Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55ChroniquesComptes rendus d’ouvragesDirk Van Hulle, Genetic Criticism...

Chroniques
Comptes rendus d’ouvrages

Dirk Van Hulle, Genetic Criticism. Tracing Creativity in Literature, Oxford, Oxford University Press, 2022, 236 pages

Jacques Neefs
p. 199-210
Référence(s) :

Dirk Van Hulle, Genetic Criticism. Tracing Creativity in Literature, Oxford, Oxford University Press, 2022, 236 pages

Entrées d’index

Mots-clés :

mots-clés
Haut de page

Texte intégral

1Dirk Van Hulle compose dans ce livre un paysage critique particulièrement informé et utile pour les réflexions sur la créativité littéraire, dans les voies ouvertes il y a une cinquantaine d’années par la « critique génétique ».

  • 1 . Son premier livre publié en 2004 s’intitulait Textual Awareness: A Genetic Study of Late Manuscri (...)
  • 2 . Daniel Ferrer, Logiques du brouillon : modèles pour une critique génétique, Paris, Le Seuil, 2011

2Dirk Van Hulle a lui-même contribué à ce type d’investigation, depuis de nombreuses années1. Il note d’emblée que c’est en parti­culier dans le dialogue avec les chercheurs de l’ITEM qu’il a développé son intérêt pour la critique génétique et pour l’examen des processus de création, et que c’est à la lecture d’un article de Louis Hay dans Le Monde (« Des manuscrits, pour quoi faire ? » 8 février 1967) qu’il a ainsi découvert « la naissance d’une discipline ». Ses études se réfèrent amplement à Louis Hay, Raymonde Debray Genette, Pierre-Marc de Biasi, Almuth Grésillon, Daniel Ferrer, Paolo d’Iorio. Et il rapporte l’ensemble de son travail à la définition de la critique génétique qu’a donnée Daniel Ferrer, « la science de l’invention écrite2 ».

3C’est bien une telle « science » qu’il a développée, attaché moins à la construction d’une théorie générale de la « génétique des textes » qu’à la pratique des études de genèse comme travail de réflexion sur la créativité littéraire. Il souligne que, pour lui, il importe de prendre en compte ce qui caractérise et conditionne chaque lecture de genèse, en portant attention à tout ce qui relève de l’autorité de l’auteur, de ses décisions et hésitations, des collaborations, des modes de travail, et de l’intertextualité à l’œuvre. L’idée est bien de comprendre d’abord ce qui motive, caractérise et conduit le choix de chaque entreprise d’étude génétique. Le propos « critique » crée les conditions de l’investigation. Cela engage aussi bien l’attention à la singularité et au destin de chaque création qu’à l’interprétation de l’ensemble des gestes qui ont présidé à cette création.

4Cela détermine la construction du livre en deux parties. La première, intitulée « Génétique [Genetic] », représente environ un tiers du livre, et développe les débats qui ont entouré, en particulier dans le domaine anglo-américain, l’accueil, les rejets, les apports et les formules de la « critique génétique ». La seconde, intitulée « Critique [Criticism] », qui représente les deux tiers du livre, offre de multiples propositions de critique génétique, vives, précises et particulièrement intéressantes par leur objet et la richesse des textes abordés, en particulier ceux de Beckett et de Joyce, et conduit l’étude vers les ouvertures considérables apportées par une génétique « numérique » et une critique génétique assistée par l’intelligence artificielle.

  • 3 . J’en retiens quatre exemples : les deux pages de copie du poème « mots survivants » de Beckett, d (...)

5L’ensemble est en partie composé d’articles publiés antérieurement, mais révisés et ordonnés pour former une composition critique cohérente. Le livre est ainsi une réflexion prospective pensée à partir d’un long exercice de la critique génétique, et il invite à une réflexion sur le travail, sans limites a priori, qu’implique la lecture dynamique de l’invention littéraire, puisqu’il s’agit de saisir la singularité du travail de chaque écrivain et de chaque œuvre, dans la diversité des possibles. De nombreuses illustrations font mieux percevoir l’attrait propre de ce type de documents3.

  • 4 . Le « dialogue » entre la critique génétique française et la variantistica a été engagé très tôt. (...)

