Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55ChroniquesComptes rendus d’ouvragesPaola Italia, Giulia Raboni et al...

Chroniques
Comptes rendus d’ouvrages

Paola Italia, Giulia Raboni et al., What is Authorial Philology?, Cambridge, Open Book Publishers, 2021

Bénédicte Vauthier
p. 199-210
Référence(s) :

Paola Italia, Giulia Raboni et al., What is Authorial Philology?, Cambridge, Open Book Publishers, 2021, https://doi.org/10.11647/OBP.0224

Entrées d’index

Mots-clés :

mots-clés
Haut de page

Texte intégral

“Sarebbe tempo che qualcuno prendesse l’iniziativa di storicizzare il quadro d’insieme e ripercorresse attentamente i tiempi e i fatti individuando le direzioni su cui ci si è mossi fin qui e riconoscendo il carattere specifico della scuola italiana in rapporto alle posizioni teoriche e alle iniziative editoriali di altri paesi (Germania, Francia e Spagna)” (Isella, “Ancora della filologia d’autore”, 2009)

1Sous le titre What is Authorial Philology (2021) se cache la traduction doublée d’une actualisation partielle (chap. 1.7) et d’un élargissement à quelques cas d’école européens (chap. 4) d’un petit manuel de philologie des textes modernes paru tout d’abord en italien, en 2010, sous le titre Che cos’è la filologia d’autore (Roma, Carocci). Publié dans la collection de “littérature comparée” de « Open Book Publishers », l’ouvrage est également disponible en ligne, ce qui lui assurera une visibilité déjà recherchée par le choix d’une traduction en anglais.

2Après une brève introduction (pp. xiii-xxi) qui permet de faire le point sur quelques concepts et éléments clés de la discipline (définition ; relation avec la « critique des variantes » ; types d’édition, y compris numériques, compétences requises…), l’ouvrage s’articule en trois volets et offre une brève histoire de la plus jeune discipline philologique, qui, au terme d’un siècle de débats, s’est finalement émancipée de la « critique textuelle », dénommée en Italie filologia della copia (chap. 1, pp. 1-28) ; un bilan méthodologique (chap. 2, pp. 29-69) ; puis de nombreux exemples (chap. 3, pp. 71-112 et 4, pp. 113-157). Il se termine sur une bibliographie finale (pp. 161-180) et un petit glossaire (pp. 181-186).

3Celui ou celle qui, ne maîtrisant pas la langue de Dante, ignorait tout ou presque des avatars de la philologie italienne des manuscrits et textes modernes pourra, grâce au premier chapitre, se faire une idée, d’une part, des jalons qui ont entouré sa reconnaissance comme discipline autonome, et, d’autre part, des critiques et philologues qui lui ont donné sa physionomie actuelle. Aux noms de Giorgio Pasquali (en 1934, dans le cadre de sa révision de la méthode lachmanienne, il avait pointé du doigt la « possible existence de variantes autoriales dans les textes anciens »), et de Francesco Moroncini (qui ouvre la voie d’une réflexion moderne sur les autographes leopardiens, en la faisant précéder d’une édition critique innovatrice), s’ajoutent, bien entendu, ceux de Santorre Debenedetti, éditeur de plusieurs fragments de l’Orlando furioso, puis de Gianfranco Contini, qui fera un élogieux compte rendu de ce travail dans un essai considéré comme acte de naissance de la « critique des variantes ».

4Les passes d’armes qu’échangeront, une dizaine d’années plus tard, Giuseppe De Robertis, secondé par Contini, contre Benedetto Croce, secondé par Nullo Minissi, déboucheront sur l’essai emblématique de Contini, La critica degli scartafacci, antécédent le plus direct de la philologie d’auteur à laquelle Dante Isella, disciple de ce dernier, donnera ses lettres de noblesse lors de la publication en 1987 de Le carte mescolate. Esperienze di filologia d’autore. C’est sous ce nom, et non sous celui de fenomenologia dell’originale, que l’on doit à D’Arco Silvio Avalle, que se développera désormais la philologie des textes modernes en langue italienne.

5En Italie, celle-ci prend son essor aux côtés de la « critique des variantes ». Alors que « la philologie d’auteur étudie le processus d’élaboration d’un texte, la critique des variantes est l’application critique des résultats issus de cette étude philologique » (p. xiv). Dans le courant des années 1980, la philologie d’auteur croisera la route de la critique génétique française. Elle lui empruntera quelques termes, comme celui d’avantesto (avant-texte), dont elle redéfinira néanmoins les contours dans une perspective strictement philologique. Cette différence se traduira dans un modèle d’édition qualifié de « germano-italien », qui s’oppose à une tradition éditoriale d’origine française (connue sous le nom d’édition génétique). Alors que celle-ci présentera la totalité de l’avant-texte, en éludant tout processus de subordination, l’édition « germano-italienne » privilégiera le processus de correction qui peut être mis en regard du texte. Une édition critique de philologie autoriale italienne offrira aux lecteurs et lectrices un apparat textuel dans lequel sont toujours visibles deux zones typographiques distinctes : le texte et l’apparat, subordonné au premier (pp. 11-13).

