Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55ChroniquesComptes rendus d’ouvragesMartyn Lyons, The Typewriter Cent...

Chroniques
Comptes rendus d’ouvrages

Martyn Lyons, The Typewriter Century, Toronto, University of Toronto Press, coll. « Studies in Book and Print Culture », 2021. 261 p.

Yuri Cerqueira dos Anjos
p. 199-210
Référence(s) :

Martyn Lyons, The Typewriter Century, Toronto, University of Toronto Press, coll. « Studies in Book and Print Culture », 2021. 261 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

mots-clés
Haut de page

Texte intégral

1Pendant longtemps, la machine à écrire a été un objet fondamental pour les pratiques et imaginaires de l’écriture. Sur les tables des jeunes filles inaugurant leurs vies professionnelles dans les bureaux modernes vers 1900 ou sous les doigts plus ou moins habiles de plusieurs écrivains célèbres du xxᵉ siècle, la machine à écrire était partout. À cette période unique et souvent négligée de l’histoire de l’écriture Martyn Lyons donne le nom de « typewriter century ».

2Dans cette étude, Lyons souligne qu’il faut « connaître les conditions de production matérielle si l’on veut bien comprendre à la fois les processus créatifs et la réception des œuvres littéraires » (p. 9). Ainsi, d’une part, Lyons se penche sur la succession d’essais, échecs, améliorations, mécanismes, claviers et modèles qui ont marqué l’histoire de cet objet. Notamment au chapitre 2, il retrace et synthétise ce parcours technologique, montrant qu’il s’agit d’un processus non linéaire, tâtonnant, où, curieusement, parfois des choix moins optimaux ont été les plus définitifs.

3D’autre part, l’essentiel de l’investigation de Lyons semble se concentrer sur l’examen de la façon dont les écrivains – surtout littéraires, mais pas seulement – ont ressenti et vécu l’impact des machines à écrire sur leurs pratiques d’écriture : « Les plusieurs façons dont différents auteurs ont réagi à la machine à écrire, et l’ont incorporée à leurs habitudes de travail » (p. 4). Il s’agit donc plutôt d’une histoire culturelle de l’écriture à la machine, ou d’une analyse des imaginaires et pratiques liés à la machine à écrire. Le livre observe donc des manifestations et des moments particuliers de cette question au fil de l’histoire, allant grosso modo des premières décennies de la diffusion plus large des machines à partir d’environ 1880, jusqu’à l’ascension des outils informatiques modernes de traitement de texte vers 1980.

4Tout en s’approchant plus ouvertement du domaine de l’histoire culturelle, le livre dialogue également avec l’histoire des technologies et des médias, de même qu’avec l’histoire littéraire et la critique génétique. L’objectif même du livre semble demander cette multidisciplinarité. Pour comprendre comment un certain outil technologique est perçu, Lyons investigue le rapport écrivain-machine à la fois au niveau individuel et social, abstrait et concret, discursif et textuel. Ainsi, l’auteur se penche, par exemple, sur des témoignages individuels de certains écrivains et sur la situation générale des femmes dactylographes, sur les valeurs associées à l’écriture mécanique et sur les détails pratiques de cette activité, sur les images évoquées quand on parle de la machine à écrire, et sur son influence sur le style et la forme des textes.

5La structure du livre semble aussi faire appel à cette diversité théorique et méthodologique. En réfléchissant sur le rôle de la machine à écrire, on se rend immédiatement compte de son ubiquité, ce qui rend justement difficile le choix du corpus. Il serait ainsi impossible de faire une histoire totale, exhaustive, de l’impact de cette machine sur les écrivains. Comme réponse à ce défi, Typewriter Century se divise en 11 chapitres assez hétéroclites, ce qui permet à l’auteur de mettre en relief un examen de quelques lignes centrales des postures par rapport à la machine à écrire.

6Il s’agit donc d’une étude composée de plusieurs cas significatifs capables de démontrer tout un réseau complexe de réactions à cette technologie. Ce livre rejette ainsi l’idée d’un récit unique et linéaire sur la machine à écrire. On y voit plutôt surgir une chambre à échos d’autant plus diverse qu’elle ne se restreint pas aux limites géographiques d’un seul pays. De l’Angleterre à l’Australie, des États-Unis à la France, le livre trace un panorama assez large de ce que Lyons appelle la « typosphère », définie comme « la communauté imaginaire globale des utilisateurs de la machine à écrire (ce qui signifie aussi un marché global d’utilisateurs aux yeux des fabricants) qui partagent des pratiques et problèmes communs, même si le contexte de leurs expériences de travail était différent selon leurs cultures » (p. 21).

7L’introduction établit un dialogue critique avec d’autres penseurs de la machine à écrire (surtout avec Friedrich Kittler), situe historiquement des thèmes qui seront approfondis par la suite (comme le changement technologique, le roman policier/populaire, ou la modernisation des bureaux) et présente le plan de l’ouvrage. Le deuxième chapitre, déjà mentionné, reprend l’histoire de l’invention et du développement de la machine, analyse le rôle des inventeurs et des investisseurs, de même qu’il explique les forces historiques, les incertitudes et détours qui ont forgé le succès (et les limites) de la machine.

8Ensuite, Lyons fait se succéder des analyses plus panoramiques autour de certains processus historiques, des réflexions sur des conceptions générales sur la machine et des études de cas particuliers. Ainsi, le chapitre 3 se concentre sur le processus de modernisation des bureaux, l’adoption expressive des machines à écrire dans cet espace et le rôle de la femme dans ce processus, notamment en raison du surgissement de la « typewriter girl », les jeunes femmes dactylographes.