6I. L’étude des débats qui ont entouré les développements de la critique génétique « française », par rapport à d’autres traditions et en particulier la « variantistica/critica delle varianti » et la « filologia d’autore » en Italie, ou la tradition germanique de l’« Editionswissenschaft4 », renoue avec ce qui a été une histoire théorique vivante, croisée, et souvent source d’incompréhensions réciproques. D. Van Hulle, par la pertinence de ses exemples, par l’analyse des choix, des méthodes, et de la persistance des résistances, montre comment, et c’est l’un des propos de tout le livre, se sont construites la reconnaissance et l’acceptation progressives, et peut-être désormais définitivement acquises, de la prise en compte de l’« instabilité » des textes et des œuvres dans la réflexion critique.

  • 5 . On peut comparer en ce sens avec l’édition « historique », intéressante mais un peu monstrueuse, (...)

7Les explications que Dirk Van Hulle donne des réticences de la critique anglo-américaine face à la « critique génétique », d’abord considérée comme trop « franco-centrée », soulignent la domination de la prise en considération de l’imprimé dans les recherches bibliographiques, mais surtout le choix absolu de s’attacher à l’œuvre faite, publiée, dans une tradition philologique du texte établi et de la critique textuelle. Il relève également, comme résistance à la critique génétique, l’idée en fait paradoxale que l’étude de la genèse est une limitation, puisque l’œuvre est essentiellement l’ensemble de ce qu’elle devient et de ses adaptations éventuelles (Bryant, cité p. 22). Il cite à ce propos l’édition critique que John Bryant et Haskell Springer ont donnée de Moby-Dick (Longman, 2007), qui insère les « révisions narratives » au fil de l’édition du texte, les inscrivant dans le flux typographique, pour faire un texte « fluide » composé des variations et des possibles traversés par l’écriture5.

8Mais le propos principal de la présentation de la « critique génétique », dans cette première partie, est de montrer « en acte » les procédures et les bénéfices de cette forme d’investigation, selon les choix qui en commandent l’exercice critique. D. Van Hulle le fait de manière particulièrement intéressante à propos de la différence entre la considération classique des « stemma » et la notion de « carte » génétique, avec l’exemple de l’édition génétique de Fin de partie, qui lui permet de montrer qu’à la « fluidité » du texte correspondent des modalités différentes de décisions, d’attitudes, d’intentions, et de travail. La complexité et la diversité de ce que l’on est susceptible de réunir comme pièces de genèse permet de rendre à la création ses aléas, ses décisions, ses absences, et même ses humeurs, dans l’abandon quasi-définitif de l’idée assurément trop monolithique d’une intention de l’auteur.

  • 6 . Voir le texte de D. Van Hulle publié en français, « Essai de critique épigénétique », dans Pierre (...)

9C’est également en décrivant les catégories d’opérations définies par la critique génétique en France, en particulier autour de la distinction entre « endogenèse » (esquisses, plans, brouillons, épreuves…) et « exogenèse » (sources, documentation, références, citations) proposée par Raymonde Debray Genette et largement précisée par la suite, que D. Van Hulle développe et complexifie le territoire de l’invention et de la mise en œuvre, en particulier en proposant une troisième dimension, « épigénétique » : celle des transformations continues qui peuvent modifier les traits d’une œuvre6. Que cela concerne en fait tous les modes de pensée et d’objets est ici bien démontré par les exemples des multiples révisions de Darwin pour les six éditions de The Origin of Species, ou l’histoire des publications des Contes de Grimm, qui incorporent progressivement un abondant matériel exogénétique.

  • 7 . L’analyse, dans la deuxième partie du livre, de l’étude qu’a faite John Livingston Lowes d’un car (...)
  • 8 . Il est intéressant de noter que des débats analogues ont traversé les études médiévales, en Franc (...)

