Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Claude Gauvard (dir.), Fanny Bugnon, Julie Doyon, Pierre Fournié, Michel Porret, Annick Tillier, Fabrice Virgili, Présumées coupables. Les grands procès faits aux femmes

Paris, Archives nationales/L’Iconoclaste, 2016, 309 p.
Diane Roussel
Référence(s) :

Claude Gauvard (dir.), Fanny Bugnon, Julie Doyon, Pierre Fournié, Michel Porret, Annick Tillier, Fabrice Virgili, Présumées coupables. Les grands procès faits aux femmes, Archives nationales/L’Iconoclaste, Paris, 2016, 309 p.

Texte intégral

1En contradiction avec les statistiques de la criminalité qui établissent que, du Moyen Âge à nos jours, les femmes représentent 5 à 10 % de la population carcérale ou pénale, la criminalité féminine nourrit des fantasmes tenaces. Aux origines de cet imaginaire du mal, les traditions biblique et mythologique ont construit la culpabilité féminine et la peur du corps féminin, objet de tentation et de méfiance pour les clercs et les hommes en général. Dans un monde dominé par les hommes, des stéréotypes ancestraux ont fait des filles d’Ève, avant même d’être jugées, des présumées coupables.

2Ce beau livre accompagne et prolonge l’exposition qui s’est tenue aux Archives nationales à l’hiver 2016. L’intérêt de la démarche de Présumées coupables réside dans le fait d’étudier le décalage entre la réalité et l’imaginaire de la criminalité féminine au prisme des sources judiciaires, superbement mises à l’honneur. En faisant le choix de s’attacher à des crimes « énormes » ou « extraordinaires », les auteurs interrogent la manière dont ceux-ci ont été historiquement constitués comme spécifiquement féminins. Le cas de l’empoisonnement est ainsi symptomatique : aussi bien commis par des hommes que des femmes, cette violence est pourtant progressivement considérée comme l’apanage du « sexe faible ». Pour ce faire, le livre reprend le découpage chrono-thématique retenu pour l’exposition, qui évoque successivement plusieurs figures archétypales de femmes criminelles : la sorcière (Michel Porret), l’empoisonneuse (Julie Doyon), l’infanticide (Annick Tillier), la pétroleuse (Fanny Bugnon), la tondue de la Libération (Fabrice Virgili), chapitres encadrés par une introduction de Claude Gauvard et un chapitre conclusif de Fanny Bugnon et de Pierre Fournié.

3Les chapitres relatent la construction et la perception de ces figures par la culture judiciaire et le regard social de leur temps. Ainsi la chasse aux sorcières, extraordinaire machine législative et procédurale qui s’effondre progressivement à la fin du XVIIe siècle, non sans avoir fixé dans l’imaginaire collectif les traits archétypaux de la sorcière. On voit comment, selon les époques, la justice sanctionne avant tout la transgression des rôles féminins perçue comme une menace à l’ordre moral et patriarcal. L’empoisonnement incarne la trahison domestique, la perversité et la subversion de l’essence paternelle du pouvoir familial et politique, de même que l’infanticide bafoue l’autorité du prince autant que les valeurs de la maternité à l’époque moderne. Au XIXe siècle, le mythe des « pétroleuses » – Communardes prétendument incendiaires – naît de l’impossibilité de la société à penser la capacité politique d’agir des femmes, « citoyennes sans citoyenneté ». Au moment de l’Épuration, la trahison est définie de manière spécifique pour les femmes, considérées comme « adultères à la nation » et tondues.

4Si ces différentes figures se succèdent dans l’histoire de la répression, il s’agit de recompositions qui n’effacent jamais complètement les traits antérieurs : les documents mettent en lumière la permanence de l’importance de la réputation et de l’honneur, à caractère fondamentalement sexuel, des femmes stigmatisées par leur communauté et dénoncées à la justice comme sorcières, filles « débauchées » ayant tué le fruit de leurs amours interdites ou « poules à boches ». On mesure ainsi le rôle décisif du regard social exercé par le voisinage et le poids des dénonciations de proximité. Souvent l’immoralité, associée tantôt à la beauté outrageuse, tantôt à la laideur, signale le caractère criminel des femmes mises en cause. On suit enfin la transformation des rituels punitifs, du bûcher destructeur de sorcières à la tonte des traîtresses au moment de la Libération, geste d’un autre temps, autrefois réservé aux prostituées médiévales et modernes, spectacle humiliant pour les victimes puis, par un renversement de l’opinion publique, pour leurs bourreaux.

5Le livre atteint pleinement l’objectif de mettre en scène et de rendre accessibles des pièces d’archives issues des fonds des Archives nationales mais aussi de plusieurs fonds d’archives départementales ou européennes, souvent méconnues du public et, pour les plus anciennes, illisibles en raison des difficultés paléographiques et linguistiques. Il donne ainsi à voir le travail de l’historien, à grand renfort de reproductions de qualité dans un ouvrage d’un format aisément manipulable et pour un prix raisonnable (25 euros), effort éditorial que l’on peut saluer. La très riche sélection de documents présente des criminelles restées anonymes comme des femmes célèbres, de Jeanne d’Arc à Arletty, en passant par Marie-Antoinette, Louise Michel et Violette Nozière. Dans les deux cas et quelles que soient les époques considérées, les auteurs s’attachent à la matérialité des archives judiciaires, magnifiquement restituée par une mise en page agréable et didactique qui reproduit en pleine page toute cette « documentation grise » faite de minutes d’instructions, de procès-verbaux d’interrogatoires, de mises à la question (c’est-à-dire la torture judiciaire) et de confrontations. De brefs extraits sont transcrits au regard des fac-similés et de fréquentes citations restituent les mots et les voix de ces femmes ; enfin, 16 transcriptions intégrales sont présentées en annexe, ce qui offre une ressource documentaire utile aux enseignants et aux étudiants. Au fil des siècles, les dossiers d’instruction s’étoffent de rapports d’expertise de médecine légale qui donnent corps à la violence, de photographies anthropométriques qui dessinent un visage aux criminelles, de documents intimes devenus pièces à conviction, comme les lettres d’amour entre des officiers allemands et des femmes durant l’Occupation. Par ailleurs, le développement de la presse et des médias accompagne la transformation de l’imaginaire de la criminalité féminine à l’époque contemporaine. C’est un autre attrait du livre que de chercher en permanence à faire entrer en résonnance les pièces d’archives avec une très abondante iconographie de gravures, d’estampes, de tableaux, de photographies et d’images de films qui, en montrant permanences et mutations des représentations des femmes criminelles, soutiennent le dialogue entre les différentes époques.

6Par delà les transformations de la figure de la criminelle, la force des stéréotypes demeure saisissante, comme lorsque s’écrie l’avocat général lors du procès de quatre militants d’Action directe – deux hommes et deux femmes – en 1986 : « Le plus horrible, le plus choquant, c’est que les tueurs soient des tueuses » (p. 222). Le regard des historiens sur la construction des normes de genre à l’égard du crime ne peut que nourrir les débats actuels sur le genre et la justice. Nul doute que ce livre, à la fois beau et accessible à un grand public, trouvera son utilité sociale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diane Roussel, « Claude Gauvard (dir.), Fanny Bugnon, Julie Doyon, Pierre Fournié, Michel Porret, Annick Tillier, Fabrice Virgili, Présumées coupables. Les grands procès faits aux femmes », Genre & Histoire [En ligne], 20 | Automne 2017, mis en ligne le 21 décembre 2017, consulté le 19 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/2905

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page