Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55ChroniquesComptes rendus d’ouvragesOlivier Lumbroso, La Bête humaine...

Chroniques
Comptes rendus d’ouvrages

Olivier Lumbroso, La Bête humaine. Chaos et création, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2021

Hortense Delair
p. 199-210
Référence(s) :

Olivier Lumbroso, La Bête humaine. Chaos et création, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2021

Entrées d’index

Mots-clés :

mots-clés
Haut de page

Texte intégral

1Dès son titre, La Bête humaine. Chaos et création annonce un double degré d’analyse : l’étude monographique du dix-septième roman des Rougon-Macquart d’Émile Zola ouvre la voie à un parcours du naturalisme et des processus d’écriture zoliens. Dans la perspective des travaux d’Olivier Lumbroso sur les « grands corpus » (« La critique génétique à l’épreuve de l’échelle », 2017), l’ouvrage aborde ainsi La Bête humaine au regard des autres volumes des Rougon-Macquart et dans le mouvement d’une écriture cyclique. Pour autant, l’intérêt de ce travail est plus vaste, et tient à la singularité du roman de Zola autant qu’à l’originalité de la perspective adoptée. À travers une étude sociocritique, génétique, littéraire, cognitive et « au seuil de l’hypothèse psychana­lytique », Olivier Lumbroso montre que La Bête humaine, roman « pensif », interroge l’homme et le réel autant que les moyens dont dispose la littérature pour les exprimer.

2L’intérêt proprement génétique de l’ouvrage tient d’abord au parcours synthétique du dossier préparatoire du roman et à l’étude précise de certains éléments qui le composent, à commencer par l’Ébauche ; ensuite, à l’adoption d’une perspective large sur le travail de création, considéré dans un mouvement comprenant la formation de Zola et la « prégenèse » d’une part, le roman publié et sa réception d’autre part. Enfin et surtout, Olivier Lumbroso voit en La Bête humaine le moment et le lieu d’une réflexion sur l’acte de création, soit « les relations complexes qui se nouent entre un projet littéraire et sa réalisation, entre l’avant-texte et le texte publié, entre l’architecte bâtisseur et le visionnaire » (p. 232). Plaçant le roman sous le signe d’un oxymore pensé par Zola, celui de « l’inconnu connu », le critique invite ainsi à reconsidérer le naturalisme zolien, et, à travers lui, les processus et moyens d’expression du genre romanesque lui-même.

3Pour aborder ce roman dont il dégage la dimension réflexive, l’ouvrage adopte un plan en cinq parties, dont les titres réfléchissent à leur tour la diégèse et la genèse de La Bête humaine : « Réseau », « Machine », « Étau », « Chaosmos » et « Signe ». Si chaque partie aborde plus spécifiquement un aspect de l’œuvre et de la création, la progression est globalement verticale, creusant la matière romanesque de la surface du « réseau » aux zones d’ombre du « signe ».

4La première partie convoque les différents réseaux dans lesquels s’inscrit le roman de Zola. L’auteur rappelle que la fécondité du thème du train dans le second xixᵉ siècle donne lieu à un réservoir de mots et de situations – un « bric-à-brac du rail » (p. 16) – dont Zola s’inspire et se méfie tout à la fois. La Bête humaine s’inscrit en outre dans le cadre du naturalisme et de l’œuvre zolienne, dont il s’agit de montrer, après le « Manifeste des Cinq » de 1887 et dans une fin de siècle encline au décadentisme, qu’ils sont capables de renouvellement. Enfin, Olivier Lumbroso situe le roman dans la vie de son auteur, au carrefour de la ligne de l’Ouest qui traverse son jardin, de sa rencontre avec Jeanne Rozerot et de la naissance de ses enfants.

5La seconde partie, plus résolument génétique, fait pénétrer le lecteur dans la « machinerie » de la création zolienne. À travers une étude à la fois panoramique et précise de la « prégenèse » et de la genèse de La Bête humaine, de 1869 à 1890, le critique dégage la part de « connu » – la méthode naturaliste, le « procédé » zolien, l’intégration à la série – et d’« inconnu » – l’évolution plus ou moins consciente de ce projet profondément original – qui rythment la création zolienne. Il retrace la mise en œuvre des trois « mondes » dans lesquels s’inscrit l’œuvre – le monde judiciaire, celui de la folie et de l’inconscient, celui du chemin de fer – et montre les implications esthétiques et philosophiques de ce travail génétique.

6Dans la troisième partie, « Étau », Olivier Lumbroso adopte un point de vue plus nettement sociocritique pour montrer que « le train », dans La Bête humaine, fonctionne comme « le théâtre de poche de la pression sociale en acte » (p. 119). Comme dans l’ensemble de l’ouvrage, le critique inscrit l’écriture du roman sur un arrière-plan historique – la crise boulangiste de la  fin de siècle, les scandales financiers et l’anti­parlementarisme qui en découle – et culturel – les débats scientifiques contemporains relatifs aux origines de la criminalité. Ce parcours est intéressant en ce qu’il rappelle la dimension critique de La Bête humaine, parfois occultée sur ce terrain derrière L’Assommoir ou Germinal ; et l’étroite dépendance qu’entretiennent, dans le roman, l’étude sociale du monde moderne et l’étude anthropologique de la folie et de la criminalité.