10Le livre présente les modalités d’études des manuscrits dans les temps d’avant la « critique génétique » (« Learning from the Past ») d’une manière intéressante pour les lecteurs français. La liste est longue en effet des études en particulier modernistes qui ont introduit l’examen des manuscrits et des versions successives d’œuvres, de Joyce, T.S. Eliot, Virginia Woolf, à Coleridge, si l’on remonte dans le temps. Van Hulle détaille l’extrême vitalité historique de ce champ classique d’investigations et d’éditions7, et montre qu’il s’agit la plupart du temps de construire ce qui serait non le travail esthétique, aventureux, de l’écriture mais « l’intention » de l’auteur, ou du moins la conscience qu’il pouvait avoir du sens de son œuvre et de l’accomplissement de celle-ci. Il est intéressant de suivre ainsi de près ce qui peu à peu distingue le passage, ou le saut, vers ce qu’a fait la « critique génétique » pour s’éloigner de tout psychologisme, et pour lire l’extrême complexité d’un travail littéraire, esthétique, ou scientifique, saisi dans son chantier. C’est d’ailleurs cette différence qui peut expliquer les résistances des chercheurs anglo-américains, et en particulier du « New Criticism », face à la critique génétique, résistances que D. Van Hulle qualifie, de manière euphémistique, de « réception tiède8 ». Et il est certes passionnant de lire les débats autour de l’intentionnalité, contre l’hyper-objectivation des gestes d’écriture, et contre l’idée considérée post structuraliste qu’un texte pourrait « s’écrire lui-même ». Les enjeux étaient pourtant bien différents, comme le rapporte l’auteur, se référant à Louis Hay qui, dans La Littérature des écrivains (Corti, 2002) soulignait qu’il s’agissait de relier écriture et lecture dans le travail de l’écriture. Ajoutons que Louis Hay, se référant à Valéry, indiquait aussi que la critique génétique « pouvait être un instrument pour explorer […] “l’immense domaine de la production des œuvres de l’esprit” » (p. 148).

11D. Van Hulle développe logiquement, à la suite de ces débats, les composantes de l’établissement d’un dossier génétique. C’est en cela que son livre peut être considéré comme écrit à l’intention d’un public anglophone, à l’intention des critiques et théoriciens réticents comme des chercheurs intéressés par cette voie.

12Sur le terme même d’« archive » et sur les types d’archives concernées, Van Hulle relève l’idée d’une dominante des archives « matérielles », et en montre également le caractère illimité. Les questions de la propriété, de la conservation et de la dispersion des « archives », qui ne sont pas propres au domaine anglophone bien sûr, sont commentées de façon passionnante par les exemples des archives de Beckett (dispersées en plus d’une douzaine de lieux des deux côtés de l’Atlantique), de celles de Stephen King, de Leonard Cohen, et de bien d’autres auteurs, morts ou vivants.

  • 9 . Certains éditeurs des Œuvres complètes de Hugo ont employé l’expression, empruntée à Hugo lui-mêm (...)
  • 10 . Dont certaines notes, semble-t-il, peuvent être comparables à « l’ébauche » chez Zola.

13Cela permet à l’auteur de proposer une typologie des documents différente de la typologie « fonctionnelle » établie par Pierre-Marc de Biasi, qui suivait la structure diachronique des opérations de genèse allant du projet à l’édition et ses suites. Il propose en effet une typologie selon les catégories d’objets : a) lLibrary, b) notes, c) diaries, d) correspondance, e) drafts, f) editions and post-publications revisions, qu’il détaille et commente avec précision. a) La « bibliothèque » est celle de l’écrivain (en sa possession ou celle qu’il mobilise) et qu’il utilise plus ou moins directement depuis les notes en marge des livres jusqu’aux citations ou emprunts que l’on peut détecter, et que les développements des moteurs de recherche internationaux facilitent grandement. b) Les « notes » : l’auteur en propose une typologie : « notes de terrain » (Darwin, Shelley, Chatwin) ; notes de lectures et listes de citations (Commonplace books, Érasme, Locke, Milton, Woolf) ; « notes de lectures » (Coleridge, George Eliot, qui nomme « Quarry » le carnet qu’elle tient pour Middlemarch)9 ; « cartes », « plans », « conceptual notes » qui sont souvent déjà des modalités de la conception, de la prévision de l’œuvre et de sa structure (George Eliot10, Kazuo Ishiguro) : l’on mesure que ces notes de conception sont souvent des structures de composition ; « Listes », « instrument narratologique de base », commente l’auteur (Barnes, Pullman, Chandler) ; « sketches, esquisses » (George Eliot, Kazuo Ishiguro) ; « schémas et plans » (Perec est cité en exemple, mais il aurait pu l’être aussi pour les listes) ; « chronologies » (Eliot). c) « diaries and journal » (Woolf et le journal qu’elle tient pendant l’écriture de To the Lighthouse, Kerouac). d) « correspondance » : Van Hulle en souligne l’importance avec en particulier l’exemple de Beckett. Les « objets » identifiés ensuite par l’auteur correspondent plus directement à la succession logique de la production elle-même, dans ses étapes matérielles : e) « brouillons » : se pose la question des brouillons « informatiques » où la rature disparaît dans son geste, ainsi que la définition de ce que peut être un « premier brouillon », par opposition aux « copies au net » (fair copies), ainsi d’une septième version des mirlitonnades portée par Beckett dans un beau petit cahier. Dirk Van Hulle décline ensuite les différentes étapes possibles de l’existence matérielle du texte, depuis les manuscrits ou « tapuscrits », jusqu’à la copie pour l’éditeur et les procédures d’édition. f) pré-éditions, éditions et révisions dans les éditions successives, l’auteur développant ainsi ce que peut être le devenir « épigénétique » de l’œuvre.

