Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Éliane Viennot, La France, les femmes et le pouvoir. Et la Modernité fut masculine (1789-1804)

Tome 3, Paris, Perrin, 2016, 412 p.
Flavie Leroux et Pauline Moskowski
Référence(s) :

Éliane Viennot, La France, les femmes et le pouvoir. Et la Modernité fut masculine (1789-1804), tome 3, Paris, Perrin, 2016, 412 p.

Texte intégral

  • 1 Le premier tome, L’invention de la loi salique, porte sur les ve-xvie siècles, le deuxième, Les rés (...)

1Et la modernité fut masculine est le troisième opus d’une série de cinq volumes questionnant « l’exception française », qui concerne le rapport entre femmes et pouvoir dans le contexte particulier de la France1. Éliane Viennot fait ici le choix de placer la construction masculine de la modernité, et donc de l’État, au centre de sa réflexion, laissant une large place à l’histoire politique du genre en Révolution. La clarté, la richesse et les nuances qui caractérisent le propos en rendent la lecture agréable et accessible à un public dépassant largement le cercle des spécialistes. En ce sens, cet ouvrage se révèle un outil pédagogique de premier plan, qui, par sa perspective globale, constitue sans aucun doute une base méthodologique et factuelle pour les étudiant.es, même du premier cycle.

2Pour éclairer la contradiction entre, d’une part, les valeurs défendues par les Lumières et, d’autre part, le maintien (voire le renforcement) de structures anciennes régissant les rapports entre les sexes – et reléguant les femmes dans une position de subordination –, l’autrice adopte une construction chronologique et procède à des arrêts thématiques plus ou moins longs. Les quatre premiers chapitres se focalisent sur les premières années de la Révolution (1789-début 1793), période durant laquelle la participation des femmes sur le terrain politique est particulièrement forte. Éliane Viennot souligne ainsi la mixité que l’on retrouve dans les assemblées, les clubs, les salons, mais aussi lors des émeutes et des révoltes. Sont ensuite explicitées les revendications des femmes, autant sur le plan politique (citoyenneté) que social (égalité devant la loi, accès au travail et à l’éducation). On regrettera cependant que le terme de « féminisme », mobilisé pour qualifier les discours alors produits, ne soit pas davantage expliqué. L’autrice rapproche ensuite ces discours des réalités législatives, qui, finalement, ne sont favorables aux femmes que dans la mesure où elles viennent avec des progrès plus généraux, toucher aussi les hommes (égalité devant l’héritage et le divorce, notamment). Les publications révolutionnaires entretiennent cette ambiguïté, voire cette hostilité, soit qu’elles condamnent l’activisme féminin, soit qu’elles ne l’évoquent tout simplement pas. Les quatre derniers chapitres balaient une période plus longue, allant de la Terreur (été 1793) aux débuts de l’Empire (1804). Éliane Viennot insiste alors sur l’éviction progressive des femmes, dans les discours, dans les débats et dans les actions publiques. Cela s’explique d’abord par les mesures répressives prises à leur encontre : exclusion des tribunes, interdiction des clubs et sociétés féminins – mais aussi violences sexuelles, verbales, morales – arrestations et exécutions, notamment en 1793-1794. La différence entre les sexes s’affirme davantage encore après 1795, en même temps que le modèle patriarcal. Les quelques acquis législatifs de la Révolution sont remis en cause, tandis que les discours – relayés dans la presse, les manuels scolaires, la médecine – participent à inscrire cette subordination féminine dans les mentalités. Si la majorité des femmes se confinent dans le silence, certaines d’entre elles tentent de résister sur des terrains qui leur restent accessibles, tels que les salons ou la littérature. L’autrice s’attarde particulièrement sur ce dernier point, voyant la plume comme le principal moyen pour elles d’exprimer leur opinion. En définitive, cet ouvrage montre que les quelques années allant de la Révolution au Consulat – généralement considérées comme l’ère de la modernité – ont suffi à soumettre les femmes au genre masculin, autant dans la sphère publique que domestique, non seulement en France, mais aussi en Europe et dans l’empire colonial français.

  • 2 Clyde Plumauzille, Prostitution et Révolution : les femmes publiques dans la cité républicaine, 178 (...)

3Le cheminement menant à cette conclusion n’en est pas pour autant linéaire. Les exemples cités par Éliane Viennot, nombreux et précis, rendent sa démarche, qui pourrait a priori être perçue comme synthétique, très empirique et permettent de nuancer, par un regard vers les sources, chaque argument énoncé. Les femmes apparaissent ici comme un ensemble politiquement et socialement hétérogène. Naviguant entre des portraits de la très haute noblesse (la reine Marie-Antoinette (p.171-183), ou encore des femmes du peuple (p. 22-36 ; p. 67-73), l’autrice fait le choix de les présenter dans leur diversité, à la fois idéologique, sociale, mais aussi géographique, laissant la part belle aux activistes de la province. Les rapports entretenus entre ces femmes sont parfois évoqués, qu’ils soient intellectuels (salons pour les aristocrates et les bourgeoises, p. 25-26), ou conflictuels (par exemple la « guerre du bonnet rouge », p. 213-214). En revanche, certains groupes sociaux sont mentionnés mais trop peu valorisés, comme les prostituées qui, grâce aux travaux de Clyde Plumauzille, ont fait l’objet d’une monographie récente2. Peu d’analyses questionnent les marges de manœuvre et les actions perpétrées par chacune en fonction de son appartenance sociale, reflet à la fois du manque de travaux sur ces questions et d’une focalisation de l’autrice sur l’histoire politique et littéraire, laissant de côté l’histoire sociale de la Révolution.

