Navigation – Plan du site
Genre et dispenses matrimoniales : représentations et pratiques juridiques et généalogiques au Moyen Âge et à l'époque moderne

Introduction

La représentation graphique d’une asymétrie sociale et culturelle : du genre dans les dispenses matrimoniales, entre Moyen Âge et époque moderne
The graphical representation of a social and cultural asymmetry: gender in matrimonial dispensations, between the Middle Ages and the early modern period
Michaël Gasperoni et Jasmin Hauck

Notes de la rédaction

Le comité éditorial remercie tout particulièrement Violaine Tisseau pour le suivi de ce dossier thématique et Christopher Fletcher pour son soutien à la traduction.

Texte intégral

Nous tenons à remercier chaleureusement Arnaud Fossier, Corinne Gomez-Le Chevanton et Clyde Plumauzille pour leurs précieuses relectures, qui nous ont permis d’améliorer ce texte.

  • 1 L’histoire des archives de la Pénitencerie est racontée de manière particulièrement vivace par Ludw (...)

1L’ouverture des Archives de la Pénitencerie Apostolique en 1983 a permis de lancer de nouveaux chantiers de recherche sur les dispenses matrimoniales dans l’Europe médiévale et moderne1. L’abondance et la richesse de la production documentaire de l’administration papale rendaient possibles des approches comparatives et sérielles pouvant articuler étude des normes et des pratiques juridiques et sociales et, plus largement, permettre une réévaluation significative de l’idée que l’on pouvait se faire d’un phénomène auparavant difficilement quantifiable, aussi bien au niveau local que global, en particulier pour la période médiévale. De nombreux pans de l’histoire de la famille et du droit de la famille, du droit canonique ou encore des procédures juridiques du mariage devenaient ainsi accessibles à la communauté scientifique.

  • 2 Richard Henry Helmholz, Marriage Litigation in Medieval England, Cambridge, Cambridge University Pr (...)
  • 3 Ludwig Schmugge, le doyen des études sur la Pénitencerie apostolique, rappelle depuis de nombreuses (...)

2Dans son étude classique sur la jurisprudence matrimoniale anglaise médiévale antérieure à la nouvelle vague de recherches s’appuyant sur les fonds de la Pénitencerie, Richard Henry Helmholz, se référant à la transmission locale des sources, en arrivait en effet à la conclusion qu’ « il existe peu de preuves, dans les sources judiciaires [locales], que les dispenses papales aient effectivement joué un rôle déterminant pour atténuer la rigueur du système [de la prohibition de l’inceste]2 ». Depuis, les travaux sur la jurisprudence matrimoniale montrent que, au-delà du cas anglais à peine évoqué, l’écart supposé et souvent mis en évidence entre une documentation papale-centrale « exhaustive » et locale-périphérique lacunaire ou partielle nécessiterait une réflexion approfondie. Il s’agirait de réfléchir à un véritable état des lieux des fonds d’archives locaux, mais également à leur utilisation, qui passe par une analyse croisée et complémentaire des sources et une variation des échelles d’analyse3.

  • 4 Si la conservation de dispenses matrimoniales à Ratisbonne semble rare, un certain nombre de procès (...)
  • 5 Raul Merzario, Il paese stretto. Strategie matrimoniali nella diocesi di Como, Secoli XVI-XVIII, To (...)
  • 6 Voir notamment le travail récent dirigé par Dionigi Albera, Luigi Lorenzetti et Jon Matthieu (dir.) (...)
  • 7 Sur le pouvoir de dispense des évêques au Moyen Âge, voir en particulier Bruno Lemesle, Le gouverne (...)
  • 8 Voir par exemple le cas de Freising rapporté par Kirsi Salonen, « Marriage Disputes in the Consisto (...)

3Quoi qu’il en soit, l’état de conservation des sources locales liées aux procédures de dispenses paraît très inégal. Certains auteurs signalent une transmission faible ou nulle de la documentation médiévale (parfois même moderne), comme Christina Deutsch pour le diocèse de Ratisbonne en Bavière, quand d’autres, comme Paolo Ostinelli pour le diocèse de Côme, ont pu exploiter des fonds très riches4. C’est dans ce même diocèse que Raul Merzario a mené des travaux pionniers, qui figurent encore parmi les plus approfondis sur les dispenses matrimoniales, cette fois pour la période moderne. Sans renoncer à une histoire sociale de la famille, l’étude de Merzario, fondée sur une approche quantitative s’inspirant très largement de l’anthropologie de la parenté, avait en outre intégré le critère du genre comme variable d’analyse des chaînes de parenté qu’il avait minutieusement comptabilisées et décortiquées5. Dans une Europe où les chercheurs ont souligné les différences régionales parfois significatives, tant au niveau du respect des normes de la prohibition de l’inceste que de la conservation de la documentation permettant de les mesurer et de les analyser, l’Italie semble constituer un eldorado pour les historiens6. Au-delà des différences régionales concernant la conservation des sources, l’histoire du fonctionnement administratif, institutionnel et pratique du pouvoir de dispense au niveau local pour la période pré-tridentine nécessiterait une enquête approfondie7. De nombreuses zones d’ombre, en effet, persistent au sein de l’historiographie sur la capacité réelle des évêques en matière de dispenses matrimoniales : ceux-ci auraient pu exercer une sorte de concurrence à l’égard du pape, théoriquement le seul à détenir un pouvoir de dispense en la matière à la fin du Moyen Âge8.

4Ce numéro thématique est une invitation à étudier la dimension sexuée des rapports sociaux et de parenté autant que les normes et les représentations qui les traversent en combinant les différents types de sources et les approches quantitatives et qualitatives, dans une perspective de longue durée alliant anthropologie historique, histoire du droit, démographie historique, histoire de la famille et de la parenté et, enfin, histoire des femmes et du genre. Les dispenses matrimoniales seront ici appréhendées non seulement comme une source témoignant d’une dérogation accordée aux acteurs sociaux pour rendre possible et juridiquement légale une union prohibée mais aussi comme une expression et une opération formelle d’un processus social permettant de questionner les rapports sexués, symboliques, politiques, économiques et sociaux organisant les formes de la parenté et leurs dynamiques aux époques médiévales et modernes. En ce sens, les dispenses matrimoniales ont constitué un outil pour étudier la mise en généalogie et ses implications, pour développer de nouveaux objets de recherche et de nouvelles méthodes d’analyse. Si le Moyen Âge constitue un point de départ logique et le cœur de cette enquête, ce dossier insiste sur la nécessité d’intégrer la période moderne pour ce genre d’étude, dans la mesure où le système d’interdit et de dispense est resté particulièrement stable, au moins dans la partie catholique de l’Europe, jusqu’au début du XXe siècle.

