Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Anna Bellavitis, Il lavoro delle donne nelle città dell’Europa moderna

Rome, Viella, 2016, 247 p.
Luca Andreoni
Référence(s) :

Anna Bellavitis, Il lavoro delle donne nelle città dell’Europa moderna, Rome, Viella, 2016, 247 p.

Texte intégral

  • 1 Le titre, dont il paraît douteux que les ambitions du titre aient été tenues il y quelques années ( (...)

1En 1990, une des plus prestigieuses et représentatives institutions en Italie (et en Europe) dédiée à l’histoire économique de la période préindustrielle, l’Institut « Datini » de Prato, consacrait à la question du genre sa semaine d’étude1. Il s’agissait d’un inédit, qui marquait une consécration et, en même temps, un point de départ pour un champ de recherche désormais solide. Toutefois, Anna Bellavitis ne se limite pas au seul contexte historiographique italien. Le premier mérite de ce livre en effet, est de proposer une synthèse éclairée du débat actuel, principalement à partir de la littérature de seconde main couvrant les territoires français, anglais, espagnol, néerlandais, allemands, et bien sûr italien (notamment avec un regard appuyé sur les archives vénitiennes), sans oublier des détours occasionnels par l’Europe de l’Est et la Scandinavie. La production scientifique ayant précédé et surtout suivi l’année 1990 déjà mentionnée, particulièrement riche, permet de se faire une idée très précise des formes multiples dans lesquelles s’exprima le travail féminin dans les villes d’Europe à l’époque moderne.

  • 2 En se limitant à la France : Margaret Maruani, Monique Meron, Un siècle de travail des femmes en Fr (...)

2Tout d’abord, le champ d’étude est dégagé de certaines équivoques qui perdurent dans l’imaginaire commun et parfois même dans les récits historiques. Dans l’introduction, Anna Bellavitis rappelle que les femmes ont toujours travaillé et que la compétition avec l’univers masculin n’est certainement pas une nouveauté du xxe siècle. Les données sur le taux d’emploi féminin dans divers métiers nous montrent une situation sans équivoque. Pour donner quelques exemples dans le secteur traditionnel du monde textile du vêtement : à Genève, entre les xvie et xviie siècles, un tiers des travailleurs engagés dans l’horlogerie étaient des femmes, tandis qu’à Florence, en 1604, la part des femmes qui tissaient était particulièrement élevée (62 % du total) et s’élevait à environ 40 % en comptant tous les travailleurs artisanaux dans le secteur de la laine (p. 19). La question du pourcentage de femmes au travail – un thème classique de l’historiographie économique, partiellement mis de côté dans le débat le plus récent – pose la question des sources, souvent avares d’informations sur le travail des femmes (p. 26-33). Deux considérations majeures s’imposent : la première concerne l’estimation de l’emploi réel – un casse-tête méthodologique qui pose des problèmes jusqu’au vingtième siècle – pour les zones urbaines, ainsi que pour les régions rurales2 ; le deuxième point porte sur la question de l’identité de genre, que nous évoquerons brièvement plus avant. Pour le moment, attardons-nous sur la question des chiffres.

3La représentation minoritaire ou parfois marginale du travail féminin, en dehors de certains métiers, qui est le résultat d’une multiplicité de facteurs, nous incite à développer une réflexion dans au moins deux directions. La première traite des moments qui sanctionnent un profond changement de perception et de pratique. Les recherches récentes se sont efforcées d’en tracer les tendances et d’en indiquer les contextes explicatifs. Le second aspect repose sur l’analyse du rôle actif des stratégies plus ou moins conscientes mises en œuvre par les femmes. Ce faisant, il est possible de sortir d’un recoin de l’histoire de femmes comme récit larmoyant de la discrimination voire, pire, d’une histoire de femmes pour les femmes qui ne s’imbrique pas dans le contexte historique. Le livre de Bellavitis est un excellent antidote à ces deux dégradations de la réflexion historique. Deux exemples sont utiles pour illustrer la richesse de cette approche.

4Le premier exemple peut être l’évolution de l’industrie de la soie et du textile, déjà évoquée. L’augmentation de la présence féminine dans ces manufactures, en particulier au cours du xviiie siècle, est liée à la volonté des maîtres (devenus des entrepreneurs marchands, par exemple dans le cas de Bologne, en Italie) de réduire les coûts de production en économisant sur le facteur travail, c’est-à-dire sur les salaires des femmes, qui étaient moindres par rapport à ceux des hommes. La reconnaissance publique du rôle féminin, souvent sanctionnée par l’ouverture des corporations aux tisserandes, était donc le résultat paradoxal d’une exploitation à plus vaste échelle, mais aussi d’une prise de conscience de la spécialisation et du professionnalisme élevé des femmes. Un tel itinéraire a ensuite été bousculé par l’introduction de méthodes de plus en plus mécaniques et par l’essor de la révolution industrielle naissante (p. 97-118). S’il est vrai qu’on assiste à des parcours d’acquisition de statuts juridiques toujours plus favorables aux femmes, il n’en reste pas moins que cette reconnaissance n’a jamais été complète : comme le précise Anna Bellavitis, même si elles faisaient partie des corporations, les femmes n’avaient pas accès aux rôles de responsabilité. En tout cas, la relation avec les corporations semble être un domaine d’étude privilégié, à nouveau en vogue dans l’historiographie après un certain déclin d’intérêt. Ce n’est sans doute pas un hasard si l’auteure aborde le débat sur le déclin du travail des femmes à l’époque moderne à travers leur relation avec les corporations – une relation qui s’articule d’une manière différente d’une ville à l’autre, d’une région à l’autre, sensible aux mouvements conjoncturels de l’environnement économique. Cette thèse, celle de la marginalisation du travail féminin, semble être tributaire de la littérature scientifique sur l’Europe du Nord, et ne se trouve pas ici vraiment adaptée au kaléidoscope des situations existantes aussi dans le sud du continent, exploré par exemple dans les travaux d’Angela Groppi (p. 39-44).

