Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54ChroniquesComptes rendus d’ouvragesMarc Escola, Le Misanthrope corri...

Chroniques
Comptes rendus d’ouvrages

Marc Escola, Le Misanthrope corrigé. Critique et création, Paris, Hermann, 2021, 198 p.

Hortense Delair
p. 177-178
Référence(s) :

Marc Escola, Le Misanthrope corrigé. Critique et création, Paris, Hermann, 2021, 198 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

mots-clés
Haut de page

Texte intégral

1À travers un parcours des critiques et écrivains qui ont, au fil des siècles, analysé et réécrit Le Misanthrope de Molière, Marc Escola propose dans Le Misanthrope corrigé, paru en 2021, une histoire de la critique elle-même, envisagée sous l’angle de son rapport à la création. La notion de « texte possible », théorisée et exploitée à diverses reprises par l’auteur, est ici l’occasion d’une interrogation et d’une mise en abîme des pouvoirs de la critique littéraire. Appliquée au Misanthrope, elle autorise en outre une réflexion d’ordre moral : derrière le titre provocateur qui propose de « corriger » un chef d’œuvre, se cache une réflexion sur les raisons pour lesquelles les auteurs, depuis plus de trois siècles, s’obstinent à corriger Alceste.

2Si la critique d’Ancien Régime, résolument interventionniste, évalue l’œuvre « à l’aune de ce qu’elle aurait pu être » (p. 11) dans le cadre strict d’une « grammaire » propre aux genres littéraires, le commentaire de texte moderne, nourri de la conception romantique d’un génie créateur, adopte une posture déférente face à un texte et un auteur dont il « présuppose l’intangibilité des choix » (p. 32). Suggérant l’inanité d’une telle attitude dans un monde où l’importance des textes littéraires ne fait plus consensus, Marc Escola fait de la variante raisonnée, sous l’égide du texte original devenu le principal curseur de recevabilité, une troisième voie susceptible de renouveler la critique littéraire.

3L’intérêt génétique de l’ouvrage ne réside donc pas dans l’étude des documents de travail de Molière, dont on n’a pas conservé de trace. Les processus d’écriture sont en revanche envisagés dans une perspective intertextuelle, à travers les rapports entretenus par Le Misanthrope avec Don Garcie de Navarre, dont on apprend qu’il est lui-même inspiré d’une pièce italienne de 1654. L’ouvrage étudie en outre les réécritures allographes de la comédie de Molière : suite à la lecture qu’en fait Rousseau, plusieurs auteurs s’essaient à repenser voire à réécrire Le Misanthrope. Marc Escola propose ainsi au chercheur en génétique une réflexion passionnante sur la notion même de texte, ses limites – où commence, où s’arrête Le Misanthrope ? – son intégrité – la conception traditionnelle du texte consistant justement à le différencier des « gloses » qui le prennent pour objet – et sa valeur, problématisée par la notion de « correction ». Loin de renouer avec une pensée philologique de pureté du texte original, loin de restreindre la correction au processus scolaire d’adéquation à une norme, Marc Escola propose au critique de retrouver, à bon escient, le plaisir de la variante.

4L’ouvrage comprend sept chapitres, efficacement problématisés par une introduction et un épilogue. Le premier chapitre, intitulé « Comment améliorer les œuvres réussies ? », s’adosse explicitement à l’ouvrage de Pierre Bayard, Comment améliorer les œuvres ratées ? (Paris, Minuit, 2000) : tout en reconnaissant son intérêt, Marc Escola fait de cet ouvrage le prétexte à une redéfinition des critères de légitimité d’une critique interventionniste. L’effondrement de « l’empire rhétorique » d’Ancien Régime oblige en effet le critique moderne à redéfinir sa position : si le genre faisait autorité dans les polémiques soulevées par Le Cid ou La Princesse de Clèves, c’est aujourd’hui le texte qui ouvre « l’éventail des possibles entre lesquels il reste loisible d’arbitrer autrement » (p. 33). La définition de ce point de référence, qui selon Marc Escola manque au raisonnement de Pierre Bayard, fonde le droit d’ingérence du critique au-delà des œuvres « ratées » : « la valeur d’une œuvre se mesure aux possibles qu’elle autorise » (p. 35).

5Après avoir posé les principes l’autorisant à « corriger un chef d’œuvre », Marc Escola procède successivement au « décoiffage » du Misanthrope – entendre : à la déconstruction raisonnée de l’intangible nécessité du texte de Molière – puis à l’analyse des corrections et réécritures dont il a fait l’objet. « Alceste décoiffé », c’est la comédie subtilement ouverte aux vents de la critique, sur les plans du registre, de l’enchaînement des causes et des effets ainsi que du dénouement – c’est ce dernier point surtout qui retiendra l’attention de l’auteur. À défaut de manuscrits, la confrontation du texte de Don Garcie de Navarre à celui du Misanthrope rappelle que la composition d’une œuvre littéraire est une succession de choix ; les variantes effectuées dans les passages empruntés à la « pièce sérieuse » de 1661 marquent le passage de l’héroïque au comique, en même temps que la comparaison des deux dénouements ouvre la porte à une troisième voie, exploitée par l’auteur à la fin de l’ouvrage.