  • 9 Pour la France, on pourrait par exemple citer la Loi n° 2003-516 du 18 juin 2003 relative à la dévo (...)
  • 10 Le terme cognatique désigne « l’ensemble des individus aussi bien apparentés par les hommes que par (...)
  • 11 Nous ne pourrons, ici, entrer dans le détail d’une question complexe et encore assez peu étudiée. N (...)
  • 12 La bibliographie sur le sujet est immense. Pour une vue d’ensemble de la doctrine médiévale sur les (...)
  • 13 Cf. Ludwig Schmugge, « The Cost of Grace. The Composition Fees in the Penitentiary, c. 1450-1500 », (...)
  • 14 Pour prendre un exemple très concret, on pourrait citer le mariage (en 1511) du Florentin Biagio Bu (...)
  • 15 La question de la mémoire généalogique, au cœur de la contribution de Jasmin Hauck dans ce numéro, (...)

5Ce dossier constitue donc une invitation à se saisir du genre comme un outil pour étudier les phénomènes de parenté autant dans leurs aspects juridiques que pratiques et pour interroger nos propres systèmes de représentations de la famille et de la parenté, dont la généalogie constitue un des exemples les plus flagrants. En effet, si l’on examine avec attention les prosopographies, les études consacrées aux familles et les arbres généalogiques qui les accompagnent, force est de constater que les hommes et les lignes de descendance ou d’ascendance unilinéaires agnatiques sont souvent, voire systématiquement surreprésentés, au détriment des femmes ou des lignes strictement utérines. Cette surreprésentation se traduit notamment par la place prééminente accordée au nom de famille, qui s’est progressivement imposé comme le marqueur principal de l’identité familiale, et ce jusqu’à une période très récente9. Ainsi, les arbres généalogiques sont la plupart du temps androcentrés, voire androcentriques. Si notre choix s’est porté sur les dispenses matrimoniales, ce n’est pas uniquement parce qu’elles sont souvent accompagnées de témoignages et d’arbres généalogiques détaillés, mais bien parce qu’il s’agit d’une source traitant à part égale hommes et femmes et à travers laquelle le caractère a priori totalement symétrique et cognatique10 du « système » de parenté chrétien peut et même doit s’exprimer11. En effet, les règles de la prohibition de l’inceste édictées par l’Église romaine sont particulièrement strictes, même si elles ont été quelque peu aménagées et allégées à partir du concile du Latran IV (1215). Elles regroupent un nombre important d’interdits, qui touchent aussi bien les parents consanguins que les affins ou les parents spirituels ou encore les individus ayant entretenu un commerce charnel en dehors du cadre du mariage, jusqu’au 4e degré canonique. Comme dans la plupart des systèmes normatifs, il est possible de déroger à la règle dans certaines circonstances par l’intermédiaire de « dispenses »12. Théoriquement, l’accès aux dispenses matrimoniales s’affranchit des hiérarchies sociales (à l’exception du deuxième degré canonique), même si leur coût, qui s’accroît, dans le cas du paiement appelé compositio, en fonction de la « gravité » des faits ou de la « proximité » généalogique, tend à en exclure les moins fortunés. Pour ne prendre qu’un exemple, au début du xvie siècle, auprès de la Pénitencerie apostolique l’octroi d’une dispense de consanguinité ou d’affinité au 2e degré canonique13se monnaie en général entre 80 et 180 florins, quand une dispense au 4e degré coûte environ 8 à 10 florins14. Au-delà de ces aspects juridiques et pécuniers, l’existence de dispenses matrimoniales implique de pouvoir se remémorer ses ancêtres – ou que les ministres du culte ou encore la communauté des fidèles puissent le faire –, qu’ils soient des hommes ou des femmes, sur au moins quatre générations, ce qui suppose donc une mémoire écrite ou orale, individuelle ou collective non négligeable, mais non insurmontable15.

  • 16 Roberto Bizzocchi, « La culture généalogique dans l’Italie du seizième siècle », Annales. Économie, (...)
  • 17 Voir notamment François Hartog, « Écriture, Généalogies, Archives, Histoire en Grèce ancienne », Co (...)
  • 18 Roberto Bizzocchi, Généalogies fabuleuses. Inventer et faire croire dans l’Europe moderne, Éditions (...)

6Si la « culture généalogique », pour reprendre l’expression de Roberto Bizzocchi16, naît et se développe à la fin du Moyen Âge et au début de la période moderne, la « pratique » généalogique remonte à la nuit des temps : il suffit de lire l’Ancien ou le Nouveau Testament, ou encore les récits mythologiques et les stèles funéraires des civilisations les plus anciennes pour s’en convaincre17. Il est vrai que la formalisation graphique de la généalogie rend immédiatement visible et intelligible des liens de parenté qui, énumérés les uns à la suite des autres, nécessitent parfois une laborieuse acrobatie mentale pour comprendre qui est qui dans la saga familiale que l’on récite. Pour les acteurs, la généalogie n’est pas uniquement un moyen de se souvenir du groupe social auquel ils appartiennent et de s’y référer ou encore de se positionner formellement par rapport au passé : elle est également une manière de le revendiquer et de prouver une appartenance et un statut particulier, que ces preuves soient fondées et documentées ou bien manipulées et truquées18.

  • 19 Germain Butaud et Valérie Piétri, Les enjeux de la généalogie, xiie-xviiie siècle : Pouvoir et iden (...)
  • 20 Gérard Delille insistait déjà, dans Famille et propriété dans le Royaume de Naples (xve-xixe siècle (...)

7Ainsi, les généalogies ont été un instrument de la preuve qui ont accompagné et soutenu les prohibitions matrimoniales imposées par l’Église, comme le rappellent Germain Butaud et Valérie Piétri dans un ouvrage paru en 2006, dans lequel les auteurs soulignent, à raison, l’absence notoire des femmes dans les généalogies du passé. Selon eux, si « les généalogies actuelles visent à l’exhaustivité et à la neutralité, les généalogies anciennes étaient plus sélectives et subjectives dans le compte rendu de la filiation19 ». Or, nous l’avons dit, les généalogies dressées par les historiens d’aujourd’hui restent très largement masculines ou androcentrées, alors même qu’une attention particulière aux femmes et aux liens utérins pourrait en modifier la structure voire l’interprétation20.