5Le second exemple concerne la recherche de l’indépendance par les femmes. Quelle place pour le travail, alors, sur le chemin de l’émancipation féminine ? Une place ambiguë, qui s’inscrit dans le cadre de convictions enracinées depuis longtemps : l’identité féminine se définissait, voire s’auto- définissait (par exemple, d’après les témoignages rendus lors des déclarations judiciaires) par rapport au rôle familial (« je suis » épouse de, fille de), et non au travail (« je fais » la couturière, et non pas « je suis » une couturière, p. 24-33). Cependant, on pourrait se demander si cette manière de parler de soi était particulière au monde féminin, ou bien commune à certaines couches sociales. De toute façon, aucune passivité ne devrait être considérée comme un paradigme. La reconnaissance juridique et religieuse du couple (et même plus le veuvage) était un tremplin pour pratiquer un métier, et non l’inverse. Aucun prélude, donc, au retrait « des activités rémunérées hors de la cellule familiale » (p. 32).

  • 3 J’emprunte l’expression à Laurent Herment, « Le capitalisme agraire au xixe siècle : le champ des p (...)

6L’accent est mis sur le contexte économique, politique et religieux, ainsi que sur le cadre juridique. Ils expliquent beaucoup de l’emploi féminin. Si, dans le premier chapitre qui vient d’être discuté, l’auteure se focalise sur les aspects économiques, le deuxième chapitre se concentre sur le contexte juridique. Comme l’enseigne la microhistoire, le contexte n’est jamais considéré comme un fond inerte. Bien au contraire, il est étudié comme un champ des possibles3, un élément dans lequel les femmes interagissent, s’engageant parfois dans les interstices du cadre juridique, en élargissant ainsi l’écart entre les normes et les pratiques ; en mettant au point parfois des stratégies réelles, comme le montre le cas des corporations féminines françaises (p. 127-134). Deux sphères intéressent particulièrement l’auteure, celle de l’éducation (« Le droit d’apprendre et d’enseigner », p. 55-74) et celle de la capacité d’action économique et patrimoniale (« Le droit d’agir et de posséder », p. 75-96).

7La deuxième partie du livre est consacrée aux métiers ou activités dans lesquels la présence féminine était considérable ou exclusive. S’il est certain que « presque aucun travail n’avait une identité de genre définie une bonne fois pour toutes » (p. 17), il est également vrai que les métiers que les femmes ont pratiqués historiquement entretiennent un lien particulier avec les différents contextes. Comme le montre bien le cas des villes portuaires, où l’absence prolongée des hommes et des époux causait des conditions sui generis, les femmes assumaient des rôles différents et inédits par rapport aux autres villes. Dans cette perspective, le quatrième chapitre étudie, en utilisant souvent des médaillons biographiques, les lieux de travail féminin (maison, magasin, institutions religieuses et caritatives), ainsi que les mécanismes d’éducation et d’apprentissage qui se croisaient avec les dynamiques familiales et les traditions corporatives locales. Le dernier chapitre se concentre sur ce que l’auteure appelle les « métiers de femmes » : servir, nourrir, guérir, mettre au monde, se prostituer. La plupart de ces professions utilisent le corps comme objet ou comme instrument. En refusant toute généralisation hâtive, l’analyse reconstruit le parcours évolutif de ces activités à travers certaines études de cas. En conclusion, le livre d’Anna Bellavitis, aussi bien intéressant pour les spécialistes du genre que des économies d’ancien régime, nous pousse à enrichir les questions dans un secteur important du débat historiographique et, en même temps, à penser les enjeux contemporains autour des femmes avec une nécessaire perspective diachronique.

Haut de page

Notes

1 Le titre, dont il paraît douteux que les ambitions du titre aient été tenues il y quelques années (Ercole Sori, « Introduzione », dans « Donne, lavoro e società nelle Marche », numéro thématique de Proposte e ricerche. Economia e società nella storia dell’Italia centrale, 50, 2003, p. 10), est témoin du climat historiographique de l’époque : Simonetta Cavaciocchi (dir.), La donna nell’economia, secc. XIII-XVIII, Atti delle Settimane di studi dell’Istituto Internazionale di Storia economica F. Datini di Prato, Florence, Le Monnier, 1990.

2 En se limitant à la France : Margaret Maruani, Monique Meron, Un siècle de travail des femmes en France, 1901-2011, Paris, La Découverte, 2012 ; pour les zones rurales à l’époque contemporaine : Ronald Hubscher, Les femmes de l’ombre : migrantes italiennes et polonaises dans l’entre-deux-guerres, In Nadine Vivier (dir.), Ruralité française et britannique, xiiie-xxe siècles : Approches comparées [en ligne]. Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005 [http://books.openedition.org /pur/22527].

3 J’emprunte l’expression à Laurent Herment, « Le capitalisme agraire au xixe siècle : le champ des possibles », L’Homme et la société, n° 193-194, 2014, p. 17-36.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luca Andreoni, « Anna Bellavitis, Il lavoro delle donne nelle città dell’Europa moderna », Genre & Histoire [En ligne], 20 | Automne 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/2902

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page