Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Clyde Plumauzille, Prostitution et Révolution. Les femmes publiques dans la cité républicaine (1789-1804)

Ceyzérieu, Champ Vallon, collection La chose publique, 2016, 394 p.
Catherine Denys
Référence(s) :

Clyde Plumauzille, Prostitution et Révolution. Les femmes publiques dans la cité républicaine (1789-1804), Ceyzérieu, Champ Vallon, collection La chose publique, 2016, 394 p.

Texte intégral

1Avec la Révolution, le temps du libertinage aristocratique s’achève et les « petites maisons » ou grands bordels florissants sont fermés. Le visage de la prostitution parisienne en est-il véritablement transformé ? Les temps révolutionnaires ont-ils été une époque de licence généralisée comme aiment à la dépeindre ses adversaires ? Ou au contraire, le temps de la vertu républicaine et de l’affirmation d’une morale bourgeoise ? Le livre de Clyde Plumauzille répond à ces questions en mobilisant les meilleurs savoir-faire de l’historien : découverte et rapprochement d’archives dispersées, analyses fouillées, problématiques ambitieuses. Il en émane une exploration approfondie des ambiguïtés des politiques révolutionnaires à l’égard de la prostitution, qui reflètent les contradictions du projet républicain vis-à-vis de la place des femmes dans la cité.

2Le livre s’ouvre sur un tableau vivant des femmes qui recourent à la prostitution, pour la plupart jeunes, entre 15 et 25 ans, issues de milieux populaires, pour beaucoup fraîchement immigrées à Paris. Quasi toutes célibataires, ce sont des femmes isolées, sans soutien familial proche. Elles se disent couturières, marchandes de modes, blanchisseuses, des métiers qui ne suffisent pas à les faire subsister, alors que les loyers parisiens absorbent les trois-quarts de leurs gains et que le prix du pain s’envole. Clyde Plumauzille interprète leurs déclarations devant la police comme autant de revendications d’une « éthique de la subsistance » proche de l’économie morale d’E.P. Thompson. Ces femmes, qui n’ont guère d’autre choix dans un contexte économique difficile, revendiquent le droit d’exercer ce qu’elles considèrent comme un « métier », au rebours des représentations idéalisées de la mère de famille symbole de vertu républicaine. Largement présents au cœur de Paris, les territoires de la prostitution révolutionnaire restent ceux de l’Ancien Régime, avec le Palais Royal devenu Egalité en épicentre, véritable « marché aux putains » qui inaugure l’exposition des femmes en boutique. Les femmes qui se prostituent, accompagnées d’ « étourdis » jeunes gens, forment aussi des bandes tapageuses qui courent les rues, dînent et boivent de concert, envahissent les spectacles, affirmant ainsi la vitalité et l’extraversion d’une « culture juvénile dissidente qui s’affirme sur le pavé parisien ». Parmi ces jeunes gens qui s’étourdissent de plaisirs, de nombreux militaires, simples clients ou véritables souteneurs, amorcent le basculement de la figure de la maquerelle tenancière de bordel et corruptrice de provinciales naïves à la figure du maquereau brutal surveillant ses filles en rue. En analysant le journal intime d’Alexandre Brongniart, rédigé de 1790 à 1802, Clyde Plumauzille nous fait entrer dans l’expérience d’un jeune bourgeois timide, pour qui l’expérience des rapports avec les prostituées sert à la fois de béquille affective et sexuelle et d’apprentissage avant l’entrée dans la vie conjugale. On ne peut s’empêcher, en lisant ces pages, de penser à Jean-Louis Ménétra et à sa sexualité beaucoup plus hardie, voire violente, à l’égard des femmes, sans qu’il soit aisé de démêler ce qui relève des habitus sociaux ou des tempéraments personnels.

  • 1 Paolo Napoli, Naissance de la police moderne, Paris, La Découverte, 2003.