  • 21 Butaud et Piétri, Les enjeux de la généalogie, xiie-xviiie siècle, op. cit., p. 218.

8D’ailleurs, lorsque Germain Butaud et Valérie Piétri illustrent et expliquent le fonctionnement des interdits de parenté dans un degré éloigné entre des conjoints avant le concile de Latran IV – en l’occurrence le 7e degré canonique – qui nécessitait une dispense matrimoniale et la capacité de dresser une généalogie particulièrement développée et complexe, ils le font au neutre masculin : « si deux personnes avaient en commun un arrière-arrière-grand-père de l’arrière-grand-père, leur mariage était interdit !21 ».

9Il est particulièrement significatif de noter que les auteurs, qui avaient tout juste rappelé que les généalogies récentes se caractérisent par leur plus grande neutralité, citent comme exemple « l’arrière-arrière-grand-père de l’arrière-grand père » et non l’arrière-arrière-grand-mère de l’arrière-grand-mère ou, tout simplement, « un arrière-arrière-grand-parent d’un arrière-grand-parent », comme ils auraient pu tout à fait le faire pour illustrer un interdit d’inceste qui, théoriquement, concerne l’ensemble des individus présents dans la chaîne de parenté, et ce quel que soit leur sexe. Que les deux auteurs se soient référés à un ancêtre apical strictement agnatique ou à un ancêtre apical masculin – ils pourraient aussi se référer à l’arrière-arrière-grand-père maternel ou paternel de l’arrière-grand-père maternel ou paternel avec une telle formulation –, il n’en demeure pas moins que, instinctivement, ils ont introduit un biais de genre pour indiquer une relation de parenté qui, de ce point de vue, aurait pu être neutre.

  • 22 Sur les arbres généalogiques et leur histoire, voir en particulier Christiane Klapisch-Zuber, L’arb (...)

10Paradoxe et ironie mis à part, ce dossier entend interroger et replacer cet héritage des représentations mentales et/ou graphiques des femmes dans les généalogies médiévales et modernes. Les diagrammes et les arbres généalogiques qui accompagnent de nombreuses œuvres littéraires et picturales à partir du Moyen Âge central, fleurissent également dans les sources de la pratique et du droit matrimonial, qu’il s’agisse de la documentation paroissiale ou diocésaine (registres de mariages, dispenses matrimoniales, suppliques, etc.) ou encore des traités juridiques consacrés aux interdits de parenté22. Ils constituent de fait un support essentiel pour la réflexion collective consacrée à la place des femmes et au critère du genre dans les dispenses matrimoniales que nous nous proposons de présenter dans ce dossier.

  • 23 Nous disposons d’assez peu de travaux sur la question, qui mériterait une enquête plus approfondie.

11Pour entrer dans le vif du sujet, examinons quelques exemples d’arbres généalogiques issus de dispenses matrimoniales de différentes époques et de différents diocèses d’Italie, assez caractéristiques de l’asymétrie de genre que nous avons plusieurs fois soulignée. Il convient de noter immédiatement qu’encore au xve siècle, la présence d’arbres généalogiques dans les enregistrements de dispenses matrimoniales dans les archives notariales est plutôt rare23. Quand ils existent, ces arbres généalogiques médiévaux ou de la première modernité sont plutôt rudimentaires et pauvres en informations : on y trouve le nom de baptême et parfois le nom de famille des individus – surtout celui des hommes mais quasiment jamais celui des femmes.

12L’examen de la documentation de plusieurs diocèses d’Italie centrale (Florence en Toscane, Pesaro et Pennabilli dans les Marches et Rimini en Romagne) montre qu’à partir du premier tiers du xvie siècle et jusqu’à la fin de la période moderne, les informations concernant les individus représentés dans les arbres généalogiques des dispenses matrimoniales connaissent un net déséquilibre en faveur des hommes. Si des recherches portant sur d’autres contextes restent à conduire, on note en effet une nette tendance des hommes d’Église à représenter les femmes à travers lesquelles passent le lien de parenté accompagnées du prénom et du nom de leurs époux, alors que ceux-ci ne sont absolument pas concernés par le lien en question, tandis que l’inverse n’advient jamais ou presque. De la même manière, les ancêtres apicaux mentionnés sont toujours des hommes, alors que le rédacteur de l’arbre aurait pu choisir d’y faire figurer les deux parents ou aucun des deux (voir Figure 1). Il existe toutefois des exceptions à cette règle, lorsque deux individus reliés à un ancêtre apical commun sont des demi-germains, nés de deux pères différents (Figure 2).

Figure 1. Arbre généalogique d’une dispense concédée à Baccia Velluti et Odo Niccolini (Florence, 1541)

Figure 1. Arbre généalogique d’une dispense concédée à Baccia Velluti et Odo Niccolini (Florence, 1541)

Source : Archivio arcivescovile di Firenze, Dispense matrimoniali, fil. 54

Figure 2. Arbre généalogique d’une dispense concédée à Baldo di Falcho di Baldo et Peregrina di Gianone di Leonardo (Valle, Frazione di Firenzuola, 1541)

Figure 2. Arbre généalogique d’une dispense concédée à Baldo di Falcho di Baldo et Peregrina di Gianone di Leonardo (Valle, Frazione di Firenzuola, 1541)

Source : Archivio arcivescovile di Firenze, Dispense matrimoniali, fil. 1, no. 125

13Les arbres généalogiques parfois joints aux actes de mariages dans les registres paroissiaux suivent un même schéma tout au long de la période moderne, comme on peut le voir dans les registres des plusieurs paroisses du diocèse de Rimini aux xviie et xviiie siècles (Figure 3, 4 et 5).