14Les derniers chapitres de cette présentation de la « génétique » concernent les opérations à conduire. L’établissement d’une « chronologie » du travail est ici démontré de façon saisissante avec l’exemple de la composition du très extraordinaire Krapp’s Last Tape de Beckett, entre « chronologie absolue » des étapes de l’écriture, que l’on peut dater précisément, et « chronologie relative » des versions et de leur combinaison, qu’il faut reconstituer à partir des manuscrits dispersés. C’est également une leçon de méthode à la fois matérielle et intellectuelle que présente l’auteur à propos du travail de transcription, soulignant la nécessité des reproductions numériques. Cette leçon de méthode est ici en acte, y compris avec la présentation d’un recours de l’intelligence artificielle pour lire les différentes versions de manière croisée.

  • 11 . Une des toutes premières publications collectives de l’ITEM sur les perspectives de la critique g (...)

15L’auteur a ainsi choisi d’offrir une propédeutique exhaustive des lieux et objets à considérer pour ne manquer aucun lieu où la genèse se décide, se forme et se prolonge, et où elle peut être construite par une lecture critique, plutôt que de partir d’une « théorie » préalable de la genèse. Cela est assurément une manière intéressante de présenter la « critique génétique » pour un public anglophone, d’une manière qui n’est pas le simple transfert d’une théorie établie. La question des opérations intellectuelles engagées dans l’écriture, ce qui est assurément le but de la « critique génétique », émerge ainsi, progressivement, dans la description de ces objets et dans l’étude qui en est proposée11.

16II. C’est ce que développe l’ensemble de la deuxième partie, « critique génétique ». D. Van Hulle propose côte à côte une remarquable traversée des lieux divers où se jouent pensée, interventions, réactions, idées, qui peuvent être naissance d’œuvres, et les stratégies de lecture critiques et interprétatives qui composent le projet de critique génétique. Un dernier ensemble s’attache aux transformations profondes et aux bénéfices apportés par les outils numériques et l’usage de l’intelligence artificielle. Il est impossible de résumer ici la vivacité et la richesse des exemples et des commentaires qui donnent une vue profonde des lieux et des gestes de l’invention, car l’une des caractéristiques du livre est l’intérêt que présente le détail des dossiers et des analyses présentées.

17Sous le titre des « Écologies de l’écriture » D. Van Hulle construit une réflexion autour de l’usage que les écrivains font de leurs lectures, et de la grande variété des gestes d’écriture qui peuvent en être induits.

