Navigation – Plan du site

AccueilNuméros57ÉtudesAdapter des espaces autres

Études

Adapter des espaces autres

Genèse de l’hétérotopie du film Light Years Away (1981) d’Alain Tanner
Adapting Other Spaces: The Genesis of the Heterotopy of the film Light Years Away by Alain Tanner
Adaptar espacios alternos. Génesis de la heterotopía en la película “Light Years Away” de Alain Tanner
Vincent Annen
p. 121-132

Résumés

Alain Tanner s’est souvent positionné contre le primat du récit et l’adaptation littéraire, affirmant privilégier la spontanéité d’une mise en scène « sur les lieux ». Cet article aborde la genèse de son film Light Years Away (1981), adapté du roman La Voie sauvage de Daniel Odier, en structurant son analyse autour de la problématique de la représentation de l’espace. L’approche génétique, envisageable grâce au fonds Alain Tanner déposé à la Cinémathèque suisse, invite d’une part à nuancer le discours d’un réalisateur valorisant la singularité de son œuvre et de son regard d’auteur. D’autre part, elle permet d’interroger le processus d’adaptation à l’écran de l’espace diégétique du roman, construit autour d’un ailleurs marginal et non localisé, tandis que les fictions de Tanner étaient jusqu’ici toujours ancrées en Suisse romande. La notion foucaldienne d’hétérotopie devient alors pertinente pour penser l’organisation spatiale du récit et son évolution à travers les étapes de sa genèse.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2024.

Plan

Le projet « intermédiaire » de François Roulet
Une genèse sans grandes variantes
(Dé)localiser
Fonder et exposer le schéma hétérotopique
Intégrer l’hétérotopie : un récit initiatique
Rites préliminaires
Rites liminaires
Rites postliminaires
Résorber/transmettre l’hétérotopie
Trois approches de l’espace contestataire

Aperçu du texte

Le réalisateur genevois Alain Tanner a tenu l’organisation spatiale du récit pour un enjeu majeur et structurant de la presque totalité de ses films, allant jusqu’à revendiquer à plusieurs reprises le qualificatif essentialisant de « cinéaste du lieu », qui suggère par ailleurs l’importance fondamentale du tournage dans sa conception du cinéma. En conséquence, il s’est souvent positionné contre la prééminence de l’écriture scénaristique dans le processus de création cinématographique, seul le travail sur la forme garantissant selon lui la valeur artistique d’un film et la pleine expression du réalisateur-auteur. Pour les mêmes raisons, Tanner s’est également positionné contre l’adaptation littéraire. Pourtant, sa filmographie compte deux films tirés de romans. C’est la genèse de la première de ces adaptations, Light Years Away (Les Années lumière, 1981), issue de La Voie sauvage de Daniel Odier, que nous proposons d’étudier à la lumière des archives du Fonds Alain Tanner déposé à la...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Annen, « Adapter des espaces autres »Genesis, 57 | 2024, 121-132.

Référence électronique

Vincent Annen, « Adapter des espaces autres »Genesis [En ligne], 57 | 2024, mis en ligne le 15 décembre 2024, consulté le 21 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/genesis/8882 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.8882

Haut de page

Auteur

Vincent Annen

Vincent Annen est doctorant en histoire et esthétique du cinéma à l’université de Lausanne. Il est membre du projet du Fonds national suisse « Le scénario chez Alain Tanner : discours et pratiques », au sein duquel il réalise une thèse consacrée aux films coscénarisés par Alain Tanner et le romancier Bernard Comment. Ses recherches portent notamment sur la figure de l’auteur, l’(auto)adaptation, la genèse des films et la représentation de l’espace au cinéma.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search