Figure 3. Arbre généalogique d’une dispense concédée à Giovanni Battista Masi et Maddalena Faenza (paroisse de Verucchio, diocèse de Rimini, 1658)

Figure 3. Arbre généalogique d’une dispense concédée à Giovanni Battista Masi et Maddalena Faenza (paroisse de Verucchio, diocèse de Rimini, 1658)

Source : Archivio parrocchiale di Verucchio, Liber Matrimonia ab Anno 1644 ad Annum 1662 (S.S Petri e Nicolai), 28.XI.1658

Figure 4. Arbre généalogique d’une dispense concédée à Biagio Ermete Semprini et Rosa Semprini (paroisse de Sant’Ermete, diocèse de Rimini, 1760)

Figure 4. Arbre généalogique d’une dispense concédée à Biagio Ermete Semprini et Rosa Semprini (paroisse de Sant’Ermete, diocèse de Rimini, 1760)

Source : Archivio parrocchiale di Sant’Ermete, Liber in quo descripta reperiuntur Matrimonia contracta ab Anno 1741, usque ad Annum 1898, c. 19r

Figure 5. Arbre généalogique d’une dispense concédée à Filippo Semprini et Anna Morolli (paroisse de Sant’Ermete, diocèse de Rimini, 1760)

Figure 5. Arbre généalogique d’une dispense concédée à Filippo Semprini et Anna Morolli (paroisse de Sant’Ermete, diocèse de Rimini, 1760)

Source : Archivio parrocchiale di Sant’Ermete, Liber in quo descripta reperiuntur Matrimonia contracta ab Anno 1741, usque ad Annum 1898, c. 18v

  • 24 Il semble toutefois que les généalogies nobiliaires soient plus étoffées et tiennent davantage comp (...)

14Les archives diocésaines de Pesaro, dans les Marches, regorgent d’exemples tout à fait similaires, qui concernent toutes les strates de la société rurale ou citadine et les différentes typologies de dispenses matrimoniales jusqu’à la fin du xviiie siècle au moins (Figure 6 et Figure 7)24.

Figure 6. Arbre généalogique d’une dispense d’affinité concédée à Angelo Guizzoli et Margherita Solfanelli. (Pesaro, 1679)

Figure 6. Arbre généalogique d’une dispense d’affinité concédée à Angelo Guizzoli et Margherita Solfanelli. (Pesaro, 1679)

Source : Archivio Diocesano di Pesaro, Acta Matrimonialia, 26.IV.1679

Figure 7. Arbre généalogique d’une dispense concédée à Battista Rosa et Chiara Zacconi (Pesaro, 1747)

Figure 7. Arbre généalogique d’une dispense concédée à Battista Rosa et Chiara Zacconi (Pesaro, 1747)

Source : Archivio Diocesano di Pesaro, Acta Matrimonialia, 18.II.1747.

  • 25 Pour une synthèse sur la question, voir en particulier Vincent Gourdon, « Les témoins de mariage ci (...)

15On note toutefois un changement assez radical au xixe siècle, dans un contexte plus général de changement de pratiques dans l’enregistrement des sujets depuis la première expérience de l’état civil napoléonien en Italie entre 1806 et 1815, qui a probablement contribué à uniformiser et à codifier l’enregistrement des personnes et des événements de la vie familiale25. Les informations concernant l’ascendance des époux connaissent un net rééquilibrage en faveur des femmes et des liens d’alliance par les femmes. Ainsi, les noms des épouses des hommes impliqués dans les chaînes de parenté font leur apparition au même titre que les noms des époux des femmes par lesquelles passe le lien prohibé entre les conjoints (Figure 8). Il convient toutefois de noter que les ancêtres apicaux restent des hommes et non un couple d’ancêtres.

Figure 8. Arbre généalogique d’une dispense concédée à Giuseppe Mancini et Rosa Bertozzi (Pesaro, 1847)

Figure 8. Arbre généalogique d’une dispense concédée à Giuseppe Mancini et Rosa Bertozzi (Pesaro, 1847)

Source : Archivio Diocesano di Pesaro, Matrimonia cum dispensatione consanguinitatis et affinitatis ab Anno 1821 usque ad Annum 1858, 23.X.1847

  • 26 La question du comput et des degrés de parenté est également fondamentale pour l’histoire même de l (...)

16Ces représentations graphiques des liens de parenté à l’origine de l’empêchement existant entre les époux et nécessitant une dispense suivent d’une part une logique propre et sont d’autre part influencées par un genre spécifique de la littérature juridique jusqu’ici assez peu étudié par les historiens du droit et de la famille : les traités sur les arbores consanguinitatis et affinitatis. En effet, au contraire des arbres généalogiques accompagnant les dispenses matrimoniales, ces Arbores ne décrivent pas la relation entre deux personnes ayant l’intention de se marier, en somme, un alter et un ego dont on retrace la généalogie pour connaître précisément le lien qui les unit, mais partent d’un ego situé au centre de la généalogie et donnent à voir la relation que celui-ci entretient avec toutes les personnes présentes dans sa généalogie. Il s’agit en effet d’un genre de la littérature juridique bien spécifique, destiné à servir de support pour l’enseignement des différentes modes de comput de la parenté en droit romain et canonique, ou encore à maîtriser la terminologie des rapports de parenté et des principaux empêchement matrimoniaux26.

17C’est justement à partir de ces traités sur les arbores consanguinitatis et affinitatis que Simon Teuscher analyse, dans la première contribution de ce dossier, le conflit entre les principes cognatiques et une certaine inflexion agnatique de la parenté en montrant que la position des personnes figurées dans les arbres est tout sauf neutre, jusqu’à être instrumentalisée. En effet, Simon Teuscher se focalise sur l’évolution advenue à la fin du Moyen Âge quant à la manière de concevoir et de se représenter la parenté au regard des rapports de genre. Les juristes de l’époque s’appuient sur les textes et les arbres que leurs prédécesseurs avaient élaborés, mais leur interprétation tend à renforcer et à amplifier la distinction hiérarchique entre les deux sexes.

  • 27 Voir la contribution de Simon Teuscher, « Bilatéralité vs conceptions androcentriques de la parenté (...)

18Ainsi, alors que les canonistes du haut Moyen Âge entendaient créer « la première théorie de la parenté bilatérale, séparée du droit romain », les spécialistes du droit canonique de la fin du Moyen Âge, « commencèrent à concevoir la parenté telle qu’elle était représentée dans l’arbor consanguinitatis, [c’est-à-dire] comme une véritable matrice naturalisée de l’ordre social27 ». Pour le dire autrement, c’est en s’appuyant sur la représentation graphique offerte par l’arbre généalogique qu’ils développent une théorie biologisante de la hiérarchisation des rapports de genre où les femmes et les liens utérins apparaissent dans une position de subordination. Simon Teuscher montre, à partir de la convention établie assez précocement de faire figurer dans les arbores les femmes (au sens héraldique du terme) à gauche et les hommes à droite, que les érudits de la fin du Moyen Âge ont de plus en plus théorisé cette bipartition qui, au départ, était purement graphique. Ces érudits identifient le positionnement à gauche comme une marque d’infériorité : dans ce cadre les représentations graphiques des individus dans les arbores consanguinitatis ont été utilisées comme un argument pour justifier les hiérarchies de genre et pour systématiser des conceptions de parenté qui privilégiaient les liens par les hommes.

