Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-Louis Escudier, Les ouvrières viticoles, Travail, salaire et luttes sociales - XIX-XXe siècles

Montreuil, Le temps des cerises, 2016, 494 p.
Sylvie Aprile
Référence(s) :

Jean-Louis Escudier, Les ouvrières viticoles, Travail, salaire et luttes sociales - xix-xxe siècles, Montreuil, Le temps des cerises, 2016, 494 p.

Texte intégral

1Économiste, spécialiste de l’histoire des relations capital-travail, Jean-Louis Escudier s’attache ici à l’histoire des ouvrières viticoles en France, histoire inédite, tant la culture de la vigne, culture « noble » semble définitivement attachée à un monde d’hommes, des greffeurs aux vendangeurs sans oublier les propriétaires exploitants. Si la femme du vigneron, la saisonnière vendangeuse existent, la vigneronne n’a pas d’existence ni de statut. Jean-Louis Escudier avait déjà par le passé montré la place particulière faite aux femmes dans l’univers de la mine, et il y a bien des points communs entre ces deux mondes dont les femmes sont pour une grande part exclues et rendues invisibles par les sources, les récits des acteurs, les lois. Si à première vue, la vigne ne distingue pas aussi nettement le monde d’en haut et d’en bas comme le puits minier, le travail des hommes et des femmes est nettement séparé : les tâches féminines sont les tâches annexes, qui préparent mais ne « font » pas le vin. A elles, le ramassage des sarments, l’égrenage mais le foulage, la vinification, toutes les tâches qualifiées ou vues comme telles sont réservées aux hommes, seules les vendanges rassemblent les hommes et les femmes mais là encore les distinctions existent et toutes les rémunérations induisent un rapport de 1 à 2 entre salaires féminins et masculins. L’organisation des ramonets et ramonettes est ainsi à la fois identique - il s’agit d’organiser le ravitaillement des vendangeurs – mais distincte s’il s’agit d’hommes ou de femmes. La force musculaire n’entre pas en jeu car la taille est aussi refusée aux femmes et la pénibilité n’est pas un critère qui distingue nettement le travail des femmes et celui des hommes. Cette infériorisation, cette non reconnaissance de la qualification professionnelle féminine, ce salaire au rabais et vu comme un complément sont les trames majeures de cette riche enquête.

2Jean-Louis Escudier a choisi une exploration sur le long terme et chronologique, montrant pour chacune des trois périodes distinguées (1860-1914, 1914-1945, 1945-1980), les statuts et leur évolution, les luttes également auxquelles participent les femmes et leur intégration dans le monde syndical. Si les sources qui émanent des femmes elles-mêmes sont évidemment très rares à l’exception de quelques syndicalistes et pour les périodes les plus contemporaines, les femmes de la vigne sont malgré tout présentes et nombreuses dans les archives des entreprises ou dans les récits des luttes notamment celles des années 1900. Jean-Louis Escudier a eu l’excellente idée de multiplier les encadrés qui permettent ainsi de lire la réalité quotidienne de ces femmes silencieuses. S’y ajoutent à la fin de l’ouvrage des annexes abondantes : tableau des ouvrières condamnées pour faits de grève de 1904 à 1933, rapports syndicaux avec notamment les précieuses informations concernant le questionnaire sur la main d’œuvre ouvrière féminine de 1947. A travers chacune des trois grandes périodes, Jean-Louis Escudier restitue les lentes évolutions, la combativité des femmes qu’elles soient aux côtés, dans la solidarité avec les hommes ou menant des luttes particulières.

3On regrettera néanmoins quelques partis pris qui nuisent peut-être à cette vision globale. En premier lieu, celui d’une certaine exhaustivité : Jean-Louis Escudier a choisi de ne pas traiter d’un vignoble en particulier, même si le vignoble de masse languedocien est largement dominant dans les exemples présentés. La situation est-elle la même partout ailleurs ? Ce souci de comparaison fait aussi parfois défaut car si l’auteur montre que la situation des femmes dans le vignoble et dans les luttes s’apparente bien souvent à d’autres mondes ouvriers féminins, ces comparaisons auraient pu mettre en évidence ce qui au final est de l’ordre d’un partage genré classique de tâches et de salaires que l’on retrouve dans d’autres métiers et a contrario, ce qui relève d’une véritable spécificité de la viticulture. Le caractère saisonnier, la lente mécanisation qui perturbe le cloisonnement sexué des travaux et notamment du greffage, la faible syndicalisation sont des facteurs qui démontrent certainement le maintien de pratiques qui disparaissent plus tôt dans d’autres secteurs. La vigne, lorsqu’il s’agit des allocations, des conventions collectives apparaît comme un dernier bastion à prendre qu’il s’agisse des hommes et des femmes, ces dernières étant bien entendu les ultimes bénéficiaires d’une chaine de mesures de protection et de droits sociaux. La comparaison aurait aussi pu être stimulante avec des pays voisins et leurs organisations syndicales. Si Jean-Louis Escudier fait mention des organisations italiennes, il aurait été intéressant de noter que dans la riziculture dans la plaine du Pô et lors de la création des premières fédérations syndicales agricoles, les femmes ont tenu de façon beaucoup plus précoce et visible qu’en France des postes clés. La place des migrantes est aussi peu interrogée : sont-elles aussi les mêmes dans toutes les zones viticoles ? Les Espagnoles du sud-ouest sont-elles aussi présentes dans les vignobles du Rhône et de Champagne ? Ces interrogations ne diminuent en rien le plaisir de la lecture et la richesse des informations qui sont proposées. Elles soulignent au contraire l’ampleur de l’enquête et des sources convoquées. Jean-Louis Escudier appelle lui-même son lecteur ou sa lectrice à poursuivre et compléter la recherche, espérons qu’il sera entendu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Aprile, « Jean-Louis Escudier, Les ouvrières viticoles, Travail, salaire et luttes sociales - XIX-XXe siècles », Genre & Histoire [En ligne], 20 | Automne 2017, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/2914

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page