9Le rapport des avant-gardes avec la machine à écrire fait l’objet du chapitre 4, avec des analyses qui montrent comment l’esthétique de la modernité s’intéresse à, utilise, interroge et explore la machine. À cette époque d’expérimentation littéraire, la machine est comparée aux plus divers objets, comme la mitrailleuse ou le piano de jazz, ce qui évoque une ouverture de possibilités créatives pour que des écrivains comme E. E. Cummings, Apollinaire, Eliot ou Hemingway puissent trouver leur style, à la fois expérimental et plus direct.

10Le chapitre 5 propose une analyse de « l’effet de distance » provoqué par l’écriture mécanique. Contrairement à la proximité entre scripteur et texte, souvent associée au manuscrit, le texte tapuscrit serait associé au domaine de l’uniformité, produisant un texte visuellement froid et anonyme. Pour certains, cela renforçait la dichotomie entre corps et machine, entre l’écrivain et son texte et instaurait chez eux une vision de la machine comme obstacle. Il en résulte que des auteurs comme Henry James ou Erle Stanley Gardner, ont tenté de surmonter cette difficulté en dictant (directement ou par enregistrement) leurs textes, donnant aussi une nouvelle dimension au rapport ancien entre écriture et oralité.

11D’autres écrivains ont, au contraire, adopté la machine presque comme une extension de leurs corps. Le chapitre 6 se penche sur ce type d’écrivain que Lyons appelle le « romantic typewriter ». Pour des écrivains tels qu’Enid Blyton ou Jack Kerouac, la machine à écrire permettrait d’accéder plus facilement, rapidement et naturellement à l’inconscient, libérant donc leur créativité. Ils la considéraient comme un outil indispensable pour leur approche automatique de l’écriture, visant plutôt à la spontanéité et refusant la préméditation, la correction et l’édition.

12Le chapitre 7 s’interroge sur le rapport entre manuscrit et tapuscrit, et montre que les deux ont été intimement liés. Lyons renforce ainsi l’argument selon lequel une technologie ne remplace jamais définitivement celle qui la précède, mais réorganise leurs usages. Des notes manuscrites préparatoires aux ajouts et corrections manuscrites sur le texte tapé, manuscrit et tapuscrit se complémentent tout au long du processus d’écriture de certains auteurs. Cette interaction a été fondamentale pour l’histoire des usages de la machine, de même qu’elle a laissé des traces matérielles importantes pour comprendre les différentes versions des textes produits à l’époque.

13Ensuite, le livre se concentre sur deux études de cas. Au chapitre 8, Lyon aborde la carrière et production de Georges Simenon, montrant que l’auteur belge a su utiliser les atouts de la machine au profit de sa production rapide et multiple. Cependant, cela a sans doute aussi marqué son image d’écrivain mineur, loin du prestige de la « haute littérature ». Le chapitre 9 se penche sur l’auteur de « pulp fiction » américain Erle Stanley Gardner, et sur ses méthodes extrêmement accélérées d’écriture, la « fiction factory », en grande partie basées sur les possibilités ouvertes par la machine à écrire.

14Avec le chapitre 10, Lyons trouve un équilibre parfait entre histoire, information biographique et analyse des pratiques d’écriture. Ces trois éléments sont évoqués pour montrer pourquoi les machines à écrire de quelques auteures étaient installées au cœur de leur monde « domestique » (de façon parfois improvisée, loin de l’idéal pour le travail d’écriture). Ce phénomène s’insérait dans un contexte de forte pression, sur les femmes en général, et sur les écrivaines en particulier. Même celles qui ont réussi à atteindre le succès dans leur métier, comme Agatha Christie ou Barbara Taylor Bradford, ont dû constamment défendre leurs choix artistiques et leurs méthodes d’écriture afin de réaffirmer leur statut en tant que femmes de lettres.

15Le chapitre 11 conclut le livre en examinant l’ascension de nouvelles technologies, qui, de la machine à écrire électrique à l’ordinateur, ont déclenché le progressif déclin de la présence de la machine à écrire. Il y est question également de la nostalgie post-digitale qui, de nos jours, renouvelle l’enthousiasme pour – et l’imaginaire autour de – la machine à écrire.

16Avec ce livre, Lyons réussit à donner une vision d’ensemble de l’histoire culturelle de la machine à écrire, à partir du choix de quelques cas et moments significatifs. En plus, il nous offre un modèle d’analyse qui se place entre histoire, littérature, et analyse de texte, une perspective fertile qui nous invite à observer le cas d’autres écrivains, d’autres moments, lieux et phénomènes dans lesquels la machine à écrire a laissé, ou laisse encore, sa marque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yuri Cerqueira dos Anjos, « Martyn Lyons, The Typewriter Century, Toronto, University of Toronto Press, coll. « Studies in Book and Print Culture », 2021. 261 p. »Genesis, 55 | 2022, 199-210.

Référence électronique

Yuri Cerqueira dos Anjos, « Martyn Lyons, The Typewriter Century, Toronto, University of Toronto Press, coll. « Studies in Book and Print Culture », 2021. 261 p. »Genesis [En ligne], 55 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/genesis/7539 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.7539

Haut de page

Auteur

Yuri Cerqueira dos Anjos

Victoria University of Wellington – Nouvelle Zélande

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search