19Une telle place inférieure attribuée aux femmes apparaît dans les représentations généalogiques, au-delà même des traités juridiques. S. Teuscher observe, à partir du cas d’un arbre représentant la famille des Habsbourg, une très nette distinction pour ce qui concerne la descendance des femmes, qui est clairement négligée ou occultée, dans la mesure où cette descendance n’appartiendrait plus à la « maison », c’est-à-dire au groupe de descendance agnatique.

20La contribution de S. Teuscher montre que, bien que théoriquement au service d’un système bilatéral et cognatique, les arbores ont ensuite été utilisés dans le but de promouvoir des visions patrilinéaires de la parenté et de justifier la hiérarchisation des sexes dans la société médiévale comme le reflet d’un ordre naturel.

  • 28 Voir la contribution de Jasmin Hauck dans ce volume, « Le témoignage de la parenté : la mémoire gén (...)

21Le second article de ce dossier s’ouvre par une proposition méthodologique pour représenter graphiquement la mémoire généalogique des acteurs, à partir des témoignages enregistrés dans le cadre des procédures engagées pour l’octroi d’une dispense matrimoniale. S’appuyant sur un corpus de données collectées dans différents fonds de dispenses matrimoniales conservés à Florence pour la fin du Moyen Âge et le début de l’époque moderne (1460-1545), Jasmin Hauck a développé un système de représentation graphique permettant de dessiner et de situer à la fois la position généalogique des témoins, la plupart du temps apparentés aux suppliants, mais aussi la « qualité » et la nature de leur mémoire généalogique28. Avec cet outil, J. Hauck se propose de vérifier l’existence ou non d’une corrélation entre la distribution du sexe des individus dans les chaînes généalogiques et le choix des témoins apportant la preuve de la parenté devant le tribunal épiscopal. L’article pose notamment la question de l’impact des inflexions ou des représentations agnatiques de la parenté médiévale sur la capacité des témoins à se souvenir des femmes peuplant les chaînes d’ascendance reliant les époux apparentés. La reconstitution et l’analyse des généalogies est de ce point de vue tout à fait éclairante et permet d’établir un lien très précis entre le genre des personnes dans les chaînes d’ascendance et la position des témoins par rapport à ces personnes dans la généalogie. J. Hauck approfondit également la question, abordée plus avant, des hommes – en l’occurrence des époux – accolés aux femmes dans les arbres généalogiques alors qu’ils ne sont aucunement impliqués dans les chaînes de parenté prohibées. Ces hommes, situés aux marges de la parenté et que J. Hauck qualifie d’« hommes marginaux », représentent un autre support de la mémoire généalogique et la marque d’une certaine conception de la famille et de la parenté.

  • 29 Voir dans ce numéro, Margaret Lanzinger, « Kinship’s Relativity and Gender-Specific Logics in the C (...)

22La contribution de Margareth Lanzinger combine les approches présentes dans les deux premiers articles en faisant entrer en dialogue théorie et pratique autour de la question du genre dans les dispenses matrimoniales au xixe siècle dans le diocèse de Brixen (Sud-Tyrol). Pour ce faire, Margareth Lanzinger se propose de suivre deux voies29. La première s’intéresse au problème bien spécifique de la prédominance des ancêtres apicaux de sexe masculin dans les arbres généalogiques, celui des demi-germains. M. Lanzinger dépeint la question des demi-germains comme la conséquence d’un conflit entre les représentations populaires de la parenté et la doctrine officielle de l’Église. Les requérants issus de ces ancêtres en situation de demi-germanité faisant une demande de dispense matrimoniale semblent en effet avoir souvent mis en avant le fait que le lien qui les unit constitue un obstacle moins important, justement en vertu de ce lien généalogique certes commun, mais perçu comme moins étroit. Les suppliants en appellent à la clémence de l’Église en arguant que les ancêtres clôturant le circuit généalogique interdit les reliant n’étaient « que » des demi-germains. Même si cet argument n’a jamais été approuvé, que ce soit par les fonctionnaires ou par les normes juridiques de l’Église, il a continué à être avancé par les requérants, comme en témoignent les suppliques.

23Dans la seconde partie de sa contribution, centrée sur les raisons « genrées » de la demande de dispense, et notamment celles qui font des femmes l’un des principaux « prétextes » pour demander des dispenses matrimoniales tout au long de l’époque moderne (impossibilité pour la femme de se constituer une dot suffisamment élevée ou âge trop avancé pour pouvoir se marier, etc.), M. Lanzinger montre que ces pratiques, solidement ancrées dans les usages du recours aux suppliques, ont perduré jusque dans la seconde moitié du xixe siècle. L’auteure montre notamment, à partir d’un cas particulier, qu’une supplique initialement rédigée en faveur d’un homme évoquant sa propre situation désespérée (son âge élevé, le besoin d’aide dans son travail) avait été profondément modifiée lorsqu’elle fut envoyée à la curie papale, faisant de la femme le principal protagoniste de la supplique. Cette forte orientation des causae dispensationis faisant de la situation des femmes la principale cause des demandes de dispenses à travers la modification des récits dans les formulaires pouvait toutefois contraster avec les réalités de vie des suppliants.

24Les trois contributions que nous venons de présenter sommairement constituent une première réflexion et des propositions méthodologiques sur un champ encore assez peu balisé à partir de la documentation normative et/ou de la pratique. Elles constituent une invitation à s’emparer de l’histoire du droit canonique et des pratiques matrimoniales dans un degré plus ou moins rapproché par le biais de l’histoire des femmes et du genre dans une perspective anthropologique, qui permet d’éclairer sous un angle différent et sur la longue durée un certain nombre de pratiques, à la fois juridiques, familiales et sociales.

Haut de page

Notes

1 L’histoire des archives de la Pénitencerie est racontée de manière particulièrement vivace par Ludwig Schmugge dans un ouvrage de référence : Kirche, Kinder, Karrieren. Päpstliche Dispense von der unehelichen Geburt im Spätmittelalter, Zürich, Artemis und Winkler, 1995, p. 9-17. Pour un travail récent et approfondi sur le fonctionnement institutionnel et administratif de la Pénitencerie apostolique, voir Arnaud Fossier, Le bureau des âmes : écritures et pratiques administratives de la Pénitencerie apostolique (xiiie-xive siècle), Rome, École française de Rome, 2018.