7Les deux dernières parties abordent davantage la dimension poétique voire métapoétique de l’œuvre zolienne. Par le terme de « chaosmos », sorte de transposition cosmique de l’« inconnu connu », le critique insiste sur la puissance et le champ d’action des forces obscures – désobéissance, déviance, hasard – qui sous-tendent la diégèse de La Bête humaine. D’abord, ces forces entropiques ont un impact sur l’ordre social, dont elles desserrent « l’étau » décrit précédemment. Elles sous-tendent en outre la réflexion zolienne sur la folie, dont Olivier Lumbroso montre qu’elle ne se limite pas au cas de Jacques, mais qu’elle est envisagée « dans tous ses états, jusqu’à la barbarie de la guerre » (p. 186). Enfin et surtout, le critique voit en La Bête humaine le lieu d’une interrogation sur les moyens dont dispose la littérature, davantage que les études criminologiques et les enquêtes judiciaires, pour explorer l’inconscient : « Quelle poétique du vrai, et plus encore du vivant, sera suffisamment puissante pour déchirer le voile des apparences rassurantes et trompeuses du progrès ? » (p. 178).

8La dernière partie poursuit ce raisonnement, à travers une lecture sémiotique du roman de Zola. Pour Olivier Lumbroso, le dix-septième volume des Rougon-Macquart témoigne, plus que tout autre, d’une réflexion inquiète sur l’acte de création, susceptible d’être dissous dans les courants entropiques qui régissent l’homme et le monde. Cette tendance se lit dès le travail de genèse, envisagé par le critique comme un effort pour conjurer la dispersion. Elle est aussi perceptible dans la diégèse, à tel point que « le roman tout entier [pourrait être] une confidence voilée sur un acte de création gagné par la perplexité et le doute, sa boîte noire et sa catharsis » (p. 223). Par un intéressant parallèle avec l’art photographique, que Zola pratique en amateur depuis 1888, le critique esquisse une lecture du roman comme transposition structurelle du dispositif photographique. Si l’on affronte le vide et l’ombre – la « camera obscura » ou l’inconscient humain – il peut en naître « quelque chose », à la limite de la folie et du génie : un  roman, par exemple.

9Un parcours chronologique et critique de la réception universitaire du roman vient clore et enrichir ce raisonnement : le prisme des lectures multiplie les perspectives sur La Bête humaine, dans la lignée des chapitres précédents. Plus largement, Olivier Lumbroso offre au lecteur un véritable panorama de la critique et des adaptations de l’œuvre zolienne au cours des xxᵉ et xxiᵉ siècles.

10On apprécie d’abord, dans cette lecture de La Bête humaine, l’ampleur de la période étudiée, la diversité des approches adoptées et la richesse du matériau culturel convoqué sur le plan génétique (les dossiers et la correspondance de Zola, les notes des amis), technique (Les Chemins de fer de Pol Lefèvre) et scientifique (la théorie du hasard de Laplace confrontée à celle de Cournot, l’atavisme de Cesare Lombroso à la sociologie criminelle pensée par Lacassagne). L’originalité de l’ouvrage tient aussi à sa composition, particulièrement cohésive et attractive à plusieurs égards. D’abord, Olivier Lumbroso maintient un double point de vue critique, à la fois objectif et ancré dans le temps, le lieu et l’atmosphère de La Bête humaine. En témoigne par exemple l’analyse de la composition et des dynamiques d’écriture en termes de « vitesse », de « masse » et de « pression ». Plus encore, si chaque partie aborde le roman sous un angle particulier, l’auteur convoque régulièrement une série d’éléments fondateurs du roman, dont il souligne ainsi la profondeur. Ainsi par exemple de « l’inconnu connu », clé de voûte du roman et de l’ouvrage critique ; ou encore des cent trente-trois titres envisagés par Zola pour La Bête humaine et semés tout au long de l’analyse pour en éclairer différents aspects. Ainsi enfin d’un couple de figures, le réseau et la ligne, dont Olivier Lumbroso, dans la lignée de ses ouvrages précédents (Zola. La plume et le compas, 2004), montre les implications génétiques, stylistiques et symboliques.

11On pourrait souhaiter, pour enrichir encore l’étude, le développement de plusieurs analyses que l’auteur ne fait qu’esquisser, particulièrement sur le plan stylistique : la piste de l’expression linguistique de « l’inconnu connu » à travers des pronoms et adjectifs indéfinis, et de son évolution au fil des campagnes d’écriture pourrait être développée. En outre, les analyses détaillées de l’ébauche et de certains lieux du roman – le premier chapitre, par exemple – très précises et intéressantes, auraient peut-être gagné à être prolongées par une étude du manuscrit et des épreuves typographiques, rejoignant ainsi la visée globale de l’ouvrage, qui prend soin de considérer le dossier et le roman comme un ensemble solidaire et dynamique.

12Dans La Bête humaine. Chaos et création, Olivier Lumbroso déplace la part d’« inconnu » de ce roman que l’on pensait bien connu de la critique. Loin d’être restreint à la folie de Jacques ou au seul arbre des Rougon-Macquart, dans la souche duquel il est tapi, l’inconnu investit la société moderne, non comme envers du progrès, mais dans son « noyau dur », jusqu’à toucher la vie et l’œuvre de l’écrivain Zola. Dans La Bête humaine, au seuil du roman-feuilleton, du roman de mœurs, de la vitrine naturaliste et d’un « symbolisme poétique visionnaire », Olivier Lumbroso nous invite à considérer la fécondité des forces obscures et des zones d’ombre, tant dans le champ de la critique et de la littérature que dans la quête d’une vérité sur l’homme et le monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hortense Delair, « Olivier Lumbroso, La Bête humaine. Chaos et création, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2021 »Genesis, 55 | 2022, 199-210.

Référence électronique

Hortense Delair, « Olivier Lumbroso, La Bête humaine. Chaos et création, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2021 »Genesis [En ligne], 55 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/genesis/7532 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.7532

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search