Navigation – Plan du site

AccueilNuméros57ChroniquesComptes rendus d‘ouvragesDaniel Ferrer, av.-pr. Sam Slote,...

Chroniques
Comptes rendus d‘ouvrages

Daniel Ferrer, av.-pr. Sam Slote, Genetic Joyce. Manuscripts and the Dynamics of Creation, Gainesville, University Press of Florida, coll. « The Florida James Joyce Series », 2023, 234 p.

Danielle Constantin
p. 209-210
Référence(s) :

Daniel Ferrer, av.-pr. Sam Slote, Genetic Joyce. Manuscripts and the Dynamics of Creation, Gainesville, University Press of Florida, coll. « The Florida James Joyce Series », 2023, 234 p.

Texte intégral

  • 1 Pour un survol de sa carrière et tout particulièrement de sa longue fréquentation de l’œuvre de Joy (...)

1Daniel Ferrer, directeur émérite au sein de l’Item et co-fondateur de la revue Genesis, est l’un des plus éminents praticiens et théoriciens de l’approche génétique. Si, au fil des années, il a consacré de fines analyses à divers écrivains, notamment Virginia Woolf, William Faulkner, Edgar Allan Poe, Stendhal, Flaubert, Zola, Proust, Barthes ou Hélène Cixous, c’est néanmoins au moderniste irlandais James Joyce (1882-1941) qu’on l’associe spontanément1. Association prestigieuse, puisque ce géant, pour ne pas dire cet Everest des lettres du xxᵉ siècle est renommé pour avoir repoussé les limites du langage et des formes narratives dans des œuvres aussi exigeantes que Ulysses (1922) ou Finnegans Wake (1939). Qui plus est, l’imposant corpus de ses manuscrits ne cesse d’exercer un pouvoir de fascination sur ceux ayant choisi de lever le voile sur l’arrière-scène des textes publiés, comme c’est le cas de Daniel Ferrer depuis maintenant plusieurs décennies. Connaisseur hors pair des archives joyciennes, il avait donc les cartes en main pour produire un manuel dense, qui aurait passé en revue la grande hétérogénéité des manuscrits d’un écrivain exubérant et souvent opaque, afin de dévoiler avec force détails la vaste étendue des problèmes soulevés par ses méthodes de travail. Ce n’est pourtant pas l’approche qu’il a adoptée dans Genetic Joyce. Manuscripts and the Dynamics of Creation, un ouvrage qui brille par sa concision, sa précision et la clarté de ses moyens d’expression.

2Après quelques réflexions liminaires sur l’épistémologie génétique (auteur, texte) et sur l’état des archives à la suite de la découverte récente de documents, la visée principale est explicitée : susciter l’intérêt des lecteurs de Joyce pour le domaine de l’avant-texte en faisant miroiter, grâce à des exemples triés sur le volet, la richesse du matériau qu’ils pourraient y trouver, tout en leur proposant des modèles pour interpréter les mécanismes complexes régissant ce matériau. En somme, ce qui se veut aussi une introduction à la critique génétique cherche à inciter ces mêmes lecteurs à plonger dans l’univers captivant des manuscrits de Joyce en prenant, à leur tour, l’initiative de consulter aussi bien les originaux que les fac-similés ou les excellentes reproductions offertes en ligne. Une telle expérience pourrait modifier profondément leur relation à l’écrivain, voire à la littérature.