6Le dernier sous-chapitre de cette synthèse historique (1.6) s’attache aux innovations que les technologies numériques ont apportées au travail du philologue. Dans la version en anglais du manuel, ce chapitre se dédouble, pour ainsi dire, et se prolonge en faisant le point sur la révolution qu’a supposée en dix ans cette irruption du numérique (1.7). Selon Paola Italia et Giulia Raboni, la philologie d’auteur est garante d’une interaction optimale entre philologie et critique : elle permet de représenter le mouvement correcteur sous forme diachronique et de comparer les variantes d’un point de vue lexical et syntaxique, ce qui était impossible lors des représentations photographiques en synchronie offertes jusqu’alors par la critique génétique. Le développement des technologies numériques a ainsi permis un rapprochement de la philologie d’auteur italienne et de la critique génétique française – les auteures parlent d’un « réchauffement des relations, qui auraient été plutôt tièdes dans les années 1990 », ce qui implique de faire abstraction de la fructueuse collaboration entre Almuth Grésillon et Maria Teresa Giavieri – changement qui se serait traduit par un renforcement des activités communes menées notamment au sein de l’ITEM (pp. 23-24).

7De caractère méthodologique – et didactique – le second chapitre offre un aperçu très clair de la manière dont les philologues italien.ne.s conçoivent leur travail éditorial sur les manuscrits et textes d’auteur.e.s modernes “originaux”, c’est-à-dire soit de manuscrits autographes, soit de textes rédigés sous le regard des auteur.e.s ou publiés avec leur accord. Différents cas sont examinés, tous issus de la tradition italienne, et ce sont surtout les différents apparats, les types de variantes, voire les signes diacritiques et les abréviations usuelles qui sont passés en revue dans une section qui vise foncièrement à expliquer « comment préparer une édition critique ».

8Le petit manuel en italien n’offrait que des exemples d’une prestigieuse tradition nationale (Pétrarque, Bembo, Le Tasse, Manzoni, Leopardi et Gadda), qui se singularise entre toutes par deux traits, comme le rappellent Paola Italia et Giulia Raboni dans la brève introduction en anglais. Bien avant l’époque moderne, il existe, d’une part, en Italie, un grand nombre d’autographes avec des « variantes autoriales » (authorial variants), à commencer par le Codice degli abbozzi, compilation d’une vingtaine de lettres contenant des corrections du Canzoniere de Pétrarque. D’autre part, ce matériel n’a pas simplement été conservé mais a très tôt attiré l’attention des critiques, qui l’ont pris en considération –c’est le cas de Federico Ubaldini qui intègre ces variantes dans son édition du Canzionere de 1672. Selon Paola Italia et Giulia Raboni, voilà qui permettrait de considérer que « la critique génétique est née en Italie en 1642 » (pp. ix-x).

9Souhaitant faire doublement honneur au programme que Dante Isella avait tracé lors d’une conférence tenue à Pavie en 1989, programme qui avait guidé les pas des philologues italiennes dès 2010 et dont j’ai souhaité rappeler ici la teneur sous forme d’une citation épigraphe, la version anglaise du manuel ouvre – apparemment – les frontières de son corpus en offrant des exemples d’édition en espagnol, de Lope de Vega (Marco Presotto et Sònia Boadas) ; en anglais, de Percy B. Shelley (Margherita Centenari) et de Jane Austen (Francesco Feriozzi) ; en français, de Proust (Carmela Marranchino) et bilingue anglais/français de Beckett (Olga Beloborodova, Dirk Van Hulle et Pim Verhulst).

10Tirée de corpus européens – on remarquera et regrettera l’absence de cas issus de la tradition philologique et génétique de langue allemande – cette sélection s’explique par la vocation du manuel qui prétend atteindre un large public international. Si l’anglais est certainement une garantie pour ce faire… on s’interrogera toutefois sur la représentativité des exemples choisis.

11De fait, les cas de Shelley, Austen et Proust ne sont pas abordés par des spécialistes en la matière, mais par de jeunes philologues italien.ne.s qui offrent un état de la question et mentionnent en passant l’un ou l’autre problème éditorial dont ils et elles ont connaissance. En ce qui concerne les deux autres exemples, on saluera, certes, la présence de l’Espagne, parente pauvre des réflexions de caractère comparatiste, qui est abordée ici par deux spécialistes de l’œuvre de Lope de Vega, un auteur auquel on ne penserait pas nécessairement dans le cadre d’une approche génétique française ou allemande. Le corpus de Beckett est abordé, quant à lui, par une équipe de renommée internationale qui a développé des outils numériques pour une exploration génétique des manuscrits de Beckett.

12Ces cinq exemples sont hélas offerts sans la moindre référence aux traditions nationales (philologique, génétique, critique) dont sont issus les chercheurs et les chercheuses ou dans lesquelles leurs recherches s’insèrent. Ces exemples ne sont pas non plus accompagnés d’une réflexion de caractère comparatiste de la part des auteures du manuel, ce qui peut créer l’illusion d’une philologie d’auteur des textes modernes transnationale. Nous ne savons que trop qu’il n’en est rien ! Mais anglais oblige

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Vauthier, « Paola Italia, Giulia Raboni et al., What is Authorial Philology?, Cambridge, Open Book Publishers, 2021 »Genesis, 55 | 2022, 199-210.

Référence électronique

Bénédicte Vauthier, « Paola Italia, Giulia Raboni et al., What is Authorial Philology?, Cambridge, Open Book Publishers, 2021 »Genesis [En ligne], 55 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/genesis/7568 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.7568

Haut de page

Auteur

Bénédicte Vauthier

Universität Bern

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search