18D. Van Hulle donne aux « bibliothèques des écrivains » une sorte de vie faite des gestes qui les composent. En distinguant les nombreuses modalités de notes et de lectures, marques marginales dont les formules sont variées, extraits relevés dans des carnets ou sur des fiches, avec des codes divers (l’exemple des pratiques de Joyce est remarquable, p. 82), c’est en même temps l’usage de ces notes qui est engagé, selon des détours souvent complexes. On peut relever en ce sens l’exemple de l’usage par Beckett, dans L’Innommable, d’une formule relevée dans la préface de Cassirer au onzième volume des Œuvres complètes de Kant (p. 83). De ces approches du travail des lectures, et surtout de leurs apports pour une « critique génétique », ressort clairement le fait que reconnaître et identifier l’activité savante d’inscription et de transformation que l’écrivain opère est d’une tout autre nature que le simple repérage des « sources ». En découle l’idée de construire la « bibliothèque virtuelle » de l’écrivain, ou plutôt du travail de l’écrivain. Les outils numériques permettent de perfectionner et d’élargir cette construction, pour repérer la dévoration de « citations » et d’« allusions » qui alimente l’écriture, ce qui approfondit la notion même d’intertextualité. L’exemple donné de la Beckett Digital Library en est un parfait exemple.

19En regard, les développements sur « l’écologie du document » s’attachent à l’interaction propre à l’écriture elle-même, et aux modèles de cognition impliqués (en référence en particulier aux propositions de John Hayes). L’exemple des brouillons de Joyce pour le livre I de Finnegans Wake donne ainsi une remarquable compréhension de ce qu’est la construction d’un « chaos contrôlé » (p. 88). L’attention est portée sur les modalités et les effets liés aux conditions de la pratique engagée, l’activité de l’invention s’appropriant les contraintes matérielles de son déploiement, mais étant tout également portée et souvent suscitée par celles-ci. D. Van Hulle rappelle que Kafka avait noté que la machine à écrire avait influencé sa manière de penser. Un saut semble être franchi en ce sens avec le passage à l’écriture avec ordinateur, et avec la possibilité d’associer des chercheurs au processus d’écriture, comme l’a fait Gie Bogaert pour son roman Roosevelt (2016).

20Cela ouvre la question des collaborations, des interventions successives, et sur ce point D. Van Hulle s’applique de manière convaincante à montrer que la frontière du « bon à tirer » (celle-ci eut une part importante aux débuts de la définition de la critique génétique en France) doit être levée. Van Hulle prend soin de rendre beaucoup plus complexe et mobile ce que l’on peut considérer comme une société que le travail de l’écrivain construit autour de lui, et de son œuvre, jusque dans l’au-delà du premier imprimé. Proposant une « sociologie de l’écriture », par différence avec une sociologie des textes, D. Van Hulle montre combien la conception et l’écriture d’une œuvre peuvent être « publiques », au sens où elles appellent, pour se faire, le regard et l’avis d’autres témoins, ou confidents, ou collaborateurs – ou anti-collaborateurs. Là aussi, l’exemple de Joyce écrivant Finnegans Wake est tout à fait passionnant (p. 93-95). Cela peut concerner les révisions par autrui (l’exemple de Pound « corrigeant » le tapuscrit de The Waste Land de T.S. Eliot est illustre, p. 98), mais aussi les collaborations éditoriales, qui peuvent conduire à une auto-censure : l’exemple du roman semi-autobiographique de Stephen Spender d’abord refusé par Faber and Faber en 1931, The Temple, finalement publié cinquante ans plus tard, au prix d’une importante auto-censure, est très significatif (p. 103). Pour couvrir le champ de toutes les formes possibles de « collaborations » qui font la société de la genèse et de la transformation des œuvres, l’auteur développe les transformations relevant des traductions, des adaptations, des commandes. Enfin, pour ouvrir encore le compas de l’investigation génétique, D. Van Hulle souligne l’importance de la concurrence des projets et des réalisations d’un écrivain (ce peut être le cas pour tout créateur) dans un même temps, ou encore l’importance que peut avoir la récurrence des projets, et l’interaction dans le temps d’un projet avec un autre, ou encore la puissance du rétrospectif dans les créations nouvelles. Là encore l’exemple de Beckett (p. 117-119) est remarquablement probant, et tout à fait passionnant, tel qu’il est ici analysé, balisé dans le temps, comme création continuée, multiple, et en même temps rigoureusement conduite. Le choix d’ouvrir la « critique génétique » dans le temps long et sur le travail d’écrire conçu comme une exploration continue est ici passionnant et très convaincant.

  • 12 . La question de la rature et des ajouts a été amplement développée en France dans le domaine de la (...)