2 Richard Henry Helmholz, Marriage Litigation in Medieval England, Cambridge, Cambridge University Press, 1974, p. 85: « There is little evidence in the court records that Papal dispensations played a role in relieving the hardships of the system [i.e. of incest prohibition] ».

3 Ludwig Schmugge, le doyen des études sur la Pénitencerie apostolique, rappelle depuis de nombreuses années la nécessité de ce changement de paradigme méthodologique. Il est à l’origine, avec d’autres chercheurs travaillant à ses côtés, de nombreuses études quantitatives et approfondies sur les dispenses matrimoniales au Moyen Âge (voir en particulier Ludwig Schmugge, Marriage on Trial : Late Medieval German Couples at the Papal Court, traduit par Atria A. Larson, Washington, DC, The Catholic University of America Press, 2012). Avant Schmugge, Maria de Lurdes Rosa publiait un essai important sur les approches quantitatives des dispenses de mariages, voir « Mariage et empêchements canoniques de parenté dans la société portugaise (1455-1520) », MEFRM, 108, 1996, p. 525-608. Pour l’époque moderne, voir notamment David Warren Sabean, Simon Teuscher et Jon Mathieu (eds.), Kinship in Europe : approaches to long-term development (1300-1900), New York/Oxford, Berghahn Books, 2007 et la lecture critique offerte par François-Joseph Ruggiu, « Histoire de la parenté ou anthropologie historique de la parenté  ? Autour de Kinship in Europe. », Annales de démographie historique, 119.11, 2010, p. 223-256. Pour un exemple concret d’articulation des approches quantitatives et qualitatives avec un recours aux outils informatiques, voir Michaël Gasperoni, « Reconsidering Matrimonial Practices and Endogamy in the Early Modern period. The Case of Central Italy (San Marino, Romagna and Marche) » in Dionigi Albera, Luigi Lorenzetti et Jon Matthieu (dir.), Reframing the history of family and kinship : from the Alps towards Europe, New York, Peter Lang, 2016, p. 203-232. Il convient de souligner les fortes différences existant entre les pays ou entre les régions, non seulement pour ce qui concerne le nombre et la conservation des dispenses matrimoniales, mais aussi des procès de séparation ou d’annulation de mariage pour cause de parenté. Ainsi, le nombre de tels procès semble par exemple beaucoup plus élevé dans certains diocèses des Pays-Bas et de la France qu’en Angleterre ou Italie. Pour expliquer cette différence numérique, les différentes études insistent sur la persécution ex officio ou non de comportements déviants de la part des officialités. Cf. Monique Vleeschouwers-Van Melkebeek, « Incestuous Marriages : Formal Rules and Social Practice in the Southern Burgundian Netherlands », in Isabel Davies / Miriam Müller / Sarah Rees Jones (dir.), Love, Marriage and Family Ties in the Later Middle Ages, Turnhout, Brepols, 2003, p. 77-95 ; Silvana Seidel Menchi, « Les officialités françaises et italiennes : comparaisons et contrastes », in Veronique Beaulande-Barraud et Martine Charageat, Les officialités dans l’Europe médiévale et moderne. Des tribunaux pour une société chrétienne, Turnhout, Brepols, 2014, p. 25-34.

4 Si la conservation de dispenses matrimoniales à Ratisbonne semble rare, un certain nombre de procès (50 cas entre 1480 et 1538) concernant des empêchements matrimoniaux ont toutefois été conservés. Ces iustificationes étudiées par Christina Deutsch étaient destinées à vérifier l’existence ou non d’un empêchement matrimonial entre époux. Cf. Christina Deutsch, Ehegerichtsbarkeit im Bistum Regensburg (1480-1538), Köln, 2005, p. 308-311. Sur Côme, voir Paolo Ostinelli, Penitenzieria Apostolica : le suppliche alla Sacra Penitenzieria Apostolica provenienti dalla diocesi di Como (1438-1484), Milano, Unicopli, 2003.

5 Raul Merzario, Il paese stretto. Strategie matrimoniali nella diocesi di Como, Secoli XVI-XVIII, Torino, Giulio Einaudi, 1981.

6 Voir notamment le travail récent dirigé par Dionigi Albera, Luigi Lorenzetti et Jon Matthieu (dir.), Reframing the history of family and kinship : from the Alps towards Europe, New York, Peter Lang, 2016. Pour ne citer qu’un exemple concernant la richesse des sources italiennes, on pourrait évoquer celui des archives archidiocésaines de Florence, qui renferment un important fonds de dispenses matrimoniales, intégralement analysé et placé au cœur des recherches doctorales de Jasmin Hauck, qui en propose une édition critique complète et, dans le présent numéro thématique, un premier aperçu. Voir Jasmin Hauck, Florentiner Ehedispense des Spätmittelalters (1460-1540). Eine sozial- und rechtsgeschichtliche Untersuchung, Universités de Eichstätt-Ingolstadt et Roma Tre, sous la direction des Professeurs Thomas Wetzstein et Emanuele Conte.

7 Sur le pouvoir de dispense des évêques au Moyen Âge, voir en particulier Bruno Lemesle, Le gouvernement des évêques. La charge pastorale au milieu du Moyen Âge, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015, p. 115-136.

8 Voir par exemple le cas de Freising rapporté par Kirsi Salonen, « Marriage Disputes in the Consistorial Court of Freising », in Maria Korpiola (dir.), Regional Variations in Marriage Law and Custom in Europe, 1150-1600, Leiden/Boston, Brill, 2011, p. 189-209.

9 Pour la France, on pourrait par exemple citer la Loi n° 2003-516 du 18 juin 2003 relative à la dévolution du nom de famille, qui instaure la possibilité de choisir, pour les enfants nés après le 1er janvier 2005, le nom de famille du père ou de la mère (ou d’utiliser les deux accolés dans n’importe quel ordre). Sur les pratiques onomastiques et anthroponymiques médiévales et modernes, nous renvoyons ici aux travaux, essentiels, conduits sous la direction de Monique Bourin et Pascal Chareille, Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, Tours, Publications de l’Université de Tours, 1989, vol. I-VI. Sur l’Italie en particulier, voir les Mélanges de l’École française de Rome – Moyen Âge, vol. 106, n° 2, 1994 ; Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, v107.2, 1995 ; Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 110.1, 1998 et Andrea Addobbati, Roberto Bizzocchi et Gregorio Salinero (eds), L’Italia dei cognomi, Pisa, Pisa University Press, 2012.

