Navigation – Plan du site

AccueilNuméros57ChroniquesComptes rendus d‘ouvragesSolange Arber, Genèses d’une œuvr...

Chroniques
Comptes rendus d‘ouvrages

Solange Arber, Genèses d’une œuvre de traducteur. Elmar Tophoven et la traduction transparente, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Traductions dans l’histoire », 2023, 380 p.

Patrick Hersant
p. 205-206
Référence(s) :

Solange Arber, Genèses d’une œuvre de traducteur. Elmar Tophoven et la traduction transparente, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Traductions dans l’histoire », 2023, 380 p.

Texte intégral

1Les chercheurs en génétique des traductions constatent bien souvent la rareté du précieux matériau que constitue(rait) l’avant-texte d’une traduction. Dans les pages mêmes de Genesis, qui a naguère consacré son numéro 38 aux manuscrits de traduction, Fabienne Durand-Bogaert regrettait ainsi « la rareté des brouillons1 », et Tiphaine Samoyault confirmait que « l’étude des brouillons des traducteurs est […] rendue délicate par leur rareté2 » ; plus récemment, j’évoquais pour ma part « un matériau plus rare encore que les manuscrits d’écrivains : les brouillons de traducteurs3 ». La grande traductrice Laure Bataillon s’en désolait déjà voici trente ans : trop peu de traducteurs, écrivait-elle, estiment « nécessaire de conserver une trace raisonnée de leurs choix [de traduction] afin qu’ils ne paraissent pas arbitraires – ce qu’ils ne sont presque jamais, même lorsque le choix se fait inconsciemment – et afin que l’acte de traduire, déjà si exposé à être escamoté, ne s’évapore pas à mesure qu’il se fait4 ».

2Le livre de Solange Arber traite donc d’une exception, et non des moindres : Elmar Tophoven (1923-1989), traducteur allemand de Samuel Beckett, Alain Robbe-Grillet, Nathalie Sarraute et Claude Simon, a documenté ses propres traductions avec une extrême rigueur, au nom de ce qu’il nommait la « traduction transparente », et laissé à ses futurs collègues comme aux chercheurs en traductologie une profusion de notes visant à éclairer le processus à l’œuvre dans son méticuleux travail. Frustré de constater que l’« on en est réduit aux hypothèses lorsqu’on cherche à déterminer les arguments qui ont conduit à certaines décisions du traducteur5 », Tophoven a voulu archiver les observations des traducteurs sur leur propre travail en cours, que ce soit pour leur propre usage ou pour celui de leurs confrères. C’est ainsi qu’il a imaginé un protocole de travail qui apparaît aujourd’hui comme l’une des premières formes de génétique des traductions : la « traduction transparente », qui invite le praticien à consigner et à répertorier les difficultés rencontrées et les critères adoptés. Le travail génétique ne consiste plus (ou pas encore) ici à guetter sur les brouillons les éloquentes traces d’un travail en cours, mais à s’observer en train de traduire afin de s’assurer pour la suite une pratique facilitée, plus lucide et susceptible d’être mise en commun.

3Après une très utile introduction où elle commence par distinguer entre le « transparentes Übersetzen » selon Tophoven, les métaphores similaires de Chateaubriand, Georges Mounin ou Walter Benjamin, et la fameuse « invisibilité du traducteur » théorisée (et dénoncée) par le traductologue américain Laurence Venuti, Solange Arber divise son étude en trois grandes parties d’égale longueur, dont la première offre un portrait traductologique de Tophoven. Soucieuse d’éviter « l’illusion biographique » contre quoi Bourdieu nous met en garde, elle prend soin de consacrer ces cent pages à Tophoven « en tant que figure de l’histoire de la traduction », sans vain détour par les aspects plus intimes de la vie personnelle. La formation du traducteur, son rapport à la langue, ses écrits et conférences sur l’art de traduire sont évoqués à grands traits, ou plus en détail quand ils semblent saillants. Ainsi d’une question qu’est amené à se poser tout chercheur qui se spécialise dans l’œuvre d’un traducteur ou d’une traductrice en particulier : a-t-il, a-t-elle, un « style » particulier, reconnaissable entre tous quand bien même il s’efforce de reproduire celui d’un autre ? La traduction transparente est justement censée faciliter le repérage des traits stylistiques propres à tel ou tel auteur ; si Tophoven s’efforce de recréer ces « griffes » dans son écriture, écrit Arber, « les moyens qu’il emploie à cette fin, la marge d’interprétation qu’il s’accorde et toutes les décisions qu’il prend lui appartiennent en propre et constituent sa “griffe” à lui » (p. 96).