21Ces investigations engagées dans tout l’espace et le temps d’un travail d’œuvre commandent leur vis-à-vis que sont les « stratégies de lecture ». D. Van Hulle construit une théorie d’ensemble de la lecture des traces, traces comme présences, traces comme absences, et développe en particulier les effets des repentirs, comme absence présente12, et les subtilités des traces de lecture. Le propos et les conséquences sont de permettre une conception renouvelée de l’intertextualité comme fonction et opération et d’engager une stratégie de lecture « intertextuelle » propre à l’investigation génétique. La lecture en amont de l’œuvre (détecter dans l’amont ce qui fait déjà genèse) et la lecture en aval (mesurer les usages, les transformations, ou les abandons) fait toute la différence avec l’étude des sources. L’exemple de Joyce est ici encore déterminant, et certainement on peut considérer que les extraordinaires processus de l’écriture qui caractérisent son œuvre ont commandé en grande partie l’élaboration de la théorie « critique génétique » générale développée ici. De même, les étonnants détours de l’écriture de Beckett devaient assurément, pour le critique attentif, conduire vers l’expérience de ce qui se joue de complexité cognitive dans la lecture « génétique ».

  • 13 . On pourra lire, en vis-à-vis, le volume rapportant les travaux du Congrès mondial de critique gén (...)

22L’investigation génétique est en effet considérée ici comme l’attention portée à la compréhension, sinon la restitution, des processus cognitifs à l’œuvre dans le travail de l’écriture et de son devenir œuvre13. C’est bien le propos que Louis Hay donnait à la critique génétique, D. Van Hulle le rappelle, mais il ajoute que l’interaction complexe entre les traces écrites et le lecteur-chercheur est également une forme consciente de la mise en œuvre (p. 149).

23Les dimensions de ce compte-rendu m’obligent à simplement indiquer les deux champs que Dirk Van Hulle développe encore à partir de cette conception d’une critique génétique globale.

  • 14 . D. Van Hulle se réfère principalement aux travaux de Luc Herman et Bart Vervaeck, Handbook of Nar (...)

24L’idée d’une narratologie génétique, ou d’une génétique narratologique est particulièrement intéressante, en ce que les éléments classiques de l’étude narratologique, quand ils sont abordés d’un point de vue génétique d’ensemble, conduisent à penser les corrélations entre les aspects, la temporalité, les catégories des processus génétiques et les perspectives narratives adoptées dans les textes eux-mêmes, ainsi que leurs transformations éventuelles. Il montre ainsi que l’étude narrative entre versions génétiques implique l’attention à une forme complexe de la lecture, entre texte, lecteur, image de l’auteur, et contexte14. Là encore l’œuvre de Joyce offre de très probantes corrélations entre le travail de la genèse et les dispositifs narratifs. Et l’auteur, se référant aux études de Raymonde Debray Genette, souligne bien que les débuts de la critique génétique ont été en partie intimement liés aux développements de la poétique narrative.

25Le dernier chapitre du livre, enfin, sur l’édition génétique numérique et la critique génétique assistée par ordinateur, est très important en ce qu’il semble récapituler tous les aspects de la génétique générale que le livre a analysée pas à pas et exercée. L’idée de « l’œuvre en mouvement » est assurément l’un des motifs fondamentaux de l’approche génétique, et la numérisation est d’un apport décisif en ce sens. La « mobilité » qui gagne la question des Œuvres complètes, comme le montre ici D. Van Hulle, prend une tout autre dimension grâce aux traitements numériques, l’œuvre devenant l’espace de tous les documents qui peuvent lui être rapportés. Le livre présente ainsi les nombreuses modalités de travail rendues possibles, et ce chapitre constitue à lui seul une sorte d’hyper-manuel particulièrement informé, incitatif et éclairant sur les travaux devenus possibles et sur les théories engagées pour lire, maintenant, le travail des œuvres. Le développement final sur les formes et les contraintes propres d’une critique génétique appliquée à une littérature elle-même conçue avec les outils numériques, semble enfin conduire vers une dimension nouvelle, et peut-être rendre finalement intenable la notion de « version », la mobilité et la fugacité étant alors constitutives.

  • 15 . William Marx a commenté cette réaction de Charles Lamb dans son article sur les « Résistances thé (...)