3Après ce tableau vivant des prostituées du Paris révolutionnaire, Clyde Plumauzille aborde la question de la répression de la prostitution en mettant l’accent sur sa dépénalisation, qui laisse le champ libre à la police. En cela, il semble que la rupture avec l’Ancien Régime soit probablement moins nette qu’elle ne l’affirme, car même si quelques ordonnances royales ont fait de la prostitution un crime, le traitement policier et la réglementation communale ont toujours été, en pratique, beaucoup plus employés que la voie judiciaire. La « dépénalisation silencieuse », opérée par le silence des nouveaux codes, supprime certes de facto l’incrimination, mais enferme aussi la prostitution dans un espace de non-droit, par essence policier, comme l’expliquait Paolo Napoli1. Au total, la Révolution hésite entre libéralisation et répression, comme si prendre position était impossible face à un phénomène social banal mais réprouvé. A cet égard les « massacreurs » de Septembre 1792 traduisent en actes cette ambiguïté, en libérant d’un côté de jeunes prostituées au nom de la liberté pour en exterminer d’autres considérées comme l’incarnation des vices de l’Ancien Régime. Face au danger encouru par la République pendant l’été 1793 et dans la course à la vertu et à la régénération morale de la cité, la Commune de Paris prend un arrêté le 4 octobre 1793, qui réinstaure un contrôle organisé de la prostitution. Les prostituées sont alors stigmatisées comme incitatrices à la perversion des mœurs, suspectes de contre-révolution, dangereuses pour la santé des conscrits. Les forces de police sont alors vigoureusement incitées à les arrêter et à les faire visiter par des officiers de santé. Ces dispositifs se prolongent bien après la disparition de la Commune. Selon Clyde Plumauzille, la période directoriale joue « un rôle de laboratoire de la police de la prostitution » (p. 251). Constatant l’échec de la seule répression et l’impossibilité d’éradiquer la prostitution, les Thermidoriens consacrent à la fois le vide législatif et la délégation aux autorités administratives via le Bureau central de police, créé fin 1795. Les rapports qui y sont rédigés, tout comme les registres qui y sont tenus et les tableaux récapitulatifs qui y sont produits, développent une connaissance policière nouvelle du monde très complexe de la prostitution parisienne. Procédures policières et catégories administratives fixent désormais les contours de la prostitution, pour très longtemps. Le délit d’outrages aux bonnes mœurs est alors détourné de sa vocation initiale pour permettre d’incriminer la prostitution en rue, qui concentre la répression. Pour la police du Directoire, les motifs économiques qui poussent à la prostitution passent au second plan, derrière la dénonciation d’une sexualité féminine scandaleuse. Il n’est toutefois pas aussi assuré que les voisins, dont Clyde Plumauzille a retrouvé quelques belles pétitions, partagent cette évolution des mentalités policières. Les extraits cités évoquent en effet moins le scandale lié à l’activité sexuelle par elle-même que les troubles afférents à l’environnement de la prostitution : le tapage et les clients dangereux, notamment. Sans ces motifs de réelle insécurité pour eux-mêmes, les voisins ne dénoncent pas la prostitution, et en cela, leur position n’a guère changé depuis l’Ancien Régime.

  • 2 Harold Garfinkel, « Conditions of Successful Degradation Ceremonies », American Journal of Sociolog (...)

4L’auteure s’attache enfin à l’analyse du stigmate de la femme publique à travers les procès-verbaux des commissaires de l’an II à l’an VI. Pour la police, toute femme seule la nuit dans un quartier de prostitution est une femme publique. De grandes rafles répétées dans le quartier du Palais-Royal, interprétées ici comme des « cérémonies de dégradation2 », visent à effrayer les femmes tentées de rejoindre les rangs des prostituées ; elles marquent aussi la reprise en main de l’espace public par le pouvoir, évidemment masculin et républicain. Les interrogatoires qui suivent les arrestations sont de plus en plus expéditifs et routiniers, tandis que l’examen gynécologique devient systématique. Toute femme atteinte d’une maladie vénérienne est automatiquement considérée comme prostituée, et la police devient plus attentive aussi à la récidiviste. Enfin, Clyde Plumauzille observe, à travers les suppliques de femmes enfermées pour prostitution, comment ces dernières tentent de combattre leur stigmatisation en refusant l’assimilation de leurs diverses activités en rue à la prostitution et en se présentant comme des citoyennes, à qui la République doit des secours. En conclusion générale, l’auteure constate la permanence d’une citoyenneté diminuée pour les femmes publiques et, in fine, en appelle à une reconnaissance à leur capacité d’agir sur leur propre vie.

