Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Juliette Rennes (dir.), Encyclopédie critique du genre

Paris, La Découverte, 2016, 740 p.
Frédéric Regard
Référence(s) :

Juliette Rennes (dir.), Encyclopédie critique du genre, Paris, La Découverte, 2016, 740 p.

Texte intégral

1Sous la direction de Juliette Rennes (EHESS), épaulée par une imposante équipe éditoriale, les éditions La Découverte proposent une Encyclopédie critique du genre. Ce titre figurant sur la page de couverture est assorti sur la page de garde d’un sous-titre, Corps, sexualité, rapports sociaux, qui précise, quoique de manière un peu trop discrète, le parti-pris ayant déterminé l’entreprise. Ce projet a bénéficié d’une aide de l’ANR au titre du programme « Investissements d’avenir Paris Nouveaux-Mondes » porté par heSam Université (hautes études Sorbonne arts et métiers). Les différent.es contributeur.rices sont pour une grande majorité issu.es de la sociologie et des sciences politiques, mais incluent d’autres spécialistes, notamment géographes, anthropologues et ethnologues. L’ensemble compte 740 pages, et se compose de 66 notices, précédées d’une très utile introduction collective assortie d’une courte bibliographie (6 p.), présentée comme le socle de références permettant à l’ouvrage d’adopter sa perspective ciblée. L’Encyclopédie se clôt sur une présentation des 80 auteur.rices, suivie d’un index thématique (et malheureusement pas des noms propres). Les notices sont d’environ 10 pages chacune et couvrent des thèmes tels que « Affects », « Âge », « Animal », « Beauté », « Bicatégorisation », « Conjugalité », « Corps au travail », « Corps légitime », « Corps maternel », « Filiation », « Fluides corporels », « Gynécologie », « Handicap », « Mondialisation », « Pornographie », « Puberté », « Regard et culture visuelle », « Scripts sexuels », « Sport », « Taille », « Technologie », « Violence », « Voix », etc (où l’on voit la pertinence du sous-titre). Chaque fois est privilégiée une approche multidimensionnelle (qualifiée aussi d’« intersectionnelle ») qui cherche à articuler les rapports de genre sur d’autres rapports sociaux. C’est d’ailleurs le sens qu’il convient d’accorder à l’adjectif « critique » figurant sur la couverture : « cette visée critique renvoie tout d’abord à une certaine conception des études de genre qui ne sauraient se borner à une simple description de la construction sociale des sexes, mais qui s’emploient à dévoiler les asymétries naturalisées entre les sexes » (p. 21).

2L’objet principal de l’ouvrage reste bien la rencontre entre théorie féministe et pensée du corps, partant du principe énoncé en France par Françoise Héritier que les normes de genre organisent les usages sociaux du corps et la signification que les personnes leur accordent. Plus précisément, l’attention est portée sur ce qui est présenté comme un « angle mort des recherches en sciences sociales » (p. 15), à savoir les différences corporelles entre les sexes (voix, taille, poids), longtemps pensées selon les auteur.rices comme données par la nature : « l’incorporation des rapports de genre fonctionne comme un régime de véridiction de l’idée d’une distinction naturelle entre les sexes » (ibid.). L’ouvrage a donc pour ambition de décrire et d’analyser ce qui est nommé « la chair des rapports sociaux », s’appuyant souvent sur « des enquêtes empiriques mobilisant une diversité de méthodes des sciences sociales » (p. 24). La sexualité demeure un terrain d’enquête privilégié, où sont mobilisés les domaines de recherche les plus pertinents, à savoir : l’hétérosexualité comme système politique, les recherches sociodémographiques et historiques sur les pratiques sexuelles, les études gaies et lesbiennes et les études queer. Chaque notice tente de proposer une généalogie du domaine traité, d’esquisser une ouverture internationale et pluridisciplinaire, de prendre en considération les enjeux politiques des domaines et objets traités. Certaines sont tout à fait remarquables (par exemple celles consacrée à l’« Âge », au « Queer » ou à la « Prostitution »), replaçant les problématiques dans une ample perspective historique et internationale, sans perdre en puissance de pensée. Mais d’autres sont beaucoup plus lacunaires, et on peut se demander si on a toujours sollicité les meilleur.es spécialistes. La notice sur le « Care » est confiée à une spécialiste des migrations, quand Sandra Laugier ou Pascale Molinier auraient sans doute pu s’en charger. Celle consacrée au « Langage » ne fait guère de place au rôle de l’Académie Française, ou encore aux stratégies dites « inclusives », mais c’est tout juste si la question de l’« écriture » (thématique qui n’apparaît pas dans l’index) est soulevée, et encore est-ce de manière allusive, et sans aller jusqu’à mentionner le fameux débat autour de « l’écriture féminine » (H. Cixous). L’entrée « Psychanalyse » (9 p.), confiée à deux collègues de New York et donnée à lire par pas moins de trois traducteur.rices, fait curieusement l’impasse sur le célèbre texte de Freud consacré à « la féminité ». Le « tournant linguistique » de Lacan est quant à lui superbement ignoré, et c’est tout juste si « l’anti-Œdipe » de Deleuze et Guattari est mentionné. Enfin, un certain nombre d’entrées paraissent quelque peu redondantes (sur le corps, les arts visuels, la violence, etc.), comme l’énumération de quelques notices ci-dessus le suggérait déjà.