26Le livre s’ouvre et se termine sur des « figures » qui allégorisent avec bonheur son propos. Dirk Van Hulle évoque dans son introduction la figure d’Héraclite écrivant, assis au bas de l’escalier de L’École d’Athènes, juste au-dessous du pied droit de Platon, que Raphaël ajouta, en un geste de toute dernière inspiration, à sa fresque (la reproduction de ce détail fait la couverture du livre), comme figure du flux de la pensée et de l’écriture, au pied des grands philosophes. En regard, l’auteur rapporte la consternation et la détresse du critique Charles Lamb, en 1820, à la vue des brouillons de Milton à Cambridge, en particulier de son poème « Lycidas », qui propose alors de jeter à la mer ces traces de variantes qui défont l’idée de l’absolue perfection du poème15. La question est bien celle, face à la nostalgie de la perfection ne varietur, de la fluidité et des complexités de l’invention littéraire et esthétique. La conclusion, intitulée « Sans cadre », s’appuie sur l’image d’une fresque murale « sans cadre » (Michael Borreman, The Virgin, à Gand), dont les coups de pinceau, que le peintre avait lancés sur le mur autour d’elle, ont été accidentellement effacés, à l’indignation du peintre. La fresque est désormais séparée des gestes picturaux qui l’accompagnaient. L’accompagnement par les essais, les tentatives, les repentirs, les références, les dispositifs à disposition, les collaborations, les traductions, les adaptations, tous les autres possibles et événements qui tiennent l’œuvre suspendue dans sa fragile évidence, et qui la postulent comme un équilibre entre « le fait » et « le faire », est bien le propos essentiel de l’attention critique portée aux œuvres abordées dans leur « genèse ». Le livre de Dirk Van Hulle apporte de cette attention à la fois histoire, méthode, théorie, et exemples puissants.

Haut de page

Notes

1 . Son premier livre publié en 2004 s’intitulait Textual Awareness: A Genetic Study of Late Manuscripts by Joyce, Proust, and Mann, Ann Arbor, University of Michigan Press. Professeur à l’Université d’Anvers, il y dirige le « Center for Manuscripts Genetics » ; il est membre associé de l’Équipe « Joyce et le modernisme anglophone » de l’ITEM, et co-directeur du « Beckett Digital Manuscript Project », dans le cadre duquel il a réalisé plusieurs éditions génétiques. Spécialiste de Beckett et de Joyce, il a publié Samuel Beckett Library, 2013, Cambridge, CUP ; James Joyce’s “Work in Progress”: Pre-Book Publi­cations of “Finnegans Wake” Fragments, 2016, New York, Routledge ; The Making of Samuel Beckett’s “L’Innom­mable”/“The Un­namable”, et The Making of Samuel Beckett’sFin de partie/Endgame”, avec Shane Weller, Londres et Bruxelles, Bloomsbury/UPA, 2014 et 2018. Il a contribué à plusieurs numéros de la revue Genesis (nᵒ 30, 36, 48, 51) et il participe régulièrement à l’organisation des « Genesis Conferences », rencontres internationales de critique génétique.

2 . Daniel Ferrer, Logiques du brouillon : modèles pour une critique génétique, Paris, Le Seuil, 2011.

3 . J’en retiens quatre exemples : les deux pages de copie du poème « mots survivants » de Beckett, dans son « Sottisier » (p. 50) ; l’« Album » de Charles Lamb, page imprimée entourée de commentaires (p. 80) ; deux pages du manuscrit de Frankenstein de Mary Shelley (p. 96) ; des « notes » de Gie Bogaert sur son personnage Barry pour le roman Roosevelt (p. 184).

4 . Le « dialogue » entre la critique génétique française et la variantistica a été engagé très tôt. Un article de Maria Teresa Giaveri, « La critique génétique en Italie : Contini, Croce et l’étude des paperasses » inaugurait le numéro 3 de Genesis (1993) ; dans le numéro 7 (1995), Cesare Segre publiait « Critique des variantes et critique génétique » et Bernard Cerquiligni « En écho à Cesare Segre : réflexions d’un cisalpin ». L’état des lieux du numéro 30 comprenait un entretien de Cesare Segre avec Maria Teresa Giaveri. Un numéro récent de Genesis (nᵒ 49, 2019) a montré les apports de la « tradition italienne », qui repose sur la conservation précoce des archives et des manuscrits d’auteurs. De même, très tôt, un entretien a été engagé par la revue Genesis avec les traditions « voisines », ainsi dans le numéro 9 (1996) Michael Riffaterre publia « Avant-texte et littéralité », Hanz Zeller « L’édition génétique dans le domaine germanique moderne : origines et développements », Geert Lernout « La critique textuelle anglo-américaine : une étude de cas ».