  • 3 Suzanne Desan, « Pétitions de femmes en faveur d’une réforme révolutionnaire de la famille », La pr (...)

4En outre, les études de cas mobilisées ici sont pour la plupart tirées d’ouvrages et d’articles de référence, comme celui de Dominique Godineau sur les femmes du petit peuple parisien ou celui de Suzanne Desan sur les pétitions révolutionnaires3. En ce sens, l’index des sources présent à la fin de l’ouvrage constitue une base de données intéressante. On peut néanmoins regretter le peu de documents inédits présentés ici par rapport aux travaux préexistants, en particulier du point de vue des sources manuscrites. Cette impression semble être renforcée par la mise en page, préférant aux notes de bas de page les notes de fin, ne permettant pas aux lecteurs et aux lectrices de naviguer aisément dans ce riche ensemble historiographique et archivistique.

  • 4 Lynn Hunt, « L’histoire des femmes : accomplissements et ouvertures » dans Martine Lapied, Christin (...)

5Et la modernité fut masculine n’en reste pas moins une synthèse de référence. En pensant son ouvrage comme un dialogue à trois interlocutrices, Éliane Viennot se positionne à la suite des nouvelles perspectives proposées par Lynn Hunt et Dominique Godineau en 20034, dépassant l’opposition classique entre histoire sociale de l’engagement féminin révolutionnaire et histoire politique de l’exclusion des femmes, afin d’analyser la dialectique qui existe entre les structures et les actions des individus. Les aspects juridiques, littéraires et philosophiques de l’histoire politique du genre en Révolution sont particulièrement mis en avant, tout en étant nuancés par une large place laissée aux écrits du « Camp du refus » (p. 113-155) et à l’activisme des femmes (p. 22-45). À ce niveau, il faut notamment citer la belle synthèse sur la mobilisation féminine dans la presse nationale présentée dans le chapitre quatre. Malgré ces perspectives très audacieuses, l’utilisation d’une historiographie quasi exclusivement française laisse toutefois dans l’ombre une part importante des ouvrages questionnant la construction masculine de la modernité, notamment les travaux produits par les historien.nes anglo-saxon.nes. Le huitième et dernier chapitre, de taille plus réduite que les précédents, témoigne de cette lacune, même s’il tente de valoriser une perspective récente, initiée notamment en France par Arlette Gautier : l’histoire du genre de l’empire français en Révolution. Cette double page, qui clôt l’ouvrage, est représentative du manque de travaux questionnant la construction du genre de la modernité dans une perspective impériale ou interrogeant les populations des réseaux impériaux habitant et passant sur le territoire métropolitain durant la période révolutionnaire. Cet ouvrage d’Éliane Viennot constitue donc un réel bilan des travaux français portant sur l’histoire du genre en Révolution, mais apparaît, aussi, comme un appel du pied à développer les recherches sur le sujet.

Haut de page

Notes

1 Le premier tome, L’invention de la loi salique, porte sur les ve-xvie siècles, le deuxième, Les résistances de la société, sur les xvie-xviiie siècles. Les deux derniers volumes sont actuellement en préparation et seront dévolus, pour le premier (Le grand verrouillage), à la période 1804-1860, et pour le dernier (La forteresse assiégée), aux années 1860-2000.

2 Clyde Plumauzille, Prostitution et Révolution : les femmes publiques dans la cité républicaine, 1789-1804, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2016. Voir le compte-rendu de Catherine Denys dans le présent numéro.

3 Suzanne Desan, « Pétitions de femmes en faveur d’une réforme révolutionnaire de la famille », La prise de parole publique des femmes, Annales historiques de la Révolution française, n° 344, 2006, p. 27-46 ; Dominique Godineau, Citoyennes tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française, Aix-en-Provence, Alinéa, 1988.

4 Lynn Hunt, « L’histoire des femmes : accomplissements et ouvertures » dans Martine Lapied, Christine Peyrard (dir.), La Révolution française au carrefour des recherches, Aix-en-Provence, Pub. de l’Université de Provence, 2003, p. 281-292 ; D. Godineau, « Histoire sociale, histoire culturelle, histoire politique : la question du droit de cité des femmes », dans idem, p. 295.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Flavie Leroux et Pauline Moskowski, « Éliane Viennot, La France, les femmes et le pouvoir. Et la Modernité fut masculine (1789-1804) », Genre & Histoire [En ligne], 20 | Automne 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/2922

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page