  • 3 Erica-Maria Benabou, La prostitution et la police des mœurs au XVIIIe siècle, Paris, Perrin, 1987 ; (...)

5Grâce à cet ouvrage, l’étude de la prostitution parisienne bénéficie d’une continuité historique rare, depuis le xviiie siècle exploré par Erica-Maria Benabou jusqu’à Jean-Marc Berlière et Alain Corbin pour le xixe siècle3. Clyde Plumauzille confirme le caractère impitoyable de la période révolutionnaire à l’égard des femmes, à qui est déniée toute participation à l’espace public et qui sont, pour beaucoup, les premières victimes d’une double oppression économique et politique. Au moment où se constitue la citoyenneté, et en dépit de la dépénalisation de la prostitution, les femmes publiques sont finalement des « citoyennes diminuées » (p. 372). On ne peut que souscrire à cette conclusion, solidement étayée tout au long de l’ouvrage. Ponctuellement, cependant, l’usage des sources n’emporte pas toute l’adhésion, notamment lorsqu’il est question des possibilités d’agency des victimes de la répression policière. Les suppliques des femmes arrêtées pour racolage et oubliées en prison pendant la Révolution ne diffèrent guère de celles des prisonniers de police d’Ancien Régime et jouent sur des registres traditionnels qu’il est difficile d’interpréter comme une capacité à retourner le stigmate de la prostitution républicaine. Il aurait été sans doute intéressant aussi de creuser les raisons profondes de la résistance des juridictions à condamner ces femmes, barrage juridique salutaire sur le plan des principes, mais qui se retourne encore contre les prostituées, en les abandonnant à l’arbitraire policier. À plusieurs reprises également, la nouveauté des catégorisations et la structuration des compétences policières mises en place semblent autant signaler un retour aux pratiques bien rodées de la Lieutenance de police qu’annoncer le traitement administratif du xixe siècle. À cet égard, l’ouvrage confirme d’ailleurs surtout la force des habitus policiers, dès lors que la question de la prostitution échappe à toute législation, ainsi que l’ambiguïté des relations du pouvoir policier avec les autres sources d’autorité légitime. Enfin, la Révolution apparaît souvent dans ces pages comme un bloc et les « révolutionnaires » semblent tous attachés à la création d’un ordre moral et familial bourgeois, visant à contrôler les passions populaires, sans distinguer les opinions divergentes ni les reconfigurations politiques complexes de la période.

6En dépit de ces quelques réserves, l’ouvrage de Clyde Plumauzille offre une plongée passionnante dans le monde de la prostitution réprimée du Paris révolutionnaire. Enfin, en s’ouvrant très largement aux autres sciences sociales, ce livre permet d’historiciser la manière dont les pouvoirs construisent la figure de la prostituée et éclaire ainsi utilement les débats actuels sur la place de la prostitution dans la société.

Haut de page

Notes

1 Paolo Napoli, Naissance de la police moderne, Paris, La Découverte, 2003.

2 Harold Garfinkel, « Conditions of Successful Degradation Ceremonies », American Journal of Sociology, 1956, p. 420-424. Cité par l’auteure p. 328.

3 Erica-Maria Benabou, La prostitution et la police des mœurs au XVIIIe siècle, Paris, Perrin, 1987 ; Alain Corbin, Les filles de noce : misère sexuelle et prostitution (XIXe siècle), Paris, Flammarion, 1978 ; Jean-Marc Berlière, La police des mœurs sous la IIIe république, Paris, Seuil, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Denys, « Clyde Plumauzille, Prostitution et Révolution. Les femmes publiques dans la cité républicaine (1789-1804) », Genre & Histoire [En ligne], 20 | Automne 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/2916

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page