principes nécessaires à la transposition de la génétique littéraire au champ musical. Selon lui, « les défis qui continuent à être mis en perspective dans la critique génétique musicale se révèlent vitaux pour comprendre l’acte créatif dans la musique, cette tâche presque magique de créer un son là où le son n’existe pas » (p. 156).

11Yuri Cerqueira dos Anjos met en perspective le poids exercé par la presse sur les modes de vie et sur la mentalité de la société française. Soulignant la valeur symbolique du manuscrit, il avance l’idée selon laquelle « le monde du manuscrit et de l’imprimé s’influencent mutuellement et dynamiquement, et leurs caractéristiques distinctes découlent de cette même interaction » (p. 160).

  • 7 Paul Valéry, Cahiers, Paris, Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade, t. II, 1974, p. 1031.
  • 8 Ibid., p. 989.

12Enfin, Roberto Zular synthétise les travaux de Ph. Willemart tout en suivant « la poïétique anthropologique de Paul Valéry ». L’auteur, pour évoquer « la vie énigmatique des manuscrits », met en avant le rôle clé des brouillons ; il souligne l’indétermination qui caractérise l’acte d’écrire : « Nous vivons dans une ‘hésitation suite à la pluralité des significations ou des signes’7 » et la non-adéquation du langage et des choses : « Ecrivain – c’est prendre position à un endroit où vous voyez à gauche toutes les choses, à droite tout le langage8 » (p. 196).

13Nous avons assisté avec un grand intérêt à la démarche de Ph. Willemart et ses collègues ; leurs recherches ont contribué aux confrontations entre la génétique et d’autres savoirs. Ces recherches ont tenté de trouver une zone d’entente entre les disciplines, cette zone de partage dont l’énigme lance inlassablement un défi aux progrès scientifiques – de la physique quantique à l’intelligence artificielle en passant par la linguistique revisitée par la psychanalyse. La diversité des points de vue provenant de multiples champs de savoir permet de prolonger les questions posées dans ce livre.

14Nous émettons quelques réserves quant à l’usage de plusieurs notions dans l’ouvrage. D’abord, l’intéressante analogie proposée par Ph. Willemart entre « la mémoire de l’écriture » dans le hors-temps proustien et le temps de la physique quantique nécessite une démonstration plus approfondie. Le hors-temps proustien ne perpétuerait-il pas la réminiscence par l’acte d’écrire ? Autrement dit, « la mémoire de l’écriture » ne correspondrait pas à l’expérience vécue. Tissée du sens et du silence, l’écriture en tant que représentation des événements vécus ne restitue que partiellement les souvenirs des expériences spatiales sensibles.

15En outre, l’auteur identifie l’écoute psychanalytique à celle du généticien qui « doit […] prêter l’oreille à ce que disent les manuscrits » (p. 9). L’auteur semble ne pas prendre en compte la notion de transfert, indispensable dans l’acte analytique. L’essence structurale du transfert se trouve dans le symbolique, même si l’intersubjectivité a des effets imaginaires puissants. Bien que le concept du transfert se manifeste sous les aspects de l’amour et de la haine, il s’agit avant tout de l’amour du savoir.

  • 9 Jacques Lacan, Le Séminaire, Livre XVII : L’envers de la psychanalyse, Paris, Seuil, 1991.

16La rature dans le manuscrit est désignée comme un « signifiant majeur » que Ph. Willemart compare à la définition lacanienne du « signifiant maître ». Si, pour Lacan, le « signifiant maître » est cette parole qui oriente et gouverne l’existence du sujet en assurant son unité avec le savoir9, l’analogie proposée par Ph. Willemart nécessite de plus amples explications. L’auteur observe que ses approches ainsi que celles présentées par les physiciens et par ses collègues « se confrontent au même réel […] de deux manières qui ne s’excluent cependant pas […]. Le registre du Réel au sens lacanien du terme, dont le contenu n’a pas encore reçu de mots bien qu’il existe et que nous y vivions, est le monde déchiffré peu à peu, scruté par les sciences, les artistes et les littéraires, qui essaient de le baptiser, de le nommer et de l’inclure dans le langage » (p. 13, nous soulignons).

  • 10 Jacques Lacan, Le Séminaire, Livre I : Les écrits techniques de Freud, Paris, Seuil 1975, p. 66.

17Pour l’auteur, la science tout autant que la littérature « tiennent compte […] de l’imaginaire et de la rêverie qui autorisent les littéraires et les scientifiques à imaginer un réel qui devient ou qui pourrait devenir réalité » (p. 18, nous soulignons). Cette confrontation au réel dont parle Ph. Willemart doit être élucidée. Le réel, objet de l’angoisse par excellence, échappe à toute forme de représentation et « résiste à la symbolisation10 ». Le réel se distingue de la réalité qui, dans le discours, est une perception du monde par les sens et l’intelligence.

Haut de page

Notes

1 Philippe Willemart, Critique génétique : pratiques et théorie, coll. « L’œuvre et la psyché », 2007, p. 67.

2 Philippe Willemart, « Le mystère du temps creusé au fond d’un être : Pourquoi raturer Les Intermittences du cœur et le remplacer par À la recherche du temps perdu ? », Marcel Proust aujourd’hui, Amsterdam, Rodopi, 2016, vol. 13.

3 Thibault Damour, Si Einstein m’était conté, Paris, Le Cherche Midi éditeur, 2005.

4 Marcel Proust, Du côté de chez Swann, Paris, Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade, t. I, 1987, p. 60.

5 Marcel Proust, Le Temps retrouvé, Paris, Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade, t. IV, 1989, p. 451.

6 Voir François Ansermet et Pierre Magistretti (dir.), Neurosciences et Psychanalyse, Paris, Odile Jacob, 2010.  

7 Paul Valéry, Cahiers, Paris, Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade, t. II, 1974, p. 1031.

8 Ibid., p. 989.

9 Jacques Lacan, Le Séminaire, Livre XVII : L’envers de la psychanalyse, Paris, Seuil, 1991.

10 Jacques Lacan, Le Séminaire, Livre I : Les écrits techniques de Freud, Paris, Seuil 1975, p. 66.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jamileh Talebizadeh, « Philippe Willemart (dir.), La Critique génétique à la recherche d’autres savoirs. De l’état quantique à l’écriture par la rature, préface de Filomena Juncker, Paris, L’Harmattan, 2020, 230 p. »Genesis, 54 | 2022, 175-177.

Référence électronique

Jamileh Talebizadeh, « Philippe Willemart (dir.), La Critique génétique à la recherche d’autres savoirs. De l’état quantique à l’écriture par la rature, préface de Filomena Juncker, Paris, L’Harmattan, 2020, 230 p. »Genesis [En ligne], 54 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/genesis/7121 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.7121

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search