3Voilà donc un ouvrage fort utile pour les sociologues et politologues, puisque tout entièrement mobilisé par les objets qui les occupent aujourd’hui. Les autres spécialistes des études de genre, notamment ceux issus des sciences humaines, ressentiront de la frustration. La.le philosophe ne trouvera pas une notice « Théorie », consacrée à la genèse d’une pensée sur le genre, de même que le littéraire s’étonnera de ne trouver aucun renvoi à la naissance du roman, à la question de la poésie, à celle des genres littéraires, etc. Faut-il rappeler que si la littérature a toujours véhiculé des représentations, elle a aussi, et surtout, permis de penser ce qui n’était pas encore clairement articulé dans le ressenti des populations, ce différend qui était aussi la demande d’un idiome ? C’est tout un pan de la culture et de son histoire fondamentale qui se trouve ainsi occulté. L’index thématique, ainsi que les renvois entre notices, sont donc ici d’une importance cruciale, mais la tâche n’est guère facilitée au lecteur : le binôme genre/sexe sera analysé dans la notice « Bicatégorisation », la question de l’écoféminisme se trouvera évoquée dans la notice « Animal », celle des butch/fem dans « Drag et performance » (notice où n’est pas référencé l’ouvrage, pourtant incontournable sur ce sujet, d’Anne Berger, Le Grand Théâtre du genre, 2013). Si l’on veut trouver une analyse portant sur le cinéma, il ne faudra pas aller la chercher dans « Arts visuels », mais dans « Regard et culture visuelle ». Sur les masculinités, il faudra se contenter de quelques remarques éparses sur la « masculinité hégémonique » dans « Âge », dans « Beauté », dans « Care », ou dans « Consommation ». Les amateur.rices de théâtre devront passer leur chemin. Les historien.nes ne trouveront aucune étude sur le mariage ou sur le droit des femmes ou des homosexuels, pour ne donner que deux exemples. Et, on ne le redira jamais assez, la littérature et les écrivain.nes n’ont pas droit de cité, alors même qu’une notice est consacrée au binôme « Mythe/Métamorphose » (confiée à une spécialiste d’arts plastiques). On n’en voudra pas à cette imposante « Encyclopédie » de produire paradoxalement à son tour un « angle mort » – et de laisser des lecteur.rices mal renseigné.es penser que les études de genre n’ont pas été fondées aussi par les sciences humaines, et en particulier par les littéraires. On regrettera surtout, sans savoir d’ailleurs à qui imputer cette responsabilité (à l’éditeur.rice ?), que le titre retenu pour la commercialisation soit si trompeur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Regard, « Juliette Rennes (dir.), Encyclopédie critique du genre », Genre & Histoire [En ligne], 20 | Automne 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 19 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/2919

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page