3L’ouvrage se déploie en huit chapitres. Les deux premiers montrent, en s’appuyant sur des occurrences spécifiques, l’importance du hasard dans la création, un phénomène particulièrement saillant chez un écrivain ayant souvent su profiter d’accidents rédactionnels pour transformer en nécessité ce qui pouvait d’abord apparaître comme contingent. Le troisième chapitre examine la transition entre l’achèvement de Ulysses et l’amorce de Finnegans Wake. Le suivant se concentre sur l’aspect spatial de l’écriture joycienne en offrant à voir comment les manuscrits reflètent les processus génétiques tout en les influençant. En prenant comme point de départ l’analyse de deux pages des brouillons de « Sirens », le cinquième chapitre récapitule les débuts rédactionnels de cet épisode de Ulysses, qui constitue un tournant dans la genèse du texte, dû à une complexification stylistique, qui aura un impact déterminant sur la suite de la rédaction et, rétroactivement, sur des épisodes déjà rédigés. Les chapitres six et sept explorent quelques usages peu orthodoxes de la prise de note chez Joyce, ce qui donne lieu à un commentaire éclairant sur le fonctionnement de l’intertextualité dans les mystérieux carnets de Finnegans Wake. Et, en bout de parcours, le huitième chapitre se démarque par une approche comparatiste en examinant, cette fois-ci, les notes prises par Virginia Woolf (1882-1941), lors de sa lecture des premiers épisodes prépubliés de Ulysses et ce, en vue de la rédaction d’un article pour le Times Literary Supplement. Woolf, confrontée à une forme romanesque inouïe et déconcertante, émettra certaines réserves qui, lorsque appréhendées en tant que dialogue imaginaire non seulement avec Joyce, mais aussi avec des écrivains et institutions de son temps, se révèlent avoir orienté stratégiquement ses propres innovations modernistes.

4Joyce travaillait essentiellement dans un espace de papier, un « paperspace » (Finnegans Wake, 115.07). C’est à une belle balade dans cet espace si particulier que nous convie Daniel Ferrer, un guide attentionné prenant grand soin de ne pas nous épuiser, mais de nous motiver à le suivre dans ses explorations. À cet effet, les explications demeurent toujours rigoureuses, sans être excessivement méticuleuses, ni tomber dans la simplification. À deux reprises, il va jusqu’à convier ses lecteurs novices à omettre des sections considérées comme techniques ou difficiles. À quiconque voudrait poursuivre le périple, il suggère des pistes bibliographiques appropriées. Et puis, il a une manière bien à lui de poétiser son propos en recourant à des métaphores aussi lumineuses qu’attrayantes : la surface du texte de Finnegans Wake est apparentée à une toile du peintre américain Jackson Pollock ; la diversité spatiale des pages manuscrites évoque tour à tour la symétrie du Dublin de l’époque géorgienne, le chaos d’une favela brésilienne, ou le plan médiéval de la capitale irlandaise, dont le labyrinthe est encore perceptible ; les intrusions marginales sur le corps du texte font surgir l’image d’un saint Sébastien transpercé de flèches ; et coule à flot un vocabulaire hydraulique et aquatique.