6La lecture que fait Rousseau du Misanthrope dans la Lettre à d’Alembert constitue, pour Marc Escola, un tournant critique. Selon le philosophe, Molière s’est fourvoyé en prétendant assimiler Alceste à un « misanthrope » car ce dernier caractère, s’il existait, serait monstrueux et non ridicule. Alceste au contraire ne s’emporte contre les hommes que parce qu’il les aime : c’est un philanthrope dont Molière a outré les excès pour faire rire. Cet épisode marque le passage de la critique interventionniste au commentaire de texte. Si Rousseau « corrige » la pièce à la manière des anciens, ce n’est pas en fonction du genre ni du sujet, mais au nom du sens du texte, pour clarifier les intentions de Molière, comme le revendiquerait la critique moderne. La « correction » critique a alors partie liée avec le sens moral de la notion : corriger Le Misanthrope, c’est jauger les caractères d’Alceste, de Philinte, et de « Jean-Jacques » lui-même.

7La lecture rousseauiste appelle plusieurs réponses : à celle de d’Alembert succèdent les réécritures de Marmontel, Desmoustier et Fabre d’Églantine au xviiie siècle, chacune jouant sur le double sens critique et moral de la « correction ». Le xixe siècle n’est pas en reste, dont Marc Escola présente sept réécritures plus ou moins fidèles au texte du Misanthrope. Tour à tour légitimiste et « régénéré », « converti » chez Courteline, dupé puis épousé par Célimène dans un « petit acte » de l’auteure suisse Berthe Vadier, Alceste est rappelé sur scène par les écrivains, comme il s’apprêtait à l’être, à la fin du texte original, par Philinte et Éliante.

8Ce plaisant parcours, enrichi des pistes ouvertes par l’œuvre et sa confrontation avec Don Garcie de Navarre, offre à Marc Escola l’« éventail de variantes » (p. 161) nécessaire à sa propre réécriture : le dernier chapitre met en œuvre la critique créatrice théorisée plus haut. Arguant que le dénouement de Molière « reste incomplet de ne pas tomber au bon endroit » contrairement au précepte posé par Corneille dans les Trois Discours sur le poème dramatique, Marc Escola propose de réduire les cinq actes originaux en trois, puis d’ajouter deux actes inédits. La réécriture ainsi ébauchée permet de mettre en place un parfait enchaînement des causes et des effets, un dénouement complet – Alceste épouse Éliante et Philinte, Célimène –, et de conférer à Alceste un caractère moins ambivalent – d’abord ridicule, ensuite respectable.

9Tout à fait recevable selon les lois du genre et les pistes ouvertes par le texte, cette œuvre corrigée est reconnue par son auteur comme plus pauvre sur les plans dramaturgique et herméneutique. Outre l’évident plaisir pris à l’exercice – autant qu’à sa lecture – ce dernier vaut donc moins pour son résultat que pour les conclusions qu’on en tire. D’abord, de façon assez classique, l’auteur constate que « les plus grands chefs d’œuvre » sont ceux qui « appellent les plus massives corrections » (p. 176). Ensuite, la critique créatrice suppose une parfaite connaissance du contexte, de la poétique et du texte lui-même : tout n’est pas « variantable », selon le mot de Julien Gracq. Enfin, et c’est là le point essentiel soulevé par la conclusion, cette critique interventionniste résout partiellement, sur le plan pédagogique, la crise de légitimité dont souffrent les œuvres littéraires : « le moment est peut-être venu d’envisager les textes littéraires comme des objets non pas pleinement nécessaires, mais absolument contingents » (p. 178). En d’autres termes, la reconnaissance d’une liberté de l’auteur quant à ses choix littéraires légitime notre liberté de lecteurs et de critiques.

10On appréciera le caractère très érudit de l’ouvrage, tant dans le corps du texte que dans les notes et la bibliographie – érudition nécessaire, on l’a vu, à une critique créatrice éclairée – autant que sa composition logique et plaisante – Alceste creusé, décoiffé, corrigé – et son ton enjoué. Marc Escola pose des questions propres à la théorie littéraire aussi bien qu’à la théorie de la critique : parmi elles, celles de la valeur d’une œuvre, de son intégrité, de sa finitude et de son lectorat.

11On aurait peut-être apprécié une problématisation plus précise de la notion de « correction », surtout dans la mesure où les réécritures et analyses du Misanthrope, y compris celles qu’en propose le présent ouvrage, mêlent sans trop les distinguer les sens moral, scolaire et littéraire. On pourrait en outre regretter que la critique génétique soit surtout convoquée dans l’ouvrage à titre d’hypothèse : Le Misanthrope peut être le produit de « deux rédactions effectuées à des époques différentes » (p. 46), la rivalité Alceste/Oronte a pu être inventée au fur et à mesure, le drame a pu être composé en trois actes avant d’être élargi à cinq (p. 165). Or, la génétique est absente du raisonnement lorsque l’auteur rappelle et revendique la contingence du texte littéraire. L’étude des manuscrits permet, nous semble-t-il, de « rappeler le texte réel à l’horizon des textes possibles » (p. 180) ; l’approche pédagogique, tardivement mais très intelligemment convoquée par l’ouvrage, pourrait être enrichie de cette constatation.

12On ne pourra que saluer le choix du Misanthrope de Molière pour ce parcours et cet exercice critiques. Outre le fait que l’œuvre est l’objet d’un grand nombre de réécritures et de mises en scène, elle constitue un remarquable lieu d’interrogation quant au bien-fondé et à la place de la critique dans les sociétés humaines. Marc Escola nous renvoie au riche paradoxe d’un misanthrope qui, quatre cent ans après la naissance de son auteur, stimule encore le plaisir de l’échange et de la discussion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hortense Delair, « Marc Escola, Le Misanthrope corrigé. Critique et création, Paris, Hermann, 2021, 198 p. »Genesis, 54 | 2022, 177-178.

Référence électronique

Hortense Delair, « Marc Escola, Le Misanthrope corrigé. Critique et création, Paris, Hermann, 2021, 198 p. »Genesis [En ligne], 54 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/genesis/7132 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.7132

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search