4La deuxième partie de l’ouvrage aborde la « genèse sociale » (p. 132) du traducteur, dans le but de saisir les déterminations sociales repérables dans sa pratique et sa manière propre de les actualiser. À la lumière des travaux de Bourdieu et de son concept de « champ », Arber fait prudemment l’hypothèse d’un « champ de la traduction » (p. 143) susceptible de décrire, voire d’expliquer en partie l’entrée de Tophoven en traduction. Son capital culturel (lecteur à la Sorbonne et à l’École normale supérieure, mais dépourvu de diplômes), son habitus (ancien soldat de la Wehrmacht installé à Paris), son capital économique, social, symbolique et culturel sont évoqués tour à tour pour présenter le traducteur comme le fruit d’une trajectoire sociale. C’est à partir de là que se déploient, au début et au cours de sa carrière, les diverses tâches qui constituent, au moins dans la France de l’après-guerre et des décennies suivantes, le métier de traducteur : médiateur entre les langues, intermédiaire entre auteurs et maisons d’édition – par exemple Samuel Beckett et les éditions Suhrkamp – voire correspondant littéraire, il se fera à son tour agent et éditeur. Ces diverses considérations préparent explicitement la troisième et dernière partie de l’ouvrage, les archives de Tophoven étant le fruit de cette trajectoire sociale : « C’est en tant que traducteur professionnel d’écrivains célèbres, cherchant à valoriser un art encore méconnu, voire méprisé, qu’il a élaboré, rassemblé et conservé les documents que l’on va étudier » (p. 232).

5L’archive en question, riche de dizaines de livres annotés, de centaines de pages de brouillons et de milliers de fiches cartonnées, sert de matériau à l’analyse qui clôt et couronne cette monographie. L’étude génétique de la traduction d’un roman de Nathalie Sarraute, « disent les imbéciles »  sagen die Dummköpfe »), confirme que la traduction transparente, en ce qu’elle requiert ou favorise la réflexivité du traducteur, influe sur ses choix au point de devenir un élément à part entière de son écriture. Le dossier génétique de cette traduction se compose de l’édition française de travail, richement annotée en couleurs à diverses fins (repérage lexical, relevé des récurrences, traces plus énigmatiques…) ; du brouillon, rédigé sur soixante-cinq copies doubles scolaires, lignées et perforées, où changements de stylo et datations permettent de suivre un travail qui comporte parfois six étapes, du premier jet aux dernières modifications en passant par plusieurs campagnes de correction et de révision ; les fiches, enfin, sur lesquelles Tophoven consigne parfois les étapes de l’élaboration du texte avant de reporter sur le brouillon la solution retenue. À la rigoureuse description de ce dossier génétique de la traduction succède, à l’intention cette fois des seuls germanistes, une analyse traductologique et génétique précise et convaincante du travail de Tophoven ; l’examen des interventions du traducteur sur ses divers supports, mettant au jour les opérations de traduction en cours de réalisation – ajouts, suppressions, insertions d’ellipses et autres reformulations – confirme la dimension critique et herméneutique de toute traduction exigeante. Jamais Tophoven n’a eu la naïveté de penser que la compilation de ses fiches de travail pût fournir autre chose qu’un recueil d’expériences personnelles, où ses collègues contemporains et futurs pourraient certes puiser leçons ou procédés, mais qui témoignerait surtout du « caractère foncièrement personnel des processus de traduction, véritables processus créatifs » (p. 355).

Haut de page

Notes

1 Fabienne Durand-Bogaert, « Ce que la génétique dit, la traduction le fait », Genesis, nᵒ 38, « Traduire », 2014, p. 7-10, ici p. 8 [en ligne sur OpenÉdition].

2 Tiphaine Samoyault, « Vulnérabilité de l’œuvre en traduction », ibid., p. 57-68, ici p. 59 [en ligne sur OpenÉdition].

3 Patrick Hersant, « “On n’est jamais tout seul” : étude génétique d’une collaboration Ungaretti-Jaccottet », Carnets, revue d’études françaises, nᵒ 14, 2018, §1 [en ligne sur OpenÉdition].

4 Laure Bataillon, « Traduire Cortázar avec Cortázar », dans Traduire, écrire, Saint-Nazaire, Arcane 17, 1991, p. 53-60, ici p. 59.

5 Elmar Tophoven, « La traduction transparente » [1987], trad. Jean Malaplate, Translittérature, nᵒ 10, 1995, p. 19‑27, ici p. 15. Voir aussi l’article de Jean-Louis Lebrave, « Genèse d’une traduction. Comment Elmar Tophoven a annoté La Jalousie d’Alain Robbe-Grillet », Genesis, nᵒ 38, 2014 [en ligne sur OpenÉdition].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Hersant, « Solange Arber, Genèses d’une œuvre de traducteur. Elmar Tophoven et la traduction transparente, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Traductions dans l’histoire », 2023, 380 p. »Genesis, 57 | 2024, 205-206.

Référence électronique

Patrick Hersant, « Solange Arber, Genèses d’une œuvre de traducteur. Elmar Tophoven et la traduction transparente, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Traductions dans l’histoire », 2023, 380 p. »Genesis [En ligne], 57 | 2024, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 22 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/genesis/9064 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.9064

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search