5Les analyses génétiques étant avant tout réalisées sur pièces, l’ouvrage privilégie une approche pratique, tout en se souciant de la matérialité des documents. Ainsi, Daniel Ferrer accorde la primauté à des exemples prélevés dans les carnets, les brouillons, les tapuscrits, les jeux d’épreuves, les premières versions ou autres, qui sont judicieusement reproduits pour la plupart. L’attention que le chercheur a manifestement portée à la sélection de ces exemples force le respect, au vu d’un ensemble avant-textuel volumineux et extrêmement complexe. De plus, les morceaux choisis sont toujours sondés avec doigté, afin de dévoiler certaines facettes de la dynamique plurielle à l’œuvre dans l’invention joycienne. Les découvertes en découlant sont étonnantes à plus d’un titre. Prenons les quelques feuillets des épreuves corrigées de Ulysses pour l’épisode « Circe », lesquels avaient été retournés par l’imprimeur parce que lui étant parvenus trop tard. Sans grand éclat au premier regard, les feuillets se révèlent pourtant le lieu d’opérations scripturales fortement minées par des contraintes temporelles et externes, remettant en question de ce fait la stabilité de l’intention auctoriale ; mais surtout, ils servent à démontrer de manière spectaculaire comment tout matériau ayant été mis de côté par l’écrivain peut être ultérieurement déplacé, ou décontextualisé, pour être réutilisé dans un processus de recontextualisation. On comprend que le texte joycien ne surgit pas ex nihilo, mais résulte bien plutôt d’un travail de recyclage d’éléments préexistants. Ce modèle, alliant décontextu­alisation et recontextu­alisation, refera plusieurs apparitions dans les analyses subséquentes, comme dans le chapitre sur la transition de Ulysses à Finnegans Wake, où l’épisode mettant en scène Tristan et Iseult sera mis de côté pendant une quinzaine d’années avant d’être recontextualisé à la toute fin de la rédaction. Rien ne semble se perdre chez Joyce. Ce puissant modèle n’est toutefois qu’un parmi tous ceux convoqués pour étayer l’interprétation des manuscrits discutés. Sont ainsi traitées des questions telles que la mémoire des états antérieurs, ou mémoire de contexte, l’espace marginal comme espace d’échange, de transition ou de confrontation, les forces vives d’expansion et de condensation, les paradoxes de la surdétermination ou les phénomènes d’itération et de dissémination. Dans Logiques du brouillon. Modèles pour une critique génétique (Paris, Éditions du Seuil, 2011), dont la traduction anglaise paraîtra prochainement, Daniel Ferrer présentait déjà une multiplicité de modèles pour l’analyse des brouillons d’écrivains, en s’appuyant, par le biais d’une transdisciplinarité des plus productives, sur la logique sous-tendant la genèse d’œuvres ressortissant à différents domaines (cinéma, photo, peinture, dessin, musique, gastronomie…). Les deux ouvrages forment un diptyque précieux pour les fervents adeptes ou les simples amateurs de Joyce désirant se familiariser avec la critique génétique.

6Daniel Ferrer fait œuvre de passeur depuis la publication, en 1984, de Post-structuralist Joyce. Essays from the French (avec Derek Attridge, Cambridge University Press). Par ses nombreuses interventions et publications en langue anglaise, il participe à la diffusion de la génétique dans le monde anglo-saxon, où la recherche sur les manuscrits est dominée par le textual scholarship. À cet égard, Genetic Joyce. Manuscripts and the Dynamics of Invention constitue un apport de premier ordre, en démontrant dans une forme remarquablement séduisante la pertinence et la puissance de cette approche pour explorer les trésors manuscrits d’un écrivain aussi fascinant que James Joyce. C’est un magnifique cheval de Troie.

Haut de page

Notes

1 Pour un survol de sa carrière et tout particulièrement de sa longue fréquentation de l’œuvre de Joyce, voir Valérie Benejam, Jean-Louis Giovannangeli et Sophie Vallas, « Croiser le regard de Joyce à travers chaque correction : Daniel Ferrer, du texte à l’avant-texte », E-rea. Revue électronique d’études sur le monde anglophone, nᵒ 20.2, 2023 [en ligne sur OpenÉdition].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danielle Constantin, « Daniel Ferrer, av.-pr. Sam Slote, Genetic Joyce. Manuscripts and the Dynamics of Creation, Gainesville, University Press of Florida, coll. « The Florida James Joyce Series », 2023, 234 p. »Genesis, 57 | 2024, 209-210.

Référence électronique

Danielle Constantin, « Daniel Ferrer, av.-pr. Sam Slote, Genetic Joyce. Manuscripts and the Dynamics of Creation, Gainesville, University Press of Florida, coll. « The Florida James Joyce Series », 2023, 234 p. »Genesis [En ligne], 57 | 2024, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 22 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/genesis/9069 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genesis.9069

Haut de page

Auteur

Danielle Constantin

University of Toronto

Articles du même auteur

  • The End [Texte intégral disponible en juillet 2024]
    Sur la fin de La Vie mode d’emploi de Georges Perec
    Paru dans Genesis, 56 | 2023
Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search