10 Le terme cognatique désigne « l’ensemble des individus aussi bien apparentés par les hommes que par les femmes » : pour ce terme et l’ensemble du vocabulaire de la parenté, voir en particulier Laurent S. Barry et al., « Glossaire de la parenté », L’Homme, 2000, no 154-155, p. 721-732.

11 Nous ne pourrons, ici, entrer dans le détail d’une question complexe et encore assez peu étudiée. Nous nous limiterons à souligner que les spécialistes du droit canonique reconnaissent quelques exceptions, puisque les degrés de parenté les plus proches, dans les textes vétérotestamentaires, ont continué à marquer la frontière entre les prohibitions relevant d’une part de la loi divine, généralement non dispensables, et d’autre part de la loi ecclésiastique positive, qui permettait l’obtention de dispenses. Ces prohibitions lévitiques étaient dans quelques cas fondées sur une distinction genrée : ainsi par exemple, la prohibition divine portant sur l’épouse de l’oncle paternel n’a pas été étendue à l’épouse de l’oncle maternel par les érudits médiévaux. De la même manière, pour une femme, la prohibition portant sur l’oncle paternel ou maternel, ajoutée par analogie avec l’union entre la tante (maternelle et paternelle) et son neveu prohibée dans le Lévitique (voir Lv. 18 : 12, 13) apparaît dans le discours des juristes tardo-médiévaux tantôt comme une prohibition relevant de la loi positive tantôt comme une prohibition divine portant sur l’oncle en général ou comme une prohibition divine portant soit sur l’oncle paternel soit sur l’oncle maternel. Sur cette question, voir notamment Henry Ansgar Kelly, « Canonical Implications of Richard III’s Plan to Marry His Niece », Traditio, 23, 1967 p. 269-311.

12 La bibliographie sur le sujet est immense. Pour une vue d’ensemble de la doctrine médiévale sur les empêchements matrimoniaux jusqu’à la réforme du Concile de Trente, voir Adhémar Esmein, Le mariage en droit canonique, Paris, Larose et Forcel, 1891, p. 203-402 ; Joseph Freisen, Geschichte des canonischen Eherechts bis zum Verfall der Glossenliteratur, Paderborn, Schöningh, 1893, p. 227-769. Voir également la synthèse et le point de vue anthropologique offerts par Laurent Barry, La parenté, Paris, Gallimard, 2008, p. 481-635. Pour une synthèse sur les études de parenté en histoire médiévale, voir Chloé Maillet, « À quelle anthropologie de la parenté se réfèrent les historiens  ? L’histoire de la parenté spirituelle médiévale à l’épreuve des new kinship studies », L’Atelier du Centre de recherches historiques. Revue électronique du CRH, 6, 2010.

13 Cf. Ludwig Schmugge, « The Cost of Grace. The Composition Fees in the Penitentiary, c. 1450-1500 », in Kirsi Salonen / Sari Katajala-Peltomaa (dir.), Church and Belief in the Middle Ages: Popes, Saints, and Crusaders, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2016, p. 39-62 (ici p. 52). Comme le rappelle L. Schmugge, les listes de taxes et des compositions produites par la curie apostolique à cette époque insistent bien sur le fait que les dispenses matrimoniales (affinité et consanguinité) portant sur le deuxième degré, doivent uniquement être accordées aux suppliants appartenant aux strates les plus élevées de la société. L’imposition et le montant des compositions dépendent, pour les cas d’affinité et de consanguinité, de la proximité généalogique et de la gravité des circonstances. Le montant des taxes, c’est-à-dire les paiements requis pour toutes les matières juridiques et conçus comme une sorte de frais de fonctionnement pour la fabrication des lettres de dispenses pontificales, dépend notamment de la longueur des lettres. L’histoire de ces taxes au cours du Moyen Âge est minutieusement analysée par Wolfgang Müller, « Die Gebühren der päpstlichen Pönitentiarie (1358-1569) », QFIAB, 78, 1998, p. 189-261 ; Idem, « The price of papal pardon : new fifteenth century evidence », in Andreas Meyer et al. (dir), Päpste, Pilger, Pönitentiarie. Festschrift für Ludwig Schmugge zum 65. Geburtstag, Tübingen, Niemeyer, 2004, p. 457-481.

14 Pour prendre un exemple très concret, on pourrait citer le mariage (en 1511) du Florentin Biagio Buonaccorsi, secrétaire à la chancellerie de Florence : la composition déboursée pour obtenir une dispense au deuxième degré d’affinité, qui s’élevait à 100 florins, dépassait son salaire annuel de 80 florins. Voir Denis Fachard (ed.), Biagio Buonaccorsi : sa vie, son temps, son œuvre, Florence, M. Boni, 1976, p. 173-185.

15 La question de la mémoire généalogique, au cœur de la contribution de Jasmin Hauck dans ce numéro, fait encore l’objet de débats historiographiques : voir notamment la synthèse et les références bibliographiques dans François-Joseph Ruggiu, « Histoire de la parenté ou anthropologie historique de la parenté  ? », art. cit., p. 228-229. La bibliographie sur la mémoire, qu’elle soit familiale, individuelle, collective, rituelle, iconographique ou écrite est immense pour l’époque médiévale. Outre les travaux de Christiane Klapisch-Zuber, on se limitera ici à citer les œuvres de Patrick J. Geary, Phantoms of Remembrance. Memory and Oblivion at the End of the First Millennium, Princeton, Princeton University Press, 1996 (en particulier, le chapitre « Men, Woman and Family Memory »). Pour une réflexion plus générale sur la mémoire au Moyen Âge, voir en particulier Mary Carruthers, Le livre de la mémoire : une étude de la mémoire dans la culture médiévale, Paris, Macula, 2002 (1990).

16 Roberto Bizzocchi, « La culture généalogique dans l’Italie du seizième siècle », Annales. Économie, Sociétés, Civilisations, 46, 1991, p. 789-805.

17 Voir notamment François Hartog, « Écriture, Généalogies, Archives, Histoire en Grèce ancienne », Collection de l’Institut des Sciences et Techniques de l’Antiquité, 1990, vol. 429, no 1, p. 177-188 et les ouvrages collectifs dirigés par Olivier Rouchon, L’entreprise généalogique : pratiques sociales et imaginaires en Europe (xve-xxe siècle), PUR, 2014 (notamment l’introduction) et par Stéphane Jettot et Marie Lezowski, L’entreprise généalogique : pratiques sociales et imaginaires en Europe (xve-xxe siècle), Paris, Peter Lang, 2016.