5 . On peut comparer en ce sens avec l’édition « historique », intéressante mais un peu monstrueuse, de Madame Bovary que Jean Pommier et Gabrielle Leleu avaient donnée chez Corti, en 1945, avec les variantes et les repentirs insérés au fil du texte.

6 . Voir le texte de D. Van Hulle publié en français, « Essai de critique épigénétique », dans Pierre-Marc de Biasi et Anne Herschberg Pierrot (dir.), L’Œuvre comme processus, CNRS éditions, 2017, p. 415-430.

7 . L’analyse, dans la deuxième partie du livre, de l’étude qu’a faite John Livingston Lowes d’un carnet de Coleridge en 1927, dans The Road to Xanadu, est particulièrement intéressante pour situer l’intérêt cognitif lié à ce type de lecture critique.

8 . Il est intéressant de noter que des débats analogues ont traversé les études médiévales, en France et aux États-Unis, dans la même période, voir Bernard Cerquiglini, Éloge de la variante. Histoire critique de la philologie, Paris, Le Seuil, 1989, Steve Nichols, From Parchment to Cyberspace: Medieval Literature in the Digital Age, New York, Peter Lang, 2016.

9 . Certains éditeurs des Œuvres complètes de Hugo ont employé l’expression, empruntée à Hugo lui-même, de « Tas de pierres », pour réunir les fragments et idées éparses.

10 . Dont certaines notes, semble-t-il, peuvent être comparables à « l’ébauche » chez Zola.

11 . Une des toutes premières publications collectives de l’ITEM sur les perspectives de la critique génétique, Les Manuscrits des écrivains, sous la direction de Louis Hay, Paris, Hachette/CNRS Éditions, 1993, présentait le chapitre « Objets » en deux sous-chapitres corrélés, « Objets matériels », « Objets intellectuels ».

12 . La question de la rature et des ajouts a été amplement développée en France dans le domaine de la critique génétique.

13 . On pourra lire, en vis-à-vis, le volume rapportant les travaux du Congrès mondial de critique génétique qui s’est tenu en 2010 à Cerisy-la-Salle, L’Œuvre comme processus, op. cit.

14 . D. Van Hulle se réfère principalement aux travaux de Luc Herman et Bart Vervaeck, Handbook of Narrative Analysis, Lincoln, University of Nebraska Press, 2019.

15 . William Marx a commenté cette réaction de Charles Lamb dans son article sur les « Résistances théoriques à la critique génétique », dans Paul Gifford et Marion Schmid (dir.), La Création en acte : devenir de la critique génétique, Amsterdam, Rodopi, coll. « Faux-Titre », 2007, p. 55-56. Il oppose à cette réaction celle de Samuel Johnson devant les mêmes manuscrits de Milton : « De telles reliques montrent comment s’obtient l’excellence : ce qu’on espère faire un jour avec facilité, il faut peut-être apprendre à le faire d’abord avec application. » Victor Hugo a écrit en ce sens un poème qui est une sorte de fable de la rature et de la décision esthétique, « Autre voix », où il met en scène Dante lui-même, voir Jacques Neefs, « En moins, en plus, autrement, les chemins du texte à l’œuvre ? », Littérature, nᵒ 178, « Génétique : les chemins de la création », juin 2015, p. 8–19.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Neefs, « Dirk Van Hulle, Genetic Criticism. Tracing Creativity in Literature, Oxford, Oxford University Press, 2022, 236 pages »Genesis, 55 | 2022, 199-210.

Référence électronique

Jacques Neefs, « Dirk Van Hulle, Genetic Criticism. Tracing Creativity in Literature, Oxford, Oxford University Press, 2022, 236 pages »Genesis [En ligne], 55 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/genesis/7558 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.7558

Haut de page

Auteur

Jacques Neefs

Université Paris VIII et Johns Hopkins University

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search