18 Roberto Bizzocchi, Généalogies fabuleuses. Inventer et faire croire dans l’Europe moderne, Éditions Rue d’Ulm, 2010.

19 Germain Butaud et Valérie Piétri, Les enjeux de la généalogie, xiie-xviiie siècle : Pouvoir et identité, Paris, Autrement, 2006, p. 217.

20 Gérard Delille insistait déjà, dans Famille et propriété dans le Royaume de Naples (xve-xixe siècle), Rome / Paris, École française de Rome / École des hautes études en sciences sociales, 1985, p. 220-227 sur le problème de la complétude généalogique : « une étude conduite sur des ensembles généalogiques incomplets ou incertains risque de porter à de très graves erreurs d’appréciations ». Pour un exemple concret, voir notamment Michaël Gasperoni, « “Fare nobiltà” : le strategie matrimoniali dell’aristocrazia sammarinese », Marca/Marche. Rivista di storia regionale, 9, 2017, p. 163-165. Il est toutefois intéressant de noter que certains généalogistes mettent parfois l’emphase sur certains liens de parenté utérins ou passant à travers des femmes, lorsqu’ils valorisent une ascendance moins prestigieuse du côté patrilinéaire : voir, notamment, Claire Chatelain, « Un généalogiste intégral : Jean-Baptiste L’Hermite (1610–16?) », in Rouchon, L’entreprise généalogique, op. cit.,p. 265-285.

21 Butaud et Piétri, Les enjeux de la généalogie, xiie-xviiie siècle, op. cit., p. 218.

22 Sur les arbres généalogiques et leur histoire, voir en particulier Christiane Klapisch-Zuber, L’arbre des familles, Paris, Éditions de la Martinière, 2003.

23 Nous disposons d’assez peu de travaux sur la question, qui mériterait une enquête plus approfondie.

24 Il semble toutefois que les généalogies nobiliaires soient plus étoffées et tiennent davantage compte des femmes, voir notamment la licence accordée pour cause de consanguinité (4e/5e degré) à Cesare Benedetti de Pesaro et Giovanna Passionei de Fossombrone, tous deux issus de familles parmi les plus en vue de la noblesse de l’État d’Urbino (Archivio Diocesano di Pesaro, Acta Matrimonialia, 16.IV.1671).

25 Pour une synthèse sur la question, voir en particulier Vincent Gourdon, « Les témoins de mariage civil dans les villes européennes du xixe siècle : quel intérêt pour l’analyse des réseaux familiaux et sociaux ? », Histoire, économie & société, 2008, no 2, p. 64-66.

26 La question du comput et des degrés de parenté est également fondamentale pour l’histoire même de l’anthropologie de la parenté. Sur cette question, voir la belle et dense synthèse de François Héran, Figures de la parenté, Paris, PUF, 2009, p. 311-394.

27 Voir la contribution de Simon Teuscher, « Bilatéralité vs conceptions androcentriques de la parenté en Europe : quelques réflexions à partir des arbores consanguinitatis de la fin du Moyen Âge ».

28 Voir la contribution de Jasmin Hauck dans ce volume, « Le témoignage de la parenté : la mémoire généalogique dans les dispenses matrimoniales à Florence (xve-xvie siècles) »

29 Voir dans ce numéro, Margaret Lanzinger, « Kinship’s Relativity and Gender-Specific Logics in the Context of Marriage Dispensations ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Arbre généalogique d’une dispense concédée à Baccia Velluti et Odo Niccolini (Florence, 1541)
Crédits Source : Archivio arcivescovile di Firenze, Dispense matrimoniali, fil. 54
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3020/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 2. Arbre généalogique d’une dispense concédée à Baldo di Falcho di Baldo et Peregrina di Gianone di Leonardo (Valle, Frazione di Firenzuola, 1541)
Crédits Source : Archivio arcivescovile di Firenze, Dispense matrimoniali, fil. 1, no. 125
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3020/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 3. Arbre généalogique d’une dispense concédée à Giovanni Battista Masi et Maddalena Faenza (paroisse de Verucchio, diocèse de Rimini, 1658)
Crédits Source : Archivio parrocchiale di Verucchio, Liber Matrimonia ab Anno 1644 ad Annum 1662 (S.S Petri e Nicolai), 28.XI.1658
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3020/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 4. Arbre généalogique d’une dispense concédée à Biagio Ermete Semprini et Rosa Semprini (paroisse de Sant’Ermete, diocèse de Rimini, 1760)
Crédits Source : Archivio parrocchiale di Sant’Ermete, Liber in quo descripta reperiuntur Matrimonia contracta ab Anno 1741, usque ad Annum 1898, c. 19r
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3020/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 5. Arbre généalogique d’une dispense concédée à Filippo Semprini et Anna Morolli (paroisse de Sant’Ermete, diocèse de Rimini, 1760)
Crédits Source : Archivio parrocchiale di Sant’Ermete, Liber in quo descripta reperiuntur Matrimonia contracta ab Anno 1741, usque ad Annum 1898, c. 18v
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3020/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 6. Arbre généalogique d’une dispense d’affinité concédée à Angelo Guizzoli et Margherita Solfanelli. (Pesaro, 1679)
Crédits Source : Archivio Diocesano di Pesaro, Acta Matrimonialia, 26.IV.1679
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3020/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 7. Arbre généalogique d’une dispense concédée à Battista Rosa et Chiara Zacconi (Pesaro, 1747)
Crédits Source : Archivio Diocesano di Pesaro, Acta Matrimonialia, 18.II.1747.
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3020/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 8. Arbre généalogique d’une dispense concédée à Giuseppe Mancini et Rosa Bertozzi (Pesaro, 1847)
Crédits Source : Archivio Diocesano di Pesaro, Matrimonia cum dispensatione consanguinitatis et affinitatis ab Anno 1821 usque ad Annum 1858, 23.X.1847
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3020/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michaël Gasperoni et Jasmin Hauck, « Introduction », Genre & Histoire [En ligne], 21 | Printemps 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/3020

Haut de page

Auteurs

Michaël Gasperoni

CNRS/Centre Roland Mousnier. Courriel : michael.gasperoni@cnrs.fr

Jasmin Hauck

Katholische Universität Eichstätt-Ingolstadt/Università Roma 3. Courriel : jasmin.hauck@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page